Et si l’après pétrole était… le pétrole de synthèse ? L’invention est d’origine espagnole et française, il s’agit d’un pétrole de synthèse à partir d’algues nommé Blue Petroleum. L’idée est séduisante, on pourrait enfin en finir avec notre dépendance vis-à-vis des pays pétroliers et donc combler une grosse partie du déficit commercial français.

Comment ça marche ?

les tubes pour pour la production de biopétrole par BFS

400 tubes permettent la prolifération des micro-algues

L’équipe de chercheurs franco-espagnols a trouvé une plante forte intéressante, il s’agit d’une algue pêchée en Mer Méditerranée et dans l’Océan Atlantique obtenue à partir d’une dizaine de souches tenues secrètes. Cette micro-algue permet de produire du biopétrole. Mais comment s’effectue la production de ce pétrole vert ? Voici quelques unes des étapes qui ont lieu dans l’usine près d’Alicante, en Espagne.

  1. des micro-algues à la prolifération extrêmement rapide sont baignées dans 400 tubes remplit d’eau entre autres. Le but est de reproduire de façon accélérée ce qui s’est passé il y a des millions d’années quand le phytoplancton s’est transformé en énergie fossile.
  2. la société Bio Fuel Systems (BFS) reçoit du CO2 produit par une cimenterie voisine afin de « nourrir » les algues. Ces dernières ont besoin pour proliférer de photosynthèse (avec le soleil) et de gaz carbonique.
  3. Les algues se développent à vitesse « grand V ». En 48 heures, le résultat désiré est obtenu.
  4. Tous les jours le liquide obtenu dans les grands tubes sont filtrés. On a de la biomasse qui sera ensuite utilisée pour la production du carburant bio.
  5. Le reste du liquide qui est constitué d’eau est réintroduit dans les tubes.

Les schémas :

Pour quels résultats ?

Selon le président et fondateur de BFS, l’ingénieur français Bernard Stroïazzo-Mougin qui a travaillé sur des chantiers pétroliers au Moyen-Orient, avec « Une unité qui ferait 50 km sur 50 km, ce qui n’est pas quelque chose d’énorme, dans des zones désertiques du sud de l’Espagne, on pourrait produire environ 1 million 250 000 barils par jour« . Il ajoute qu’avec une telle production, on pourrait égaler ce qu’exporte l’Iran chaque jour.

Peut-on espérer voir ce pétrole à la pompe ?

Si BFS ne pourra pas se développer sans des subventions de différents Etats, il faut également prendre en compte le fait que l’usine présente en Espagne n’est encore qu’un « laboratoire ». Par conséquent, la production industrielle ne débutera pas avant 5 ou 10 ans ! A quel prix se vendra le baril à ce moment-là ?

plusieurs barils bleus de pétrole de synthèse

Quels avantages pour le Blue Petroleum ?

  • en finir avec la dépendance vis-à-vis des pays producteurs de pétrole
  • pas de transformation des motorisations équipant les véhicules actuels
  • avoir un prix compétitif avec la vente de produits dérivés tel que des acides gras de type Omega 3 obtenus à partir de la biomasse
  • avoir un prix stable, quoique…
  • réduire le déficit commercial
  • il s’agit d’une innovation franco-espagnole
  • ce pétrole écologique a la même capacité à brûler que le pétrole brut que l’on connait
  • cette technologie est soutenue par le secteur aéronautique qui cherche une solution au pétrole d’origine fossile

Quels inconvénients pour le Blue Petroleum ?

  • il lui faut trouver des financements
  • les groupes pétroliers et les Etats reculent face à toute révolution énergétique. Ce ne sont pas des éoliennes et le solaire qui remplaceront le pétrole tellement ces solutions sont coûteuses et non-rentables
  • des projets similaires ont également été lancés dans le monde, en Allemagne notamment, avec le groupe suédois Vattenfall qui absorbe avec des algues le dioxyde de carbone émis par des centrales à charbon
  • le Blue Petroleum rejette le CO2 qu’il avait absorbé durant sa création lors de son utilisation. Il déplace donc la pollution

—–

Reportage à l’usine d’Alicante sur l’Algopétrole

France 2 s’est rendu sur place pour découvrir l’usine qui produit peut-être le pétrole de demain.

[flv]http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2011/08/reportage-bio-petrole-algue.flv[/flv]