Actualités

Confinement : l’inquiétude pour pouvoir faire réparer son auto

Si les garagistes ont le droit de travailler, beaucoup ont préféré baisser le rideau, d’autant que la livraison des pièces détachées est perturbée.

Les garages font partie des magasins qui ont le droit d’ouvrir pendant la période de confinement, étant bien sûr jugés nécessaires au fonctionnement du pays. Mais dans la pratique, cela devient compliqué. Beaucoup de garagistes ont décidé de fermer.

Une enquête menée par le FNA, la fédération nationale de l’artisanat automobile, le confirme. La FNA a envoyé un questionnaire à des TPE du secteur. Parmi les 1090 réponses obtenues, 67 % des entreprises autorisées à ouvrir ont été contraintes de fermer totalement !

Il y a déjà les effets du confinement, avec des employés qui restent chez eux, par crainte du virus ou pour garder les enfants. Il y a ensuite une chute drastique du nombre de clients, qui est logique, vu que le gouvernement demande aux Français de limiter les déplacements au maximum. Et il y a enfin une difficulté de réaliser les travaux par manque de pièces de rechange.

Clairement, ce n’est pas le moment de tomber en panne. Mais l’inquiétude monte pour ceux qui n’ont d’autre choix que d’utiliser leur véhicule. La crainte monte notamment parmi les forces de l’ordre et les professionnels de santé, avec les véhicules d’urgence ou les personnes qui se rendent au travail. Une simple crevaison pourrait tourner au cauchemar, avec la difficulté de trouver un pneu de rechange.

De leur côté, les marques promettent de faire leur maximum pour assurer un service d’urgence aux véhicules prioritaires. Si les concessions sont fermées, la partie garage reste le plus souvent ouverte, mais en service minimum. Reste à assurer la livraison en pièce détachées, ce qui est loin d’être garanti de nos jours avec une chaîne de transport qui ne dépend pas toujours du constructeur.

On rappelle qu’en période de confinement, le passage au garage se fait en cas de réelle nécessité.

UnFlo

UnFlo

J'aime les voitures, j'aime les médias, je fais donc la synthèse des deux en écrivant sur Abcmoteur. J'avoue que je suis quand même le bizarre de la bande, car je préfère prendre le clavier pour partager l'information que prendre le volant. Ce qui arrange bien mes collègues dingues de conduite !

Shares