Essai Lexus LC500h ou le compromis entre hybride et sport!

Essai Lexus LC500h ou le compromis entre hybride et sport!

C’est à l’occasion des 20 ans de technologie hybride du groupe Toyota / Lexus qu’il nous a été permis de prendre en main un coupé atypique : la Lexus LC500h sur les routes sympathiques et exigeantes de l’arrière-pays varois.

Un coupé « nippon » au look ravageur

Un coupé qui s’inspire très largement du concept car LF-LC, la Lexus LC500h a été présentée au salon de Détroit l’an dernier. Par son design provocateur, Lexus montre bien son intérêt à rejoindre la cour des grands entre-autres celle des constructeurs allemands haut de gamme.

Une face avant très expressive de par son immense calandre qui lui donne un style agressif, des feux de jour indépendants en forme de pointe de flèche, des projecteurs à triple DEL compacts qui permettent ainsi à la LC500h de lui apporter une signature lumineuse hors du commun. La LC500h se démarque par une signature visuelle très particulière avec des lignes fluides, élégantes et dynamiques.

A l’arrière, on retrouve un toit plongeant donnant sur des ailes qui accentuent la largeur et l’allure de la voiture. En outre, une ligne fuselée qui va venir se terminer sur le dessin de la plaque d’immatriculation laissant entrevoir le contour des sorties d’échappement. Notre modèle lui bénéficiait de la finition « sport+ » identifiable par son toit en carbone et des jantes généreuses de 21 pouces !

Une fois à l’intérieur

Cette LC500h de par son intérieur va venir oser la différence, il est ici difficile de trouver une quelconque ressemblance avec les véhicules de la gamme et il n’y a pas à dire, nous on aime !

Une planche de bord soignée à la finition irréprochable qui accueille en son centre un écran multimédia accueillant dont la navigation est directement commandée par un PAD tactile qui pour ce dernier lors de son utilisation nous a semblé trop sensible.

Il ne s’agit ici que de petits détails, la LC500h nous a comblé par une excellente position de conduite, des sièges ergonomiques et bien étudiés permettant de multiples réglages. La qualité des matériaux utilisés dans l’habitacle n’a pas à rougir face à la concurrence à savoir que différents coloris sont disponibles pour personnaliser l’habitacle. Petit clin d’œil à la Lexus LFA avec les deux leviers placés dans le haut du tableau de bord permettant de combiner les différents modes de conduite.

La Lexus LC est présentée comme un coupé 2+2 cependant comme tous les coupés de grand tourisme il faut admettre que les places arrières sont tout juste là pour « faire jolie », les places étant quasiment inutilisables si ce n’est pour des enfants en bas-âge.

Sous sa robe…

Sous cette robe se cache un V6 de 3.5L de 295 chevaux associé à un bloc électrique dont les batteries lithium-ion (implantées derrière les sièges arrière) font 44.6 kW qui permettent de faire culminer ce coupé à 354 ch pour un couple donné de 348 Nm. Une nouveauté fait son apparition sur ce modèle, il s’agit du couplage d’une boîte automatique à quatre rapports à la boîte CV-T qui va venir permettre de limiter l’effet de patinage caractéristique au système CV-T. A noter que toutes les LC sont des propulsions, il n’existe pas de transmission intégrale cependant dans sa finition sport+ comme notre modèle d’essai, le châssis se dote de roues arrières directrices.

La LC est aussi disponible en version V8 atmosphérique de 477ch directement emprunté à la RC-F couplé à une boîte de vitesse à 10 rapports.

Au volant du « vaisseau » 

A la différence d’un moteur atmosphérique, le démarrage se fait ici dans un silence absolu grâce au bloc électrique de 179 ch. Une fois les 30 km/h dépassés le V6 3.5l de 295 ch se met en ordre de marche pour venir l’épauler. En ville la LC500h avec sa suspension pilotée a parfois manqué d’un peu de confort mais une fois les routes sinueuses empruntées qui étaient propices à une conduite dynamique, la LC500h a su montrer ses atouts par son équilibre. La LC500h a enchaîné les virages sans faiblir malgré un léger sous-virage marqué lors de certains passages en courbe (Presque 2 tonnes sur la balance !). En conduite souple, le coupé se trouve être extrêmement efficace mais surtout rassurant. « Rassurant » est bien le mot avec un freinage mordant et incisif.

Une fois monté dans les tours cette LC500h a su nous subjuguer par  la sonorité de son V6 même si parfois artificielle. Ce duo parfaitement équilibré entre essence et électricité nous a paru efficace. Quant à la boite automatique « Multi Stage » proposée par le constructeur, elle a été d’une fluidité et d’une réactivité remarquable mais un peu plus hésitante en mode SPORT. Plusieurs modes de conduite sont disponibles allant du mode ECO au mode Sport+, le plus radical.

 

Prix, finitions, équipements : On vous dit tout !

Lexus affiche une gamme simple, fini le superflu d’options en effet les deux motorisations qu’il s’agisse du V6 ou du V8 s’affichent à partir de 109 000€ avec seulement deux finitions au catalogue : Executive et Sport+. Pour passer de la finition Executive à Sport+ il faudra alors débourser 10 000€ supplémentaire qui permettent d’avoir alors un toit en carbone, un aileron rétractable, des jantes de 21 pouces mais surtout des roues arrière directrices.

On note que pour l’acquisition d’une LC500h et son V6 hybride, il faudra s’acquitter d’un malus pouvant aller de 860 à 1153€ et 10 000€ pour la version V8.

 

Ce qu’il faut retenir de la LC500h

Les plusLes moins
  • Design
  • Présentation générale et finition
  • Consommation assez basse
  • Présentation de l’habitacle réussie
  • Équilibre du châssis et agilité avec les 4 roues directrices
  • Ergonomie et utilisation de l’interface multimédia complexe
  • Boite automatique pas assez dynamique en mode sport
  • Taille du coffre

Photos de l’essai

 

Essais Lexus RC & RC F : le coupé japonais fait le grand écart

Essais Lexus RC & RC F : le coupé japonais fait le grand écart

Depuis le lancement du premier modèle Lexus en 1989 sur le marché américain, la marque de luxe de Toyota s’est grandement développée. Les concessions françaises ont d’ailleurs accueilli un septième modèle en 2015 : le coupé RC F.

essai Lexus RC 200t F Sport Executive

Ce nouveau modèle, qui reprend en quelque sorte le flambeau du SC de première génération (1992 – 2001), a d’abord été commercialisé dans une version sportive F, puis avec des motorisations plus sages. Voici mon avis sur le RC 200t (photo ci-dessus) essayé sur route et le RC F après avoir cravaché les 477 ch sur circuit…

Bien dans ses habits ?

L’ensemble de la gamme Lexus est entièrement convertie au nouveau style maison très agressif. Un choix qui est discutable, car il ne plaira pas à tous, mais c’est bien sur un coupé qu’il est le plus légitime. Notre RC en finition la plus haute « F Sport Executive » dont la carrosserie est recouverte du Rouge Radiant a fière allure !

Lexus RC 200t F Sport Executive avant

Autant, je trouvais la grande calandre trapézoïdale peut-être un peu trop exubérante sur la GS essayée par la même occasion, alors que sur le RC elle s’y intègre naturellement. Il n’y a pas cette sensation d’avoir une bouche restée grande ouverte. En outre, cette proue ne laissant pas indifférent est complétée par des optiques à led soulignées de feux de jour reprenant la forme de la première lettre de la marque (L). Les quatre ouvertures sur la partie inférieure suggèrent une mécanique et un système de freinage ayant besoin d’air frais…

Lexus RC 200t F Sport Executive avant-5 Lexus RC 200t F Sport Executive calandre

Les flancs musclés et la faible proportion réservée au vitrage donnent une belle allure à cette Japonaise s’étirant sur 4,69 m. La ligne de toit plongeant nettement vers la malle est une réussite. Les ailes arrière sculptées donnent un sentiment de robustesse. Les belles jantes de 19 pouces à dix branches bicolores renforcent l’aspect exotique de cette auto.

Lexus RC 200t F Sport Executive profil Lexus RC 200t F Sport Executive jante

La partie arrière n’est pas spécialement discrète avec ses « griffes » logées derrière les roues qui viennent un peu alourdir l’ensemble à mon goût. Tout comme à l’avant, la forme des optiques est travaillée et la partie rouge, qui semble comme emboîtée, est en « L ». Deux sorties d’échappement pas vraiment rectangulaires se logent sous le bouclier imposant.

Lexus RC 200t F Sport Executive arriere Lexus RC 200t F Sport Executive arriere-3

En somme, nous avons sans aucun doute l’un des coupés le moins discret du marché qui plaira aux amateurs de style bien tranché. Une originalité reproduite dans l’habitacle ?

En retrait ?

Le Lexus RC repose sur la base de la berline IS. Autant à l’extérieur ce n’est pas possible de le deviner, alors qu’une fois à l’intérieur les connaisseurs remarqueront que la présentation est identique.

Lexus RC 200t F Sport Executive habitacle-2

La boîte à gants, la planche de bord et la casquette recouvrant l’écran central de 7 pouces donnent un agencement un peu chargé qui heureusement ne se traduit pas par le sentiment d’être étouffé par le mobilier une fois assis. Il faut dire que si celui-ci est noir, la teinte claire de la sellerie, du tunnel de transmission et des contre-portes apportent un contraste plaisant à l’ensemble.

Lexus RC 200t F Sport Executive interieur

Le conducteur est correctement installé et bien maintenu par les sièges enveloppants (chauffants et ventilés). Il a devant lui un volant à trois branches au dessin un peu vieillot placé devant une instrumentation composée d’un unique compteur central (spécifique à la finition F Sport). Petit détail amusant, ce dernier est motorisé. Il peut donc se déplacer sur la droite pour afficher l’ensemble des fonctions de la voiture (ordinateur de bord, navigation, musique, …).

Lexus RC 200t F Sport Executive volant

Pour plus de confort, l’affichage situé au-dessus des deux aérateurs encadrant l’horloge se commande à l’aide d’un pavé tactile semblable à ceux des ordinateurs portables. Il permet de se déplacer sur l’interface qui mériterait un rafraîchissement. Le bon point vient de l’écran d’accueil personnalisable en deux ou trois parties pour rassembler au même endroit les informations que l’on souhaite garder visibles.

