Citroën C3 Aircross
Essais

2 500 km au volant du Citroën C3 Aircross Puretech 130 EAT6

En ces temps de confinement, dé-confinement, re-confinement, on vous propose de vous évader en Bretagne au volant du Citroën C3 Aircross équipé de son 1.2 Puretech de 130 ch. Obligatoirement associé à la boite automatique EAT6, le petit SUV des chevrons nous a accompagné durant 2 500 km de bord de mer salé et venteux.

Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross

Sur l’autoroute qui nous amène à Nantes, nous profitons des sièges aux assises larges et généreusement rembourrées qui épargnent les dos les plus sensibles, tout en dominant la route grâce à la position de conduite haute, typique des SUV. L’ambiance Colorado (900 €) dont bénéficie notre modèle permet à diverses pièces de l’habitacle (sellerie mi- cuir, inserts de planche de bord, volant bi-ton etc) d’arborer une jolie couleur camel. L’intérieur de ce C3 Aircross, baigné de lumière grâce à notre toit ouvrant panoramique optionnel (850 €), est donc chaleureux. Une chaleur qui n’est pas gâchée par la présence de nombreux plastiques durs, notamment sur les contre-portes (qui bénéficient tout de même d’un joli tissu molletonné sur l’accoudoir).

Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross

La planche de bord accueille le même écran tactile de 7 pouces que les autres modèles de chez PSA. Placé un peu trop bas, le consulter oblige à quitter la route des yeux, mais permet une bonne accessibilité en étant à portée de main. Sa réactivité moyenne prête en revanche le flanc à la critique et oblige parfois à valider deux fois une même action. Gênant, d’autant plus que trop de commandes passent par ce dernier, comme le réglage de la climatisation ou la déconnexion du Stop & Start (ce dernier manquant par ailleurs de discrétion au redémarrage).

Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross

Adepte du confort

Arrivés dans la cité nantaise, nous en profitons pour visiter le château des Ducs et passer sous les impressionnantes grues Titan situées sur l’ile de Nantes. Après avoir flâné sur les bords de Loire, nous repartons en direction de Guérande tout proche. Sur les routes serpentant entre les marais salants, notre C3 Aircross se débrouille plutôt bien. Mais le sinueux n’est pas sa bolée de cidre. L’amortissement souple, permettant une filtration efficace sur les aspérités de la route, se montre ici trop lâche. Cela a pour effet un manque de tenue de la caisse et une prise de roulis marquée dans les virages. Un phénomène d’autant plus ressenti au volant avec les fauteuils qui n’offrent qu’un faible maintien latéral, que ce soit au niveau de l’assise ou du dossier.

Citroën C3 Aircross

Dans ces conditions, la boite de vitesse automatique EAT6 manque de vivacité pour être vraiment convaincante et rétrograde trop tardivement. Mais l’absence de frein moteur n’incite de toute façon pas à descendre les rapports de façon prématuré, cela ayant surtout pour effet de faire entendre davantage le moteur sans qu’un quelconque ralentissement ne soit perceptible.

Bâti sur la plateforme PF1 des C3 actuelles et 208 I, avec une orientation clairement plus confort que sport, le C3 Aircross se veut très rassurant dans ses réactions et ne vous surprendra jamais. Le plus efficace reste encore de ne pas le brusquer et de profiter de son moelleux.

Citroën C3 Aircross

La route défile et l’on passe rapidement à la Turballe et son port de pêche spécialisé dans la sardine et l’anchois pour filer à Piriac-sur-Mer et son charmant centre historique. Nous continuons vers la Trinité-sur Mer, dont le port abrite des voiliers de compétition, parmi lesquels certains parcourent les océans pour le Vendée Globe, puis vers Carnac tout proche, célèbre pour ses impressionnants alignements de 2 934 menhirs (dont le plus grand mesure tout de même 6,5 m).

Un look très Citroën

Après avoir dégusté une excellente galette de sarrasin (comment pouvions nous y échapper en Bretagne !), nous reprenons la route sur l’une des nombreuses voies rapides bretonnes limitées à 110 km/h. Les 130 ch et 205 Nm de couple sont amplement suffisants pour se retrouver facilement à la vitesse maximale autorisée dans une sonorité de trois cylindres bien marquée à l’accélération. La boite automatique EAT6, associée d’office à ce moteur, égrène ses rapports en douceur et permet ensuite au moteur de se faire oublier, contrairement aux bruits aérodynamiques. Bien présents dans l’habitacle, ils n’empêchent pas pour autant les discussions entre les passagers.

Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross

Nous nous garons à Pont-Aven, le gabarit réduit du C3 Aircross et la caméra de recul facilitant l’opération, nous déambulons dans les ruelles et sur les bords du canal (où se trouve pas moins de 15 moulins à eau) qui ont tant inspiré de nombreux artistes impressionnistes, comme Paul Gauguin, lors de leurs séjours dans la cité des peintres. Nous profitons de cette halte pour détailler le physique de notre monture. Tout en rondeurs, le C3 Aircross offre un visage sympathique qui détonne dans un paysage automobile moderne qui se veut toujours plus sérieux et arborant des lignes davantage orientées vers le dynamisme et les arêtes marquées. Ce côté jovial peut être accentué par des teintes de carrosserie variées et une personnalisation accrue (toit de couleur différente ou  un  »pack color » touchant les barres de toit, les entourages d’optiques, les coques de rétroviseurs etc.). Certains peuvent trouver ce design trop  »mou », mais il a le mérite de ne pas ressembler à la concurrence.

