Les contraventions pour le stationnement, les excès de vitesse et toutes autres formes d’impôts déguisés ponctionnés dans le portefeuille de l’automobiliste rapportent, ce n’est pas un scoop. Toutefois, une question méritait d’être posée : où va cet argent ? A savoir les 1,7 milliard d’euros par an que récolte l’Etat français !

Un gros butin dispersé et parfois même sans être suivi !

L’enquête de longue haleine menée par la Ligue de Défense des Conducteurs (LDC) permet d’y voir plus clair. L’association a ainsi pu trouver de nombreuses incohérences dans la réutilisation de l’argent des PV qui devrait bénéficier à l’amélioration de la sécurité routière.

radar automatique 3eme generation essonne

En définitive, il s’avère que c’est un peu tout le monde qui en profite, des collectivité locales à qui on ne demande aucun suivi ou transparence (679 millions d’euros), à la SNCF (40 millions d’euros) et même à l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (45 millions d’euros) ! Même la dette de l’Etat – qui a dit impôt ?! – est renflouée à la hauteur de 452 millions d’euros grâce notamment aux boîtes à images qui abondent aux abords des routes…

Un business payé 8 000 € par mois en moyenne !

L’autre découverte – parmi tant d’autres ! –, c’est que l’on est grassement payé à l’Agence Nationale du Traitement Automatisé des Infractions (ANTAI). En effet, les 24 employés reçoivent en moyenne 8 000 € par mois, soit un salaire plus que confortable payé grâce au racket des conducteurs ! Quand on se rappelle que le directeur de cette même agence faisait payer ses PV par le Trésor Public, on se dit qu’à Rennes (où se trouve l’ANTAI)  l’affaire tourne bien !

D’ailleurs, un rapport du Sénat indique que l’ANTAI, une agence publique, mène « une véritable activité industrielle » et affirme clairement son objectif d’aller plus loin dans ses fonctions en devenant par exemple « l’acteur de référence en matière de traitement automatisé de l’ensemble de la chaîne pénale, au service de tous les ministères, administrations et personnes privées chargées d’un service public ». Nous voilà prévenus.

Source : Ligue de Défense des Conducteurs via Réalités Routières / Crédit photo : Wikimedia