La console centrale est revêtue d’un plastique à l’aspect peu flatteur, en particulier au regard du positionnement haut de gamme revendiqué. Les boutons sont nombreux et petits, tandis que la température de la climatisation se règle en glissant le doigt. La molette à droite du levier de vitesse permet de sélectionner le mode de conduite désiré.

Lexus RC 200t F Sport Executive places arriere

A l’arrière, l’espace est compté. N’espérez pas faire voyager trop longtemps un adulte

Lexus RC 200t F Sport Executive coffre

Le RC est parmi les coupés les plus longs de sa catégorie, mais il se contente de 374 l (340 l sur la motorisation hybride)

Quelque peu atypique à l’intérieur, le Lexus RC ne m’a pas réellement séduit, notamment à cause de son ergonomie et de sa qualité de finition en retrait. Peut-être que la partie conduite réserve elle aussi son lot de surprises ?…

Le ramage vaut-il le plumage ?

Ne vous fiez pas à la plastique très racée du RC. Au volant, le coupé ne vous propose pas une expérience ultra-sportive, loin de là. Son crédo, c’est de vous transporter sans vous secouer. Par conséquent, je profite de la japonaise à un rythme dynamique, mais sans l’ivresse.

Le moteur quatre-cylindres 2,0 l turbo développant 245 ch (à 5 800 tr/min) et 350 Nm de couple (de 1 650 à 4 400 tr/min) n’est pas très extraverti. Même en accélérant franchement et en enclenchant le mode Sport S (direction et amortissement plus fermes et réponse moteur améliorée), la poussée est loin d’être renversante, tout comme la sonorité est parfaitement quelconque. Cela manque un peu d’âme ! La boîte automatique SPDS pour « Sport Direct Shift » (reprise au RC F dont je vous en parle ci-après) avec palettes est lente et génère des à-coups à certains moments.

Lexus RC 200t F Sport Executive compartiement moteur

Par conséquent, ce n’est pas au feu vert ou à la sortie d’un péage (0 à 100 km/h en 7,5 s) que l’on apprécie le plus cette Lexus affichant autour de 1,7 tonne sur la balance. Elle se déguste le pied léger sur l’accélérateur pour évoluer en silence et dans la douceur de la suspension variable adaptative (AVS). Les sièges sont également accueillants et offrent un bon maintien. La direction précise et agréable à manier participe à cette quiétude. C’est à se demander si la motorisation hybride 300h de 223 ch ne collerait pas mieux au tempérament de l’auto…

Lexus RC 200t F Sport Executive conduite

Par ailleurs, le comportement de cette propulsion, dotée ici d’un différentiel Torsen à glissement limité (propre à la finition F Sport) améliorant la motricité, se veut rassurant. Le châssis est bien équilibré et suspendu. Le roulis est contenu, sans doute grâce à l’amortissement piloté et à la rigidité accrue par rapport à l’IS (longerons de bas de caisse plus larges, tabliers avant renforcés, colle ultra-rigide, …). La pédale de frein est sensible et puissante.

Lexus RC 200t F Sport Executive profil-2

Le proverbe populaire disant que « l’habit ne fait pas le moine » se vérifie ici parfaitement. Le Lexus RC ne propose pas une expérience de conduite sportive malgré les apparences. Une déception à mon sens, même sans être un adepte de sensations fortes. Voyons donc du côté du RC F qui devrait combler ce caractère effacé !…

Sur piste avec le RC F

Prise d’air sur le capot, ouïes latérales et quadruple sortie d’échappement sont l’apanage du RC F qui fronce donc encore un peu les sourcils. En mettant le contact, je réveille le même V8 atmosphérique de 5,0 l équipant la GS F. Ce moteur essence de 477 ch donne de la voix dès lors que j’enfonce l’accélérateur. La sonorité est prononcée, mais pas aussi libérée que sur une Jaguar F-Type R.

Lexus RC F dynamique

Lexus RC F dynamique-3

Le coupé sportif dépasse sans mal les 200 km/h sur la longue ligne droite de la piste d’essai de Fontange (0 à 100 km/h en 4,5 s) le tout avec une bande-son grave en provenance des huit cylindres. La boîte de vitesse à 8 rapports n’est pas particulièrement véloce, mais suffira dans la plupart des situations. A noter quelques ruptures (à 7 300 tr/min) à cause de cette dernière. Une valeur un peu juste, surtout quand une BMW M3 E92 laissait grimper son V8 4,0 l de 420 ch jusqu’à 8 400 tr/min… Cependant, le RC F a l’avantage d’une cylindrée supérieure et donc d’un couple plus important (530 Nm contre 400 Nm pour l’Allemande).

Lexus RC F compartiement moteur

Lexus RC F dynamique-2

Toute cette cavalerie n’a aucun mal à passer au sol par les deux roues arrière motrices. L’auto passe les deux chicanes du circuit sans véritable difficulté et malgré son poids coquet d’environ 1,7 tonne. Le système de freinage (380 mm à l’AV/ 345 mm à l’AR) performant et endurant permet de solliciter son intervention au dernier moment sans arrière-pensée.

Lexus RC F dynamique-9

Après cette première partie à haute vitesse, le second atelier se déroule sur un tracé à faible adhérence et généreusement arrosé. Une bonne occasion de mettre à l’épreuve les aides électroniques corrigeant la trajectoire, ainsi que le différentiel à vecteur de couple (TVD) permettant au train arrière d’enrouler en virage. Puis, quelques belles glissades pour finir ! Mon propos ne sera que plus parlant dans cette vidéo !

Ce qu’il faut en retenir

Les plusLes moins
– l’anticonformisme à l’extérieur et à l’intérieur
– le bon confort général, l’amortissement piloté
– les équipements nombreux
– la qualité de finition et la présentation intérieure en retrait
– les sensations de conduite absentes
– la boîte trop lente et ses à-coups
– les tarifs élevés
Modèle essayéPrix (hors options)
logo lexusLexus RC 200t BVA8 F Sport54 390 €
Modèles concurrentsPrix (hors options)
logo bmwbmw serie 4BMW Série 4 Coupé 430i 252 ch – 43 500 €
logo audiAudi A5 8T3Audi A5 Coupé 2,0 l TFSI 230 ch – 40 780 €
logo mercedesMercedes-Benz C-Klasse Coupé (C 205) 2015Mercedes-Benz C-ClassMercedes Classe C Coupé C300 245 ch – 51 450 €

Pas donné !

« Que de la gueule ! » Voici comment je serais tenté de résumer le Lexus RC qui en met plein les yeux aux passants, mais qui affole beaucoup moins la rétine et les sens une fois à bord. Cela est d’autant plus dommage que le châssis est à la hauteur. Bien entendu, nous ne sommes pas tous attirés par des véhicules aux capacités dynamiques de premier plan. Son confort et son originalité sauront séduire. A noter que la consommation en carburant du RC 200t est aux alentours de 8,5 l/100 km.

Lexus RC 200t F Sport Executive arriere-5

Dernier élément qui a son importance : le prix. A ce chapitre, notre version F Sport Executive très bien équipée (éclairage led, carte main libre, sécurité active et passive, …) demandait 59 990 €. L’autre finition disponible est la F Sport qui s’échange contre 54 390 € (les tarifs du RC 300h sont identiques). Des additions salées face aux rivales germaniques que sont les Audi A5 Coupé, BMW Série 4 Coupé et Mercedes Classe C Coupé réclamant jusqu’à 13 000 € de moins ! De quoi faire réfléchir, même si le catalogue des options quasi-inexistant chez la Japonaise (jantes 18 pouces : gratuit, peinture métallisée : 1 000 €, système d’alerte de précollision (PCS) et régulateur de vitesse adaptatif (ACC) : 1 200 € et toit ouvrant électrique : 1 200 €) compense.

Fiche technique Lexus RC 200t

Informations générales
Commercialisation2016
PaysJapon
Carburant/énergieessence
Prix du neuf54 390 €
Mécanique
Cylindréequatre-cylindres 2,0 l turbo
Puissance245 ch à 5 800 tours/min
Couple350 Nm à 1 650 tours/min, jusqu’à 4 400 tours/min
Transmissionarrière (propulsion)
Performances
Vitesse max230 km/h
0 à 100 km/h7,5 s
Consommationcycle mixte : 7,2 l aux 100 km
Rejets de CO2168 g/km
Poids et mesures
Poids à vide1 675 kg
DimensionsL : 4,69 m / l : 1,84 m / h : 1,39 m
Réservoir66 litres
Volume de coffre374 litres
Pneumatiques AV/AR255/35 R19 – 255/35 R19

Equipements Lexus RC 200t F Sport Executive

> En série :

  • Alerte de franchissement de file (LDA)
  • Projecteurs triple lentilles en L à led & allumage automatique des feux de route (AHB)
  • Clé format carte de crédit (Card Key)
  • Moniteur d’angle mort (BSM) et avertisseur de circulation arrière (RCTA)
  • Capteurs d’aide au stationnement avant et arrière
  • Volant réglable électriquement et chauffant
  • Sièges avant électriques à mémoire chauffants et ventilés
  • Suspension variable adaptative (AVS) avec mode Sport+
  • Système audio Mark Levinson 17 HP avec Clari-Fi
  • Toit ouvrant électrique

> En option :

  • Aucune !
Essais Lexus GS & GS F : apparences trompeuses ?

Essais Lexus GS & GS F : apparences trompeuses ?

Imiter la concurrence ? La Lexus GS est totalement à l’opposé de cette stratégie utilisée par certains constructeurs souhaitant se faire une place au soleil face aux modèles germaniques.

La GS F qui ne vous laissera pas de marbre !

La GS F qui ne vous laissera pas de marbre !

Vendue en France uniquement en hybride et en V8 essence atmosphérique, la Japonaise est à contre-courant du segment des berlines routières dans lequel elle se trouve. Abcmoteur s’est donc rendu aux alentours de Marseille pour tester l’hybride 450h et la sportive F !

La plus menaçante des berlines !

