Radar Chantier
Actualités

Les petits excès de vitesse bientôt tolérés ?

Qui n’a jamais eu la crainte d’avoir été flashé à une vitesse retenue de 82 km/h à la place de 80 km/h ? Un dépassement si léger de la vitesse maximale autorisée sur le tronçon fait-il du conducteur du véhicule un danger sur la route qu’il faut sanctionner ? Le gouvernement se pose en effet des questions et tendrait à assouplir les sanctions pour les « petits excès de vitesse ».

Un sujet de débats durant la campagne présidentielle

Lors de la dernière campagne présidentielle, ces excès de vitesse inférieurs à 5km/h étaient un axe de clivage entre des candidats. Certains comme Éric Zemmour ou Marine Le Pen y sont favorables et voudraient même aller au-delà de la limite de 5 km/h.

Le gouvernement nouvellement constitué semble avoir pris note de ces points de clivage. À l’approche des élections législatives, il serait sur le point de prendre une décision visant à ne plus retirer de points sur le permis de conduire pour des excès de vitesse compris entre 1 à 5 km/h au-dessus de la vitesse limite autorisée. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, la décision du gouvernement irait dans « le bon sens ».

Une mesure électoraliste ?

La majorité présidentielle chercherait-elle à séduire face à l’élection législative qui semble fortement incertaine ? Cette mesure évoquée par le Ministère de l’intérieur ravive les oppositions sur le sujet aussi bien pour les personnes qui y sont en faveur depuis longtemps comme les cadres du Rassemblement National par la voix de Jordan Bardella qui déclare « C’est Noel avant l’heure, c’est toujours formidable les périodes d’élection », Marine Le Pen ajoute que c’est « un tout petit cadeau minuscule ».

De l’autre côté, la Ligue contre les violences routières estime qu’il faut continuer à les sanctionner. En effet de leur point de vue, il est impossible de défendre la sécurité routière si la sanction est allégée. Anne Lavaud, Déléguée générale de l’association Prévention Routière dénonce selon elle : « Il n’y a pas de petits excès de vitesse, mais des dépassements des vitesses maximales autorisées ».

Cependant, les points de vue aussi radicalement opposés sont ils s’accordent pour penser que c’est une mesure électoraliste visant à séduire les électeurs pour les prochaines législatives. Chantal Perrichon de la Ligue contre les violences routières déclare « Il est évident que nous sommes avec des mesures pleinement électoralistes ».

Un cadeau empoisonné ?

Le Ministère de l’intérieur a révélé qu’en 2020, 58% des contraventions adressées par les radars de vitesses concernaient un excès de vitesse de 1 à 5 km/h au-dessus de la limite de vitesse. Cela concerne 7,2 millions de contraventions, il est alors logique que ce projet soit grandement plébiscité par les automobilistes. Cependant, l’amende reste toujours en place. Alors une fois le retrait de point arrêté pour les « petits excès de vitesse », les automobilistes seront-ils toujours aussi vigilants ? On peut émettre l’hypothèse selon laquelle les « petits excès de vitesse » vont augmenter profitant ainsi au nombre d’amendes récoltées. Si le fond du projet se trouve ici, l’expression « prendre les Français pour des vaches à lait » aurait tout son sens.

Néanmoins, cette mesure n’est pour l’instant qu’un projet. La législation actuelle reste toujours en vigueur. Cette dernière sanctionne d’un point et 68€ un dépassement de 1 à 20 km/h la vitesse maximale hors agglomération et de 135€ et un point en agglomération.

Paul-Emile

Paul-Emile

Passionné d'automobile au sens large, j'ai une préférence pour tout! J'écris en parallèle de mes études de science politique pour le bonheur de partager. Au plaisir sur les routes et sur mon Instagram.

Shares