Essai Nissan Qashqai 2019 : rentrer dans le rang

Essai Nissan Qashqai 2019 : rentrer dans le rang

Restylé en 2017, le Qashqai profite de nouvelles motorisations déployées depuis l’automne dernier. Voici un retour d’expérience au volant du dCi 150 ainsi que du nouveau bloc essence 160 ch.

Essai-Nissan-Qashqai-2019-7
Essai-Nissan-Qashqai-2019-13

Véritable best seller de Nissan depuis des années, le Qashqai n’est plus à présenter. Il pullule dans nos rues, à tel point qu’il se fond dans le paysage automobile français sans faire de vagues. Pour rester dans le coup, un petit restylage opéré en 2017 lui a offert une seconde jeunesse en modifiant un peu la face avant (pare-chocs et calandre), les optiques, les jantes et l’équipement. Mais globalement, pas de révolution à l’horizon : on ne change pas une équipe qui gagne. Même combat à l’intérieur où la présentation reste classique mais fonctionnelle, et où la qualité de finition est honnête, sans atteindre des sommets. Pour ceux qui ne seraient pas familiers du crossover nippon, sachez qu’il offre de la place pour 4 adultes afin qu’ils voyagent confortablement et que son coffre (annoncé à 400 litres avec roue de secours) n’est pas des plus logeables mais ingénieusement modulable avec un double planché en plusieurs parties.

Essai-Nissan-Qashqai-2019-14
Essai-Nissan-Qashqai-2019-12
Essai-Nissan-Qashqai-2019-11
Essai-Nissan-Qashqai-2019-10
Essai-Nissan-Qashqai-2019-27

Seulement, cela ne suffit plus. Il ne vous aura pas échappé que les normes antipollution étant ce qu’elles sont, la mise en conformité des motorisations est également obligatoire pour tous les modèles sur le marché, aussi a-t-il fallu revoir les blocs du Qashqai pour les rendre homologables en euro6d-Temp avant le passage fatidique au WLTP. Initiée à l’automne 2018, cette mise à jour de la gamme moteur est maintenant achevée et se traduit par un total de 4 motorisations, deux diesel et deux essence. Côté fuel lourd, on dispose au choix de 115 ch (110 auparavant) ou 150 ch (130 sur les anciens modèles). Côté sans plomb, c’est un bloc 1.3 DiG-T (bloc développé au sein du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi) disponible en 140 et 160 ch qui se charge d’animer le SUV.

Essai-Nissan-Qashqai-2019-23
Essai-Nissan-Qashqai-2019-24
Essai-Nissan-Qashqai-2019-25
Essai-Nissan-Qashqai-2019-21

Choix aisé

Essai-Nissan-Qashqai-2019-20

Lors de la présentation, j’ai pu mettre la main sur un dCi 150 couplé à la transmission intégrale Intelligent 4×4 et la boîte manuelle (boîte CVT Xtronic disponible en option). Malgré ses 340 Nm de couple, je l’ai trouvé peu démonstratif -les accélérations sont très linéaires- et inutilement bruyant : il gronde à chaque pression du pied droit, les relances n’étant pourtant pas expéditives. Le meilleur choix ? Si vous voulez absolument rouler au diesel mais n’avez pas expressément besoin de la transmission intégrale non permanente (jusqu’à 50 % du couple est envoyé sur l’essieu arrière, uniquement quand la motricité est précaire), restez sur la version 2 roues motrices. Vous économiserez 11 g de CO2/km et 83 kilos qui se ressentiront au volant ainsi que sur la consommation (8,6 L relevés lors de l’essai). Mieux, le 115 ch sera suffisant pour des trajets quotidiens si vous n’avez cure de la performance, surtout qu’il peut-être associé à une boîte à double embrayage.

Essai-Nissan-Qashqai-2019-18

Histoire d’assurer la parité, j’ai aussi consacré du temps au nouveau 4-cylindres turbo 1.3 de 160 ch. C’est clairement la bonne surprise de cet essai, tant il s’est montré agréable et en adéquation avec le Qashqai. On passera sur son bruit banal, mais il fait preuve d’une belle santé et permet d’envisager sereinement tous dépassements et insertions sur voie rapide. Le secret derrière ce ressenti ? Le poids : avec seulement 1375 kg sur la balance en essence, le crossover rend 150 kg au dCi 150 (et même 233 kg à la version 4×4 !). Résultat des courses, les performances sont meilleures (8,9 s de 0 à 100 km/h contre 9,5 s pour le diesel), la consommation lors de l’essai s’est limitée à 7,8 L/100 km malgré une bonne partie des routes du parcours avalées à bon train et l’absence de vibrations est fort agréable. Je continue ? Les émissions de CO2 sont les mêmes et, à finition équivalente, ce 160 ch essence est 2 550 € moins cher que le 150 ch diesel… Sans même compter le surcoût de la transmission intégrale. Il n’y a pas photo !

Essai-Nissan-Qashqai-2019-31

Et pourquoi pas lui ?

Question comportement routier enfin, le Qashqai ménage la chèvre et le chou. Confortable sur long trajet, il ne s’affaisse pas pour autant sur ses suspensions en virage quand vous êtes pressé. Vous voulez un caractère sportif ? Allez voir ailleurs. Une auto dotée d’une suspension pneumatique qui gomme toutes les aspérités de la chaussée ? Tournez-vous vers des marques haut de gamme. En revanche, pour un SUV compact profitant d’un bon compromis entre confort et dynamisme (en essence, les diesel étant fatalement plus lourds), vous avez frappé à la bonne porte. En pinaillant un peu, les jolies jantes de 19 pouces livrées en finition haute induisent des remontées un peu trop marquées dans l’habitacle (les petites imperfections sont bien perceptibles, surtout à basse vitesse) et les sièges gagneraient à être un peu plus moelleux. Sur route bosselée, un effet de pompage peut se faire sentir et l’auto se déleste facilement à vive allure, mais l’effet n’est pas piégeur. En définitive, le Nissan Qashqai 2019 n’en fait pas des tonnes, ne promet pas la lune, mais entre dans le rang en s’affirmant comme la recrue discrète sur qui l’on peut compter. Pas désirable à tout prix, mais certainement recommandable.

Essai-Nissan-Qashqai-2019-4

Tarifs du Nissan Qashqai 2019

Prix-Nissan-Qashqai-2019
Nissan Leaf : Toujours plus loin ?

Nissan Leaf : Toujours plus loin ?

Nissan fut un des premiers constructeurs à croire en la voiture électrique nouvelle génération avec la Leaf. La première génération, apparue en 2011, a laissé sa place à un tout nouveau modèle cette année. Le style s’accorde désormais avec le reste de la gamme et la batterie atteint désormais 40 Kw pour une plus grande autonomie. Selon le nouveau cycle WLTP, plus proche de la réalité, cette Nissan Leaf peut parcourir 270 km. L’intérieur quant à lui est complètement revu et fait le plein de technologie, pour aller vers la conduite toujours plus autonome.

Un look plus dynamique.

Pour ce passage à la deuxième génération, Nissan change complètement le style de sa Leaf. Le look atypique de la Leaf première du nom est oublié et permet plus de cohérence avec le reste de la gamme. Cela a pour effet la fin du dessin un peu plan plan pour un dynamisme plus affirmé ! En témoigne la face avant avec le logo proéminent qui en impose ou encore les feux arrière boomerang s’inspirant de ceux d’un Juke ou d’une 370Z. Un faux diffuseur fait aussi son apparition, mais pas sur qu’il soit très utile avec une vitesse maximal limitée à 144 km/h. Les logos  »Zéro émission » présents sur le hayon ou derrière les roues avant sont là pour rappeler qu’il ne s’agit pas d’une voiture comme les autres.

Un équipement à la pointe.

L’habitacle fait le plein de techno. Notre finition N-Connecta (troisième niveau sur les quatre disponibles) bénéficie d’un écran tactile 7 », de la caméra 360° (toujours pratique pour se garer dans des places un peu juste), du GPS, ou encore de la connectivité Apple CarPlay et Android Auto. Les sièges avant et arrière sont chauffants et une pompe à chaleur est présente de série dès le deuxième niveau de finition afin d’optimiser les dépenses énergétiques liées au chauffage l’hiver et à la climatisation l’été.

En option, nous disposions du système de conduite semi-autonome ProPilot. Bien géré, il permet d’être réellement détendu au volant. Le centrage dans la voie est efficace et ne fait pas louvoyer la voiture d’une bande à l’autre. Quant au radar de distance, il est toujours prévenant. Si une voiture se rabat devant vous, le ProPilot n’actionnera pas les freins de façon brusque, mais ralentira de façon progressive pour rétablir la distance de sécurité programmée. 

La voiture entourée de cercle bleu, symbolisant les nombreux radars, sert à activer le ProPilot.

Nouveauté majeure de cette Leaf, la e-Pedal. Les Clients souhaitaient plus de freinage régénératif et Nissan a été à leurs écoute. La dite e-Pedal s’active via un bouton situé juste devant le levier de vitesse. Une fois actionnée, le conducteur n’a quasiment plus à avoir à se servir de la pédale de frein ! Il suffit de relâcher l’accélérateur plus ou moins fortement pour doser son freinage et ce, jusqu’à l’arrêt complet. Seuls les freinages les plus appuyés nécessiteront l’utilisation de la pédale du milieu. Après les premiers mètres un petit peu déroutants, on s’habitue très vite  à cette nouvelle fonctionnalité. L’essayer, c’est l’adopter !

La touche e-Pedal permet de ne quasiment plus toucher au frein !

Sur la route

En ville, avec 150 ch mais surtout 320 Nm de couple dès le démarrage, cette Nissan est loin d’être ridicule. Les reprises sont consistantes et permettent de s’insérer dans le trafic en toute sécurité. Le 0 à 100 vous prendra moins de 8 secondes ce qui vous permettra de partir en tête aux feux rouge.

Concernant le confort, il n’est pas en reste. Les sièges au moelleux appréciable s’associent parfaitement à un amortissement bien calibré. Pavés, ralentisseurs et autres plaques d’égout ne troublent pas la quiétude qui règne à bord. Conduire cette Leaf en milieu urbain est un réel plaisir. 

Comme l’on pouvait s’en douter, le dynamisme n’est pas le point fort de La Nissan Leaf avec un châssis un peu pataud. Les reprises s’essoufflent progressivement à mesure que la vitesse augmente et que l’on se rapproche de la vitesse maximale. Rien de dramatique car elles savent rester rassurantes. Il faut simplement réajuster ses points de repère après les départs canons vécus en ville.

Une autonomie en progrès

Mais la question que tout le monde se pose concerne bien évidemment l’autonomie. Avec près de 300 km, cette nouvelle Leaf commence à posséder une réelle polyvalence. Bien sûr, les trajets urbains seront les plus à même d’augmenter la dite autonomie, a contrario l’autoroute fera fondre les kilomètres. Si il est désormais possible de rouler en électrique sans trop de soucis au quotidien, le moment de la recharge reste toujours une contrainte. Si vous avez la chance de croiser un superchargeurs (50Kw), vous pourrez récupérer 80% de la totalité de la charge en 40 minutes. Malheureusement, ils restent encore rares. Reste alors deux solutions : Utiliser une prise classique ou une WallBox à installer chez vous, cette dernière coûtant tout de même 1000€. La recharge sur prise classique (3 Kw) prendra une bonne vingtaine d’heure quand la WallBox (7 Kw) réduit ce temps à 8h. Mais cela reste encore trop long pour espérer jouer un rôle plus important que celui de seconde voiture du foyer.

A gauche, la prise CHAdeMO. Elle permet de se brancher sur les superchargeurs délivrant une puissance de 50 Kw.

Prix et bilan

Notre Leaf était une version N-Connecta disponible pour 37 500€. Équipée de la conduite semi autonome ProPilot (1 000€) et revêtue de sa belle peinture rouge (650€), notre modèle d’essai coûte 39 150€ auquel il faut retrancher 6 000€ de bonus. Le total pour le client est donc de 33 150€. Une somme non négligeable pour un véhicule qui ne peut pas encore être vraiment utilisable comme voiture principale, notamment à cause d’un temps de recharge encore trop long. Reste une voiture à la douceur de conduite exemplaire qui saura vous détendre lors de vos trajets quotidiens et vous amener occasionnellement hors des centres urbains. 

Jap’n’Car Festival : le Japon à l’honneur à Montlhéry

Jap’n’Car Festival : le Japon à l’honneur à Montlhéry

On l’avoue bien volontiers. A Abcmoteur, on aime bien retrouver ce lieu historique qu’est l’Autodrome de Linas-Montlhéry. Après Les Collectionneurs ont du Coeur le mois dernier, nous avons posé nos valises au pied de l’anneau pour assister à l’un des événements à thème organisés par Paris Auto Events (retrouvez tous leurs événements). Ce samedi, c’était l’automobile japonaise qui était mise à l’honneur avec le Jap’n’Car festival.

Des MX-5 en masse !

Pour une première édition, pas moins de 400 véhicules japonais inscrits sont venus investir les lieux. Parmi lesquels, une très large représentation de la mythique MX-5, ce roadster vendu à travers 4 générations à plus d’un million d’exemplaires. En effet, le club Mx5France profite de l’occasion pour souffler sa dixième bougie sur l’Autodrome ! Et on en a vu de toutes les époques (de 1989 à aujourd’hui), de toutes les couleurs, mais toutes issues de la même passion pour ce cabriolet aussi amusant qu’attachant. Parcourez notre galerie pour choisir votre favori !

Honda, Nissan, Toyota… Il y en a pour tous les fans de japonaises !