Apparue il y a 4 ans, la génération actuelle de la GS s’est offert récemment un restylage pour affuter et moderniser son allure. On vous reproche de vous intéresser aux grandes voitures tricorps régulièrement qualifiées de trop sages ? Voici le contre-exemple parfait ! Je dois admettre que je n’avais encore jamais approché une routière si expressive !…

Lexus GS 450h Executive avant-6

Ce Bleu Nuit la rend un peu plus discrète. Pour les demandeurs d’agressivité, la finition F Sport remplace les lamelles horizontales de la calandre par une grille en nid d’abeille

La calandre reprenant comme les traits d’un gros diabolo saute au yeux ! Les designers ne pouvaient pas l’agrandir davantage : elle occupe toute la surface disponible de la face avant allant du capot au bouclier. La partie supérieure est entourée d’optiques à led très acérées et soulignées par deux virgules, tandis qu’en bas les deux petits projecteurs circulaires ont manqué de peu de disparaître sous l’énorme bouche.

Lexus GS 450h Executive avant-4

Le profil s’étirant sur 4,88 m est moins exubérant. Il se caractérise par une hauteur de caisse élevée et des jantes de 19 pouces au dessin sophistiqué. Le résultat en impose lorsque je découvre la GS sur le parking de l’aéroport de Marignane. Le taille réduite du vitrage délimité par un jonc de chrome et les grandes poignées de porte participent à cette impression.

Lexus GS 450h Executive arriere-3

Lexus GS 450h Executive jante 19

Les vitres translucides des feux arrière à led laissent apparaître deux « L » chromés rappelant les feux de jour avant en de plus de faire un clin d’œil à la première lettre de la marque. Les plus observateurs auront remarqué la présence d’un diffuseur discret dans le but d’écouler l’air de la meilleure façon et donc de réduire la consommation en carburant.

Lexus GS 450h Executive arriere-6

Vous l’avez compris, Lexus ne cherche pas à obtenir le consensus à propos des lignes de sa GS ! Autant, sur un SUV tel que le NX (lire notre essai) l’originalité peut se comprendre. Ici, le choix est nettement plus risqué et clivant. Pour ma part, je ne suis pas un adepte du genre. Continuons donc la découverte en allant jeter un œil dans l’habitacle…

Modernisation nécessaire

Autre ambiance. Ici, point de présentation spectaculaire comme l’extérieur aurait pu le laisser penser. La planche de bord est classique. C’est surtout l’énorme écran de 12,3 pouces au format paysage qui se remarque.

Lexus GS 450h Executive contre porte Lexus GS 450h Executive interieur

Si la sellerie en cuir marron est agréable à l’œil et que l’espace à bord ne manque pas, le regard ne tarde pas à se poser sur la console centrale. Le haut de celle-ci est plaisant. Il accueille une horloge entourée d’aérateurs. Pour le reste, la multitude de boutons et leur aspect donnent le sentiment que le tout est daté. Le levier de vitesse et les différents matériaux offrent le même constat : Lexus accuse un sérieux retard sur ses concurrents. Pour le coup, s’inspirer du travail des Allemands telle que l’Audi A4 (lire notre essai) aurait été bénéfique.

Lexus GS 450h Executive sieges Lexus GS 450h Executive console centrale Lexus GS 450h Executive tunnel central

La GS prend soin du confort de ses occupants. Les sièges de cette finition haute Executive possèdent 18 réglages dont l’inclinaison, fort pratique, allant du haut du dos à l’appui-tête. Ils sont aussi chauffants (y compris les sièges latéraux arrière), ventilés et à mémoire. Le système de climatisation à trois zones baptisé « S-Flow » s’active pour le passager avant uniquement si le siège est occupé et diffuse dès sa mise en route des particules invisibles purifiant l’air et éliminant les odeurs.

Lexus GS 450h Executive volant

Lexus GS 450h Executive places arriere

Lexus GS 450h Executive coffre

Le coffre pouvant engloutir 450 litres de bagages n’est pas particulièrement vaste pour la catégorie

Lexus propose un espace accueillant à bord de sa GS, néanmoins la présentation est nettement en retrait. Un point qui sera rédhibitoire pour certains au regard du prix dépassant les 70 000 €. Toutefois, la firme de luxe de Toyota a aussi sa carte à jouer en matière de conduite grâce à sa motorisation hybride !

Tout en douceur

La carte main libre dans la poche, je mets le contact. Rien ne se passe. Cela est tout à fait normal : la GS a décidé de se mettre en route en électrique. Ce n’est que quelques mètres plus tard que le moteur thermique vient prêter main forte. La transition se fait de manière transparente. On y prête véritablement attention uniquement lorsqu’à faible allure le silence de l’électrique se fait remarquer. Un moment idéal pour se détendre quelques secondes sans aucun bruit à un feu rouge.

Lexus GS 450h Executive avant-3

Je suis au volant de la GS 450h, soit la motorisation hybride la plus musclée disponible au catalogue. Le moteur électrique (200 ch et 275 Nm) est associé à un V6 3,5 l atmosphérique (292 ch à 6 000 tr/min et 352 Nm à 4 500 tr/min) pour obtenir une puissance combinée s’élevant à 345 ch. De quoi survoler la route ? Pas autant qu’espéré ! En effet, si le 0 à 100 km/h donné en 5,9 s est prometteur, je n’ai pas été bluffé par les relances de la 450h. Les accélérations sont suffisantes pour s’insérer rapidement sur autoroute ou décoller expressément d’un péage, mais la boîte automatique CVT n’est pas particulièrement dynamique, bien que l’on puisse choisir entre différents modes de conduite (Normal, Eco, Sport S et Sport S+) et utiliser les palettes au volant.

Lexus GS 450h Executive arriere-2

Il est dommage que la mécanique soit étouffée, car un six-cylindres non suralimenté est idéal pour offrir un agrément parfait à une berline taillée pour la route. Sans compter que la sonorité aurait pu être au rendez-vous… La suspension pilotée AVS participe à offrir un amortissement doux qui est appréciable et un bon équilibre au châssis peu sensible au roulis. C’est d’ailleurs en conduisant de manière reposée que la GS s’exécute le mieux. Et elle vous y incite naturellement. La position de conduite agréable invite aux longs parcours, tout comme la direction distille une certaine sérénité. Il n’est jamais nécessaire d’effectuer de micro-corrections en ligne droite.

Lexus GS 450h Executive avant-2

L’insonorisation travaillée permet d’être isolée des bruits de l’extérieur

En somme, les 345 équidés revendiqués par la GS 450h ne riment pas avec sportivité. L’agrément est bon, mais il aurait pu être nettement meilleur. Il est dommage que Lexus ne se mettent pas à faire des hybrides un tant soit peu plus dynamiques (la finition F Sport et ses roues arrière directrices est à considérer), surtout au regard de la plastique de ses autos… Cela dit, j’ai eu l’opportunité de goûter aux 477 ch de la sportive GS F !

Sur piste avec la GS F

Oubliez l’hybride et démarrons ce V8 essence de 5,0 l ! Le premier atelier consacré à la haute vitesse permet de goûter immédiatement aux 477 ch de la mécanique et d’atteindre les 220 km/h en bout de ligne droite le tout dans un sonorité bien présente ! Malgré le poids conséquent d’1,8 tonne, la GS F enchaîne les freinages très appuyés et se joue des chicanes mises en place sur le circuit d’essai de Fontange.

Lexus GS F Carbon avant-4 Lexus GS F Carbon profil-2 Lexus GS F Carbon arriere

La boîte automatique à 8 rapports n’est pas des plus rapides qui soient, bien que suffisante pour la majorité des usages. Un coup de gaz a lieu sur les rétrogradages les plus virils. La motricité de cette propulsion m’a paru bonne, même en forçant le trait en sortie de virage.

Lexus GS F Carbon dynamique Lexus GS F Carbon dynamique-3

Ce comportement rassurant s’est confirmé sur le second exercice consacré au pilotage et à la glisse sur un autre tracé pour le coup généreusement arrosé et offrant très peu de grip à certains endroits. Il est presque impossible de partir en dérive ou en tête-à-queue avec les aides activées, alors que les pneus arrière de 275 de large reçoivent tout de même 530 Nm de couple.

Lexus GS F Carbon dynamique-6 Lexus GS F Carbon dynamique-5

Le moniteur n’a pas tardé à me déconnecter progressivement toutes ces béquilles électroniques. Un bon moment ludique qui a mis en exergue la difficulté de maîtriser le drift en quelques dizaines de minutes, mais aussi les différents paramétrages du différentiel à vecteur de couple TVD (standard, slalom et track) qui aide vraiment à faire pivoter l’auto. Tout cela est à découvrir en vidéo juste ci-dessous !

Ce qu’il faut en retenir

Les plusLes moins
– le confort et le silence à bord
– les nombreux équipements, dont ceux de sécurité
– la conduite relaxante
– la présentation intérieure dépassée
– l’agrément de conduite en retrait
– la boîte bridant les performances
Modèle essayéPrix (hors options)
logo lexusLexus GS 450h CVT859 300 €
Modèle concurrentPrix (hors options)
logo infinitiInfiniti Q70 restylee Paris 2014Infiniti Q70 Hybrid BVA7 – 57 300 €

L’assurance de rouler de façon décalée

Vous l’avez vu, la Lexus GS ne fait rien comme ses rivales : design, présentation intérieure et motorisation sont à part. Des particularités qui ont leurs avantages… comme leurs inconvénients. En conduite normale et avec essentiellement du réseau secondaire, la consommation atteignait environ 8 l/100 km. Une valeur plutôt bonne au regard du poids de 1,8 tonne et du V6.

Lexus GS 450h Executive arriere-8

La GS 450h (à partir de 59 300 €) profite d’une concurrence quasi-inexistante en hybride. L’Infiniti Q70 Hybrid (à partir de 57 300 €) est sans doute sa rivale la plus sérieuse avant l’arrivée du trio allemand composé de BMW, Audi et Mercedes qui proposera à terme des Série 5, A6 et Classe E hybrides. La comparaison risque d’être difficile pour la Japonaise qui gardera tout de même comme atout son équipement pléthorique de série (voir ci-dessous).