Citroën C3 Aircross

Digne successeur des monospaces

Nous passons la Pointe-du-Raz, surplomb rocheux dominant l’océan Atlantique, et continuons pour nous rendre sur la presqu’île de Crozon, bout de terre sauvage aux points de vue sublimes donnant sur une mer cristalline. Sur la route, nous croisons une biscuiterie, un endroit qui nous perdra et mettra à rude épreuve notre coffre déjà bien rempli par divers arrêts gustatifs. La banquette coulissant sur 15 cm nous sera d’un grand secours. Le coffre passe ainsi de 410 litres à 520 litres, mais cela au détriment de la place pour les jambes de vos passagers. Accueillir du monde à l’arrière ou faire le plein de Kouign-amann, il vous faudra faire un choix !

Au vu de son gabarit, l’espace alloué aux bagages est plutôt généreux. En effet, avec 4,15 m de long, le C3 Aircross est plus court que ses concurrents Renault Captur (4,22 m) et Peugeot 2008 (4,30 m) offrant respectivement de 404 à 536 litres pour le SUV au losange, et 434 litres pour le lion, ce dernier se passant de banquette coulissante.

Citroën C3 Aircross
Citroën C3 Aircross

Remontant vers le Finistère Nord, nous nous rendons au Conquet, où se trouve l’hôtel de la Pointe Sainte Barbe, hôtel le plus à l’ouest de la France continentale, juste avant de continuer vers le phare de la pointe Saint Mathieu construit sur les ruines de l’abbaye du même nom. Malheureusement, le brouillard nous rattrape et nous empêche de profiter du panorama. Notre route se prolonge vers Portsall, où est exposée l’ancre de l’Amoco Cadiz, pétrolier échoué en 1978 à proximité, qui engendra une des plus grandes marées noires de l’histoire.

Un GPS qui ne trouve pas son chemin

Pour filer vers Perros-Guirec et profiter de la côte de granit rose, nous tentons de rentrer l’adresse dans le GPS via les commandes vocales mais celles-ci manquent de précision et surtout, demandent sans cesse confirmation pour chaque actions entamées. Ce même GPS n’a pas toujours été à la hauteur et nous a entrainé dans un chemin de terre avant de nous perdre totalement. Le smartphone et Waze nous ont alors été indispensables mais problème, une seule prise USB se trouve dans l’habitacle. Un peu juste quand tous les passagers sont aujourd’hui susceptibles d’avoir un ou plusieurs appareils numériques nécessitant d’être rechargés. Pour remédier, en partie, à ce soucis, il est possible d’opter en option (100 €) pour la recharge sans fil pour les smartphones compatibles,

Citroën C3 Aircross

Nous parvenons tout de même à rallier notre destination finale qu’est Saint Malo alors que le soleil a fait son retour du côté du cap d’Erquy. Après nous être faufilés à travers les ruelles étroites de la cité malouine, nous montons sur les remparts pour admirer un dernier coucher de soleil sur l’océan.

Un agréable compagnon du quotidien

À l’issue de notre essai de 2 500 km, la consommation de notre C3 Aircross Puretech 130 s’est établie à 7,0 litres aux 100 km sur un parcours constitué principalement de voies rapides à 110 km/h et de routes à 80 km/h (parsemé d’arrêts photos) ainsi que quelques passages dans les villes et villages croisés sur la route. Une consommation un petit peu haute mais qui reste légèrement inférieure à celle de son cousin 2008 équipé du même moteur.

Sur le plan financier, le 1.2 Puretech associé à la boite automatique EAT6 n’est disponible qu’avec la finition haute Shine et réclame un minimum de 25 150 €. Un tarif cohérent avec les prestations du SUV chevronné, d’autant plus que l’équipement se veut complet. Mais pour bénéficier d’une personnalisation plus poussée, il faut en passer par les ambiances optionnelles. Au final, ce C3 Aircross se veut modulable et jovial. il saura parfaitement accompagner ceux souhaitant un engin confortable et facile à vivre dont la principale occupation sur la route n’est pas de virevolter de virage en virage mais de survoler les défauts de la chaussée. Dans cette optique, la boite automatique sera une alliée appréciable et permettra de mettre votre pied gauche au repos.

Citroën C3 Aircross
Jean-Baptiste TRICHOT

Jean-Baptiste TRICHOT

Passionné le monde de l'automobile depuis tout petit, j'adore échanger et partager avec d'autres amoureux d'auto. Nouvelles ou anciennes, stars des showrooms ou modèles oubliés, elles m’intéressent toutes, surtout si je peux être au volant !

Shares