Le renouvellement des grandes berlines Audi s’est fait en un temps record. Après la nouvelle A8, dévoilée en juillet 2017, puis la seconde génération d’A7, révélée en octobre dernier, place à une toute nouvelle A6. Les premières photos officielles sont publiées quelques jours avant les débuts en public de l’auto au Salon de Genève.

Pour l’image, le constructeur avait donné la priorité à la refonte de son porte-drapeau. Mais pour les volumes de ventes, il aurait mieux fallu s’attaquer en premier à l’A6, tant la routière avait pris un coup de vieux face à ses deux grandes rivales, BMW Série 5 et Mercedes Classe E, revues ces deux dernières années. Des rides surtout à bord et côté technologies, car l’extérieur avait bien vieilli.

Un style légèrement musclé

Sans surprise, pas de révolution, ni d’originalité pour le design. Comme les dernières Audi, l’A6 adopte des lignes plus anguleuses, tracées à la règle. C’est propre, c’est net, mais pas très affriolant. Ce n’est de toute façon pas ce qu’on demande à une A6. Parmi les évolutions, on note une calandre abaissée et élargie ou encore des épaules marquées. Il n’y a en revanche pas de bandeau de feux à l’arrière comme sur les grandes soeurs.

C’est donc à l’intérieur que le changement est plus important. La planche de bord multiplie les écrans. En plus de celui de l’instrumentation, il y en a deux au niveau de la console centrale. Celui du haut fait jusqu’à 10,1 pouces. Avec celui du bas, il est possible d’entrer des informations pour le GPS de manière manuscrite. Le système permet de placer les fonctions du véhicule dans la position souhaitée sur les écrans par un simple geste « glisser-déplacer », comme les applications d’un smartphone. Des raccourcis et des boutons favoris peuvent être configurés selon les préférences de chacun. Il y a en plus une commande vocale évoluée.

Elle se gare sans vous

L’A6 sera une voiture intelligente et ultra-connectée. Le système de navigation a une fonction apprentissage, selon les itinéraires empruntés, et intègre l’info-trafic. Avec les services Audi connect, le conducteur reçoit des alertes sur les dangers potentiels et la signalisation, ou peut être guidé vers une place de parking libre. Pour la manoeuvre, il sera possible de descendre de la voiture et de la regarder se garer !

La nouvelle A6 mesure 4,94 mètres de longueur, soit 1 cm de plus que l’ancienne. L’empattement gagne aussi 1 cm, à 2,92 m. L’habitabilité progresse, avec plus d’espace pour les jambes des passagers à l’arrière, et une meilleure garde au toit. Côté volume de coffre, c’est le statu-quo avec 530 dm3.

Sous le capot, l’A6 généralise la micro-hybridation, avec une batterie 48V (sur les V6, 12V pour les 4 cylindres) et un alterna-démarreur qui coupe le moteur dès 22 km/h. De quoi gagner quelques décilitres. Un seul essence sera au programme pour commencer, le V6 3.0 TFSI de 340 ch. Coté diesel, le choix sera large, avec en entrée de gamme le petit 2.0 TDI de 204 ch. Puis il y a les V6 3.0 TDI de 231 et 286 ch. La boîte automatique est généralisée, la transmission intégrale Quattro est de série sur les V6.

La voiture arrivera dans les concessions cet été.