Le soleil, bien au rendez-vous, donnait plaisir à déambuler dans les allées d’exposants, composés des partenaires comme Autoworks Magazine, de différents clubs et de propriétaires de voitures japonaises. Honda était le seul constructeur venu officiellement monter un stand pour l’événement, afin de présenter les nouveautés de sa gamme et d’épauler les nombreux propriétaires de la marque présents à Montlhéry. En outre, différents plateaux étaient mis en place pour ouvrir la piste à ces japonaises énervées !

On vous laisse vous aussi déambuler dans nos galeries classées par marque, afin de retrouver vos préférées et de vous remémorer vos glorieuses heures de jeu sur Gran Turismo !

Quelques « ORNIS » de l’Empire du Soleil Levant

A noter la présence à ce premier Jap’n’Car d’une rare Infiniti Q60 parée d’une préparation spécifique du plus bel effet. Un coupé qui effectivement dénote au milieu de ses cousines Nissan pour notre plus grand plaisir. Cette marque mériterait vraiment à gagner en notoriété tant ses productions sont stylistiquement réussies (retrouvez nos photos de la compacte Q30).

Parmi les autos exposées, notre regard fut définitivement attiré par deux japonaises de course à la personnalité bien trempée: une Datsun 240Z et une Honda NSX. Sublimes !

Enfin, une part de la culture japonaise de l’automobile intègre ces sportives propulsion à moteur avant, préparées pour la pratique du drift. Et ça n’a pas loupé avec une démonstration de dérapages dans la ligne droite des stands du circuit de l’Autodrome. Une belle découverte au Jap’n’Car festival pour les non-initiés !

Météo favorable et excellente organisation ont contribué au succès de l’événement. Le public s’est massé dès le matin autour des voitures exposées et en bord de piste afin d’admirer les plus jolies et écouter les plus bruyantes automobiles nippones.

On regrettera l’absence de certains modèles emblématiques peut-être, ou la faible représentation de quelques autres comme la moderne Toyota GT86 / Subaru BRZ ou la légendaire RX-7. Néanmoins, ce fut un doux plaisir que de passer la matinée au pays du soleil levant.

Prochain event similaire : la Wagen Fest consacrée aux allemandes, qui se passera le 16 juin prochain !

Un tiers de Mitsubishi appartient maintenant à Nissan

Un tiers de Mitsubishi appartient maintenant à Nissan

Le mois dernier, Nissan avait provoqué la découverte d’irrégularités au sujet des d’émissions polluantes des modèles Mitsubishi. C’est ce même constructeur qui a secouru la firme gravement atteinte par le scandale…

Nissan s’offre un Diamant pour près de deux milliards d’euros

Mitsubishi a entamé une période difficile. Le mercredi 20 avril, la marque a annoncé avoir triché sur les émissions polluantes de ses véhicules suite à des inconsistances relevées par Nissan qui passe par le Diamant pour produire certaines de ses voitures. L’achat de 34 % du capital de Mitsubishi par Nissan pour la somme de 1,9 milliard d’euros, qui devient par la même occasion le premier actionnaire de son compatriote, devrait permettrait à ce dernier de se relever.

Mitsubishi Evolution logo coffre

Le Diamant pourra désormais compter sur Nissan pour remonter la pente (crédit)

Tout comme Volkswagen, Mitsubishi a mis sur le marché une grande quantité d’auto non conformes. Ce sont tout de même environ 625 000 exemplaires portant les logos de Mitsubishi et Nissan qui sont concernés par cette fraude sur les valeurs de consommation en carburant, et ce, depuis 1991 ! Le chantier est donc particulièrement vaste et coûteux…

Carlos Ghosn qui est à la tête de l’Alliance Renault-Nissan se félicite de cette « alliance stratégique » qu’il juge « gagnante-gagnante » et permettra d’approfondir le partenariat liant les deux marques depuis cinq ans, notamment sur les kei cars (des mini-voitures vendues au Japon). Elles pourront mutualiser leurs achats, plateformes et usines tout en gardant leurs identités propres.

Il reste maintenant à constater quelles seront concrètement les conséquences pour les clients. Nissan semble en tout cas avoir réalisé une opération à un bon prix au regard de la chute des actions en bourse (- 40 %). Le savoir-faire et les parts de marché en Asie du Sud-Est de Mitsubishi comptent aussi pour l’Alliance Renault-Nissan qui en profite pour élargir son empire et se rapprocher des plus gros tels que General Motors, Toyota et Volkswagen.

Nissan GT-R restylée : mamie fait de la résistance

Nissan GT-R restylée : mamie fait de la résistance

Elle va bientôt fêter ses 9 ans. Un âge important pour une automobile. Mais l’actuelle GT-R n’a aucune envie de partir à la retraite ! Pour tenir le coup encore quelques années, elle s’offre un restylage et une poignée de chevaux supplémentaires.

Ce qui change à l’extérieur

Les modifications sur la carrosserie concernent surtout la face avant. La bouche a été redessinée et le logo GTR est entouré d’un élément en V, nouvelle signature de la marque Nissan. Des ouïes verticales intégrant une barre de diodes font leur apparition sous les optiques.

Nissan GT-R Restylage 2017 - 7 Nissan GT-R Restylage 2017 - 3

La firme nippone a amélioré l’aérodynamique avec un nouveau spoiler et des bas de caisse modifiés. A l’arrière, les sorties d’air derrière les roues ont été revues. Les jantes de 20 pouces sont inédites. La GT-R restylée est présentée avec une nouvelle couleur de carrosserie Orange Mécanique.

Ce qui change à l’intérieur

C’est à ce niveau que la GT-R évolue le plus. Le millésime 2017 adopte une nouvelle planche de bord ! Voilà qui prouve que la prochaine génération n’est pas prête d’arriver. La présentation fait un bond en avant. L’ensemble est plus moderne, plus ordonné, plus chic. Il y a une vraie volonté de faire monter en gamme la GT-R.

La finition est d’ailleurs promise plus soignée, avec notamment un tableau de bord habillé de cuir. Le nouvel écran tactile 8 pouces permet de réduire le nombre de boutons. Les touches sont en revanche toujours aussi nombreuses sur le volant, également redessiné. Les palettes commandant la boîte de vitesses sont désormais fixées à son dos.

Nissan GT-R Restylage 2017 - 9 Nissan GT-R Restylage 2017 - 10

Ce qui change sous le capot

Une fois de plus, le V6 biturbo 3.8 litres gagne une poignée de chevaux. La GT-R cru 2017 grimpe à 570 ch, soit 20 ch de plus, à 6.800 tr/min. A ses débuts, cette GT-R développait 485 ch ! Le couple maxi est de 637 Nm, disponible entre 3.600 et 5.800 tr/min.

La boîte de vitesses est une double embrayage à 6 rapports, avec des passages de vitesses promis « plus fluides et plus silencieux ». La sonorité à l’échappement a été optimisée grâce à un échappement en titane à valves actives. Nissan promet des progrès en matière de stabilité grâce à des suspensions revues et une structure de carrosserie plus rigide.

Les carnets de commandes seront ouverts cet été.

Sortie de route pour la Nissan GT-R LM Nismo

Sortie de route pour la Nissan GT-R LM Nismo

Après avoir pris du retard et réalisé une saison 2015 décevante, l’originale Nissan GT-R LM Nismo (lire : Nissan GT-R LM Nismo : Nissan is back) devait retenter sa chance en 2016. Finalement, sa carrière a été stoppée nette…

L’audacieuse GT-R LM Nismo ne s’est pas montrée à la hauteur

Courir en championnat du monde d’endurance FIA (WEC) en mettant les roues motrices et le moteur à l’avant, c’était tout faire à l’envers. Tous les autres constructeurs faisant l’inverse. Pourtant, Nissan a relevé ce challenge, notamment dans le but d’améliorer l’aéro et de donner plus de pouvoir directionnel aux roues avant. Malheureusement, les résultats n’ont pas été convaincants, en particulier aux 24 Heures du Mans.

La Nissan GT-R LM Nismo aux 24 Heures du Mans 2015

La Nissan GT-R LM Nismo aux 24 Heures du Mans 2015

Comme ce « programme ne sera pas capable d’atteindre ses ambitions », Nissan a décidé d’y mettre fin en dépit du travail déjà effectué par le team pour la saison 2016 de WEC. Une façon de limiter les pertes pour la firme nippone tant ce concept atypique qu’est la GT-R LM Nismo semblait loin d’être en mesure d’égaler ses rivaux.

Toutefois, chez Abcmoteur on salue la prise de risque. Le règlement permet de faire entrer sur la grille des autos plus novatrices, ce qui se traduit inévitablement par davantage d’échecs. Par ailleurs, Nissan reste engagé en LMP2 et en LMP3, la nouvelle catégorie permettant d’accéder plus facilement aux prototypes.

Vivement les 24 Heures 2016, même s’il va falloir patienter encore six longs mois ! Et on espère y découvrir un prototype atypique comme c’est souvent le cas.

Que peut bien faire une Nissan GT-R dans la neige ?

Que peut bien faire une Nissan GT-R dans la neige ?

Après des semaines aux températures très douces, le froid commence à nous rejoindre. L’occasion même pour certains de connaître les premières joies de la neige. Démonstration avec une Nissan GT-R survitaminée…

Ca chauffe !

Tout passionné d’automobile que nous sommes porte un regard quelque peu spécifique lorsque les premiers flocons viennent à tomber. S’ils se font assez nombreux et que l’on possède des pneus hiver sur son auto, ce « scénario catastrophe » pour la majorité des automobilistes est en réalité pour nous une véritable bénédiction !

Voici comment se réchauffer quand les températures deviennent négatives !

Voici comment se réchauffer quand les températures deviennent négatives !

Le moment que vous attendiez depuis des mois arrive enfin : un parking désert totalement immaculé ! On appelle les copains et c’est parti pour de la glissade à tout va ! Dans la vidéo de Vehicules Virgins visible ci-dessous, c’est une Nissan GT-R qui assure le spectacle. La quatre roues motrices japonaise dotée d’un V6 biturbo se joue du peu d’adhérence offerte par la couche de neige fraîche et crache même des flammes de ses sorties d’échappement ! De plus, elle se mesure à une Dodge Challenger qui a bien du mal à suivre le rythme (le launch control est activé tant qu’à faire). Sans compter le final en drift avec une BMW M5 E39.

Bon et sinon, quand est-ce qu’il neige chez moi ?

Le futur Nissan Juke plus grand et plus consensuel ?

Le futur Nissan Juke plus grand et plus consensuel ?

Le Nissan Juke apparu en 2010 rencontre un joli succès commercial en dépit d’un design original. Dès 2016, la deuxième génération sera lancée avec des modifications notables…

Le Juke va-t-il rentrer dans le rang ?

Nissan se doutait-il que le marché automobile français allait devenir accroc aux SUV en introduisant le Qashqai, puis un peu plus tard le Juke ? Certainement pas dans une ampleur pareille. Ce segment devient donc crucial pour les constructeurs. L’objectif du prochain Juke sera alors de séduire encore davantage de clients et d’en récupérer aux Renault Captur, Peugeot 2008 et Citroën C4 Cactus qui sont ses principaux concurrents. Voici un premier aperçu du modèle japonais tel qu’imaginé par le designer Remco Meulendijk :

La Nissan Juke II imaginé d'après le concept Kicks présenté l'an passé au salon de Sao Paulo, au Brésil

La Nissan Juke II imaginé d’après le concept Kicks présenté l’an passé au salon de Sao Paulo, au Brésil

Comme vous pouvez le remarquer, les lignes du Nissan Juke II n’auraient plus rien à voir avec son prédécesseur. D’après ces dessins, les formes et optiques rondes seraient mises de côté pour des traits plus saillants. Seuls les passages de roue marqués et la surface de vitrage latérale assez réduite seraient conservés. Si la calandre est nettement plus exubérante avec son contour très épais, ces deux illustrations virtuelles offrent une vision du Juke II dans une apparence plus consensuelle, moins atypique que le modèle actuel. Un choix qui permettrait d’accroître les ventes en plaisant à un maximum de personnes.

Nissan Juke II 3-4 arriere illustration

L’autre argument du Nippon sera de proposer une habitabilité améliorée grâce à des dimensions plus généreuses. La longueur progresserait d’une quinzaine de centimètres pour atteindre les 4,25 m. Les passagers arrière, ainsi que le coffre, en profiteront pour être plus accueillants.

L’offre de motorisations sera reprise à son plus grand ennemi : le Captur. Nissan et Renault faisant partie du même groupe, le futur Juke utilisera des blocs essence de 90 et 120 ch. La version sportive Nismo ira jusqu’à 220 ch. En diesel, le 1.5 dCi pourra être choisi en 90 ou 110 ch.

Le Nissan Juke II sera produit dans l’usine de Sunderland, en Angleterre. Son prix de base est estimé à 16 000 €. Dévoilé en 2016 – peut-être à Genève au mois de mars prochain ? –, il sera commercialisé à la fin de la même année.

Salon de Francfort 2015 : le programme des Asiatiques

Salon de Francfort 2015 : le programme des Asiatiques

Plus que quelques jours avant l’ouverture du Salon de Francfort 2015. Les nouveautés défilent, la tension monte ! Abcmoteur a décidé de faire le point sur le programme de ce grand show, en listant les nouveautés déjà annoncées, celles attendues et les surprises potentielles. Après les Français, le premium allemand, les généralistes allemands, les Anglais et les Italiens, dernier épisode aujourd’hui avec les Japonais et Coréens.