Fiche technique Lexus GS 450h

Informations générales
Commercialisation2015
PaysJapon
Carburant/énergieessence-électricité
Prix du neuf59 300 €
Moteur thermique
Cylindréesix-cylindres 3,5 l
Puissance292 ch à 6 000 tours/min
Couple352 Nm à 4 500 tr/min
Transmissionarrière (propulsion)
Moteur électrique (synchrone à aimants permanents)
Puissance200 ch
Couple275 Nm
Puissance combinée345 ch (thermique + électrique)
Performances
Vitesse max250 km/h
0 à 100 km/h5,9 s
Consommationcycle mixte : 6,2 l aux 100 km
Rejets de CO2145 g/km
Poids et mesures
Poids à vide1 820 kg
DimensionsL : 4,88 m / l : 1,84 m / h : 1,45 m
Réservoir66 litres
Volume de coffre450 litres
Pneumatiques AV/AR235/40 R19 – 235/40 R19

Equipements Lexus GS 450h Executive

> En série :

  • Affichage tête-haute
  • Clé format carte électronique « CardKey »
  • Climatisation à 3 zones à technologie nanoe et S-Flow de gestion des flux
  • Fermeture électrique du coffre
  • Jantes 19 pouces
  • Projecteurs LED avec feux de routes à faisceau adaptatif (AHS)
  • Sellerie cuir semi-aniline
  • Sièges avant électriques à 18 réglages et 3 mémoires
  • Sièges latéraux arrière chauffants
  • Suspension variable adaptative (AVS)
  • Volant bois, chauffant avec moyeu en cuir surpiqué
  • Moniteur d’angle mort (BSM) et avertisseur de circulation arrière (RCTA)
  • Caméra de recul et capteurs d’aide au stationnement avant et arrière
  • Lexus SafetySystem + : régulateur de vitesse adaptatif (ACC), système de précollision (PCS) avec détection de piéton (PBA), gestion automatique des feux de route (AHB), maintien dans la file de circulation (LKA), lecture des panneaux de signalisation (RSA)
  • Système audio Mark Levinson Premium Surround : 17 haut-parleurs et 835 Watts avec technologie GreenEdge

> En option :

  • Aucune !
Le Lexus RX fait de vous une véritable star !

Le Lexus RX fait de vous une véritable star !

Article sponsorisé

Lorsqu’un constructeur lance un modèle important et qu’il veut marquer le coup, il n’est pas rare qu’un grand événement soit organisé pour l’occasion. C’est ce que Lexus a fait pour son nouveau RX, mais les 100 invités ne se doutaient pas de ce qui les attendait en réalité !…

Ils deviennent des acteurs de cinéma en s’asseyant dans le RX !

Le rendez-vous était donné dans un ancien coffre-fort de Londres le 9 février dernier. Les personnes arrivent tour à tour dans la pièce pour découvrir le RX. La sécurité étant prise très au sérieux, chacun d’entre eux sont passés au détecteur de métaux avant de monter à bord du SUV équipés de casques de réalité virtuelle. C’est le célèbre acteur, réalisateur et producteur britannique Jude Law qui est aux commandes de cette opération quelque peu spéciale…

Jude Law The life RX

En effet, lorsque les deux occupants de la voiture retirent leurs casques, ils sont entourés d’une équipe complète de tournage de film ! Ils retournent à la « réalité » en devenant des acteurs, voilà qui est totalement inattendu ! La suite est encore plus étonnante, je vous invite à la regarder dans la vidéo à 360° ci-dessous tournée en direct :

Etes-vous prêt à vivre cette expérience ? La marque en « L » est convaincue que ceux qui pénétreront l’habitacle de son RX participeront à des moments incroyables.

Lexus The life RX

Certes, peut-être pas autant que ces invités qui ont rencontré Jude Law. C’est donc à vous de faire preuve d’imagination. Son design inimitable et sa motorisation hybride de 313 ch sont peut-être des pistes à explorer pour débuter le voyage…

Lexus RX 450h

Tops et Flops du Salon de Detroit 2016

Tops et Flops du Salon de Detroit 2016

Petit bilan du premier Salon automobile de l’année 2016, avec mes coups de cœur et coups de griffe.

TOPS

Lexus LC 500

Pouvait-il en être autrement ?! C’est LA star du Salon, que dis-je, la sensation. Et même ceux qui ne sont pas séduits pas le design peuvent reconnaître l’audace de la firme japonaise, qui ose produire presque tel quel un concept-car (le LF-LC dévoilé en 2012). Moi personnellement, je suis fan du look de ce coupé, presque futuriste, et salive d’avance face à la promesse de la marque : les sensations de conduite sont la hauteur du design.

Lexus LC 500 - 5

> Lisez aussi : Lexus LC 500 : ceci n’est pas un concept !

Buick Avista

La firme américaine ne faisait plus vraiment rêver… jusqu’à l’Avista. Concentré sur la Chine, où il rencontre le succès, Buick se contente la plupart du temps de revoir à sa sauce des Opel. Mais il a frappé fort à Detroit en présentant ce somptueux coupé, au design sobre mais soigné et bien proportionné. Cette fois, on rêve d’un rebadgage dans l’autre sens. Cette Avista pourrait faire une très belle Opel Calibra chez nous.

Buick Avista

> Lisez aussi : Chevrolet Bolt, Buick Avista : bientôt de nouvelles Opel ?

Infiniti Q60

Le concept m’avait mis l’eau à la bouche, la version de série ne me déçoit pas ! Si je devais choisir un coupé premium, cette Q60 aurait davantage de chances de l’emporter que les concurrentes allemandes. La japonaise a la touche d’exotisme qui me plaît (celle à laquelle les grincheux opposent la décote accélérée) sans renoncer à l’élégance comme pourrait le faire Lexus, pris dans des excès d’originalité.

2017 Infiniti Q60

> Lisez aussi : Infiniti Q60 : séductrice japonaise

FLOPS

Chrysler Pacifica

Heureusement que Chrysler a dévoilé ce véhicule, sinon le groupe FCA aurait passé un énième Salon sans nouveauté majeure. Le Pacifica, c’est le nouveau nom du Town & Country, plus connu chez nous sous l’appellation Grand Voyager. Le marché des grands monospaces n’est pas mort aux USA mais j’aurais tout de même aimé voir un véhicule au concept modernisé, comme Renault a su le faire avec l’Espace chez nous. Le vrai flop, c’est le design, mou… et déjà daté.

Chrysler Pacifica

Lincoln Continental

Présentation importante pour Lincoln à Detroit. La marque haut de gamme de Ford a levé le voile sur la nouvelle génération de sa grande berline Continental. Et le résultat est fort décevant. Le style est fade… mais surtout, évoque une foule d’autres marques. Le regard fait penser à celui de la vieille Volvo S80, la calandre a un côté très Jaguar, l’allure générale emprunte à Bentley… On retiendra seulement de cette voiture l’implantation très originale des poignées de porte, au niveau de la baguette chromée qui souligne le vitrage.

Lincoln Continental

Ford

Bon, c’est un petit flop pour Ford, concernant son programme pour ce Salon. Difficile de faire l’événement chaque année, c’est sûr, surtout après avoir dévoilé par surprise en 2015 une nouvelle GT. Mais retransmettre sur le Net une conférence de presse organisée (comme toujours) dans une salle géante pour découvrir une pauvre Mondeo restylée et du blabla sur une application smartphone, voilà qui est décevant.

Ford Detroit

Lexus LC 500 : ceci n’est pas un concept !

Lexus LC 500 : ceci n’est pas un concept !

L’année 2016 est née il y a moins de 15 jours… et je me projette déjà à sa fin de vie, entre Noël et le Jour de l’An 2017 quand je ferai son bilan avec tops et flops. Et je pense que dans la partie positive, cette Lexus aura sa place !

Un choc

C’est incontestablement la sensation du Salon. Même si on se doutait de sa présence, après un teaser et des prototypes camouflés aperçus au cours des derniers mois, elle crée un choc comme on en connait rarement de nos jours dans le monde automobile.

Pas de doute, cette année, la star du Salon de Detroit est une Japonaise.

Pas de doute, cette année, la star du Salon de Detroit est une Japonaise.

Pour ceux qui auraient un doute, cette voiture est un véhicule de série ! Il a des allures de concept… et c’est ce qui fait sa force. Lexus a osé, et en a même joué dans la vidéo de présentation lors de la conférence de presse où la phrase « Ils ne la feront jamais » a été marquée en gros. Certains nous diront que Lexus qui ose, ce n’est plus inédit, le Japonais se faisant de plus en plus remarquer par le design original et très clivant de ses véhicules. Mais la firme asiatique va encore plus loin aujourd’hui.

Un gabarit compact

Source d’étonnement, la LC mesure 4,76 mètres, soit seulement 5 cm de plus que la RC. Personnellement, j’aurais aimé un véhicule plus grand pour mieux distinguer les modèles… et mieux positionner la LC face à la Mercedes Classe S Coupé. J’ai peur que l’auto souffre d’un positionnement bancal.

Lexus LC 500 - 11 Lexus LC 500 - 5 Lexus LC 500 - 4

La LC attirera ceux qui souhaitent se distinguer avec un coupé à l’allure presque futuriste. Les optiques, à l’avant et à l’arrière, ont des contours originaux et sont englobées dans d’immenses enjoliveurs couleur aluminium. L’avant intègre l’immense calandre diabolo de la marque. A l’arrière, le dessin original de la custode attire le regard. La comparaison n’est pas flatteuse mais j’ai en tête la nouvelle Toyota Prius !

Le V8 de la RC F

L’intérieur n’a pas un aspect aussi futuriste, mais il marque tout de même les esprits avec des formes peu courantes. On remarque par exemple la présence d’une imposante poignée de maintien. Les surfaces entièrement recouvertes de cuir beige donnent là aussi un aspect très conceptuel.

Mais Lexus est clair : la LC ne doit pas faire parler d’elle que pour son design. La firme japonaise promet des qualités routières à la hauteur. Même mieux, elle présente ce véhicule comme le plus dynamique qu’il n’ait jamais mis au point.

Lexus LC 500 - 7 Lexus LC 500 - 6 Lexus LC 500 - 2

La LC repose sur une toute nouvelle plate-forme propulsion et a fait l’objet de toutes les attentions de la part des ingénieurs. Sous le capot, on retrouve le bloc de la RC F, à savoir un V8 atmosphérique 5.0 litres de 473 ch. Ce moteur est associé à une boîte automatique 10 rapports, dont la vitesse des passages est selon Lexus comparable à une double embrayage. Le 0 à 100 km/h serait réalisé en moins de 4,5 secondes.

Grande inconnue à présent : le prix de la bête ! Il pourrait être à six chiffres.

Lexus LC 500 - 9 Lexus LC 500 - 8 Lexus LC 500 - 3 Lexus LC 500 - 1

Lexus LF-FC : pas d’eau dans le vin

Lexus LF-FC : pas d’eau dans le vin

Quand on doit vivre dans l’ombre des constructeurs allemands, pas d’autre choix que d’oser l’originalité pour se faire remarquer. Lexus l’a bien compris et a choisi de se différentier sur deux points : les moteurs, abandonnant le gazole au profit de l’hybridation, et le design, toujours plus clivant.

Limousine au style osé

Une stratégie esthétique un brin délurée que la marque applique à tous les segments, sans exception. On pourrait penser qu’elle allait mettre de l’eau dans son vin pour sa future limousine LS, mais à la vue de ce prototype annonciateur LF-FC, il n’en est pas question. Voilà qui va vraiment faire la distinction dans une catégorie où la discrétion est de mise !

Si Lexus ose une telle calandre sur la version de série, les Série 7 et Classe S auront l'air de fillettes à côté.

Si Lexus ose une telle calandre sur la version de série, les Série 7 et Classe S auront l’air de fillettes à côté.

Il faut quand même s’attendre à une version de série un peu plus sage. Mais l’essentiel sera conservé, notamment l’immense calandre diabolo qui vient racler le bitume. Longue de 5,30 mètres, la LF-FC limite sa hauteur à 1,41 mètre, prenant ainsi des airs de coupé à quatre portes. Les jantes de 21 pouces en alu sont agrémentées d’enjoliveurs réalisés en plastique renforcé de fibre de carbone.

La fin des boutons

L’ambiance intérieure est divisée en deux. D’un côté, le tableau de bord est recouvert de cuir noir. De l’autre, les sièges sont revêtus de blanc. Ils semblent posés sur un socle en bois, une matière que l’on retrouve sur le volant ou encore le tunnel central.

Lexus LF-FC - 5 Lexus LF-FC - 1

L’ambiance est dépouillée, grâce notamment à l’utilisation de la technologie sans contact. L’interface homme-machine se pilote ainsi par les mouvements de la main, sans avoir à toucher de boutons. Une petite image holographique indique la zone où le système peut interpréter les gestes pour contrôler les fonctions audio et ventilation.

Ecolo… mais sportive

Spécialiste chez les premiums de l’hybride grâce à sa maison mère Toyota (même si les Allemands commencent à prendre de l’avance avec des modèles rechargeables), Lexus a décidé d’aller plus loin ici avec une pile à combustible (d’où le FC dans le nom pour Fuel Cell).

Lexus LF-FC - 7 Lexus LF-FC - 6

Celle-ci entraine les roues arrière et alimente deux moteurs pour les roues avant, ce qui donne une transmission intégrale. Les réservoirs d’hydrogène ont une forme en « T », afin de répartir le poids. Car pour Lexus, cette berline est « sportive » aussi bien dans son apparence que sa conduite.

La version de série devrait être dévoilée d’ici la fin 2016.

Lexus LF-FC - 4 Lexus LF-FC - 3 Lexus LF-FC - 2

Salon de Francfort 2015 : le programme des Asiatiques

Salon de Francfort 2015 : le programme des Asiatiques

Plus que quelques jours avant l’ouverture du Salon de Francfort 2015. Les nouveautés défilent, la tension monte ! Abcmoteur a décidé de faire le point sur le programme de ce grand show, en listant les nouveautés déjà annoncées, celles attendues et les surprises potentielles. Après les Français, le premium allemand, les généralistes allemands, les Anglais et les Italiens, dernier épisode aujourd’hui avec les Japonais et Coréens.

Honda

Après avoir enfin commercialisé toutes les nouveautés promises depuis des années (Jazz III, HR-V, Civic Type R), Honda souffle à Francfort. Le Japonais exposera tout de même des concepts inédits : l’un n’est qu’une Civic break revue pour plaire aux cyclistes, l’autre est nettement plus fun. Il s’agit d’un petit engin situé entre auto et moto, très judicieusement nommé « Project 2&4″.

Honda-Project-2x4

Infiniti

Lancement crucial pour Infiniti à Francfort. La marque exposera enfin la version de série de sa toute première compacte, la Q30. Une voiture mise au point avec l’aide de Daimler, et qui partage sa base technique avec la Classe A. Dommage d’ailleurs que de nombreuses pièces à bord soient reprises à l’Allemande. La version crossover QX30 sera dévoilée en novembre à Los Angeles.

Infiniti Q30

> Lire : L’Infiniti Q30 a sa première photo officielle ?

Lexus

Pas de première mondiale pour la marque premium de Toyota à Francfort, mais des premières européennes. Lexus exposera pour la première fois sur le Vieux Continent la nouvelle génération de son grand SUV hybride RX 450h, au look très original (on aime ou on déteste). Le public découvrira aussi la version restylée de la GS, la berline intermédiaire de Lexus, déclinée à l’occasion en version 200t avec un bloc turbo essence. Pour la nouvelle limousine LS, il faudra attendre le Salon de Tokyo en octobre.

Lexus Rx 2015 - 23

> Lire : Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

Mazda

Après avoir enchainé les nouveautés à un rythme effréné, avec le lancement depuis le début de l’année des nouvelles 2 et MX-5 ainsi que du CX-3, Mazda a un trou dans son plan produit. Mais la firme ne viendra pas les mains vides à Francfort : elle révélera un concept-car de… crossover, le Koeru. Pas sûr que cela attire les foules.

Mazda-Koeru-concept

Mitsubishi

Débuts européens pour l’Outlander restylé, notamment en version hybride PHEV. Une toute nouvelle face avant avec plus de caractère, qui devrait bien booster les ventes de ce véhicule familial.

IMitsubishi-Outlander-PHEV-restyle

Nissan

Un nouveau modèle et un concept-car pour la firme alliée à Renault. Le premier est la nouvelle génération du pick-up Navara NP300, qui pourrait susciter la curiosité du public français car ce modèle servira de base au Renault Alaskan. Mais le plus intéressant sera le concept Griz, qui est un crossover. Encore ? Oui… nous sommes avec le spécialiste du genre. Mais cette étude sera importante car elle annonce un véhicule badgé Z ! La sportive Nissan compacte de la fin de la décennie sera donc un SUV !

Nissan-Gripz concept

Subaru

Aucun programme annoncé par Subaru à Francfort.

Suzuki

Vous l’attendiez impatiemment, j’en suis sûr ! Suzuki viendra à Francfort avec sa nouvelle citadine Baleno, version de série du concept ik-2 vu à Genève en mars dernier. Cette auto au design ultra classique sera équipée d’un nouveau moteur trois cylindres 1.0 turbo.

Suzuki-Baleno

Toyota

Événement sur le stand de la firme japonaise. Toyota a réservé la primeur à l’Europe de la toute nouvelle génération de son modèle le plus emblématique : la Prius. Cette quatrième mouture n’innove pas vraiment sur le plan technique, même si Toyota promet du mieux en matière d’agrément et de consommation. En revanche, sur le plan esthétique, la Prius IV fait le pari de l’originalité. Toyota exposera aussi à Francfort une deuxième version de son concept C-HR, qui devrait être proche du modèle de série attendu au Salon de Genève 2016.

Toyota Prius IV

> Lire : Toyota Prius IV : garde-t-elle la tête ?

Hyundai

Pour Hyundai, le vrai événement à la rentrée est dans les concessions, avec le lancement d’un ambitieux Tucson. Mais il y aura d’autres nouveautés à Francfort, elles aussi typées SUV : la version restylée du Santa Fe et une déclinaison baroudeuse de la citadine i20, nommée Active. Autre découverte : un concept-car créé pour le jeu Gran Turismo.

Hyundai-Santa-Fe restyle

Le Hyundai Santa Fe restylé

Kia

Coup double pour Kia. La marque exposera en effet deux nouveautés à Francfort, ville où elle a son siège européen. La première a cependant un air connu, puisqu’il s’agît de la version Vieux Continent de la berline Optima. La seconde est vraiment inédite : le nouveau SUV compact Sportage. Un modèle très important pour Kia, car il est actuellement son best-seller de ce côté de l’Atlantique.

Nouveau Kia Sportage 2015 - 3

> Lire : Nouveau Kia Sportage : l’heure de la confirmation

La Lexus GS met le turbo

La Lexus GS met le turbo

Présentée en 2012, l’actuelle GS a eu l’honneur d’inaugurer en série le nouveau design Lexus, très anguleux. Mais les modèles qui ont suivi ont été de plus en plus osés, à tel point que la GS semble désormais toute timide.

Nouvelle face avant

Consciente de cela, la firme japonaise offre un nouveau visage à sa routière, qui peine à se faire remarquer en Europe face aux incontournables allemandes. Ce restylage a un petit air de déjà vu. Normal : Lexus en avait donné un avant-goût en début d’année avec la version sportive F.

Cette proue en impose ! De quoi bien se distinguer des allemandes.

Cette proue en impose ! De quoi bien se distinguer des allemandes.

La GS « normale » reprend ainsi le nouveau regard inauguré par la F, avec des optiques affinées et des « L » lumineux détachés. La calandre est modifiée : autrefois découpée en deux parties, la forme en diabolo est désormais faite d’une pièce, comme sur les autres Lexus. De quoi donner à la GS un air nettement plus agressif.

Le reste change peu

En revanche, pour le reste de la voiture, c’est le service minimum. Un œil exercé remarquera le nouvel habillage des feux arrière, qui pourrait faire croire que leurs contours ont été modifiés, mais il n’en est rien. Lexus indique aussi la présence de nouvelles jantes, en 18 et 19 pouces, et de teintes de carrosserie inédites.

Lexus Gs Restylage - 9 Lexus Gs Restylage - 7

Même refrain dans l’habitacle. Les changements sont minimes : horloge centrale couplée au GPS pour un ajustement de l’heure automatique, nouvelles décorations, reconnaissance vocale améliorée… L’équipement s’enrichit avec le « Lexus Safety System + », qui combine de nombreuses aides à la conduite tels que la détection de piétons, l’alerte de franchissement de ligne blanche ou encore le régulateur de vitesse actif.

L’hybride toujours majoritaire

Il y a du neuf sous le capot, avec l’arrivée d’une version 200t. Elle est équipée du nouveau bloc quatre cylindres essence 2.0 turbo, déjà vu sous le capot du SUV compact NX. Ce moteur développe une puissance de 245 ch et le couple maxi est de 350 Nm. Il est envoyé aux roues arrière.

Lexus Gs Restylage - 6 Lexus Gs Restylage - 5

Cependant, Lexus n’a pas encore indiqué si ce modèle serait proposé en France, la marque misant davantage sur l’hybride chez nous. Deux versions combinant essence et électricité sont disponibles : 300h et 450h, avec des puissances cumulées de 223 et 345 ch.

Lexus-Gs-Restylage-interieur

Lexus Gs Restylage - 2 Lexus Gs Restylage - 1 Lexus Gs Restylage - 4

Le chant du V10 de la Lexus LFA

Le chant du V10 de la Lexus LFA

Dans mes souvenirs, la Lexus LFA était sortie il y a 7 à 8 ans. En me renseignant sur ce modèle, j’ai été surpris de voir que la Japonaise est en fait produite depuis 2010 ! Il s’agit pour le moment de la seule et unique supercar Lexus, mais elle cache sous son capot avant un véritable bijou mécanique !…

L’une des voitures japonaises la plus onéreuse jamais conçue

Le premier concept annonçant la LFA date de 2005. Pour la marque de luxe appartenant à Toyota, le but était d’avoir un modèle possédant une image forte afin de créer une icône et ainsi de se faire connaître dans le monde entier.

Le nombre d'exemplaire est limité à 500. Le prix de vente est fixé à 360 000 €

Le nombre d’exemplaire est limité à 500. Le prix de vente est fixé à 360 000 €

La structure en fibre de carbone lui assure une grande agilité (poids à vide : 1 480 kg) sur route et encore davantage sur circuit. C’est sur ce dernier terrain que le V10 développé en collaboration avec Yamaha dévoile tout son potentiel. Le 0 à 100 km/h s’efface en 3,7 s et la vitesse maximum est atteinte à 325 km/h. Jeremy Clarkson, présentateur de Top Gear UK, a déclaré en février 2013 : « Je ne changerai pas d’avis à propos de cette voiture. Je continue de croire que c’est la meilleure que je n’ai jamais conduite ».

La symphonie du V10 4,8 l VVT-i

L’un des atouts de cette auto, c’est incontestablement son moteur atmosphérique dix-cylindres de 560 ch (571 ch pour l’édition Nürburgring) qui sonne comme aucun autre bloc. Le cri strident qui émane des trois sorties d’échappement disposées de manière triangulaire est unique !

Crédit image : capture vidéo YouTube « Best of Lexus LFA V10 Engine Symphony « 

Du gymkhana sur la glace ?

Du gymkhana sur la glace ?

Vous ne connaissez pas le gymkhana dont Ken Block est passé maître en matière ? Regardez cette vidéo réalisée à Los Angeles avec une Ford Mustang de 845 ch ! Le but étant de suivre un parcours semé d’obstacles… très souvent en ville. Une équipe appelée « open drift team » s’est amusée à reproduire de façon amateur la discipline favorite du pilote américain, mais cette fois-ci sur glace !

gymkhana sur glace

Pour cela, ils ont pris les clefs d’une Lexus IS300 de première génération. Préparée, cette dernière a subi quelques accrochages au regard de l’état de son pare-choc avant, tandis que l’étanchéité de l’habitacle ne semble plus à l’ordre du jour… De belles images à découvrir juste ci-dessous :

Crédit image : capture vidéo YouTube « Gymkhana on ice wide open drift team »

Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

La marque ne le cache pas. Ses modèles ne sont pas conçus pour plaire à tout le monde. C’est bien simple, les nouvelles Lexus, on les aime ou on les déteste. Au moins elles ne laissent pas indifférent. Avec son nouveau design, où la hache semble avoir remplacé le stylo, le Japonais se fait remarquer et attire des clients en quête d’un luxe original. Car oui, cela existe les amateurs de premium lassés des productions germaniques.

Comme son petit frère NX, le RX adopte un design tape-à-l'oeil. On aime ou pas.

Comme son petit frère NX, le RX adopte un design tape-à-l’œil. On aime ou pas.

Ainsi, après avoir présenté des IS, RC et NX (voir notre essai) au look plus que tarabiscoté, Lexus enchaîne avec la quatrième génération du RX. Ce grand SUV est capital pour lui. Les trois premières générations ont été vendues à 2,1 millions d’exemplaires, soit 1/3 de la production totale de la marque depuis sa naissance en 1989 !

Bien dans la veine des dernières productions, le RX millésime 2016 est dessiné à la règle. Il reprend la silhouette de l’ancien (toit légèrement plongeant, lunette très inclinée) avec les derniers codes en vogue chez Lexus, comme les optiques étirées. On retrouve l’immense calandre en forme de diabolo. Le profil est original avec un vitrage qui se prolonge jusqu’au bout. L’auto a gagné 12 cm en longueur, atteignant 4,89 mètres. Une taille encore correcte pour un grand SUV. Lexus n’a pas fait plus, car il propose sur certains marchés un 4×4 XXL, le LX.

2015.03.23 Lexus Rx 2015 - 12 Lexus Rx 2015 - 10

Le discours est semblable pour l’intérieur. Les designers de Lexus n’aiment pas la simplicité et ont conçu une planche de bord aux formes un peu compliquées. Voilà qui tranche avec le côté dépouillé du nouveau Audi Q7. La console centrale orientée vers le conducteur est surplombée par un grand écran de 12,3 pouces. Celui-ci se commande via une petite souris placée devant l’accoudoir central.

Pour dégager de la place, le levier de vitesses a été avancé. Selon Lexus, les passagers seront plus à leurs aises. Côté équipement, le RX n’innove pas vraiment, se contentant de reprendre des technologies de plus en plus courantes : alerte franchissement ligne blanche, gestion automatique feux de croisement, alerte anticollision, surveillance des angles morts…

2015.03.11 Lexus Rx 2015 - 21 2015.03.11

En France, le RX sera proposé, comme l’actuel, avec une unique motorisation hybride essence. Elle couple un bloc V6 3.5 à un moteur électrique, le tout développant une puissance maximale de plus de 300 ch (299 ch sur le modèle actuel). Pas de moteur hybride rechargeable au programme pour le moment. La marque japonaise affirme que ce nouveau RX «  a été conçu pour offrir un comportement routier digne d’une berline ».

Il est doté d’un train avant McPherson et d’un train arrière à double triangulation. Les suspensions ont été revues pour améliorer la tenue de route sans négliger le confort. Une suspension adaptative sera disponible sur la plupart des versions : elle gère électroniquement l’amortissement en fonction des conditions rencontrées. La structure a été rigidifiée et l’insonorisation a été améliorée.

interieur Lexus-Rx-2015

ordinateur de bord Lexus-Rx-2015

Lexus Rx 2015 - 31

Dévoilé en première mondiale à New York, le nouveau RX 450H devrait arriver dans les concessions françaises à la fin de l’année.

Lexus annonce une citadine avec la LF-SA ?

Lexus annonce une citadine avec la LF-SA ?

Lexus est sans doute l’une des marques possédant le design le plus extravagant. Le coupé RC F et le SUV NX (voir notre essai) en sont deux exemples. Pour le salon Genève, nous avons pu découvrir la LF-SA. Un concept-car de petite citadine qui ne pouvait définitivement pas passer inaperçu

Un design trop caricatural ?

Si le style de la LF-SA Concept peut plaire à certains, il est sûr que les designers de Lexus ne cherchent pas à obtenir l’unanimité en terme de critiques. Chez Abcmoteur, on pense que la firme nippone va un peu trop loin dans la surenchère stylistique. La calandre démesurée comparée aux petites optiques, les jantes possédant des hélices débordant sur les pneus et les différentes parties visibles de la carrosserie alourdissent beaucoup trop l’allure de la LF-SA. Davantage de sobriété n’aurait pas été un luxe !

Lexus-LF-SA-Concept

La Lexus LF-SA pourrait sortir tout droit d’un film de science-fiction !

Lexus-LF-SA-Concept-2

Lexus-LF-SA-Concept-3

avant Lexus-LF-SA-Concept

arriere Lexus-LF-SA-Concept

profil Lexus-LF-SA-Concept

A l’intérieur de cette auto très compacte mesurant 3,45 m de long, 1,70 m de large et 1,43 m de haut, la configuration des sièges est de type « 2+2 ». L’assise passager est coulissante afin d’accéder aux places arrière. En outre, là aussi on aurait apprécié une présentation un peu plus épurée. Les nombreuses formes qui sont présentes dans l’habitacle mêlant le blanc, le bleu et le noir surchargent notamment la planche de bord et les contre-portes.

interieur Lexus-LF-SA-Concept

Le siège conducteur n’est pas réglable, ce sont le volant et le pédalier qui peuvent être ajustés

volant Lexus-LF-SA-Concept

habitacle vue dessus Lexus-LF-SA-Concept

eclairage Lexus-LF-SA-Concept

eclairage Lexus-LF-SA-Concept-2

Il reste à savoir quelle motorisation se cache sous le capot (la première vidéo ci-dessous semble indiquer l’utilisation de l’électricité ?…) et si cette étude particulièrement originale débouchera sur un modèle de série…

La Lexus LF-SA Concept en vidéos

La Lexus GS en mode F avec un V8 de 473 ch

La Lexus GS en mode F avec un V8 de 473 ch

Malheureusement pour Lexus, cela se passe toujours ainsi. Quand le japonais présente un nouveau produit, surtout une sportive, on n’attend pas une seconde pour le situer par rapport aux modèles allemands. Car le premium germanique reste une référence. Si pour le coupé RC-F, la comparaison avec la BMW M4 (voir notre essai) n’était pas un problème (l’asiatique proposant 477 ch et la bavaroise 431 ch), pour cette nouvelle GS F le parallèle est cruel.

C'est loin d'être la plus puissante des berlines. Mais c'est l'une des plus exubérante !

C’est loin d’être la plus puissante des berlines. Mais c’est l’une des plus exubérantes !

Fidèle à l’atmo

La berline intermédiaire de Lexus s’équipe d’un V8 5.0 litres de 473 ch. La puissance maxi est atteinte au régime élevé de 7.100 tr/min. On peut trouver cela pas mal mais la BMW M5 propose au minimum 560 ch ! Elle est même montée jusqu’à 600 ch avec sa série spéciale 30ème anniversaire (voir notre essai). Sur le papier, la différence est importante. Mais bien évidemment, il ne faut pas juger l’auto sur une fiche technique. Il faudra attendre l’essai pour voir si la GS-F se fait distancer par la M5 sur les circuits. La japonaise se rattrape d’ailleurs sur la balance, avec selon la marque chic de Toyota un poids de 1.830 kg, soit une centaine de moins que la M5.

