Actualités

Présidentielle : les programmes pour l’automobile des deux candidats qualifiés au second tour

Le premier tour de la présidentielle a permis l’accès sans grande surprise d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Bis répétita donc mais qu’elles sont les propositions de ces candidats impactant l’automobile. Réponse dans cet article.

Marine Le Pen, Rassemblement National

Après avoir échoué en 2017 à obtenir la fonction de chef de l’Etat, Marine Le Pen a orienté massivement sa campagne sur le pouvoir d’achat. Un sujet qui est au cœur des préoccupations des Français puisqu’il est le premier sujet d’intérêt des Français en 2022 devant la santé, la sécurité, les retraites… Il semble donc logique de voir dans son programme des mesures relatives aux prix des carburants.

Marine Le Pen souhaite diminuer la part de la TVA qui s’élève pour l’instant à 20% à 5,5% sur les carburants, les considérants comme des produits de première nécessité. Ce n’était pas la seule candidate à le proposer, on retrouvait la mesure dans le programme d’Anne Hildalgo au PS.

Pour la candidate du Rassemblement National, la voiture doit être revalorisée, son porte-parole Jean-Phillipe Tanguy déclare : « Pendant de nombreuses années, la voiture a été pénalisée par les différents gouvernements. Nous entendons aussi des propos diabolisant à son sujet. Nous ne le partageons pas cette défiance. » Ainsi, il faudrait baisser la fiscalité trop punitive sur les véhicules et supprimer immédiatement les ZFE (zones à faibles émissions).

Emmanuel Macron, La Republique En Marche

Du côté du président sortant, le sujet est aussi un point sensible sur lequel il est attendu. En effet, la crise des Gilets Jaunes à la frontière d’une crise politique a été lancée par la politique de son gouvernement visant à l’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). De plus, l’augmentation colossale du prix des carburants impacte la fin de son mandat et sa campagne. Quelles sont les propositions du candidat ?

Les propositions ont été exposées en mars dernier face à la réunion entre les représentants de la filière automobile et les porte-parole ainsi que les candidats à la présidentielle. Bruno Le Maire a alors porté les propositions du candidat Macron :

Le Plan France 2030 prévoit 8 milliards d’euros pour investir dans les technologies de pointe et mise en place du Crédit Impôt Recherche. Une part de ce budget devrait être réservée aux constructeurs français pour développer la production de véhicules électriques. Ce qui entre en adéquation avec la volonté d’accompagnement de l’électrification du parc automobile : accélération du nombre de bornes de recharge rapides, maintenir le bonus de 6 000 € pour les véhicules électriques « Peu de gens croient à la neutralité technologique car c’est une folie. La seule option viable est que l’hybride, hybride rechargeable mais aussi l’hydrogène restent des options. »

Le candidat de LREM propose dans son programme un système de leasing social pour un véhicule électrique, une offre similaire à une location longue durée avec un prix plancher à 100€ par mois. Cependant, la proposition n’est pas encore accompagnée de modalités permettant de la clarifier.

Néanmoins, dans ces propositions, peu concernent les Français à court terme. Il n’y a par exemple pas de proposition sur un changement de fiscalité sur les carburants, ni sur la suppression de contraintes comme les ZFE, malus. La remise gouvernementale sur les carburants peut éventuellement rentrer dans les propositions mais celle-ci à vocation à s’arrêter au 31 juillet, soit très peu de temps après le début du prochain mandat.

 

Il se pourrait que d’autres propositions soient lancées dans la seconde partie de cette campagne présidentielle. Les deux candidats sont très proches dans les sondages du second tour. Emmanuel Macron est crédité de 51% des intentions de vote, Marine Le Pen 49% selon le sondage IFOP. Le sujet des mobilités et de l’automobile pourrait être un facteur décisif dans la dernière ligne droite de la campagne.

Paul-Emile

Paul-Emile

Passionné d'automobile au sens large, j'ai une préférence pour tout! J'écris en parallèle de mes études de science politique pour le bonheur de partager. Au plaisir sur les routes et sur mon Instagram.

Shares