Honda

Après avoir enfin commercialisé toutes les nouveautés promises depuis des années (Jazz III, HR-V, Civic Type R), Honda souffle à Francfort. Le Japonais exposera tout de même des concepts inédits : l’un n’est qu’une Civic break revue pour plaire aux cyclistes, l’autre est nettement plus fun. Il s’agit d’un petit engin situé entre auto et moto, très judicieusement nommé « Project 2&4″.

Honda-Project-2x4

Infiniti

Lancement crucial pour Infiniti à Francfort. La marque exposera enfin la version de série de sa toute première compacte, la Q30. Une voiture mise au point avec l’aide de Daimler, et qui partage sa base technique avec la Classe A. Dommage d’ailleurs que de nombreuses pièces à bord soient reprises à l’Allemande. La version crossover QX30 sera dévoilée en novembre à Los Angeles.

Infiniti Q30

> Lire : L’Infiniti Q30 a sa première photo officielle ?

Lexus

Pas de première mondiale pour la marque premium de Toyota à Francfort, mais des premières européennes. Lexus exposera pour la première fois sur le Vieux Continent la nouvelle génération de son grand SUV hybride RX 450h, au look très original (on aime ou on déteste). Le public découvrira aussi la version restylée de la GS, la berline intermédiaire de Lexus, déclinée à l’occasion en version 200t avec un bloc turbo essence. Pour la nouvelle limousine LS, il faudra attendre le Salon de Tokyo en octobre.

Lexus Rx 2015 - 23

> Lire : Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

Mazda

Après avoir enchainé les nouveautés à un rythme effréné, avec le lancement depuis le début de l’année des nouvelles 2 et MX-5 ainsi que du CX-3, Mazda a un trou dans son plan produit. Mais la firme ne viendra pas les mains vides à Francfort : elle révélera un concept-car de… crossover, le Koeru. Pas sûr que cela attire les foules.

Mazda-Koeru-concept

Mitsubishi

Débuts européens pour l’Outlander restylé, notamment en version hybride PHEV. Une toute nouvelle face avant avec plus de caractère, qui devrait bien booster les ventes de ce véhicule familial.

IMitsubishi-Outlander-PHEV-restyle

Nissan

Un nouveau modèle et un concept-car pour la firme alliée à Renault. Le premier est la nouvelle génération du pick-up Navara NP300, qui pourrait susciter la curiosité du public français car ce modèle servira de base au Renault Alaskan. Mais le plus intéressant sera le concept Griz, qui est un crossover. Encore ? Oui… nous sommes avec le spécialiste du genre. Mais cette étude sera importante car elle annonce un véhicule badgé Z ! La sportive Nissan compacte de la fin de la décennie sera donc un SUV !

Nissan-Gripz concept

Subaru

Aucun programme annoncé par Subaru à Francfort.

Suzuki

Vous l’attendiez impatiemment, j’en suis sûr ! Suzuki viendra à Francfort avec sa nouvelle citadine Baleno, version de série du concept ik-2 vu à Genève en mars dernier. Cette auto au design ultra classique sera équipée d’un nouveau moteur trois cylindres 1.0 turbo.

Suzuki-Baleno

Toyota

Événement sur le stand de la firme japonaise. Toyota a réservé la primeur à l’Europe de la toute nouvelle génération de son modèle le plus emblématique : la Prius. Cette quatrième mouture n’innove pas vraiment sur le plan technique, même si Toyota promet du mieux en matière d’agrément et de consommation. En revanche, sur le plan esthétique, la Prius IV fait le pari de l’originalité. Toyota exposera aussi à Francfort une deuxième version de son concept C-HR, qui devrait être proche du modèle de série attendu au Salon de Genève 2016.

Toyota Prius IV

> Lire : Toyota Prius IV : garde-t-elle la tête ?

Hyundai

Pour Hyundai, le vrai événement à la rentrée est dans les concessions, avec le lancement d’un ambitieux Tucson. Mais il y aura d’autres nouveautés à Francfort, elles aussi typées SUV : la version restylée du Santa Fe et une déclinaison baroudeuse de la citadine i20, nommée Active. Autre découverte : un concept-car créé pour le jeu Gran Turismo.

Hyundai-Santa-Fe restyle

Le Hyundai Santa Fe restylé

Kia

Coup double pour Kia. La marque exposera en effet deux nouveautés à Francfort, ville où elle a son siège européen. La première a cependant un air connu, puisqu’il s’agît de la version Vieux Continent de la berline Optima. La seconde est vraiment inédite : le nouveau SUV compact Sportage. Un modèle très important pour Kia, car il est actuellement son best-seller de ce côté de l’Atlantique.

Nouveau Kia Sportage 2015 - 3

> Lire : Nouveau Kia Sportage : l’heure de la confirmation

Big in Japan // Partie 1 : Nissan Skyline GT-R (R34)

Big in Japan // Partie 1 : Nissan Skyline GT-R (R34)

Le Japon, pays du soleil levant et des pneus fumants, a produit quelques-unes des voitures sportives les plus mythiques qui soient pour la génération Gran Turismo dont je fais partie. Si vous n’avez jamais joué à GT sur Playstation, qu’attendez-vous ?! Filez faire des tours de circuit et revenez après lire cet article. Avec la minisérie Big in Japan (titre d’une très belle chanson d’Alphaville, au passage), je vous propose une petite rétrospective non exhaustive des modèles qui ont marqué l’histoire de l’automobile sportive au Japon. Un point commun à toutes les voitures sélectionnées ? Un potentiel de préparation hors du commun.

Nissan Skyline GT-R R34 R-Tune (crédit : aclasschris)

Nissan Skyline GT-R R34 R-Tune (crédit : aclasschris)

Commençons donc par l’une des sportives nippones les plus connues, celles que les Japonais appellent Godzilla en signe de respect : la Nissan Skyline GT-R. On s’intéresse aujourd’hui plus particulièrement à la génération R34 dont le succès a dépassé de loin les frontières de son pays natal, bien qu’elle n’ait été officiellement importée qu’au compte goutte en Angleterre et en Australie. Que ce soit dans des films comme Fast and Furious ou dans des jeux vidéo comme Gran Turismo ou Need For Speed, en tant qu’amateur d’automobiles vous avez forcément vu, au moins une fois, une GT-R.

Esthétiquement parlant

Vous voyez ce parpaing à l’aspect fort peu aérodynamique ? C’est la Skyline GT-R. Regard froncé, multiples entrées d’air sur la face avant, ailes copieusement élargies par rapport au coupé Skyline de série, aileron fixe… Une boule de nerf qui ne cache en rien son envie d’en découdre. Forcément, comparé aux standards actuels du design, le trait a un peu vieilli. L’aspect très carré détonne et rappelle que l’on est en présence d’une voiture d’une quinzaine d’années. En tout cas une chose est sûre, malgré son âge elle en impose toujours !

Nissan Skyline GT-R R34 (crédit : Tennen-Gas)

Nissan Skyline GT-R R34 (crédit : Tennen-Gas)

Nissan Skyline GT-R R34 (crédit : Tennen-Gas)

Nissan Skyline GT-R R34 (crédit : Tennen-Gas)

L’intérieur n’est pas très recherché et se contente de l’essentiel, à une exception près : l’écran multifonction juché sur planche de bord. Véritable mine d’information, il permet d’afficher en temps réel la pression des turbos, la pression exercée sur la pédale d’accélérateur, la charge des injecteurs exprimée en pourcentage et j’en passe. Toutes les fonctions vitales de la voiture sont ainsi sous les yeux du conducteur, à tout moment.

Et sous le capot ?

Tout fan de Skyline vous dira évidemment que le RB26DETT est le meilleur moteur jamais produit. Bien, et si on décortiquait ce sigle au lieu de jouer les fanboys ? Chez Nissan, RB indique que l’on est en présence d’un moteur 6-cylindres en ligne essence. 26 se traduit par une cylindrée de 2.6 litres, D indique la présence d’un double arbre à cames en tête (DOHC en anglais) et E que l’injection est électronique, pas de carburateur ici. TT ne veut pas dire Tourist Trophy mais bien Twin Turbo. Le moteur est en effet équipé de deux turbocompresseurs montés en série. Le RB26 était vendu pour 280 chevaux, puissance maximale autorisée par la législation japonaise de l’époque pour une voiture particulière. En pratique, il développe autour des 330 chevaux et un peu moins de 400 Nm de couple d’origine.

Le moteur six-cylindres de la Nissan Skyline GT-R R34

Le moteur six-cylindres de la Nissan Skyline GT-R R34

Si les chiffres paraissent costauds, il ne faut pas oublier que la R34 GT-R est lourde. Annoncée à 1 540 kilos à vide, le poids dépasse en réalité allègrement les 1 600 kilos en ordre de marche. Un tel embonpoint s’explique par la technologie embarquée de très haut niveau. La transmission intégrale n’est pas permanente et renvoie le couple aux roues avant quand le besoin s’en fait sentir. Une option baptisée Active LSD (différentiel à glissement limité actif) permet en sus de répartir le couple entre les roues arrières de manière à optimiser encore plus le passage de la puissance au sol. C’est cette technologie (ATTESA ET-S Pro de son vrai nom) qui a beaucoup contribué au succès de la Skyline GT-R en lui conférant des performances dynamiques insoupçonnées.

Quand on s’énerve dessus

Quasiment tous les grands noms de la préparation japonaise se sont penchés sur le cas de Godzilla. Pour n’en citer que quelques-uns, HKS, JUN, Tommy Kaira ou encore Mine’s ont proposés leur vision de la Skyline. La barre des 1 000 chevaux a été franchi plus d’une fois, tant la conception du moteur permet une marge d’évolution. Bien sûr, les puissances indécentes atteintes ont nécessité de revoir le bloc en profondeur, avec bien souvent une augmentation de cylindrée et le passage en single turbo, de manière à fiabiliser l’ensemble.

Un modèle mythique

Parmi toutes les préparations, difficile de n’en retenir qu’une seule. Au final, et après avoir hésité avec la monstrueuse Amuse Carbon R, mon choix se porte la Skyline GT-R Nismo Z-Tune. Et oui, le département course de Nissan s’est aussi livré à l’exercice ! En 2005, Nismo a racheté 20 Skyline GT-R R34 en parfait état et avec moins de 30 000 kilomètres au compteur. Après un travail de développement intense, le bloc passe à 2.8L et développe plus de 500 chevaux pour 540 Nm de couple. Un joli bond en avant comparé aux chiffres d’origines ! Du carbone est utilisé pour le capot mais également l’arbre de transmission, les suspensions ont été développées spécialement pour la voiture par Sachs et Brembo a fourni les freins (6 pistons et 365 mm de diamètre à l’avant, 4 pistons et 355 mm à l’arrière).

Nissan Skyline GT-R R34 Nismo Z-Tune (crédit : Avyalikov)

Nissan Skyline GT-R R34 Nismo Z-Tune (crédit : Avyalikov)

La lignée

Le coupé Skyline existe depuis la fin des années 1960 au Japon, alors que la berline a démarré en 1957 sous la marque Prince. La toute première Skyline à avoir arboré le badge GT-R fut la C10 en 1969. Surnommée Hakosuka (« Hako » signifiant « boîte » et « suka » étant un diminutif de « Skyline ») en raison de sa forme très carrée, elle proposait déjà 160 chevaux tirés d’un 6-cylindres en ligne de 2L. Toutefois la version qui a réellement contribué à faire entrer les Skyline dans la légende est la R32 produite entre 1989 et 1994. R32, R33 et R34 ont ainsi marqué les années 1990 et 2000 par leur technologie de pointe et leur bloc moteur largement surdimensionné permettant aux tuners de s’en donner à cœur joie. En 2007, Nissan a enfin répondu à la demande de très nombreux fans : la GT-R R35 (ne l’appelez plus Skyline) est officiellement importée ! Motorisée par un V6 biturbo qui est passé de 480 au lancement à 550 chevaux aujourd’hui (voire 600 pour la Nismo), elle reste une base très prisée des préparateurs de l’archipel mais également par les Anglais comme Litchfield.

Nissan Skyline GT-R C10

Nissan Skyline GT-R C10

La Nissan Skyline GT-R R34 en quelques chiffres

  • Moteur : 6-cylindres en ligne biturbo, 2.6L
  • Puissance : administrativement 280 ch, en réalité environ 330 ch
  • Couple : environ 400 Nm
  • Poids : 1 540 kg à vide
  • Prix au lancement (au Japon) : non trouvé
La Nissan GT-R a la meilleure sonorité pour un V6 biturbo ?

La Nissan GT-R a la meilleure sonorité pour un V6 biturbo ?

Lors de son apparition en 2007, la Nissan GT-R avait fait son effet en affichant 480 ch issus d’un « petit » V6 3,8 l. La particularité de cette mécanique qui a été constamment améliorée au fil des ans est d’émettre un son atypique pouvant être magnifié en remplaçant l’échappement d’origine.

Une sonorité devenant de plus en plus aigüe

Le vidéaste NM2255 a pu filmer une édition de 2013 (550 ch et 632 Nm) équipée de quatre sorties signées du manufacturier Akrapovic. La sonorité s’en trouve nettement amplifiée et encore plus grisante. Des flammes s’échappent même suite à une forte accélération. L’effet est garanti !

Voilà une GT-R correctement libérée !...

Voilà une GT-R correctement libérée !…

A chaque pression sur l’accélérateur, la Japonaise chante d’une belle façon et vire vers les aigus plus l’aiguille du compte-tour se met à grimper. Un qualité qui se remarque, car l’ajout d’un turbo est toujours problématique pour obtenir une bande son sympathique qui ne soit pas linéaire.

