Audi A3 berline
Essais

Essai de la nouvelle Audi A3 berline 35 TFSI

Alors que nous avons déjà essayé l’A3 en version Sportback diesel, voici maintenant le test de cette même A3 mais en déclinaison berline associée à sa motorisation essence à hybridation légère. Nous avons parcouru 800 km entre Paris et Marseille avant de profiter des routes de serpentant au dessus de Cassis.

Vu de France, on se demande bien pourquoi Audi persiste à proposer une déclinaison berline de son A3 étant donné la préférence de notre marché national pour les compactes à hayon. Oui mais voilà, au niveau mondial, la différence est plus ténue, voyez plutôt : L’an dernier, il s’est vendu 128 000 exemplaires d’A3 Sportback quand son pendant tricorps faisait le bonheur de 104 000 nouveaux propriétaires. Un chiffre plus qu’honorable qui nous amène à notre essai de cette Audi A3 berline.

Audi A3 berline

Audi nous a convié à Paris, par une morne matinée pluvieuse, à prendre le volant de son A3 berline équipée du moteur 1.5 TFSI 150 mHEV DSG7 (traduction de ce  »des chiffres et des lettres » technique : un bloc essence de 1.5 l de cylindré développant 150 chevaux associé à une micro-hybridation et à la boite automatique double embrayage et 7 rapports). À son volant, nous allons rallier la capitale à Marseille, promesse de plus de soleil et de chaleur. Mais le constructeur allemand, confiant envers la sobriété de sa compacte, a scellé la trappe à carburant. Nous parcourrons donc les 800 km nous séparant de la cité phocéenne sans ravitailler.

Audi A3 berline

Nous sortons du parking et passons tout de suite en mode de conduite Efficiency, le plus économe des modes présents. Sortir de la jungle parisienne aurait pu être une formalité si le système multimédia n’avait pas décidé de redémarrer tout seul par deux fois, nous privant du même coup de navigation. Un soucis réglé par la suite, visiblement du à notre câble de recharge multi-connectique raccordé à un téléphone Android (un soucis assez spécifique donc).

Une fois l’A6 rejointe, commence le long ruban de bitume qui nous conduira tout droit à Marseille. Avec son amortissement prévenant et sa bonne insonorisation, les kilomètres défilent sans fatigue. Seul bémol, les sièges sport dont la fermeté excessive ne permet pas d’en faire les meilleurs amis des gros rouleurs.

Un intérieur soigné

Audi A3 berline

L’A3 berline profite d’une très bonne qualité de finition avec des ajustements précis et des matériaux globalement valorisants. Pour être tatillon, nous pourrons tout de même noter les parties basses qui ne bénéficient pas du même traitement avec des plastiques d’une qualité moindre (sans pour autant atteindre la petite déception de l’Audi A1). Rien de dramatique mais Audi nous a habitué à mieux !

La planche de bord est identique à celle de la version Sportback et se différencie des autres compactes du groupe Volkswagen grâce notamment à ses aérateurs disposés de part et d’autre des compteurs. Elle en profite aussi pour proposer une meilleure ergonomie que les dernières Golf 8 et  Leon avec par exemple, des boutons de climatisation physiques.

Audi A3 berline
Audi A3 berline
Audi A3 berline
Audi A3 berline

La pause déjeuner que nous prenons une fois Beaune passé nous permet de détailler cette A3 tricorps. De face, pas de différence entre la berline et la Sportback. On retrouve la calandre Single Frame de cette nouvelle génération, plus large et plus aplatie que précédemment, les optiques sont identiques tandis que les ailes arrière sont légèrement gonflées et les flancs creusés. Le profil se distingue avec sa ligne de toit tombant en arc de cercle qui amène vers la poupe. Si l’empattement est inchangé, le porte à faux arrière se trouve allongé de 16 cm pour loger la malle. Si ce coffre s’avère moins pratique que le hayon de la version Sportback, il revendique néanmoins 425 litres, soit 45 de plus que celui de l’A3 5 portes.

