Actualités

Femmes au volant, encore des clichés au tournant ?

Quelques jours avant la journée de la femme (le 8 mars), la société Tiregom publie les résultats d’une enquête sur l’automobile et les femmes, avec plus précisément la volonté de savoir si le sexisme au volant existait toujours. Ont été intérrogées 1.200 personnes (la parité ayant été respectée), titulaires du permis et propriétaire d’une voiture. Malheureusement, les résultats ne réservent guère de surprise, confirmant que les clichés ont la vie dure.

Les femmes plus dangereuses ?

21 % des sondés sont d’accord avec le fait que « les femmes conduisent moins bien que les hommes ». Un score global gonflé par les réponses de ces messieux, puisque 30 % d’entres eux pensent que c’est vrai. On note quand même que 12 % des femmes ont approuvé cette phrase !`

Tiregom en profite d’ailleurs pour rappeler que les statistiques de la Sécurité Routière contredisent le cliché. 67 % des points retirés le sont à des hommes. Les males représentent 95 % des délits routiers.

L’entretien, un truc d’homme ?

Les hommes sont-ils plus doués pour la mécanique que les femmes ? 12 % des sondés ont répondu « oui tout à fait » et 26 % « oui dans certains domaines plus techniques ». Mais le « non pas du tout » est tout de même majoritaire, avec 63 % des avis. Fait très intéressant : les résultats sont quasi identiques pour les deux sexes. Si cliché il y a dans ce domaine, il est donc entretenu par les hommes et les femmes.

Pour 22 % des personnes interrogées, les hommes suscitent davantage de confiance que les femmes pour l’entretien. D’ailleurs, pour ceux qui ne font pas leur entretien, 18 % font appel à un homme de leur entourage et… 0,4 % font appel à une femme de leur entourage. Mais là aussi, on note que la situation n’est pas catastrophique, puisque pour 77,6 % des sondés, il n’y a pas de préférence homme/femme pour faire réparer la voiture.

Les Français soulèvent-ils facilement le capot ?

De manière générale, pour l’entretien, 10 % des sondés indiquent le faire eux-même, 28 % s’en occupent personnellement si possible. Bonne surprise, il y a quasiment autant de mécaniciens amateurs que de mécaniennes, puisque le total de ces deux réponses atteint 41 % pour les hommes et 36 % pour les femmes.

Du côté de ceux qui ne font rien, 10 % du global l’expliquent par le manque de temps et 48 % ne s’en sentent pas capables. Il n’y a pas un énorme écart homme/femme sur ce dernier point, avec 45 % d’hommes et 52 % de femmes. Il y a toutefois une part importante d’hommes (14 %, contre 6 % de femmes) qui évoquent le manque de temps. Est-ce pour éviter d’avouer qu’ils n’en sont pas capables ?

Les chiffres en infograhie

Infographie préjugés femmes automobile

Infographie sur les préjugés des femmes dans l’automobile.

UnFlo

UnFlo

J'aime les voitures, j'aime les médias, je fais donc la synthèse des deux en écrivant sur Abcmoteur. J'avoue que je suis quand même le bizarre de la bande, car je préfère prendre le clavier pour partager l'information que prendre le volant. Ce qui arrange bien mes collègues dingues de conduite !

Shares