A mon sens, la Nissan GT-R possède le V6 biturbo actuel le plus agréable à écouter. Quel est votre avis ? Peut-être que la nouvelle Honda NSX pourra rivaliser ?

> Lisez aussi : Du nouveau pour la Nissan GT-R, mais sans hausse de prix

Du nouveau pour la Nissan GT-R, mais sans hausse de prix

Du nouveau pour la Nissan GT-R, mais sans hausse de prix

Après un aperçu des nouveautés en fin d’année dernière, Nissan France détaille les évolutions pour 2015 de sa GT-R qui en profite pour conserver le même prix de base depuis 2013 et gagner une nouvelle finition « Track Edition ».

Evolution continue de la supercar japonaise

Depuis son apparition en 2007, le constructeur ne cesse de peaufiner son bolide en l’améliorant chaque année par petites touches (Nissan parle de l’esprit japonais « kaizen » pour « évolution permanente »). Le millésime 2015 ne change pas d’apparence. Néanmoins, quelques modifications invisibles devraient améliorer l’expérience derrière son volant.

Nissan GT-R 2015 3-4 avant

Le coupé proposant toujours 550 ch de son V6 3,8 l biturbo a donc le droit à une suspension modifiée permettant d’obtenir une maniabilité, précision et tenue de route en hausse. En outre, les freins ont été également revus dans le but d’augmenter le ressenti et diminuer les bruits. De nouveaux silent-blocs viennent amoindrir les vibrations dans la direction. L’habitacle est maintenant mieux insonorisé. La version la plus puissante représentée par la Nismo de 600 ch demeure inchangée.

Nissan GT-R 2015 avant Nissan GT-R 2015 3-4 arriere

Du côté des tarifs, la Premium Edition débute à 94 200 € pour la troisième année consécutive (pour rappel, le prix de lancement en 2009 était de 82 550 € avec 485 ch). La Black Edition se paie 95 300 €, la Gentleman Edition 98 200 € et la Track Edition 108 800 €. Cette dernière possède la structure, les trains roulants, les roues et les freins de la Nismo, mais en conservant les 550 ch et le design de la Black Edition. A noter qu’elle reçoit aussi un spoiler avant avec prises d’air, des suspensions revisitées, une carrosserie rigidifiée et des jantes Rays en aluminium forgé équipées de pneus spéciaux Dunlop SP Sport Maxx GT DSST.

Nissan GT-R 2015 BVA6

Au chapitre des options, on relève l’arrivée des jantes Spec V allégées Rays sur la Black Edition (+ 2 000 €), l’Aileron Carbone sur la Black Edition et Track Edition (+ 5 500 €) et le Pack Carbone comprenant l’aileron carbone et une malle carbone peinte ton caisse à l’extérieur (+ 7 500 €) disponible sur les même niveaux de finition. Les acheteurs d’une Nismo peuvent toujours installer un échappement titane (+ 8 300 €) pour mieux entendre chanter leur GT-R.

La future Nissan Leaf imaginée avec des lignes séduisantes

La future Nissan Leaf imaginée avec des lignes séduisantes

Pour une raison inexpliquée, la plupart des voitures électriques sont dotées d’un design à part et pas souvent réussi. La Nissan Leaf fait à mon sens partie de cette catégorie. Et si la génération suivante gagnait en style ?

Une Leaf enfin sexy ?

C’est grâce à l’illustrateur Theophilus Chin que l’on peut avoir sous les yeux un premier aperçu de ce à quoi pourrait ressembler la future génération de la Leaf. Le SUV Murano et la compacte Pulsar ont servi de base à ces images particulièrement réussies et crédibles.

Les optiques en boomerang sont issues du Murano, tandis que les flancs sont hérités de la Pulsar

Les optiques en boomerang sont issues du Murano, tandis que les flancs sont hérités de la Pulsar

D’après les rumeurs, le style sera en tous cas beaucoup plus consensuel que celui que l’on connaît actuellement. De quoi battre les plus de 180 000 unités vendues jusqu’à présent ? Certainement, car lors de sa présentation en 2016, la Leaf II dévoilera tout une série d’améliorations avec notamment plusieurs niveaux de puissance pour ses batteries à l’image de ce que fait Tesla. La plus grosse capacité pourrait dépasser les 200 km d’autonomie contre environ 150 km aujourd’hui.

La partie arrière, qui paraît presque réelle tant l'illustration est soignée, reçoit également des blocs optique en forme de boomerang

La partie arrière, qui paraît presque réelle tant l’illustration est soignée, reçoit également des blocs optique en forme de boomerang

Il faut dire que la Japonaise n’est plus seule sur son marché avec l’arrivée de concurrents tels que les Volkswagen e-Golf et Kia Soul EV pouvant se passer d’une prise électrique un peu plus longtemps avec respectivement une distance de 190 et 200 km avec une seule charge.

A suivre.

Le Nissan Juke-R en glisse sur une piste d’aéroport

Le Nissan Juke-R en glisse sur une piste d’aéroport

Fin juin, Florent vous présentait le Nissan Juke-R (lire : Nissan : le Juke-R est de retour avec 600 ch !). Un engin complètement démentiel qu’il nous tardait de découvrir en action…

Le SUV le plus délirant

Après le Juke-R présenté en 2011 avec 485 ch, voici le Juke-R 2.0 qui emprunte cette fois-ci le V6 3,8 l biturbo de la GT-R de 2015. Cela signifie donc que le SUV a le droit à la dernière évolution du bloc atteignant les 600 ch !

Nissan Juke R 2-0 600 ch 2015

Le Juke-R est encore moins raisonnable qu’une GT-R !

Une puissance délirante pour ce type d’auto. Il a donc fallu trouver un grand espace dégagé pour s’amuser avec le Nissan Juke-R 2.0. Pour cela, rien de mieux qu’une piste d’aéroport ! La vidéo visible ci-dessous permet d’apprécier quelques belles glissades et également la sonorité moteur du bolide !

Il reste maintenant à savoir si la marque japonaise proposera à nouveau son Juke-R à la vente en très peu d’exemplaires comme cela avait été fait pour la génération précédente. Pour rappel, le prix de vente était particulièrement costaud. Ses rares propriétaires ont dû débourser la somme de 500 000 € !…

Pour quelles satisfactions ? Celles de ridiculiser quelques supercars italiennes et de conduire le SUV le plus puissant au monde !

Crédit image : vidéo YouTube

Nissan : le Juke-R est de retour avec 600 ch !

Nissan : le Juke-R est de retour avec 600 ch !

Osé. Voilà un adjectif qui résume bien le Nissan Juke. On pense évidemment au design très original de ce petit crossover, qui est son principal atout (déjà 600.000 ventes en Europe depuis le lancement en 2010). On a aussi en tête la déclinaison Nismo RS avec bloc de 218 ch alors qu’un Captur plafonne à 120 ch… Mais il y a aussi le délirant R.

2.0

Avec lui, Nissan a inventé le concept du crossover-supercar. La recette était simple : prendre le moteur et la plate-forme de la GT-R et l’habiller avec une carrosserie et un habitacle de Juke. Ce fut d’abord un proto… puis il y a eu une production en toute petite série.

Le Juke n'est pas du genre discret à la base. Avec une telle tenue, il l'est encore moins !

Le Juke n’est pas du genre discret à la base. Avec une telle tenue, il l’est encore moins !

A l’occasion des cinq ans de l’auto, Nissan dévoile une version 2.0 du Juke-R. Il ne précise pas pour l’instant si une nouvelle commercialisation est prévue, mais l’engin est apte à prendre la route. Il fera ses premiers tours de roues lors du Festival of Speed de Goodwood, entre les bottes de paille.

Le plein de carbone

Le nouveau Juke-R adopte les nouveaux éléments esthétiques des versions normales, notamment les projecteurs supérieurs en forme de boomerang. Le bouclier avant a été intégralement redessiné, avec des prises d’air nettement plus grandes pour améliorer le refroidissement du moteur. Il est réalisé en fibre de carbone, tout comme l’aileron, les élargisseurs d’ailes, les bas de caisse et le bouclier arrière. Ce dernier intègre un diffuseur et deux sorties d’échappement.

Nissan Juke-r- 2015 - 6 Nissan Juke-r- 2015 - 2 Nissan Juke-r- 2015 - 5

Les jantes sont empruntées à la GT-R millésime 2015. La supercar de la firme asiatique fournit un autre élément très important : son moteur essence. Mais pas celui de n’importe quelle version : celui de la déclinaison Nismo, qui annonce 600 ch ! De quoi faire de ce Juke le SUV le plus puissant du marché, devant les nouveaux Mercedes GLE et GLE Coupé en 63 AMG (585 ch).

Aucun chiffre de performance n’a été donné. D’ailleurs, Nissan est plutôt avare en informations techniques et ne montre pas l’habitacle.

La Nissan 370Z doit se réinventer pour survivre

La Nissan 370Z doit se réinventer pour survivre

La Nissan 370Z, ce coupé sportif commercialisé depuis 2009, arrive à la fin de sa carrière. D’après une interview réalisée lors des 24 Heures du Mans par Autoblog, il semble bien que la suite – qui devrait s’appeler 390Z – ne se passera pas comme on aurait pu l’imaginer…

Un gros coupé dont la formule ne fonctionne plus

En effet, le 370Z est en crise. Si la recette avait fonctionné avec la génération précédente qu’est la 350Z, le modèle actuel ne rencontre pas le même succès. Par conséquent, chez Nissan on est en train d’étudier les suites potentielles… Pour Shiro Nakamura, chef du design de la marque japonaise, il faut une voiture « plus pratique et attrayant[e] pour les jeunes clients ». La Datsun 240Z lancée en 1969 semble toute désignée pour devenir l’inspiratrice de la remplaçante de la 370Z…

La Datsun 240Z de 1969 (appelée Nissan Fairlady Z au Japon)

La Datsun 240Z de 1969 (appelée Nissan Fairlady Z au Japon)

Le but étant de proposer une Z avec un gabarit plus réduit et un poids en baisse pour un prix moins conséquent. Nissan abandonnera-t-il son V6 atmosphérique que l’on connaît actuellement ? C’est une possibilité. Tout comme le fait de retrouver dans le prochain coupé un quatre-cylindres turbo de 1,6 l ou sans doute le 1,8 l qui est en cours de développement. Ce serait d’ailleurs la mécanique qui irait se loger sous le capot des Qashqai Nismo et Pulsar Nismo !

Chez Abcmoteur, on aurait aimé voir en série les concepts IDx Freeflow et Nismo, mais Nissan ne compte pas se positionner sur ce segment, ni sur celui de la Mazda MX-5 ou des Toyota GT86 (lire notre essai) et Subaru BRZ. La traction GTR-LM (lire : Nissan GT-R LM Nismo : Nissan is back) engagée en LM P1 lors des derniers 24 Heures du Mans serait quelque chose d’unique qui pourrait servir de base au successeur de la 370Z. Voilà qui dit…

A suivre, la situation semble encore indécise du côté des Nippons !

La Porsche 911 GT3 a trouvé à qui parler

La Porsche 911 GT3 a trouvé à qui parler

Pour débuter le dernier week-end du mois de mai – déjà ! –, je vous propose une vidéo insolite tournée en Allemagne nous rappelant que l’on trouve toujours quelqu’un pour se faire dépasser, même en étant au volant d’une Porsche 911 991 GT3 de 475 ch !

Une invitée inattendue

La scène débute avec un homme en train de conduire dynamiquement sa Nissan 350Z sur une voie d’entrée d’autoroute. Les pneus gémissent légèrement. Le ton est donné.

La réaction du conducteur est à découvrir dans la vidéo !

La réaction du conducteur est à découvrir dans la vidéo !

Coup de chance, ce monsieur s’insère à côté d’une 911 GT3 ! Il n’aura pas fallu 5 secondes avant que les deux autos accélèrent pleine charge. La bataille n’était pas gagnée d’avance pour la Porsche, car la Japonaise a reçu une préparation visiblement assez poussée ! Pour rappel, elle fut proposée d’origine jusqu’à 313 ch. Toutefois, le plus surprenant reste à venir, puisqu’une petite Volkswagen Golf I s’approche rapidement…

La vidéo sur l’Autobahn

Pour découvrir la suite, je vous invite à regarder la courte vidéo située ci-dessous. Il faut avouer que la scène est particulièrement cocasse !

La seule information dont on dispose sur la Golf qui dépose les deux sportives, c’est qu’elle est en transmission intégrale. Je serais curieux de connaître quel moteur a été logé sous le capot !

Crédit image : vidéo YouTube « A 350Z Procharger challenges a Porsche 991 GT3 … and then this happens! »

Laquelle de ces supercars passera devant la Kawasaki H2R ?

Laquelle de ces supercars passera devant la Kawasaki H2R ?

Une moto de 200 ch pour un poids de 200 kg profite déjà de performances exceptionnelles. En présentant la Ninja H2R, Kawasaki ridicule la concurrence, même les machines roulant en MotoGP ne disposent pas d’autant de puissance ! Voilà donc une bonne occasion de comparer cet engin sur deux roues aux références des voitures sportives actuelles.