Audi A3 berline
Audi A3 berline
Audi A3 berline

Sobre A3

Alors que jusqu’à présent, nous avons roulé aux environs de 110 -120 km/h, nous reprenons la route en roulant cette fois à allure normale, bien aidé en cela par le relief. En effet, les montées se font moins ardues et les descentes plus nombreuses, ce qui nous permet ainsi de profiter pleinement du mode roue libre qui permet de désolidariser la boite de vitesse du moteur lorsqu’il n’est pas sollicité et que nous relâchons la pédale d’accélérateur. Un mécanisme imperceptible que nous remarquons seulement en fixant l’aiguille du compte tour qui tombe alors à 0. Sur cette deuxième partie du trajet, cela nous permet d’économiser quelques précieux décilitres de sans plomb.

Grâce à cela, nous arrivons sans peine jusqu’à Marseille alors que la réserve vient de s’allumer. L’ordinateur de bord nous indique une autonomie restante de 100 km pour une consommation moyenne de 5,6 l / 100 km. Une excellente valeur qui fut toutefois surpassée par certains de nos camarades qui ont même réussi à atteindre le chiffre record de 4,6 l / 100 km, mais au prix d’une éco-conduite extrême. Dans la réalité des faits et sans faire spécialement attention, il faudrait tabler sur une consommation réelle d’environ 6 l au 100 km, ce qui reste excellent pour un moteur essence de 150 ch. Il est à noter que nous n’avons pas utilisé le régulateur de vitesse lors de notre trajet puisque celui-ci a pour unique but de maintenir la vitesse souhaitée, au détriment, parfois, de la consommation.

Audi A3 berline

Confort plus que sport

Après une bonne nuit de sommeil et le plein effectué, nous voilà repartis, mais cette fois sur les jolies routes au dessus de Cassis pour juger des qualités dynamiques de cette A3 berline. Sur les routes qui serpentent entre mer et montagne nous passons en mode sport pour profiter pleinement des 150 ch du 1.5 eTFSI.

Audi A3 berline

Si la puissance s’avère suffisante pour parcourir les lacets de l’arrière pays marseillais à bon rythme, elle est délivrée de façon très linéaire (comme dans la Seat Leon) ce qui gomme quelque peu les sensations. Le châssis se montre des plus rassurants avec une auto qui vire à plat tandis que la direction précise permet de placer l’avant de l’auto comme on le souhaite, l’arrière suivant ensuite sans broncher. Sur notre modèle d’essai, équipé de l’amortissement piloté (option à 1.120 euros), cette efficacité ne se fait pas au détriment du confort. À défaut d’être joueuse, cette A3 se veut avant tout rassurante et confortable.

Audi A3 berline
Audi A3 berline

Coté Tarif

Cette A3 berline démarre à 28 750 €, soit 550 € de plus que l’A3 Sportback. Un prix qui n’a rien d’indécent d’autant plus que l’équipement de la version d’entrée de gamme n’a rien de ridicule et que sa concurrente principale, la Mercedes Classe A berline, s’affiche elle à partir de 30 549 €. Mais celle qui pourrait le plus souffrir de cette A3 à coffre pourrait bien être…l’A4 ! Cette dernière ne s’offre pas à moins de 33 850 € et ne propose que quelques litres supplémentaires dans le coffre et un espace aux jambes à peine supérieur pour les passagers. L’A3 berline n’est donc pas un choix à négliger !

Audi A3 berline
Jean-Baptiste TRICHOT

Jean-Baptiste TRICHOT

Passionné le monde de l'automobile depuis tout petit, j'adore échanger et partager avec d'autres amoureux d'auto. Nouvelles ou anciennes, stars des showrooms ou modèles oubliés, elles m’intéressent toutes, surtout si je peux être au volant !

Shares