Sorties

Visite à Epoqu’Auto

A chaque début novembre se tient, à Lyon, le salon Epoqu’Auto organisé depuis 1979 par le Club des Amateurs d’Automobiles Anciennes. Celui ci, se déroule sur trois jours du vendredi au dimanche regroupant plus de 800 exposants très divers. Visiteurs depuis plusieurs années, cette fois ci, j’ai décidé de vous présenter et partager quelques éléments de l’organisation.

Un très propre Honda CRX Vtec présenté par le club Honda.


La « New Stratos », basée sur une Ferrari 430 Scuderia est une réinterprétation moderne de la Lancia des années 70.

800 exposants permettent une large hétérogénéité. Parmi eux, on trouve de tout et pour tout le monde, des autos d’avant guerre, aux supercars, en passant par les voitures populaires, de compétitions, des deux-roues ou des poids lourds. 

Le Renault Espace F1 laissait le privilège aux visiteurs d’admirer sa mécanique.

Cette année était mise à l’honneur, un héritage important de Bentley pour les 100 ans de la marque. Parmi elles, étaient présentées une 3 litres sport, première production victorieuse au 24h du Mans en 1924 et la dernière auto britannique à gagner au 24h, la Bentley Speed 8. Un autre plateau célébrait les 50 ans de Simca, de quoi rappeler des souvenirs d’enfance à beaucoup de visiteurs. On avait le loisir de voir: les iconiques Bagheera et Murena, la Simca 1000 mais encore la sportive Talbot Sunbeam Lotus dans sa version proto. Youngtimer présentait, une intéressante sélection de breaks des années 90 et 2000 avec: une Honda Aerodeck, une Volvo 850 T5R, une Alfa Romeo 156 GTA et une Saab 9-5 turbo… Comme de coutume, Peugeot est présent avec sont programme « l’aventure Peugeot », Citroën en fait de même, ainsi que Renault dans un autre Hall, la possibilité de découvrir ou de redécouvrir des modèles ayant dorés le patrimoine automobile français. 

Bentley Speed 8.


Breaks youngtimers.


Renault présentait une série de différentes 4L, en voici une version fourgonnette.


Un exemple d’autos présentées à la vente par des garages spécialisés.

Epoqu’Auto est aussi l’occasion de retrouver de nombreux professionnels de l’automobile, beaucoup de garages exposent leurs autos à la vente, allant des plus abordables comme des Renault 4L aux plus exclusives et mythiques. Une vente aux enchères orchestrées par la maison Osenat est aussi de la partie proposant à la vente de rares Jensen Interceptor, Citroën M35 et Porsche 911 Speedster. Des clubs exposants fièrement et avec passion les voitures de leurs membres. Un merveilleux lieu d’échanges entre passionnés et curieux pour en apprendre plus au contact de ceux qui connaissent parfaitement leurs domaines. Le salon est aussi un endroit de commerce pour beaucoup d’équipementiers, des ateliers (selliers, carrossiers, préparateurs, mécaniciens spécialisés…). Notons sur cette édition, l’ouverture du salon à des acteurs de l’automobile plus proche de la compétition automobile comme des drifteurs professionnels et aussi au « restomod ». C’est une importante occasion de négociation de pièces pour les anciennes qui sont parfois difficiles à trouver et se vendant de manière ésotérique. Il en va de même pour beaucoup de revues et de documentations anciennes.

Magnifique travail de sellerie sur ce siège « Cobra » de M3 E36.


Jensen Interceptor présentée à la vente aux enchères. 

La visite du salon ne se fait pas que dans son enceinte en effet, une partie très intéressante est le parking réservé aux anciennes. Celui ci est l’occasion de voir des voitures plus rares les unes que les autres. Cette année ne fit pas exception avec le samedi par exemple, nom de Zeus deux DMC-12 Delorean, une M3 CSL, Audi Sport Quattro, Ferrari 550 Maranello… Il ne faut pas négliger cette partie, elle fait partie de la visite et vous ne serez pas déçu. À ce propos, le parking est gratuit si vous venez en ancienne.

En résumé, nous avons à faire ici à un salon très riche, divertissant et passionnant pour le plus grand nombre. Le deuxième plus important du genre après Rétro-Mobile à Paris. Compter au minimum une demi-journée à une journée complète de visite si vous comptez faire toutes les allées, négocier des pièces ou discuter entre passionnés. Néanmoins attention, l’accès au salon peut se faire un peu désirer en raison de sa forte affluence notamment le samedi et le dimanche qui créée des ralentissements à ses abords. Un rendez-vous à manquer sous aucun prétexte si votre coeur bat pour les anciennes. 

Paul-Emile

Paul-Emile

Passionné d'automobile au sens large, j'ai une préférence pour tout! J'écris en parallèle de mes études de science politique pour le bonheur de partager. Au plaisir sur les routes.

Shares