La puissance ne fait pas tout

Au menu de ce drag race, nous avons une Bugatti Veyron tunée à 1 200 ch, une McLaren MP4-12C de 625 ch et une Nissan GT-R tunée à… 1 350 ch ! Comme vous l’avez vu lors de cet affrontement entre la Ferrari LaFerrai et la Koenigsegg Agera disposant d’un nombre de chevaux similaire, le démarrage et le résultat en bout de ligne droite sont bien différents. Qu’en sera-t-il avec cette moto et ces trois supercars ?

drag race Kawasaki H2R vs Bugatti Veyron

Trois duels pour la Ninja H2R

En regardant les fiches techniques, c’est bien la H2R qui a l’avantage avec un ratio de 1,50 ch/kg en affichant 326 ch et 216 kg. Cependant, vous allez voir que l’une de ces trois autos va quand même réussir à passer devant cette Japonaise compressée !…

Crédit image : capture vidéo YouTube « Kawasaki H2R vs Bugatti Veyron Supercar – 1/2 Mile Airstrip Race 2 »

La Nissan Pulsar à 190 ch : une 1ère étape ?

La Nissan Pulsar à 190 ch : une 1ère étape ?

Dévoilée il y a près d’un an, la Nissan Pulsar ne disposait pas jusqu’à présent pas de gros moteur. Sa version GT apporte un nouveau bloc carburant au sans plomb proche des 200 ch.

« Nissan monte le niveau d’un cran »

Avant cette annonce, la compacte nippone devait se contenter de deux moteurs relativement modestes : un diesel 1,5 l dCi de 110 ch et un essence 1,2 l DiG-T de 115 ch. Avec la Pulsar GT, Nissan pousse le curseur à 190 ch. Le quatre-cylindres 1,6 l DiG-T offre aussi plus de couple avec 240 Nm de 1 600 à 5 200 tr/min, contre 190 Nm pour le 1,2 l. Il se pourrait que ce ne soit qu’un premier palier avant l’arrivée d’une tonitruante Pulsar Nismo comme le laisserait entendre le concept du même nom ? Rien n’est moins sûr, mais le constructeur indique tout même dans son communiqué « monte[r] le niveau d’un cran », ce qui peut laisser penser que…

Les optiques avant sont légèrement assombries sur la GT

Les optiques avant sont légèrement assombries sur la GT

vue 3-4 profil Nissan Pulsar GT

Les jantes 18 pouces (17 pouces en option gratuite) sont spécifiques

Les jantes 18 pouces (17 pouces en option gratuite) sont spécifiques

La sortie d'échappement devient visible et chromée sur la GT

La sortie d’échappement devient visible et chromée sur la GT

interieur Nissan Pulsar GT

Inserts simili carbone, volant à trois branches, surpiqûres blanches... sont au programme pour l'habitacle

Inserts simili carbone, volant à trois branches, surpiqûres blanches… sont au programme pour l’habitacle

siege Nissan Pulsar GT

Pour le reste, ce moteur demande 7,7 s au 0 à 100 km/h en étant associé à la boîte manuelle à 6 rapports. Une boîte automatique XTRonic est proposée dans le catalogue des options. La consommation moyenne théorique en carburant s’établit à 5,9 l/100 km, soit 138 g de CO2/km (250 € de malus écologique). Sa concurrente qu’est la Peugeot 308 GT 1,6 l THP 205 ch (voir notre essai) se contente de 5,6 l malgré une puissance supérieure de 15 ch.

dynamique avant Nissan Pulsar GT dynamique 3-4 arriere Nissan Pulsar GT dynamique profil Nissan Pulsar GT

Un clin d’œil supplémentaire pour annoncer l'arrivée de la Pulsar Nismo ?

Un clin d’œil supplémentaire pour annoncer l’arrivée de la Pulsar Nismo ?

La Nissan Pulsar GT est à retrouver début avril en concession au prix de 25 640 €.

La Nissan GT-R LM Nismo prend du retard

La Nissan GT-R LM Nismo prend du retard

Il y a un mois, Nissan présentait sa GT-R LM Nismo qui est une barquette pour l’endurance. Celle-ci est atypique parce qu’elle est une traction ! Avec son moteur 3,0 l V6 biturbo positionné à l’avant, la Japonaise défie l’architecture traditionnelle en course : des roues motrices et un moteur à l’arrière.

La Nissan GT-R LM Nismo à Genève

Il en découle ainsi une allure originale, puisque les pneus avant sont plus larges que ceux situés à l’arrière. Pourtant, au salon de Genève, la bête a attiré les regards. Les critiques concernant son style étaient plutôt bonnes. Seule la face avant aurait peut-être mérité un dessin moins banal. On nous répondra probablement que la forme stylisée des optiques à led pallie à cela !

vue 3-4 avant Nissan GT-R LM Nismo Geneve 2015 vue 3-4 profil Nissan GT-R LM Nismo Geneve 2015

Encore quelques ajustements nécessaires

Malheureusement, la GT-R LM Nismo ne va pas apparaître immédiatement dans le championnat d’endurance WEC comme cela était prévu. Nissan a indiqué que la voiture fera son apparition pour les 24 Heures du Mans, au mois de juin prochain, alors qu’elle devait courir avant à Silverstone et Spa-Francorchamps. La cause est une défaillance de l’arceau de sécurité qui a fait échouer la LM P1 de 1 000 ch et 880 kg au crash-test d’homologation.

carrosserie Nissan GT-R LM Nismo Geneve 2015 profil Nissan GT-R LM Nismo Geneve 2015

Nissan Sway : la remplaçante de la Micra sera sexy !

Nissan Sway : la remplaçante de la Micra sera sexy !

La dernière Micra est une voiture mondiale. Et souvent, avec ce genre de véhicule, le style est banal. Résultat, avec sa ligne trop sage, bien qu’un peu améliorée par un restylage il y a un an et demi, l’auto ne fait pas d’étincelles chez les citadines en Europe… surtout qu’elle doit cohabiter avec le très original Juke ! Nissan en est conscient et va corriger cela.

Voilà une petite bien lookée ! Pourvu que la version de série soit fidèle à ce concept.

Voilà une petite bien lookée ! Pourvu que la version de série soit fidèle à ce concept.

Le japonais a dévoilé à Genève le concept Sway, qui donne un avant-goût d’une future petite qui sera dédiée au marché européen, reconnu comme l’un des plus exigeant du monde. Le prototype est prometteur, en espérant que la voiture de série en soit le plus proche possible. L’allure de la version de production sera tout de même moins dynamique. Si la longueur du concept est « réaliste » (4,01 mètres), la hauteur l’est moins. 1,38 mètre, ce n’est pas assez pour une citadine qui, même si elle soignera son look, devra être la plus spacieuse possible pour attirer une clientèle avec des enfants.

Nissan Sway Salon Genève 2015 - 5 Nissan Sway Salon Genève 2015 - 11 Nissan Sway Salon Genève 2015 - 7

La Sway a un air de déjà-vu. Normal, elle reprend les nouveaux codes du design Nissan, inaugurés en série par le Murano troisième génération (qui ne devrait pas être commercialisé chez nous). On trouve ainsi une grande calandre en V en position basse, une pointe de carrosserie au niveau de la custode, une troisième vitre latérale reliée à la lunette avec pour effet un toit flottant, et des optiques en boomerang. La Sway adopte un capot plongeant et des optiques étirées, qui remontent dans les ailes.

Ce concept est recouvert d’une peinture Gris Aurore Bleuté. Plusieurs éléments sont peints en orange, comme les montants de pare-brise et le cadre du toit en verre. Evidemment, le modèle de série sera assagi (avec des jantes plus petites et sans les sorties d’échappement bien visibles) mais il pourrait conserver ces touches de couleur contrastée, suivant la mode de la personnalisation.

Nissan Sway Salon Genève 2015 - 2 Nissan Sway Salon Genève 2015 - 1 Nissan Sway Salon Genève 2015 - 6

La Sway est une cinq portes. Les accès à l’arrière ont une ouverture antagoniste. Le montant central a été supprimé. La planche de bord est très conceptuelle mais les grandes lignes devraient être reprises par le modèle de série. La volonté de Nissan était de faire simple : la fonction prédomine et rien n’est utilisé à titre purement décoratif.

Le conducteur a face à lui une instrumentation avec deux cadrans et un joli volant aux branches en aluminium. Une grande partie des commandes est regroupée sur l’écran central, en forme de tablette. Le bleu domine dans l’habitacle, avec des touches orange et ivoire. Nissan n’évoque à aucun moment la mécanique de ce prototype.

Nissan Sway - 12

interieur Nissan-Sway Concept

sieges Nissan-Sway Concept

Il n’y a plus qu’à attendre le modèle de production, qui devrait sûrement être dévoilé en 2016. En espérant que le résultat final soit aussi séduisant que ce concept. Si tel est le cas, la Micra sera très vite oubliée !

La Nissan 370Z Roadster à la sauce Nismo !

La Nissan 370Z Roadster à la sauce Nismo !

Personne ne l’attendait, et pourtant les visiteurs du salon de Chicago ont pu approcher le concept-car Nissan 370Z Nismo Roadster !

Premier cabriolet pour Nismo !

Tout comme sur coupé, Nissan applique un traitement plus sportif à son auto. Cela se caractérise par des boucliers plus agressifs, des jupes latérales, des optiques teintées, des touches de rouge ou encore des jantes 19 pouces en aluminium forgé et une grosse double sortie d’échappement séparée logée dans le diffuseur en carbone… Autant le dire, la 370Z Nismo Roadster ne passe pas inaperçue !

Nissan 370Z Nismo Roadster Concept vue 3-4 arriere Nissan 370Z Nismo Roadster Concept vue profil Nissan 370Z Nismo Roadster Concept avant Nissan 370Z Nismo Roadster Concept arriere Nissan 370Z Nismo Roadster Concept

Une fois la capote en toile avec mécanisme électrique repliée, on peut découvrir un habitacle majoritairement noir. Néanmoins, les baquets Recaro biton permettent égayer la présentation intérieure. Le repère de point milieu sur le volant, le pédalier alu et les manomètres au-dessus de la console centrale donnent le ton…

habitacle Nissan 370Z Nismo Roadster Concept interieur Nissan 370Z Nismo Roadster Concept baquet recaro Nissan 370Z Nismo Roadster Concept

Bientôt en série ?

Les regards les plus attentifs n’auront pas loupé le levier de vitesse indiquant la présence de la boîte automatique à 7 rapports avec palettes au volant. En solo ou en duo, il sera possible d’apprécier décapoté les vocalises du V6 3,7 l atmosphérique développant 350 ch et 373 Nm de couple.

370Z Nismo Roadster Concept capote toile Nissan 370Z Nismo Roadster Concept optique Nissan 370Z Nismo Roadster Concept poupe Nissan 370Z Nismo Roadster Concept jante 19 alu forge Nissan 370Z Nismo Roadster Concept

A l’heure actuelle rien ne permet d’assurer que la 370Z Nismo Roadster rejoindra la gamme Nismo déjà constituée par la GT-R, la 370Z Coupé et le Juke. Le constructeur japonais voulant sans doute tester la réaction du public face à son show-car avant de se décider pour de bon pour une éventuelle commercialisation.

A suivre…

Quand le Nissan Juke s’équipe de… chenilles !

Quand le Nissan Juke s’équipe de… chenilles !

Vous vous souvenez peut-être du Ford F150 RaptorTRAX de Ken Block ? Nissan semble avoir opté pour un système similaire pour son Juke Nismo RS !

Rien ne l’arrête !

Le constructeur n’a pas livré beaucoup d’informations sur son SUV urbain transformé en monstre haut sur pattes. On sait tout juste que la base est un Juke Nismo RS restylé en quatre roues motrices et qu’il en a coûté 9 000 $ pour cette préparation non homologuée pour la route.

Nissan-Juke-Nismo-RSnow roulage Nissan-Juke-Nismo-RSnow arriere Nissan-Juke-Nismo-RSnow vue profil Nissan-Juke-Nismo-RSnow

Les chenilles sont des Dominator Track System développées par American Track Truck. Elles pèsent 370 kg et permettent d’atteindre jusqu’à 100 km/h sur les belles étendues enneigées de la Laponie, en Finlande. Bien entendu, les passages de roue ont été élargis pour faire passer les nouvelles « roues », tandis que la transmission intégrale a été reprogrammée. La boîte automatique CVT d’origine est toujours en place pour digérer les 214 ch et 250 Nm de couple du 1,6 l turbo caché sous le capot.

Le Nissan Juke Nismo RSnow en vidéo

Nouveau Nissan Juke Nismo RS : par ici les prix !

Nouveau Nissan Juke Nismo RS : par ici les prix !

Présenté en mars dernier, le Nissan Juke Nismo RS restylé n’avait pas encore communiqué ses performances, ainsi que ses tarifs que voici.

Puissance gonflée

Doté d’un style revu avec de nouvelles optiques, boucliers, calandre, jantes 18 pouces, … le Juke Nismo RS 2015 gagne également 18 ch supplémentaires de son 1,6 l DiG-T turbo essence, soit 218 ch (à 6 000 tr/min) au total en traction avant et boîte mécanique à 6 rapports. Cette dernière dont les rapports ont été raccourcis se voit couplée à un embrayage renforcé en plus d’un différentiel à glissement limité mécanique sur les roues avant, gage d’une meilleure motricité face aux 280 Nm de couple disponibles dès 3 600 tr/min. A noter que la version en transmission intégrale « All-Mode » se contente de 214 ch et 250 Nm. La boîte est automatique et possède 8 rapports qui peuvent être passés grâce aux palettes au volant de série.

vue 3-4 avant Nissan Juke Nismo RS 2015 arriere Nissan Juke Nismo RS 2015

Nissan a également profité de cette mise à jour pour améliorer son SUV sportif. La rigidité est accrue de 4 %… – est-ce que cela sera perceptible ? –, la direction a été retouchée pour un meilleur retour d’information pour le conducteur, la suspension a été changée et les disques de frein avant passent à 320 mm.

vue profil Nissan Juke Nismo RS 2015

La motorisation de 218 ch abat le 0 à 100 km/h en 7 s tout juste, soit 0,8 s de mieux ! En 214 ch, le score tombe à 8 s, soit un gain de 0,2 s. Les consommations respectives s’élèvent à 7,2 l (165 g de CO2/km) et 7,4 l (169 g de CO2/km) aux 100 km.

Prix en hausse

A l’intérieur, l’ambiance est sportive. Les sièges baquets Nismo (ou Recaro en option pour 1 200 €) et les différents habillages y contribuent. Le Pack Techno (option à 1 500 €) permet de recevoir des phares au xénon, les équipements de sécurité du Nissan Safety Shield (alerte de franchissement de file, surveillance des angles morts et détection des objets en mouvements) et le Nissan AVM donnant le droit à une vision caméra à 360 degrés.

interieur Nissan Juke Nismo RS 2015

La vitesse max est de 220 km/h en 4x2 et de 200 km/h en 4x4

La vitesse max est de 220 km/h en 4×2 et de 200 km/h en 4×4

habitacle Nissan Juke Nismo RS 2015

Disponible en trois couleurs (noir Métallisé, gris Perle et blanc Lunaire), le nouveau Nissan Juke Nismo RS commence à être livré aux clients. Le prix en 4×2 est fixé à 27 450 € (26 490 € auparavant) et à 30 750 € en 4×4 (29 790 € avant le restylage).

Nissan GT-R LM Nismo : Nissan is back

Nissan GT-R LM Nismo : Nissan is back

Alors que Nissan brille depuis quelques années sur la boucle nord du Nurbürgring avec sa GT-R, la marque nippone était bien tentée de revenir en force aux 24 Heures du Mans ! Aussi, après les participations des véhicules expérimentaux Deltawing et ZEOD RC, Nissan revient cette année dans la catégorie reine LM P1, après 16 ans d’absence de la mythique épreuve du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA.

Une GT-R LM révolutionnaire pour préparer la future GT-R

Et Nissan n’est pas à une innovation près ! Elle dévoile alors une spectaculaire GT-R LM Nismo à moteur et traction avant ! Une première dans le monde de l’endurance. La marque, qui fournit des moteurs en LM P2 et LM P3 et développe un prototype innovant au sein du programme « Garage 56 » de l’ACO, entend montrer avec cette voiture de compétition quelques caractéristiques de sa future GT-R.

Nissan-GT-R-LM avant Nissan-GT-R-LM profil Nissan-GT-R-LM vue dessus Nissan-GT-R-LM

Le proto LM P1 embarque alors un nouveau 3.0 V6 bi-turbo à injection directe très efficient, répondant à la nouvelle règle de limitation du débit d’essence de l’épreuve des 24 Heures. Dans le but d’une configuration hybride, ce moteur est couplé à un sophistiqué système ERS de récupération d’énergie cinétique au freinage, énergie qui sera stockée au sein de l’arbre de transmission et redistribuée très vite aux roues arrière. La puissance cumulée serait de plus de 1 000 ch pour s’aligner sur sa concurrente Toyota pour un objectif d’atteindre le poids minimum autorisé de 880 kg : démoniaque !

Nissan-GT-R-LM-2 circuit Nismo Nissan-GT-R-LM team Nismo Nissan-GT-R-LM volant Nissan-GT-R-LM

Nissan continue d’étonner avec son architecture se distinguant de ses rivales LM P1 par des pneus avant plus étroits qu’à l’arrière (14 pouces à l’avant, 9 à l’arrière) pour déplacer l’aéro et la répartition des masses vers l’avant afin d’assurer plus de traction aux roues avant motrices ainsi qu’à un poste de pilotage considérablement reculé.

action Nismo Nissan-GT-R-LM Nismo Nissan-GT-R-LM-4 Nismo Nissan-GT-R-LM-3

Le constructeur a d’autant plus choisi de se réinvestir dans ce milieu, car il permet de servir de laboratoire de développement de futures technologies pour la série. De plus, ce nouveau V6 double turbo pourrait se retrouver sur une future GT-R, tandis que Nissan étudie l’application de la récupération d’énergie cinétique pour ses futurs modèles de grande production… Souhaitons à Nissan une belle réussite au Mans cette année !

La Nissan GT-R LM en vidéos

Abcmoteur vous fait découvrir l’exposition Concept Cars

Abcmoteur vous fait découvrir l’exposition Concept Cars

Chaque année a lieu à Paris l’exposition « Concept Cars et design automobile » durant le Festival Automobile International. Cette édition 2015 (du 28 janvier au 1er février) mettait encore une fois à l’honneur les plus belles créations du design automobile. Ces voitures d’exception sont installées sur une grande surface de 3 000 m2 située au sein de l’Hôtel National des Invalides (7ème arrondissement).

Concept Cars Festival Automobile International 2015

L’exposition Concept Cars ou la Fashion Week de l’Automobile

Lors de ces cinq jours, les visiteurs peuvent admirer une très sympathique sélection d’autos, avec en prime cette année une première mondiale : la Renault Alpine Vision Gran Turismo réservée au jeu vidéo éponyme dont un teasing avait été lâché vendredi 23 janvier. Une preuve que ce mini-salon prend une certaine ampleur…

vue 3-4 avant Renault Alpine Vision Gran Turismo profil Renault Alpine Vision Gran Turismo vue 3-4 arriere Renault Alpine Vision Gran Turismo

Abcmoteur vous emmène faire un petit tour de ces œuvres d’art qu’il était possible de contempler…

vue 3-4 avant Renault RS 01

arriere Renault RS 01

vue 3-4 arriere Renault Eolab

arriere Renault Eolab

arriere Peugeot Quartz

arriere Divine DS

Ferrari F12 TRS

Ferrari F12 TRS

vue 3-4 arriere Ferrari F12 TRS

arriere Ferrari F12 TRS

Giugiaro Structura

La Giugiaro Structura (présentée à Genève en 1999) et son W12 Volkswagen de 420 ch !

interieur Giugiaro Structura

arriere Giugiaro Structura

BMW M1 Hommage

BMW M1 Hommage

profil BMW M1 Hommage

arriere BMW M1 Hommage

Porsche Panamericana

Porsche Panamericana (1989). Voilà une drôle de 911 croisée entre un cabriolet, un 4×4…

profil Porsche Panamericana

arriere Porsche Panamericana

pneu Porsche Panamericana

Mercedes AMG GT S

vue 3-4 arriere Mercedes AMG GT S

Volkswagen XL1

La Volkswagen XL1 produite à seulement 250 exemplaires

interieur Volkswagen XL1

BMW Vision ConnectedDrive

BMW Vision ConnectedDrive

profil BMW Vision ConnectedDrive

jante BMW Vision ConnectedDrive

arriere BMW Vision ConnectedDrive

toit verre Porsche 911 Targa GTS

arriere Porsche 911 Targa GTS

jante Porsche 911 Targa GTS

Jaguar XE S

La Jaguar XE qui a été élue voiture la plus belle de l’année

profil Jaguar XE S

vue 3-4 arriere Jaguar XE S

profil Jaguar F-Type Project 7

arriere Jaguar F-Type Project 7

vue 3-4 arriere Skoda Vision C

Aston Martin DP-100

L’Aston Martin DP-100 pour le jeu Gran Turismo

profil Aston Martin DP-100

arriere Aston Martin DP-100

Nissan IDx Freeflow

La Nissan IDx Freeflow qui sera finalement malheureusement pas commercialisée…

Et également quelques anciennes…

Iso Grifo A3C Stradale

Iso Grifo A3C Stradale

Lancia Belna Eclipse

Lancia Belna Eclipse

Tour d’horizon du Salon de Bruxelles 2015

Tour d’horizon du Salon de Bruxelles 2015

Alors que le Salon de Bruxelles – qui a fermé ses portes dimanche dernier – était surtout l’occasion de découvrir le nouvel Audi Q7 en première européenne, ce n’était bien évidemment pas la seule attraction de cet événement ! Malgré sa petite taille, ce salon regroupe un bon nombre de constructeurs, en y présentant tout de même quelques premières européennes et même mondiales. Citons par exemple dans le premier cas, la Mini Cooper S John Cooper Works qui va titiller l’Audi S1 avec ses 231 ch (voir notre essai), les méchants BMW X5 M et X6 M, la Mercedes CLA Shooting Brake, l’Audi Q3 restylé, la Jaguar F-Type AWD ou encore la Mazda 2. En première mondiale, nous pouvions retrouver la toute récente Seat Léon ST Cupra, la Hyundai i30 Turbo, ou encore les Audi A1 et Citroën C4 restylées. Nous avons pu apercevoir certaines d’entre elles lors de notre rapide tour d’horizon, malheureusement pas toutes…

avant BMW X6 M vue 3-4 avant BMW X6 M aile arriere BMW X6 M vue profil Mercedes CLA Shooting Brake poupe Mercedes CLA Shooting Brake avant Mercedes CLA 45 Shooting Brake arriere Mercedes CLA A 45 Shooting Brake avant Jaguar F-Type

Par ailleurs, nous avons pu retrouver plusieurs nouveautés dévoilées en octobre au Mondial de l’Automobile de Paris, avec notamment la Jaguar XE, les Peugeot 208 GTi 30th (voir notre essai) et 308 GT (voir notre essai), le Renault Espace V, la Fiat 500X, etc…

avant Jaguar XE S Fiat 500X

Néanmoins, le Salon de Bruxelles n’aurait pas la même saveur s’il n’avait pas ces petits traits caractéristiques étonnants. Salon des « Utilitaires Légers, Véhicules de Loisirs et Motos », motards comme artisans pourront trouver leur bonheur, chose rare sur un salon automobile. De quoi même trouver une… ambulance sur le stand Renault ! Mercedes n’hésite pas alors à montrer des Vito en peinture flashy bleu mat, quand Volkswagen, Peugeot-Citroën et Ford consacrent une belle partie de leurs stands à ces utilitaires légers.

Triumph Speed Triple Renault Master Renault Trafic ambulance

Autre belle surprise, nous avons pu nous rendre à l’exposition temporaire Dream Cars regroupant plus de 40 voitures d’exception ! Et cela, s’il vous plait, sans oublier les plus récentes ! Nous pouvions alors retrouver les toutes dernières Lotus Exige LF1, McLaren 650S MSO (McLaren Special Operations), Mercedes-Maybach Classe S, Mercedes-AMG GT S, Nissan GT-R Nismo, Noble M600 Convertible en première mondiale – qui présente de faux airs de Porsche 911 Targa et de Lotus Exige S… Une petite note exclusive était à noter du côté de Ferrari avec la F12 Berlinetta « Tour de France 64 », spéciale commande au service de personnalisation de la marque « Ferrari Tailor Made » du concessionnaire bruxellois Francorchamps Motors Brussels en hommage à la victoire du Tour de France d’une 250 GTO de même configuration en 1964. Audi et Porsche virent leurs gammes très bien représentées par une RS7 Sportback, une R8 LMX (dotée de feux laser pour rappel), ainsi que la R18 e-tron du Mans, quand Porsche proposait une 911 GT3, une 911 Targa, un Cayman GTS, un Macan Diesel ainsi qu’une 918 Spyder, tout de même. De quoi être stupéfait de la voir ici, sans pudeur, alors qu’elle était bien cachée, pour quelques privilégiés, au Mondial…

avant Lotus Exige LF1 vue 3-4 avant Lotus Exige LF1 vue 3-4 arriere Lotus Exige LF1 arriere Lotus Exige LF1 McLaren 650S MSO optique McLaren 650S MSO arriere McLaren 650S MSO jante McLaren 650S MSO interieur McLaren 650S MSO vue 3-4 arriere Mercedes-Maybach Classe S avant Mercesdes-AMG GT S optique Mercesdes-AMG GT S Mercesdes-AMG GT S interieur Mercesdes-AMG GT S vue 3-4 arriere Mercesdes-AMG GT S arriere Mercesdes-AMG GT S Nissan GT-R Nismo aile avant Nissan GT-R Nismo aile arriere Nissan GT-R Nismo vue 3-4 arriere Nissan GT-R Nismo arriere Nissan GT-R Nismo feu arriere Nissan GT-R Nismo vue 3-4 avant Noble M600 Convertible arriere Noble M600 Convertible Ferrari F12 Berlinetta Tour de France 64 vue 3-4 arriere F12 Berlinetta Tour de France 64 interieur Ferrari F12 Berlinetta Tour de France 64 Audi R18 e-tron Mans avant Porsche 911 GT3 jante Porsche 911 GT3 arriere Porsche 911 GT3 aileron Porsche 911 GT3 avant Porsche Cayman GTS arriere Porsche Cayman GTS

Voici donc un petit échantillon de toutes ces petites merveilles réunies dans cette exposition !

Enfin, pour les plus aventuriers, un complexe de franchissement 4×4 était installé aux abords du Salon quand les motards pouvaient aussi profiter d’animations dédiées.

devers Jeep Grand Cherokee

Au final, et à l’heure où certains salons sont contraints d’annuler des éditions, nous ne pouvons que nous réjouir de voir exister des petits salons comme celui-ci, sachant que sa fréquentation était en hausse de 12,76 % par rapport à la dernière édition de 2013, avec 434 465 visiteurs ! Donc non, clamons-le haut et fort, et dans la continuité des bons résultats du Mondial de l’Automobile, la passion automobile est toujours bien présente !

salon Bruxelles 2015

Nouvelle Nissan GT-R millésime 2015

Nouvelle Nissan GT-R millésime 2015

Apparue en 2007, la Nissan GT-R a été continuellement améliorée. Chaque année quelques retouches sont apportées. Pour 2015, la supercar sera une nouvelle fois mise à jour. Voici les nouveautés.

