Essais

Essai Mercedes CLA 200 AMG Line : Des étoiles plein les yeux

De retour pour une deuxième génération, le « coupé 4 portes » petit format de Mercedes frappe fort avec un design des plus aguicheurs. Mais sous sa belle robe se cache une conception mécanique perfectible, qui entache un peu le beau tableau.

Essai Mercedes Cla 200 2019 10
Essai Mercedes Cla 200 2019 9

Quand Mercedes a sorti le CLS en 2004, le concept de berline-coupé était encore très neuf. Design élancé, silhouette fuyante et habitabilité sacrifiée sur l’autel du style ont fait des adeptes, au point que la concurrence s’y mette. Qu’elle soit premium, comme avec les Audi A7 et BMW Serie 6 et 8 Gran Coupé ou bien totalement inattendue, à l’image de la Kia Stinger. Seize ans plus tard, l’idée s’est bien développée et Mercedes l’a déclinée entre temps sur son plus petit modèle, la Classe A. Autant trouvais-je le CLA premier du nom un peu lourd visuellement et bizarrement proportionné, autant je concède une réelle élégance à sa descendance.

Essai Mercedes Cla 200 2019 13
Essai Mercedes Cla 200 2019 11
Essai Mercedes Cla 200 2019 12
Essai Mercedes Cla 200 2019 14

Le CLA 2019 est franchement beau, peu importe l’angle sous lequel on le regarde. De la proue acérée à la poupe joliment taillée, le design fin confère une certaine prestance à l’auto, qui se démarque assez radicalement des compactes à hayon, plus commune sur le segment. Un constat d’autant plus vrai que mon modèle d’essai rouge ne passe inaperçu nul part. Sur le joli port d’Honfleur, les passants se retournent aisément sur son passage, et les petits sourires d’appréciation ne sont pas rares.

Ambiance haut de gamme

Essai Mercedes Cla 200 2019 8
Essai Mercedes Cla 200 2019 6

Fort heureusement, l’habitacle joue sur le même tableau. La présentation épurée et classieuse fait mouche et le dessin simplissime de la planche de bord, avec ses deux écrans juxtaposés (inclus dans le pack Premium Plus à 3 500 € comprenant également les très bons phares à LED matriciel, le toit ouvrant et les sièges avant électrique à fonction mémoire), permet au CLA d’afficher un certain minimalisme tout en assumant un goût prononcé pour la technologie. La Mercedes embarque d’ailleurs le système d’infodivertissement MBUX inauguré sur la Classe A, bien servi par un écran tactile réactif et un assistant virtuel qui se déclenche à la voix quand on l’appelle avec la formule « Hey Mercedes ». L’ensemble s’est montré convaincant et même les noms de rues compliqués sont relativement bien compris par l’intelligence artificielle. Gros point positif, naviguer dans les menus peut se faire directement via l’écran, mais aussi à l’aide du pad tactile sur la console centrale, ou encore via les commandes sur la branche droite du volant. Autant de possibilités qui sont ultra bénéfiques en conduisant, car elles permettent de rester concentré sur la route et de ne pas se laisser distraire en cherchant où poser le doigt sur l’écran.

Essai Mercedes Cla 200 2019 7
Essai Mercedes Cla 200 2019 3
Essai Mercedes Cla 200 2019 5
Essai Mercedes Cla 200 2019 4

Les matériaux employés sont globalement qualitatifs, si l’on excepte les commandes de climatisation au plastique un peu léger et le faux placage alu de la planche de bord. Ces détails mis à part, les différents boutons et comodos inspirent confiance et sont agréables au toucher. Le constat est toutefois plus mitigé pour les beaux sièges sport inhérents à la finition AMG Line. S’ils sont bien dessinés et maintiennent correctement, ils sont d’une fermeté excessive et deviennent pénibles sur des trajets de plus de 200 km. En outre, ils induisent une impression de confinement pour les passagers arrière, qui ne sont déjà pas choyés par un toit très bas et une surface vitrée réduite. Contre toute attente, le coffre est pour sa part généreux (460 litres annoncés) et peut sans mal contenir trois sacs de voyage et quelques affaires, afin de partir sereinement en vacances.

Compromis raté

Essai Mercedes Cla 200 2019 2

Malgré son allure ultra dynamique, le CLA n’a rien de sportif sur route, où ses mouvements de caisse marqués n’incitent pas à conduire de manière enjouée. Passe encore si le confort était vraiment au rendez-vous, mais ce n’est malheureusement pas le cas, la faute à des réglages de suspension perfectibles, au moins avec la suspension adaptative dont mon modèle était équipé. Sur les petits chocs à basse vitesse (40 km/h) le CLA se montre un peu raide. Mais quand le rythme augmente, au lieu de mieux absorber les défauts de la chaussée, le châssis s’affaisse sur ses appuis et jugule mal les mouvements verticaux des roues, même en mode Sport. Résultat, des remontées désagréables se font sentir dans l’habitacle, et il est possible d’arriver en butée d’amortisseurs alors même que vous roulez à une allure parfaitement légale. Un problème que l’on peut imputer en partie aux grosses jantes de 19 pouces (très esthétiques mais particulièrement vulnérables aux trottoirs), qui génèrent également quelques trépidations à vitesse autoroutière.

Essai Mercedes Cla 200 2019 1

C’est dommage, surtout que le 4-cylindres essence 1.3 de 163 ch ne s’en sort pas trop mal pour mouvoir le CLA. Il est volontaire plus qu’il n’impressionne par sa vigueur, mais il est parfaitement suffisant au quotidien. Quant à la consommation, elle est acceptable, avec 7,5 l/100 km relevés lors de l’essai. De son côté, la boite à double embrayage et 7 rapports est assez lente (même en utilisant les palettes au volant), ce qui n’est pas gênant en conduite coulée. Elle pourrait toutefois mieux maîtriser les rétrogradages en ville, où quelques à-coups sont clairement perceptibles.

Essai Mercedes Cla 200 2019

Le prix de l’image

À 48 450 € pour une configuration raisonnablement optionnée comme mon modèle de prêt (prix de base 41 150 €), le CLA 200 AMG Line n’est clairement pas bon marché. Il dispose d’un style quasi unique dans son segment (il n’y a guère que la Hyundai i30 Fastback qui peut s’y apparenter, avant que la BMW Série 2 Gran Coupé ne vienne constituer une alternative premium), d’un habitacle qualitatif et d’un moteur qui fait le job au quotidien. Reste qu’il faut composer avec des réglages de suspension qui manquent le bon compromis confort/dynamisme suggéré par la plastique du CLA, et qui permettrait d’en faire un modèle pleinement désirable.

Essai Mercedes Cla 200 2019 15
Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares