Actualités

Candidats à la présidentielle : que proposent-ils à la filière automobile ?

Le lundi 14 mars se tenait une réunion entre les représentants de la filière automobile et les porte-parole ainsi que les candidats à la présidentielle. La PFA, Mobilians, la FIEV et la CSIAM ont reçu 8 des 12 candidats à la prochaine élection.

Éric Zemmour, représenté par Sebastien Pillard (Reconquête !)

Pour Éric Zemmour, il faut réindustrialiser massivement la France pour éviter ce qu’il appelle « le grand déclassement » du pays. Pour cela, il souhaite faire baisse de 30 milliards les impôts sur la production et mettre en place des Zones Franches Industrielles (ZFI) afin de redynamiser des territoires ruraux délaissés des entreprises.

Face à la crise récente des carburants, le candidat à une solution qui est de plafonner le prix des carburants a 1,80€. Il souhaite aussi libérer les automobilistes de certaines contraintes avec les mesures suivantes :

  • Suppression du permis à points
  • Restaurer la limitation de vitesse à 90km/h sur les routes nationales et départementales.
  • Revenir à la limitation de vitesse de 50 km/h en ville, sauf zones spécifiques (écoles, hôpitaux…).
  • Mettre fin à toutes les interdictions de circuler en ville en fonction du type de véhicule (ZFE en métropole).
  • Plafonner les amendes de stationnement à 17 € sur tout le territoire.
  • Allonger la durée de validité du contrôle technique de 2 à 3 ans et dispenser les motos.
  • Rendre obligatoire le remboursement par les entreprises de 50% des frais de carburants de leurs salariés pour le trajet du domicile au travail, dans la limite de 40€ par mois et s’il n’existe pas d’alternative de transport en commun.

Emmanuel Macron, représenté par Bruno Le Maire (La Republique En Marche)

Le président sortant candidat depuis peu de temps à sa réélection est attendu sur le sujet de l’automobile, la crise des gilets jaunes a été pour rappel lancée sous son mandat face à une hausse des prix des carburants en raison de l’augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE).

Bruno Le Maire à montrer par les mesures du candidat LREM un accompagnement massif vers une transition électrique raisonnée. Les mesures sont les suivantes :

  • Allègement du poids fiscal qui pèse sur les industries (baisse de l’impôt de production).
  • Plan France 2030 : 8 milliards pour investir dans les technologies de pointe et mise en place du Crédit Impôt Recherche.
  • Accompagnement de l’électrification du parc automobile : accélération du nombre de bornes de recharge rapides, maintenir le bonus de 6 000 € pour les véhicules électriques « Peu de gens croient à la neutralité technologique car c’est une folie. La seule option viable est que l’hybride, hybride rechargeable mais aussi l’hydrogène restent des options. »
  • Accompagnement des secteurs en difficultés : soutenir les secteurs touchés par l’électrification (comme les fonderies par exemple).
  • Accompagnement massif des sous-traitants.

Yannick Jadot, représenté par Karima Delli (Europe Écologie Les Verts)

Le discours est ici plus clivant, la députée européenne a commencé par rappeler que le plus grand défi de XXI ème siècle était la crise climatique. Elle a aussi insisté sur la nécessité de sortir coûte que coûte du thermique. Les mesures du candidat sont :

  • Un investissement de 7 milliards d’euros pour moderniser le réseau de train, elle rappelle que chaque français habite à moins de 10 km d’une gare.
  • Sortir des ICE (moteurs à combustion thermique) d’ici 2030 et non 2035.
  • 1 000 € par an pour le forfait mobilité durable par salarié, et renforcer la question du covoiturage.
  • Instauration d’un Pass climat pour les jeunes (16-25 ans), avec accès illimité aux trains et au covoiturage.
  • Promouvoir le mix énergétique et remettre sur la table la question de l’hydrogène.
  • Promouvoir massivement le Rétrofit en France et en Europe.
  • Coordination européenne pour le recyclage des batteries.

Jean Lassalle (Résistons)

Comme à son habitude le candidat venant des Hautes-Pyrénées a tenu un discours atypique par rapport aux autres candidats. Le candidat a fait allusion plusieurs fois à la grandeur de la France dans les années 70 et ses anecdotes ont fait éclater la salle de rire. Un personnage. Le député a surtout prôné un retour au bon sens de l’industrie automobile. Ses mesures :

  • Suppression du permis à points.
  • Retour aux 90 km/h.
  • Baisse des impôts de production.
  • Aides à la reconversion des entreprises et des salariés.

Jean-Luc Mélenchon, représenté par Eric Coquerel (La France Insoumise)

Le représentant du candidat a appuyé sur la nécessité de limiter l’usage de la voiture personnelle. Il a déclaré « il faut stopper les ZFE, qui favorisent un séparatisme social. Une famille de banlieue qui n’a pas les moyens de s’acheter une voiture neuve voit son accès au centre-ville qui devient limité avec ces dispositifs ». La France Insoumise souhaite alors mise sur le covoiturage, des transports en commun zéro émission. Jean-Luc Mélenchon souhaite aussi plafonner les prix des carburants à 1,40€.

Fabien Roussel, représenté par Jacques Baudrier (PCF)

L’objectif majeur est la décarbonisation massive de la société, en particulier de la mobilité qui représente 31% des gaz à effet de serre. Le candidat souhaite se référer au rapport du GIEC afin d’allouer 5% du PIB à l’écologie. Il souhaite également investir 100 millions d’euros dans les pistes cyclables, annoncé en ironisant : “Nous sommes le pays du Tour de France et nous sommes quasiment les derniers en termes de piste cyclable”. Fabien Roussel propose :

  • Gratuité des transports publics et des transports plus vertueux.
  • Accès au permis de conduire facilité : gratuité pour moins de 25 ans.
  • Favorables aux ZFE mais à condition qu’elles soient accompagnées par des mesures d’aides aux automobilistes.
  • Investissement public de 5 milliards d’euros par an pour l’automobile.
  • Baisser de 30% le prix des billets de train, investir sur le vélo et les pistes cyclables.
  • Investir 25 milliards d’euros pour les transports en commun.
  • Arriver à 100 % du renouvellement de la flotte auto des VE d’ici 2030.
  • Les particuliers qui installeront une borne de recharge à leur domicile bénéficieront d’une réduction d’impôt sur l’investissement.

Marine Le Pen, représentée par Jean-Phillipe Tanguy (Rassemblement National)

Pour la candidate du RN, la voiture doit être revalorisée « Pendant de nombreuses années, la voiture a été pénalisée par les différents gouvernements. Nous entendons aussi des propos diabolisant à son sujet. Nous ne le partageons pas cette défiance. » Le RN affirme que la fiscalité est trop punitive et propose la suppression immédiate des ZFE.

En ce qui concerne les carburants, la candidate propose de baisser la TVA de 20% à 5,5%.

Valérie Pécresse, représentée par Xavier Bertrand (Les Républicains)

Selon le représentant de la candidate LR, l’échéance de 2035 ne peut se faire sans l’hybridation. Néanmoins, il ne faut pas foncer vers l’électrique qui ne serait pas viable pour la filière et les consommateurs. Il montre aussi l’absurdité selon lui des derniers gouvernements qui ont favorisé le diesel il y a une dizaine d’années mais qui va se voir refuser des ZFE en 2024.

Anne Hidalgo (Parti socialiste)

Anne Hidalgo rappelle qu’elle ne diabolise pas la voiture en affirmant qu’elle est venue en Renault ZOE. Elle déclare que « l’on roule mieux à Paris », une déclaration qui ne fait pas l’unanimité et laisse la salle avec un rire moqueur.

  • Comme Marine Le Pen, la candidate socialiste proposer d’alléger le montant de la TVA sur les carburants à 5,5%. Parmi ses autres mesures nous retrouvons :
  • Financement massif des nouvelles infrastructures comme des bornes électriques et stations hydrogène.
  • Aides à l’achat beaucoup plus importantes : mise en place d’un leasing social pour les véhicules électriques qui rendrait les véhicules électriques au même coût que les thermiques.
  • Maintien du malus automobile pour taxer les véhicules les plus polluants.
  • Développement massif du Rétrofit.

Paul-Emile

Paul-Emile

Passionné d'automobile au sens large, j'ai une préférence pour tout! J'écris en parallèle de mes études de science politique pour le bonheur de partager. Au plaisir sur les routes et sur mon Instagram.

Shares