Actualités

Le Mondial Auto 2018 d’Abcmoteur : l’avis des rédacteurs sur le salon de l’automobile de Paris

Au-delà de la présentation des nouveautés et des concept-cars de cette édition 2018 du Mondial de l’Automobile, l’équipe tenait à vous faire part de son débrief sur l’événement. Pendant deux journées, nous avons eu le temps d’écumer les stands des constructeurs de fond en comble, et bien sondé l’atmosphère et les marques. Voici ainsi ce que Jalil et Julien ont retenu de ce salon.

L’avis de Jalil

Le salon en général

Première fois depuis bien longtemps que le salon retrouve une taille humaine. Globalement, une journée complète suffit amplement pour tout voir. Je trouve dommage de ne pas retrouver toute la démesure que peut apporter un salon comme celui de Genève, mais il faut comprendre que le public cible n’est pas le même. Les stands des grands constructeurs sont globalement bien agencés, les voitures assez accessibles, les opportunités photos ne manquent pas.

Le coup de coeur

J’ai beaucoup de mal à choisir entre la Porsche 911 Speedster et la Peugeot e-LEGEND, mais je dirais que la découvrable l’emporte d’une courte tête. Je déteste l’idée que le constructeur allemand propose une énième version collector de sa 911 qui va encore affoler le marché dont les prix deviennent de plus en plus ridicules. En revanche, la ligne est à tomber, et c’est une des rares voitures sur lesquelles je ne changerais absolument rien, pas même les jantes. Quelle présence !

La surprise

Sans hésiter la Hyundai i30 N Option. Une gueule de bad boy pour une compacte énervée, je suis toujours preneur. J’adore aussi le fait que le constructeur coréen se dévergonde de plus en plus et écoute le feedback de ses clients et de la presse spécialisée. Beaucoup s’accordent à dire que la i30 N (dont on expose la nouvelle déclinaison Fastback ici) est un très bon premier jet pour l’arrivée de Hyundai sur le segment, mais que son design est trop passe partout. Ni une ni deux, voilà que l’asiatique nous sort une étude de style pas farouche. Pourvu que cet élan d’optimisme perdure et inspire d’autres constructeurs à emprunter cette route.

La déception

Je n’avais pas de grandes attentes pour ce salon et c’est peut être de là que vient ma plus grande déception. Tous les communiqués de presse sont disponibles en amont, les photos tournent à la vitesse de l’éclair sur le web et l’on connaît déjà tout ce qui est présent sur les stands avant même d’y avoir mis les pieds, à quelques exceptions près. Je trouve dommage de ne plus pouvoir se faire surprendre par un modèle révélé à l’ouverture du stand seulement, sans que personne n’ait pu en profiter avant ou le partager sur un réseau social pour faire le buzz. Aucune chance que l’on revienne en arrière sur cet aspect là, malheureusement…

L’avis de Julien

Le salon en général

Pour avoir fait, comme beaucoup, un certain nombre de salons ces dernières années, je trouve que le Mondial de l’Auto parisien a perdu quelque peu de sa superbe. L’absence de certains constructeurs -notamment VW- ne passe pas inaperçue, et l’ambiance générale semble presque refléter la perte de passion pour l’automobile qui m’inquiète en France. Heureusement, il reste de quoi faire rêver les férus de voitures, peu importe leur prédilection; pourvu que ça dure !

Le coup de coeur

Même si ce n’est pas la catégorie de véhicules sur laquelle je vais lorgner en premier, ce sont bel et bien les nouvelles Toyota Corolla qui m’ont laissé le plus bel effet. En version berline compacte comme en break, elles apportent une touche de fraîcheur dans leurs segments respectifs, avec un design original et réussi. L’hybride assumé à 100% sur la version break est par ailleurs un beau challenge que se lance Toyota. Je rejoins mon confrère Jalil sur l’extraordinaire Speedster (plus de détails ici), mais mon amour pour Porsche biaiserait trop la question…

La surprise

Je savais à quoi m’attendre, mais j’ai quand même été agréablement surpris sur le stand Peugeot. Le concept e-Legend (à retrouver dans notre article sur les concept-cars du Mondial) ainsi que la nouvelle 508 SW en imposent vraiment. Bravo le lion ! Je n’attends plus qu’une seule avancée: PSA vont-ils oser l’hybride 300 cv et 4 roues motrices sur berline et break d’ici quelques mois ? Je l’espère, car la 508 dispose de vrais arguments pour chatouiller la concurrence étrangère.

La déception

C’est peut-être le stand Renault qui m’a le plus laissé sur ma faim cette année. Calendrier défavorable pour les nouveautés certes, mais la marque au losange m’a fait bien plus rêver par le passé avec ses concept-cars. Cette année, l’abstrait futuriste autonome ou utilitaire m’a laissé de marbre ! A charge de revanche avec l’arrivée d’une Megane 4 RS Trophy (que l’on vous décrit ici) qui s’annonce plaisante et compétitive.

Le mot de la fin

Quoiqu’il en soit, le Mondial de Paris reste l’un des rendez-vous incontournables pour nous Français. Au niveau international, nous nous demandons vraiment ce qu’il va advenir de son aura. La réponse au fil des ans… Et d’ici là, on vous y donne rendez-vous en 2020 !

Abcmoteur

Abcmoteur

Shares