Lexus GS F 2015 - 2

Lexus GS F 2015 - 4

vue profil Lexus GS F

Le V8 Lexus est atmosphérique. Il délivre un couple maxi de 527 Nm disponible entre 4.800 et 5.600 tr/min. Il est associé à une boîte automatique à 8 rapports. On peut monter et descendre manuellement les vitesses. Fidèle à ses habitudes, Lexus n’est pas encore rentré dans les détails lors de la mise en ligne des premières images officielles. La marque va donc à l’essentiel indiquant que la suspension a été revue et la structure rigidifiée. On retrouve sur la GS F le différentiel à vecteur de couple (TVD) vu sur la RC F avec trois modes de fonctionnement : Standard (meilleur compromis entre agilité et stabilité), Slalom (agilité accentuée avec une direction plus vive) et Track (privilégie la stabilité à haute vitesse pour le circuit).

Style exubérant

Côté look, la GS F est bien une Lexus avec un design voyant ! Elle a un air très menaçant avec son immense calandre en forme de diabolo et ses grandes prises d’air dans les coins du bouclier. Ces ouvertures refroidiront les freins. L’air s’échappera par des ouïes derrière les roues de 19 pouces (pneus de 255/35 à l’avant et 275/35 à l’arrière). Au niveau de la poupe, un petit becquet est fixé à la malle et quatre sorties d’échappement prennent place dans le bouclier. A bord, on remarque des inserts carbone sur la planche de bord (imitation ou vraie fibre, on ne sait pas encore) et de nouveaux sièges baquets qui donnent très envie de s’assoir dedans !

Lexus GS F 2015 - 5

Lexus GS F 2015 - 6

sieges Lexus-GS-F-2015

interieur Lexus GS F

La GS F prendra son premier bain de foule mondial la semaine prochaine au Salon de Detroit. Les européens pourront la voir début mars au Salon de Genève. Les premiers exemplaires ne devraient pas arriver avant la fin de l’année dans les concessions françaises.

Lexus annonce un nouveau modèle sportif badgé « F »

Lexus annonce un nouveau modèle sportif badgé « F »

Au mois de janvier dernier, Lexus dévoilait son coupé RC F équipé du V8 le plus puissant de la marque ! Un an après, le Japonais semble prêt à lever le voile sur un autre modèle puissamment motorisé et badgé du « F », lettre correspondant aux sportives Lexus…

Deux images pour patienter

Si le constructeur se contente d’annoncer « un nouveau modèle dans la gamme haute performance », il y a fort à parier que ce sera la GS qui sera concernée et qu’elle profitera au passage d’un restylage. Lancée depuis 2012, la grande routière bénéficierait donc d’un coup de jeune et d’une version F pour gagner en reconnaissance.

teaser optique Lexus GS F

Les optiques et calandres inédites – qui ne sont pas sans rappeler le RC F – laissent penser que la berline va adopter les nouveaux codes stylistiques Lexus. Une chose est sûre, ce modèle mystère ne passera pas inaperçu dans la rue !

Un gros V8 atmo sous le capot

Cette potentielle GS F devrait reprendre la mécanique inaugurée par le RC F, c’est-à-dire un gros V8 essence atmosphérique de 5,0 l développant 477 ch et 530 Nm de couple. Avec une telle puissance, la nippone pourrait aller marcher sur les plates-bandes de la BMW M5 (voir notre essai), mais avec tout de même un déficit de puissance de 83 ch.

teaser avant droit Lexus GS F

Jusqu’à présent, la plus musclée des GS est la 450h avec 345 ch issus de la motorisation hybride utilisant un bloc électrique (200 ch) et un V6 essence de 3,5 l (292 ch).

Rendez-vous le 13 janvier prochain au salon de Detroit pour découvrir dans son intégralité la Lexus GS F, si c’est bien elle qui se cache dans ces deux images !…

Lexus dévoile son extravagant cabriolet LF-C2

Lexus dévoile son extravagant cabriolet LF-C2

Il y a une dizaine de jours, Lexus teasait son concept LF-C2 attendu au salon de Los Angeles. Ce dernier vient d’être révélé officiellement et affiche une plastique pour le moins originale

Des lignes spectaculaires à retrouver sur les futures Lexus

Si vous connaissez le coupé RC découvert en début d’année, vous êtes sans doute d’accord pour dire qu’il possède un design qui ne laisse pas indifférent. En réalisant la LF-C2, la marque de luxe de Toyota a retiré le toit, mais elle en a aussi profité pour rendre encore un peu plus extravagantes les lignes de son auto !

Lexus-LF-C2-Concept

Lexus-LF-C2-Concept cabriolet

Ainsi, l’énorme calandre trapézoïdale devient encore plus voyante et possède une grille changeant d’apparence selon l’éclairage, les ouïes placées sur les extrémités deviennent étroites et la signature led est doublée avec un placement sous les optiques et sur le bouclier.

avant Lexus-LF-C2-Concept

LF-C2-Concept

vue dessus Lexus-LF-C2-Concept

Long de 4,71 m, large de 1,84 m et haut de 1,38 m, le cabriolet 2+2 japonais est assez épuré en le regardant de profil. Cependant, les designers n’ont pu s’empêcher de dessiner des jantes alliage de 20 pouces inédites dont chacune est dotée de 40 petites branches.

profil Lexus-LF-C2-Concept

jante 20 pouces Lexus-LF-C2-Concept

optique Lexus-LF-C2-Concept

A l’arrière, les feux sont modifiés pour ressembler à des griffes et modernisent au passage le look de la poupe. Un sentiment accentué par la nouvelle découpe autour de la plaque d’immatriculation. Deux extracteurs situés derrière les roues viennent accentuer le caractère bestial de la bête, tout comme les quatre sorties d’échappement habilement intégrées au diffuseur.

feu ar Lexus-LF-C2-Concept

vue arriere Lexus-LF-C2-Concept

Enfin, à l’intérieur, les couleurs choisies sont de tons clairs avec du blanc et du gris. Le cuir est présent un peu partout : sièges baquet, volant, planche de bord, contreportes, … Le tableau de bord est occupé par un grand écran et deux autres dalles se retrouvent sur la console centrale. Le pont central reçoit, au niveau du levier de vitesse, un revêtement en jaune laqué en clin d’œil à la peinture de la carrosserie.

habitacle vu dessus Lexus-LF-C2-Concept

habitacle Lexus-LF-C2-Concept

interieur Lexus-LF-C2-Concept

Pour le moment, Lexus n’a donné aucun détail sur le moteur se trouvant sous le capot. Il est fort probable que cette LF-C2 annonce une RC cabriolet qui pourrait arriver d’ici 2016 avec la même palettes de moteurs que la RC coupé.

sieges baquet Lexus-LF-C2-Concept

volant Lexus-LF-C2-Concept

console centrale Lexus-LF-C2-Concept

levier vitesse Lexus-LF-C2-Concept

La Lexus LF-C2 concept en vidéo

La Lexus LF-C2 Concept annonce une RC Cabriolet ?

La Lexus LF-C2 Concept annonce une RC Cabriolet ?

Le salon de l’auto de Los Angeles (du 21 au 30 novembre prochain) se rapproche et c’est Lexus qui débute sa communication au sujet d’un concept qu’il exposera sur le sol Américain, à savoir un cabriolet. Une première image teaser de la Lexus LF-C2 Concept a été diffusée (voir ci-dessous).

Un cabriolet progressivement dévoilé

Sur cette unique image dont nous disposons et au regard du communiqué laconique de la marque japonaise, très peu d’informations sont mises à disposition. Toutefois, la silhouette éclairée par une éclipse solaire laisse transparaître des lignes fluides et musclées.

teaser Lexus LF-C2 Concept Los Angeles

Lexus promet d’un dire un peu plus sur la LF-C2 – quid de cette appellation compliquée ? – sur un site internet dédié dans les 72 heures à compter du 16 novembre… Le soleil faisant apparaître progressivement la carrosserie au fil des heures.

La RC Cabriolet en filigrane ?

Malgré tout, l’annonce de cette étude ne peut nous empêcher de nous souvenir du show-car LF-CC dévoilé au Mondial de l’Automobile de Paris de 2012. Celui-ci, proche de la série, préfigurait le coupé RC présenté au salon de Detroit un peu plus tard…

Avec la LF-C2, il y a fort à parier que Lexus prépare le terrain pour l’arrivée d’une RC Cabriolet. La révélation officielle du 19 novembre, ainsi que les déclarations des dirigeants de la firme nippone nous diront si oui ou non nous avions raison de penser cela…

A suivre.

Essai Lexus NX 300h : un comportement pas à la hauteur de sa plastique

Essai Lexus NX 300h : un comportement pas à la hauteur de sa plastique

Forte d’une année 2013 record en termes de ventes (523 000 unités), la marque Lexus met sur le marché un petit frère pour le RX : le NX. Ce SUV urbain au design très prononcé souhaite aller grappiller des parts de marché aux BMX X3 et Audi Q5 déjà bien installés sur le segment. Il fera fonction d’ambassadeur auprès du public et ira conquérir 80 % de nouveaux – et plus jeunes – clients avec 5 000 exemplaires espérés en année pleine en France.

essai Lexus NX 300h

Pour y parvenir, la firme appartenant à Toyota met en avant sa technologie hybride peu émettrice de CO2, la personnalité originale de son modèle, ainsi que son comportement dynamique. Après une journée d’essai passée sur les routes autrichiennes, le NX 300h révèle un agrément de conduite qui n’est pas à la hauteur de son positionnement.

Une avalanche de formes

Lors du premier contact visuel, le Lexus NX (4,63 m de long) impressionne fortement par son style futuriste et sportif, mais heureusement, il devient plus équilibré que le concept LF-NX dévoilé à Francfort en 2013.

