Ford Mustang Mach-E - Avant
Actualités

La Ford Mustang devient un SUV électrique

Kamoulox ? Non, Ford a bien osé le cocktail Mustang + SUV + moteur électrique ! Voici donc la Mustang Mach-E, rivale de la Tesla Model Y.

En 55 ans de carrière, et six générations, la Mustang a été proposée en coupé et cabriolet. Mais tout change aujourd’hui puisque le nom est utilisé pour un SUV, qui plus est à motorisation électrique. Les puristes vont crier au sacrilège devant ce modèle qui n’a pas grand chose à voir avec la pony-car ! Ford assume parfaitement, souhaitant tirer avantage d’un patronyme célèbre pour son premier modèle électrique spécifique (on se souvient de l’éphémère Focus électrique).

Le lien avec la Mustang « classique » est avant tout esthétique. De profil, même si la Mach-E est un SUV, l’air de famille est évident grâce à une astuce : la partie supérieure qui fusionne avec la lunette est peinte en noir, ce qui donne l’impression d’une chute de toit semblable au coupé. La forme du vitrage est similaire et on retrouve les épaules bien marquées. Autre clin d’oeil incontournable : les trois bandes de feux à l’arrière. La filiation est moins évidente à l’avant. On a bien un capot plongeant nervuré, mais pour le reste, c’est assez fade. Symbolique de la motorisation électrique, la calandre est pleine, avec juste un contour peu élégant en partie supérieure.

Ford Mustang Mach-E - Profil Ford Mustang Mach-E - Arrière

Un intérieur très Tesla !

La Mach-E mesure 4,71 mètres de longueur, 1,88 mètre de largeur et 1,60 mètre de hauteur. Grâce à une nouvelle base dédiée à l’électrique, elle a un empattement géant de 2,98 mètres. De quoi favoriser l’espace aux jambes à l’arrière. A noter que les poignées pour l’accès à bord sont remplacées par des boutons cachés au niveau des montants. La clé peut être remplacée par le smartphone, avec un déverrouillage à l’approche du conducteur grâce au Bluetooth.

On trouve une planche de bord qui n’a rien de bien Mustang, à part une légère évocation du double bossage caractéristique en partie supérieure. La présentation fait surtout très Tesla, avec un grand écran vertical 15,5 pouces qui remplace tous les boutons. Le système multimédia apprend les préférences du conducteur afin de lui suggérer des solutions personnalisées. Le coffre a une petite capacité de 402 litres. Mais il y a un deuxième coffre de 100 litres à l’avant. Celui-ci peut être rincé facilement, grâce à une évacuation d’eau.

Ford Mustang Mach-E - Planche de bord Ford Mustang Mach-E - Habitacle

Jusqu’à 600 km d’autonomie

Plusieurs variantes techniques seront proposées. La Mustang Mach-E sera ainsi disponible en propulsion, avec deux batteries de 75,7 et 98,9 kWh. Avec la première, la puissance sera de 258 ch et l’autonomie de 450 km environ, avec la deuxième ce sera 285 ch et jusqu’à 600 km. Il y aura ensuite des variantes à quatre roues motrices, grâce à un deuxième bloc sur le train avant. Via le même choix de batterie, les puissances sont de 258 et 337 ch, les autonomies de 420 et 540 km. Ford proposera par la suite une Mustang Mach-E GT de 465 ch, promettant le 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes.

Pour la recharge, il y aura la solution basique de la prise domestique, pour récupérer selon Ford environ 14 km par heure. Autant donc acheter du départ la Wallbox que proposera la marque en option, pour avoir 60 km environ par heure. La bonne nouvelle est que Ford est associé au projet de bornes de recharge ultra-rapide Ionity, avec puissance de recharge maximale de 150 kW. Sur ce type de borne, on passe de 10 à 80 % de charge en 38 mn avec la version standard.

Ford Mustang Mach-E - Profil

Il est possible de réserver un modèle, en versant un acompte de 1000 €. La commande sera finalisée mi-2020, pour une livraison dans un an. Le prix de base de la Mach-E est déjà connu : 48.990 €. La version de lancement haut de gamme First Edition, avec transmission intégrale et grosse batterie, est à 69.500 €.

UnFlo

UnFlo

J'aime les voitures, j'aime les médias, je fais donc la synthèse des deux en écrivant sur Abcmoteur. J'avoue que je suis quand même le bizarre de la bande, car je préfère prendre le clavier pour partager l'information que prendre le volant. Ce qui arrange bien mes collègues dingues de conduite !

Shares