La dernière mise à jour avant son remplacement ?

Commençons par l’esthétique qui reste inchangée à l’exception des jantes pour lesquelles un nouveau modèle à double branches apparaît en option.

profil Nissan GT-R 2015

jante Nissan GT-R 2015

feux arriere Nissan GT-R 2015

Le confort est le point qui a été visé en particulier par les équipes de la marque nippone (voir vidéo en fin d’article). Pour l’améliorer, elles ont revu l’amortissement qui demande désormais moins de corrections sur une chaussée dégradée. A cela s’ajoute une nouvelle structure pour la monte pneumatique d’origine augmentant la stabilité. Aussi, l’isolation acoustique du tapis de coffre devient plus efficace. Le constructeur affirme garder le même niveau de performance.

roulage Nissan GT-R 2015

vue arriere Nissan GT-R 2015

De petites corrections donc, qui s’appliquent également au freinage, à la transmission, ainsi qu’à la direction. Le but étant d’amplifier le ressenti avec la pédale de frein. Pour les deux autres éléments, les vibrations et le bruit ont été diminués. Ce sera sans doute la dernière évolution pour « Godzilla » avant de voir apparaître sa remplaçante en 2016 ?

Une nouvelle finition intermédiaire

Petit bonus pour le coupé à transmission intégrale avec boîte séquentielle à 6 rapports et développant toujours 550 ch et 632 Nm de couple à partir de son V6 3,8 l biturbo. En effet, une nouvelle finition est introduite. Celle-ci vient s’intercaler entre la version standard et la plus radicale baptisée Nismo qui culmine à 600 ch.

compartiment moteur Nissan GT-R 2015

Appelée « Track Edition engineered by Nismo » (79 700 € au Japon), cette finition inédite bénéficie du savoir-faire du préparateur de Nissan. Il s’agit d’une suspension, de renforts pour la caisse et le châssis, d’amortisseurs spécifiques, d’ailes avant élargies, de jantes et pneus, … spécifiques.

nouvelle GTR 2015

nouvelle Nissan GT-R 2015

Une série limitée « 45th Anniversary » en référence aux 45 ans de la première Nissan Skyline GT-R sera proposée à la vente dans la limite de… 45 unités. Une teinte métallique et une finition intérieure inédites lui seront réservées.

Nissan GT-R 45th 2015

La commercialisation sur le sol français de la Nissan GT-R 2015 se fera probablement au printemps prochain.

La nouvelle GT-R 2015 en vidéo

Quand la Nissan Pulsar passe entre les mains de Nismo !

Quand la Nissan Pulsar passe entre les mains de Nismo !

Personne ne s’y attendait et pourtant Nissan l’a fait ! Sur le stand du nippon trônait une Pulsar Nismo ! Petit tour des nouveautés chez le constructeur japonais…

Nissan Pulsar Nismo Concept

Arrivée récemment dans la gamme Nissan, la Pulsar n’a à priori pas l’ambition de bouleverser la catégorie des compactes qu’elle réinvestit… Mais souvenez-vous, Nissan a osé implanter le moteur de la GT-R dans le normalement sage crossover Juke… Comme quoi, tout est possible !

Nissan Pulsar Nismo Concept Mondial Auto 2014

Depuis, Nissan virilise ses modèles sportifs (370 Z puis GT-R tout récemment) par des déclinaisons Nismo. Néanmoins, le constructeur nippon veut aller plus loin et nous présente un concept Pulsar Nismo au look époustouflant !

avant Nissan Pulsar Nismo Concept Mondial Auto 2014

Ainsi, le bouclier avant est copieusement musclé avec d’imposantes prises d’air, rehaussées de fibre de carbone, des feux diurnes et deux lames rouges en partie inférieure. Le profil accueille, lui, des jupes latérales plus imposantes soulignées de rouge et des jantes de 19 pouces. A l’arrière, la Pulsar Nismo Concept présente là encore un bouclier surgonflé et une double sortie d’échappement centrale encadrée de rouge.

profil Nissan Pulsar Nismo Concept Mondial Auto 2014

Nous remarquerons surtout dans l’habitacle les baquets Recaro de couleur rouge et noir, ainsi qu’un volant repris à la 370 Z.

vue 3-4 ar Nissan Pulsar Nismo Concept Mondial Auto 2014

Peu d’informations techniques sont connues. Tout juste pouvons nous imaginer un châssis surbaissé et une suspension raffermie accompagnant vraisemblablement un moteur 1.8 turbo essence de plus de 250 ch.

Nissan a « pris la température » au Mondial, toutefois nous ne pouvons que souhaiter la commercialisation de cette boule de nerfs ! De quoi inquiéter les Mégane R.S., Léon Cupra et autres futures Civic Type R et 308 R.

Nissan IDx Freeflow et Nismo

Apparus pour la première fois au salon de Tokyo 2013, ces deux petits coupés ont immédiatement conquis leur public. La marque japonaise avait alors assuré leur commercialisation pour 2016, mais il semble que finalement rien ne soit tranché.

Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

Par conséquent, Nissan les a exposé au Mondial de Paris histoire de prendre encore un peu pouls et se laisser le temps de réfléchir. Compacts, légers et peu puissants, les IDx Freeflow et Nismo auraient tout d’une petite sportive propulsion accessible. A suivre !…

avant Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

profil Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

habitacle Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

interieur Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

arriere Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

poupe Nissan IDx Freeflow Mondial Auto 2014

Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

avant Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

jante Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

profil Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

arriere Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

poupe Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

interieur Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

habitacle Nissan IDx Nismo Mondial Auto 2014

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre présentation détaillée sur les Nissan IDx Freeflow et Nismo.

> Retrouvez toutes les nouveautés du Mondial 2014 dans cet article.

Spy-shots : la Nissan GT-R avec une nouvelle face avant !

Spy-shots : la Nissan GT-R avec une nouvelle face avant !

Voiture d’ingénieur pour certains, tueuse de supercars pour d’autres, qu’on le veuille ou non la GT-R a fait couler beaucoup d’encre. Mise à jour tous les ans depuis son lancement en 2008, nos photographes espions sont tombés sur un prototype avec l’avant camouflé, préfigurant le cru 2015.

Aérodynamique revue

Le premier changement que l’on remarque sous le camouflage concerne la calandre, qui se scinde désormais en trois parties. La prise d’air est aussi légèrement modifiée et perd sa forme trapézoïdale au profit d’un design rectangulaire. En partie basse, la lame avant semble légèrement plus travaillée que sur la génération actuelle. Les extrémités de la face avant  ont également une forme retravaillée, qui n’est pas sans rappeler la GT-R Nismo.

Nissan GT-R 2015

Nissan GT-R 2016

spy Nissan GTR

Si aucune autre modification n’est visible pour le moment, Nissan pourrait tout de même proposer de nouvelles peintures ou de nouvelles jantes, comme il l’a fait avec les précédentes versions.

Quid de la partie technique ?

Avec l’introduction d’une suspension Bilstein faite sur mesure pour la Nismo, il y a fort à parier que la GT-R 2015 reçoive une mise à jour de ses trains roulants et profite des avancées technologiques du constructeur. Le travail effectué sur la rigidité de la caisse devrait également être repris. Au niveau de la puissance, gageons que Nissan décide d’augmenter légèrement cette dernière pour la situer entre un millésime 2014 (550 chevaux) et une Nismo (600 chevaux).

spyshot Nissan GT-R

future Nissan GT-R

profil proto Nissan GT-R

Nissan GT-R restylee

Ces améliorations pourraient d’ailleurs être les dernières apportées à la GT-R telle qu’on la connaît, si la marque décide d’introduire une hypothétique GT-R R36. Les rumeurs voudraient que la remplaçante de Godzilla (surnom affectif donné à la GT-R par les Japonais) soit animée par un moteur hybride fort de 700 chevaux.

Prix en hausse

L’un des atouts majeur de la GT-R à sa sortie, c’était son prix. En effet, elle était disponible en version de base aux alentours de 76 000 €. Certes elle n’était alors donnée « que » pour 475 chevaux, mais au fil des ans son tarif a gonflé pour atteindre un ticket d’entrée fixé à 94 200 € aujourd’hui.

photo volee Nissan GT-R

photo espion Nissan GT-R

prochaine Nissan GT-R

Avec les modifications, la prochaine devrait encore faire grimper l’addition, se rapprochant dangereusement de la barre des 100 000 €. Plus si bon marché.

Crédit : CarPix pour Abcmoteur

Nouvelles Nissan 370Z & 370Z Nismo : lancement en septembre

Nouvelles Nissan 370Z & 370Z Nismo : lancement en septembre

Lancée depuis peu, la Nissan 370Z Nismo va subir pour la rentrée 2014 en l’Europe (aux les Etats-Unis, la présentation a eu lieu en mai dernier) un restylage concernant la carrosserie, l’habitacle et le châssis. En voici les détails.

nouveau 370Z Nismo phase 2

Un design extérieur encore un peu plus agressif

Il ne sera pas trop difficile de distinguer la proue du 370Z Nismo 2015 de la version précédente. En effet, celle-ci adopte un nouveau bouclier avec des feux leds horizontaux, des ouvertures devant les passages de roue et une lame avant de couleur rouge avec un dessin plus sophistiqué.

vue 3-4 avant 370Z Nismo 2014

profil restyle Nissan 370Z Nismo

On note également, des phares avec le fond de l’optique assombri, des rétroviseurs inédits, ainsi que des jantes alliage 19 pouces forgées Rays à la finition diamantée brunie.

3-4 ar Nissan 370Z Nismo 2015

arriere Nissan 370Z Nismo 2015

Enfin, la poupe n’a pas été oubliée avec une refonte du pare-chocs et du spoiler pour améliorer l’aérodynamisme de l’auto. Aussi, l’aileron devient plus petit, mais il accroît son appui à haute vitesse. Nissan assure que les forces aérodynamiques sont maintenant bien réparties entre l’avant et l’arrière du 370Z Nismo millésime 2015 et que l’appui de son coupé sportif est supérieur à celui de ses concurrents.

Des nouveaux baquets spécialement étudiés pour le 370Z Nismo

Pour profiter à fond de ces améliorations, Recaro a été sollicité pour équiper en sièges baquets la voiture. C’est sur la base de Recaro Sportster que les nouveaux sièges du 370Z Nismo restylé ont été spécialement conçus dans le but de proposer une meilleure position de conduite avec un maintient et un confort qui progressent.

interieur nouvelle Nissan 370Z Nismo 2014

Ces sièges, dont la structure est constituée par une coque, deviennent plus rigides et légers. Ils sont recouverts de cuir noir et d’Alcantara rouge, couleur propre à Nismo.

habitacle bacquets recaro Nissan 370Z Nismo 2015

Même puissance moteur, mais réglages châssis revus

Comme jusqu’à aujourd’hui, la Nissan 370Z Nismo phase 2 conserve son moteur V6 atmosphérique essence d’une cylindrée de 3,7 litres développant 344 chevaux et 371 Nm de couple. Une mécanique de plus en plus rare offrant du couple à bas régime et un 0 à 100 km/h en 5,2 secondes. Sa vitesse maxi est bridée électroniquement à 250 km/h.

moteur v6 344 ch Nissan 370Z Nismo 2015

Ce qui change, ce sont : le tarage des amortisseurs arrière et de nouvelles protections à l’intérieur des passages de roues afin d’obtenir un meilleur confort de suspension et une insonorisation de l’habitacle plus réussie. Le 370Z Nismo est toujours proposé uniquement en coupé et en boîte manuelle avec système de talon-pointe automatique au rétrogradage.

Commercialisation en septembre

Commercialisés à partir de septembre 2014, les 370Z et 370Z Nismo 2015 qui recevront à peu près les mêmes modifications n’ont pas encore divulgué leurs prix. La marque indique que la fiche technique et les tarifs seront diffusés peu avant le lancement du modèle.

Galerie photo

Nissan fête les 15 ans de Gran Turismo avec un concept Vision

Nissan fête les 15 ans de Gran Turismo avec un concept Vision

Pour fêter les 15 ans du jeu vidéo Gran Turismo (déjà !), les designers de Nissan ont créé un modèle virtuel ; le Nissan Concept 2020 Vision Gran Turismo.

Nissan Concept 2020 Vision Gran Turismo

Il s’agit d’une supercar 2+2 créée en collaboration avec la société Polyphony Digital Incorporation (éditeur japonais du jeu Gran Turismo).

vue profil Concept 2020 Vision Gran Turismo

Une voiture très basse, écrasée même, qui laisse deviner de l’avenir des modèles « haute performance » de la marque. Les designers anglais, ce sont eux en effet qui ont eu carte blanche au bureau londonien pour créer le véhicule, en collaboration avec l’équipe d’ingénieurs Nissan basée à Atsugi au Japon, ont élaboré un modèle futuriste, aux lignes tendues et résolument sportif.
Un exercice de style qui laisse présager de ce que pourrait être la nouvelle GT-R ? Ou un simple délire de designers ?

Concept 2020 Vision Gran Turismo

La Nissan Concept 2020 Vision Gran Turismo en vidéo

Le nouveau Nissan Juke restylé lâche son tarif

Le nouveau Nissan Juke restylé lâche son tarif

Au début du mois de mars dernier, nous vous présentions le Nissan Juke restylé, mais il manquait encore quelques informations sur les équipements, moteurs et tarifs notamment. Voici donc les derniers détails.