Lexus NX 300h

NX 300h

avant Lexus NX 300h

Le premier élément marquant est sans conteste sa calandre trapézoïdale proéminente dont les traits se poursuivent sur le capot ! Très agressive, cette dernière offre un regard aiguisé au SUV qui s’accorde bien avec les optiques de phares entièrement à LED particulièrement effilées. Les feux de jour en forme de « L » constituent la signature lumineuse du NX, tandis que le bouclier présente deux encoches à ses extrémités afin de donner encore plus de caractère à cette proue unique en son genre (1,84 m de largeur).

proue Lexus NX 300h

feux led Lexus NX 300h

capot Lexus NX 300h

De profil, le SUV nippon exhibe des formes géométriques avec un pli anguleux au-dessus des poignées de porte et au niveau du bas de caisse. Les coques de rétroviseur bénéficient aussi d’un dessin travaillé. Bien entendu, les designers ont mis en valeur les passages de roue auxquels s’ajoutent des protections en plastique noir pour l’aspect baroudeur. En outre, la ligne de toit arrière donne le sentiment de fortement descendre grâce à la coupe du vitrage donnant au NX une allure pour le moins dynamique (1,64 m de haut).

profil Lexus NX 300h

retroviseur Lexus NX 300h

jante 18 pouces Lexus NX 300h

inscription hybrid Lexus NX 300h

Enfin, concernant la poupe, l’ensemble présente des feux au look novateur joliment intégrés. L’encadrement de la plaque minéralogique a été soigné. Les hanches musclées jouent la carte de la robustesse pour ce SUV qui, certes, ne plaira pas à tous par son exubérance, mais qui néanmoins apporte un vent de fraicheur sur ce segment assez classique en matière de style.

feu arriere Lexus NX 300h

vue 3-4 arriere Lexus NX 300h

poupe Lexus NX 300h

Une finition premium ?

Une fois dans l’habitacle, on attend une qualité de finition haut de gamme pour ce SUV jouant dans la cours des premiums où les constructeurs germaniques dominent.

portiere Lexus NX 300h

Il est dommage que les bacs des contreportes soient si étroits et peu profonds

Si la sellerie cuir ventilée de bonne facture et confortable, les élégants compteurs ou encore l’habillage de la planche de bord séduisent, l’ensemble n’est pas perçu comme suffisamment haut de gamme.

interieur Lexus NX 300h

L’écran de 8 pouces est commandé par un pavé tactile à gauche du levier de vitesse. La vision panoramique à 360 degrés, le wi-fi embarqué et un chargeur sans fil pour smartphone placent le NX à la pointe des dernières technos

sieges cuir Lexus NX 300h

compteurs Lexus NX 300h

En effet, l’apparence du volant, la forme torturée – sans doute pour rappeler les lignes extérieures – de la console centrale bien trop chargée en boutons et la qualité quelconque des plastiques ne convainquent pas. La fixation un peu légère de la casquette du tableau de bord et les vis apparentes au niveau des genoux dénotent. Même dans ces finitions les plus luxueuses, on assimile davantage l’intérieur du NX à celui d’une auto généraliste bien finie, mais pas premium selon les niveaux actuels, en particulier face au Q5 qui excelle sur ce chapitre.

volant Lexus NX 300h

poste conduite Lexus NX 300h

Le système audio est assuré par Pionner ou Mark Levinson. Ce dernier et ses 14 haut-parleurs diffuse un son perçu comme de bonne qualité, sans plus. La fonction Clari-Fi améliore le rendu des fichiers numériques compressés

console centrale superieure Lexus NX 300h

console centrale inferieure Lexus NX 300h

Les conductrices – qui sont ciblées par Lexus avec le NX – pourront se consoler avec un petit miroir détachable à porté de main devant l’accoudoir central, les routards apprécieront les deux emplacements antidérapants pour des bouteilles de 50 cl, tandis que les réglages électriques des sièges (avec mémoire) et du volant facilitent l’installation à bord.

banquette Lexus NX 300h

La banquette (électrique) offre un espace aux jambes dans la moyenne

coffre Lexus NX 300h

Le coffre à ouverture électrique présente un volume de 555 litres dont 80 litres sous le plancher qui est au même niveau que le seuil de chargement situé assez haut

Quand le meilleur côtoie le pire

Justement, une fois une position de conduite trouvée que l’on qualifie de correcte, il est temps d’appuyer sur le bouton « Power » situé à droite du volant. Aucun bruit ! Le NX fonctionne dans le plus grand silence sur son moteur électrique (ils sont deux pour la version 4×4) et seule la mise en marche des compteurs indique que le contact est enclenché.

moteur hybride Lexus NX 300h

C’est donc sans aucun bruit que l’on parcoure les premiers mètres au volant du NX hybride, puis le moteur essence atmosphérique 2,5 l de 155 ch et 210 Nm de couple vient s’associer pour obtenir un total de 197 ch. La transition est totalement transparente. Le démarrage du bloc thermique est à peine perceptible, mais malheureusement sa discrétion ne durera pas.

Effectivement, dès lors que l’on sollicite un tant soit peu l’accélérateur, la boîte automatique CVT (transmission à variation continue, que l’on trouve également sur les scooters) rend la conduite rapidement désagréable.

roulage Lexus NX 300h

Alors qu’à vitesse stabilisée en 100 % électrique ou en hybride le NX donne comme l’impression de glisser sur la route, dès que l’on se trouve en situation d’accélération ou en charge, le moteur émet un son comparable à un hors-bord ! La raison est que la CVT maintient un régime moteur élevé à ce moment-là. Le peu de couple disponible et haut dans les tours (4 200 – 4 400 tr/min), ainsi que le poids conséquent en ordre de marche (2 roues motrices : jusqu’à 1 840 kg / 4 roues motrices : jusqu’à 1 905 kg) desservent les performances de l’auto.

Lexus NX hybride

Résultat, le SUV Lexus demande 9,2 s à l’exercice du 0 à 100 km/h, quand les X3 2.0d et Q5 2.0 TDI développant chacun 190 ch ont besoin de respectivement 1,1 s et 0,8 s de moins, ce qui est énorme ! Côté consommation, l’avantage de l’hybridation se fait peu sentir à la pompe, puisque nous avons obtenu 6,8 l/100 km en moyenne avec quelques franches accélérations. En théorie, le NX boit 5,0 l (116 g CO2) en 4×2 et 5,1 l en 4×4, soit autant que le X3 (5,2 l) et 0,6 l de moins que le Q5 qui sont tous les deux en 4×4.

Lexus NX 197 ch

Pour le reste, le NX 300h s’est distingué par une direction précise et consistante, sans impression de flou. Le freinage (avec régénération de la batterie) offrait un bon mordant. A cela s’ajoute un confort plutôt bon si l’on ne choisit pas la finition F-Sport recevant des amortisseurs plus fermes.

freinage Lexus NX 300h

Lorsque la route présente quelques virages, on est tenté d’utiliser le sélecteur de mode de conduite (Normal, Eco, Sport et Sport+) changeant le réglage du papillon des gaz, l’assistance de direction et la dureté de la suspension. Toutefois, le roulis qui s’installe en courbe sans forcer le trait décourage rapidement les ardeurs du conducteur, tandis que le moment est peu agréable pour les passagers ballotés. Ceux connaissant le Toyota Rav4 sur lequel le NX est en partie basé ne seront pas surpris. Néanmoins, Lexus précise que la rigidité de la caisse a été accrue et que la nouvelle génération de suspension variable adaptative (AVS) à solénoïde linéaire (30 niveaux de réglage au lieu de 9) fait son entrée pour une meilleure filtration de la route.

SUV Lexus NX

Au rayon des équipements technologiques, le SUV ne brille pas par son système de navigation GPS peu réactif et aux graphismes désuets, mais l’affichage tête haute en couleurs reprend les informations de guidage, ainsi qu’un indicateur d’économie d’énergie. Un bon moyen de garder sereinement les yeux sur la route. Par ailleurs, le système de sécurité pré-collision couplé au régulateur de vitesse adaptatif est un plus en matière de sécurité et reposant dans les embouteillages.

Que faut-il en retenir ?

Les plusLes moins
– prix/équipement
– avantages fiscaux
– silence à vitesse stabilisée et en électrique
– boîte CVT fatiguante
– performances décevantes
– prise de roulis
Modèle essayéPrix
logo lexusLexus NX 300h CVT 4-cyl 2,5 l + électrique 197 chà partir de 59 890 € (prix de base 39 590 €)
Modèles concurrentsPrix
logo audiAudi Q5 2013Audi Q5 4-cyl TDI Clean Diesel quattro 4-cyl 2,0 l 190 ch – 44 100 €
logo mercedesMercedes GLK 2013Mercedes GLK 250 CDI BlueTEC 4Matic BVA 4-cyl 2,1 l 204 ch – 51 250 €
logo bmwBMW X3 phase 2BMW X3 xDrive 20d 4-cyl 2,0 l 190 ch – 42 950 €

L’aspect financier comme atout

Vendu à partir de 39 590 €, le Lexus NX 300h 2WD se positionne avec un rapport prix/équipements favorable en comparaison à la concurrence précédemment citée, bien que l’on déplore le GPS, ici aussi, en option sur l’entrée de gamme (l’écran de 8 pouces est pourtant de série…). La caméra de recul, la connectivité actuelle, les rétroviseurs électriques et dégivrants, l’allumage automatique des feux, la climatisation bizone, le démarrage sans clef et le régulateur sont inclus, entre autres. Il profite aussi d’avantages fiscaux réservés aux véhicules hybrides tant pour les particuliers (carte grise), que pour les entreprises (TVS…).

test Lexus NX 300h

Cependant, au terme de cet essai, le Lexus NX 300h n’a pas convaincu à cause de sa boîte CVT désagréable et de ses prestations dynamiques en retrait. Le NX 200t avec l’inédit moteur turbo 2,0 l de 238 ch et 350 Nm avec une boîte auto entièrement nouvelle à 6 vitesses serait donc à considérer (pas de diesel proposé). Bien plus puissant, il permet d’atteindre les 100 km/h en 7,2 s (7,0 s en 4×4).

Vidéo de l’essai

Fiche technique Lexus NX 300h 197 ch

Informations générales
CommercialisationSeptembre 2014
PaysFrance
Carburant/énergieHybride essence-électricité
Prix du neuf39 590 €
Mécanique
Cylindréequatre-cylindres 2,5 l
Puissance155 ch à 5 700 tours/min
Couple210 Nm à 4 200 tr/min, jusqu’à 4 400 tours/min
Transmissionavant (traction)
Performances
Vitesse max180 km/h
0 à 100 km/h9,2 s
Consommationcycle mixte : 5,0 l aux 100 km
Rejets de CO2116 g/km
Poids et mesures
Poids à vide1 715 kg
DimensionsL : 4,63 m / l : 1,84 m / h : 1,64 m
Réservoir56 litres
Volume de coffre555 à 1 600 litres
Pneumatique AV/AR225/65 R17 – 225/65 R17