Actualités

Les mesures anti-voiture dans les grandes villes ne sont pas si contestées

Selon un sondage Caroom/Ifop, les Français ne sont pas farouchement opposés aux mesures anti-voiture ! Les citadins sont notamment favorables à la limitation à 30 km/h.

Le dimanche 27 septembre aura lieu la journée sans voiture à Paris. Ce sera la sixième édition de ce rendez-vous imaginé par Anne Hidalgo. La maire de la capitale est réputée pour ses décisions afin de réduire la place de l’auto en ville. Elle va assurément servir de modèle dans les villes hexagonales qui viennent de passer sous pavillon écologique à l’occasion des dernières municipales, comme Lyon ou Bordeaux. Le site Caroom.fr s’est associé à l’institut de sondage Ifop pour interroger les Français sur les mesures dites anti-voiture, mais aussi leurs habitudes de transports, alors que ces dernières sont bousculées par le coronavirus.

Surprise, les mesures anti-voiture sont loin de faire hurler les Français. Au contraire, 49 % des sondés y sont favorables, soit quasiment la moitié. Moins étonnant, l’adhésion est plus nette dans les villes de plus de 100.000 habitants : 62 % des habitants souhaitent que leur municipalité réduise la place de l’auto dans leur commune. Toujours dans les grandes villes, l’engouement est plus net chez les femmes et les jeunes (79 % de pour chez les 18/24 ans).

D’ailleurs, dans l’esprit de beaucoup, le processus est déjà en place : 72 % des habitants des grandes villes ont l’impression que les pouvoirs publics les dissuadent d’utiliser leur voiture dans leur commune. 63 % se disent déjà mécontents des conditions de circulation dans les métropoles. Cela ne les empêche pas de soutenir des mesures anti-voiture ! 77 % sont favorables à la création de zone piétonnes, 65 % plébiscitent la limitation à 30 km/h. En revanche, chasser les diesels des centres ne receuille que 45 % des suffrages. De plus, à peine un quart est favorable à une diminution des places de stationnement.

Le sondage montre une évolution des moyens de transports utilisés en ville pour se rendre au travail ou sur le lieu d’études. Chez les citadins, entre 2015 et 2020, la part du vélo passe de 5 à 15 % ! Pour la marche à pied, on passe de 11 à 17 %. La voiture a fortement reculé, de 44 à 29 % ! Ces changements s’expliquent par des raisons écologiques mais aussi sanitaires, les usagers des transports en commun ayant plus peur d’être infectés par le coronavirus, la distanciation sociale y étant difficile.

Toutefois, on note curieusement que les intentions d’achat d’une nouvelle voiture sont les mêmes pour l’ensemble des Français et les résidents des grandes villes : à chaque fois, 36 % des sondés ont l’intention d’acheter un véhicule, dont 12 % dans l’année à venir. Parmi ceux qui ne comptent pas le faire, la principale raison est le prix d’achat, devant le coût d’entretien.

UnFlo

UnFlo

J'aime les voitures, j'aime les médias, je fais donc la synthèse des deux en écrivant sur Abcmoteur. J'avoue que je suis quand même le bizarre de la bande, car je préfère prendre le clavier pour partager l'information que prendre le volant. Ce qui arrange bien mes collègues dingues de conduite !

Shares