Du nouveau sous le capot

Au total, le Juke 2014 propose cinq moteurs de 94 à 190 ch dont quatre essence. La nouveauté est un turbo essence DIG-T de 1,2 l et 115 ch pour 190 Nm de couple (19 150 €). Il est associé à une boîte manuelle à 6 rapports et à un stop & start de série. Il vient remplacer (uniquement en boîte manuelle) le vieillissant 1,6 l de 117 ch qui reste vendu avec la boîte à variation continue (CVT) Xtronic.

Nissan-Juke-restyle

Arrivé à mi-carrière, le Nissan Juke voit ses optiques et boucliers retouchés

nouveau Nissan Juke

En diesel, seul le 1,5 l dCi de 110 ch pour 260 Nm de couple (19 550 €) pourra être choisi par les gros rouleurs. Les amateurs de 4×4 devront obligatoirement passer le 1,6 l DIG-T de 190 ch pour 240 Nm (26 150 €), puisqu’il est le seul bloc avec transmission intégrale.

Arrivée du toit ouvrant panoramique

Sur les finitions haut de gamme (Connect Edition et Tekna), la liste des équipements de série est plutôt bien fournie.

interieur nouveau Nissan Juke 2014

En Connect Edition, on a l’allumage automatique des feux et des essuie-glaces, les rétroviseurs rabattables électriquement, les caméras de stationnement à 360°, le système de navigation tactile ou encore le fameux « Safety Shield » cher à Nissan comprenant un ensemble d’équipements de sécurité (détection de franchissement de ligne, angle mort et objets en mouvement).

En Tekna, on ajoute un inédit toit ouvrant panoramique, des projecteurs au xénon, des sièges avant chauffants et le démarrage sans clef.

Pas d’inflation sur les prix

La bonne nouvelle, c’est que suite à ce facelift la marque nippone ne fait pas grimper la note. L’entrée de gamme constituée par le 1,6 l essence de 94 ch en finition Visia débute toujours à 15 990 €. En sus, on bénéficie des feux de jour à LED, de quatre vitres électriques et d’un capteur de pression, mais en revanche pas de climatisation.

Nissan-Juke-2014

vue arriere Nissan-Juke-phase 2

Le 1,2 l DIG-T de 115 ch est même moins cher de 452 € par rapport au 1,6 l de 117 ch qu’il supplante et tout cela sans malus.

La liste complète des moteurs, finitions et tarifs

Type de moteur Moteur Finition Prix Bonus malus
Essence 1,6 l 94 ch Visia 15 990 € 250 €
1,6 l 94 ch Visia Pack 17 350 € 250 €
1,2 l DIG-T 115 ch Acenta 19 150 €
1,2 l DIG-T 115 ch Connect Edition 20 750 €
1,2 l DIG-T 115 ch Tekna 22 650 €
1,6 l 117 ch Xtronic Acenta 20 050 € 500 €
1,6 l 117 ch Xtronic Connect Edition 21 650 € 500 €
1,6 l 117 ch Xtronic Tekna 23 550 € 500 €
1,6 l DIG-T 190 ch Connect Edition 22 850 € 250 €
1,6 l DIG-T 190 ch Tekna 24 750 € 250 €
1,6 l DIG-T 190 ch 4×4 Xtronic Connect Edition 26 150 € 1 600 €
1,6 l DIG-T 190 ch 4×4 Xtronic Tekna 28 050 € 1 600 €
Diesel 1,5 l dCi 110 ch Visia Pack 19 550 €
1,5 l dCi 110 ch Acenta 20 950 €
1,5 l dCi 110 ch Connect Edition 22 550 €
1,5 l dCi 110 ch Tekna 24 450 €

Commercialisée prévue pour l’été 2014.

Nouveau Nissan X-Trail : un seul moteur et tarifs en baisse

Nouveau Nissan X-Trail : un seul moteur et tarifs en baisse

Pour la troisième génération du X-Trail (voir notre présentation détaillée), Nissan a complètement repensé son 4×4 pour le faire ressembler davantage à un SUV. Les lignes sont réussies et si il grossit légèrement en longueur (17 mm) et largeur (30 mm), son poids est en baisse de 90 kg avec 1 500 kg pour le modèle de base.

Un seul moteur pour le lancement !

Petite surprise, puisque le nippon disponible en 5 ou 7 places (+ 800 €) ne proposera qu’un seul moteur lors de sa commercialisation au mois de juillet 2014 ! Il s’agit d’un quatre-cylindres diesel 1,6 l dCi offrant 130 ch et 320 Nm de couple dès 1 750 tr/min. Un bloc bon à tout faire et sobre. A la pompe, il demande 4,9 l/100 km de carburant pour des rejets de CO2 s’élevant à 129 g/km en 4×2. Seules les versions 4×2 avec la boîte auto à variation continue Xtronic (CVT) et 4×4 (uniquement disponible en boîte manuelle à 6 vitesses) sont soumises au malus. Respectivement, elles demandent 150 € (135 g/km) et 250 € (139 g/km).

Avec ce nouvel opus, le X-Trail 2014 donne un sérieux coup de vieux à celui qu'il remplace

Avec ce nouvel opus, le X-Trail 2014 donne un sérieux coup de vieux à celui qu’il remplace

Nissan X Trail 3 profil

Nissan X Trail 2014

nouveau Nissan X Trail

Moins cher que celui qu’il remplace

La bonne nouvelle, c’est que le X-Trail III en profite pour être moins onéreux que son prédécesseur. Ainsi, l’offre débute à 27 700 € avec l’entrée de gamme Visia comprenant déjà le feux de jour à LED, la climatisation, l’aide au démarrage en côte, le témoin de pression des pneus, le régulateur de vitesse, un accoudoir à l’avant et à l’arrière, quatre vitres électriques, le kit main libre Bluetooth ou encore les jantes en alliage de 17 pouces.

phare LED Nissan X Trail

inscription Nissan X Trail

jante 19p Nissan X Trail

feu stop X Trail 2014

Le deuxième niveau de finition, Acenta, ajoute pour 2 200 € de plus la climatisation automatique bi-zone, les antibrouillards, l’allumage auto des feux et essuie-glaces et les radars de stationnement avant et arrière.

Plus d’équipements pour le haut de gamme

Les finitions haut de gamme telles que Connect (à partir de 32 250 €) et Tekna (34 400 €) permettent d’accéder au hayon électrique, à des caméras de stationnement à 360°, au système d’info-divertissement avec écran tactile, l’ouverture et le démarrage sans clef, le freinage automatique d’urgence, le détecteur d’angle mort, les projecteurs entièrement à LED, …

interieur nouveau x trail 2014

x trail 7 places 2014

coffre nouveau x trail 2014

La liste complète des tarifs

Version Prix Malus
X-Trail 4×2 BVM6 Visia 27 700 €
X-Trail 4×2 BVM6 Acenta 29 000 €
X-Trail 4×2 BVM6 Connect 32 250 €
X-Trail 4×2 BVM6 Tekna 34 400 €
X-Trail 4×2 Xtronic Acenta 31 140 € 150 €
X-Trail 4×2 Xtronic Connect 33 750 € 150 €
X-Trail 4×2 Xtronic Tekna 35 900 € 150 €
X-Trail 4×4 BVM6 Acenta 32 100 € 250 €
X-Trail 4×4 BVM6 Connect 34 450 € 250 €
X-Trail 4×4 BVM6 Tekna 36 600 € 250 €

Le Nissan X-Trail 2014 en vidéo

Nissan dévoile la Pulsar : une rivale pour la Golf ?

Nissan dévoile la Pulsar : une rivale pour la Golf ?

Chez Nissan, ces dernières années on a fait carton plein sur le créneau des crossovers avec le Qashqai et le Juke qui ont d’ailleurs été récemment restylés. Toutefois, un trou devait être bouché depuis l’arrêt de la berline compacte Almera 2 – oui, il est normal que ce nom ne vous ait pas marqué – en 2006.

En présentant la nouvelle Pulsar, Nissan s’attaque à nouveau au très concurrentiel segment C disputé notamment pour les Volkswagen Golf (voir notre essai) et Peugeot 308 (voir notre essai)

Un design banal, mais des dimensions XXL

En observant la Pulsar 2014, les fins connaisseurs identifieront quelques traits communs avec la Tiida 2 en particulier sur le profil pour la découpe du vitrage. Néanmoins, c’est avant tout ses liens de parenté avec les dernières productions de la marque qui sautent aux yeux. On remarque tout particulièrement le « V » sur la calandre et les optiques arrière très inspirées par le dernier Qashqai. Malheureusement, l’ensemble n’est pas pour autant franchement attirant, même plutôt banal.

Nissan-Pulsar

Conventionnelle, la nouvelle Nissan Pulsar 2014 mise sur d’autres atouts que son style pour séduire

Nissan-Pulsar-2014

Là où la Pulsar se distingue, c’est au chapitre des dimensions. Avec une longueur de 4,39 m, elle mesure 15 cm de plus que ses deux rivales citées précédemment ! Son empattement s’élevant à 2,70 m n’est pas non plus des plus petits. Ce grand gabarit devrait logiquement être favorable à l’habitabilité et au volume de coffre, d’autant plus que le design de la Japonaise ne semble pas compromettre l’espace à bord avec une garde au toit importante.

coffre Nissan Pulsar 2014

Des équipements à la pointe

La Nissan Pulsar n’évitera pas l’habituel package technologique constructeur, à savoir le Safety Shield comprenant plusieurs système de sécurité dont la détection des objets en mouvement, l’alerte de franchissement de file, la surveillance d’angle mort, le freinage automatique d’urgence, …

nouvelle Nissan-Pulsar

Pulsar Nissan 2014

La navigation NissanConnect et l’AVM-Vision 360° à quatre caméras (vue tout autour de la voiture, pour faciliter les manœuvres par exemple) sont aussi de la partie.

Un essence et un diesel, dans un premier temps

Les clients intéressés auront vite fait le tour des motorisations au catalogue lors du lancement, puisque la Pulsar se contentera de seulement deux moteurs. Il s’agit d’un diesel 1,5 l dCi de 110 ch et 260 Nm de couple, ainsi qu’un essence 1,2 l DiG-T de 115 ch et 190 Nm. Le tout pouvant recevoir une boîte manuelle ou au choix une transmission automatique à variation continue (CVT) Xtronic.

phare Nissan Pulsar

La consommation moyenne et les taux d’émission de CO2 n’ont pas encore été communiqués, car en cours d’homologation, mais Nissan affirment que moins de 95 g de CO2/km seront rejetés.

inscription-Nissan-Pulsar

En outre, début 2015 un 1,6 l turbo essence fort de 190 ch fera son entrée, avec pourquoi pas un kit carrosserie plus aguicheur ?

A découvrir à l’automne 2014

Fabriquée à l’usine de Barcelone, en Espagne, la Nissan Pulsar débutera sa commercialisation à l’autonome prochain et sera présentée au Mondial de l’auto à Paris. Ses tarifs, tout comme les images de l’habitacle, seront diffusés ultérieurement.

La nouvelle Nissan 370Z Nismo restylée gagne une boîte auto

La nouvelle Nissan 370Z Nismo restylée gagne une boîte auto

Nissan a profité de la journée annuelle de rassemblement des propriétaires d’un coupé de la lignée Z, le « ZDayZ », pour le lever le voile sur la 370Z Nismo millésime 2015.

Nouveautés esthétiques

Au menu de ce restylage de la 370Z Nismo apparue en 2008 aux US (2013 en France), on remarque pour la proue un nouveau bouclier avant avec deux lèvres rouges inspiré par la GT-R Nismo et des led horizontales. Des jantes inédites bicolores en alliage d’une taille de 19 pouces font leur apparition.  Pour la partie arrière, on note un becquet de coffre intégré à la carrosserie plus discret, un bouclier avec un liseré rouge et des extracteurs plus grands.

La nouvelle Nissan 370Z Nismo dans les locaux de Nismo à Yokohama aux côtés de la Z Motul Autech GT 500

La nouvelle Nissan 370Z Nismo dans les locaux de Nismo à Yokohama aux côtés de la Z Motul Autech GT 500

Si le design se modernise, il devient aussi un peu plus chargé

Si le design se modernise, il devient aussi un peu plus chargé

Nissan 370Z Nismo restylee

Quatre teintes sont disponibles : Solid Red, Magnetic Black, Pearl White et Brillant Silver.

Quelques améliorations pour l’intérieur

Du côté de l’habitacle, cette mise à jour se décline à travers de nouveaux sièges baquets Recaro rouges et noirs faits de cuir et d’alcantara. Le volant en alcantara change d’apparence, tandis que le tachymètre (compteur de vitesse) devient rouge.

370Z Nismo 2014

370Z Nismo restylage

2015-Nissan-370Z-NISMO ZDayZ

Le client pourra, en option, opter pour le pack Tech incluant un écran tactile multifonction 7 pouces, un rétroviseur intérieur électrochrome, ainsi qu’un système audio Bose.

Des évolutions sur le plan technique, mais pas pour le moteur

Enfin, en ce qui concerne la mécanique, le V6 3,7 l atmosphérique développe toujours 350 ch et 374 Nm de couple (version américaine). Toutefois, la 370Z restylée gagnera une suspension revue et surtout pour la première fois une transmission automatique. C’est une boîte auto à sept rapports avec palettes au volant et le Downshift Rev Matching (DRM) permettant un double-débrayage automatique au rétrogradage. Heureusement, la boîte manuelle est toujours proposée.

Nissan-370Z-NISMO-phase 2

nouveau 370Z Nismo 2014

Le coupé japonais sera disponible aux Etats-Unis au mois de juillet 2014. Une commercialisation pour la France n’est pas prévue. Les tarifs n’ont pas encore été communiqués.

Galerie photo