Avec huit années au compteur, l’A1 pouvait faire figure de mamie sur le marché automobile. Mais son design réussi lui a permis de très bien vieillir. Généralement, dans ce cas, aucun risque esthétique n’est pris avec la génération suivante. Mais Audi a décidé de transformer radicalement l’apparence de sa citadine !

Références à la Quattro Sport

Alors que la première avait une allure arrondie et des lignes épurées, la nouvelle se fait très anguleuse et surchargée de détails. L’A1 adopte un aspect nettement plus musclé, certains diront plus masculin. D’ailleurs, les designers de la marque ont décidé de faire des clins d’oeil au coupé Quattro Sport (présenté en 1984), avec par exemple des fentes au bout du capot ou une épaisse custode. Pour ajouter à l’agressivité, la calandre à l’hexagone bien marqué a été abaissée. A l’arrière, l’auto perd de son exclusivité en abandonnant le hayon intégral. L’auto a sous certains aspects des allures de Skoda Fabia.

La planche de bord fait plutôt penser à celle de la Volkswagen Polo, avec une disposition similaire des commandes et le même aspect anguleux. Il y a un côté désorganisé assumé, avec une asymétrie au niveau des aérateurs. Ceux dédiés au conducteur encadrent l’instrumentation, ceux pour le passager forment un bandeau, comme sur les grandes Audi. Côté écran, il y a de base une dalle tactile de 8,8 pouces, et de 10,1 pouces sur le haut de gamme. Pour justifier son rang dans la catégorie, l’A1 reçoit de série l’instrumentation 100 % numérique. Comme la première A1, la nouvelle mettra l’accent sur la personnalisation, avec plusieurs éléments colorés.

Plus de 3 portes

Audi promet du mieux en matière d’habitabilité. Adoptant une nouvelle base, la MQB A0, l’A1 s’allonge de 5 cm pour atteindre 4,03 mètres. L’empattement s’étire aussi, ce qui devrait profiter aux places arrière. Le coffre est également gagnant, avec un volume de 335 litres, soit un bond de 65 litres. A noter que l’A1 cru 2018 est uniquement proposée en Sportback 5 portes. Côté équipements, l’A1 ne brille pas spécialement. On s’attendait à de l’inédit dans la catégorie, elle fait dans le classique avec une aide au créneau ou un freinage d’urgence qui reconnaît piétons et cyclistes.

Sous le capot, Audi fait un choix clair : zéro diesel. L’A1 mise donc sur le sans-plomb, avec une large palette : cela va du petit trois cylindres 1.0 TFSI de 95 ou 116 ch au quatre cylindres 2.0 TFSI de 200 ch, en passant par le quatre cylindres 1.5 TFSI de 150 ch. Les carnets de commandes seront ouverts cet été, les livraisons commenceront à l’automne.