Essais

Essai Peugeot 5008 GT : En haut du panier

Pour quelques mois encore, le 5008 GT représente le haut de gamme de Peugeot. Une fois la nouvelle 508 sur le marché, c’est à elle que reviendra le titre. Mais pour l’heure, le SUV 7 places assume son rôle et chapeaute la gamme de la marque au Lion en faisant valoir ses atouts : un bloc diesel puissant et une nouvelle boîte automatique. Suffisant pour convaincre ?

C’est une histoire de famille. Comme le 3008 avant lui, le 5008 s’est muté l’année dernière en un SUV au design infiniment plus agressif que le placide monospace qu’il remplace. Et c’est dans l’air du temps : les crossovers prennent toujours plus de place sur le marché, au point que certains constructeurs n’hésitent pas à ne miser plus que sur eux pour certains publics. Demandez à Ford qui a récemment annoncé ne plus proposer aucune berline pour les USA ! En Europe cela est impossible, le public étant encore bien trop attaché aux berlines compactes et citadines pour s’en priver totalement. Il n’empêche, les SUV présentent certains avantages : place, sécurité, confort et, plus étrangement, dynamique de conduite intéressante. Loin de se montrer mollassons et paresseux dès qu’il s’agit de tourner, la plupart des crossovers d’aujourd’hui savent se tenir et sont bien plus rigoureux qu’on ne le pense. Fort heureusement, le 5008 ne fait pas exception à la règle. Certes, son centre de gravité haut perché ne fait pas de lui le jouet idéal pour attaquer comme un sagouin façon pilote de rallye. Son empattement relativement important limite également son agilité de facto, mais dans sa catégorie, il est loin de démériter.

Association moteur/boîte convaincante

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

La formule magique ? Des trains roulants soignés (la version GT dispose d’une suspension affermie qui a le mérite de ne pas trop pénaliser le confort) et un petit volant dont il est difficile de se passer une fois qu’on y a gouté. La sensation de contrôle et de connexion qu’il procure n’a pas d’égale et pourtant, le procédé est bête comme bonjour. C’est à se demander pourquoi la concurrence ne s’y plie pas d’elle-même ! Un autre élément à mettre au crédit des ingénieurs sochaliens, c’est le poids du bestiau. Avec 1 540 kilos à vide, il ne pèse que 60 petits kilos de plus que le 3008 à motorisation équivalente, ce dernier étant bien plus compact. A ce compte là, pas étonnant que le 2.0 HDi de 180 ch, seul bloc disponible au catalogue pour la version GT actuellement, se montre très à l’aise. Il est coupleux (400 Nm), volontaire et largement suffisant pour emmener le 5008 à vive allure, même si sont bruit est un peu trop présent dans l’habitacle à pleine charge. Depuis peu, il est couplé exclusivement à une boîte de vitesses automatique à 8 rapports qui mérite elle aussi quelques éloges. Elle est douce et suffisamment rapide pour se faire totalement oublier en conduite coulée bien qu’elle dispose d’un mode manuel avec palettes au volant pour ceux qui veulent toujours tout contrôler. Le seul reproche que l’on pourrait lui adresser, c’est de générer parfois quelques à-coups à basse vitesse. En dehors de ce petit reproche, l’EAT8 est un vrai bond en avant par rapport à l’ancienne EAT6 qui paraît d’un coup bien désuète. Pour avoir droit à une boîte manuelle, bien que ce choix n’ait pas beaucoup de sens pour une voiture à vocation routière et familiale, il faudra impérativement se tourner vers les plus petits moteurs disponibles avec les finitions inférieures.

Spacieux et accueillant

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

Crédit photo : Automobiles Peugeot.

 

A l’extérieur comme à l’intérieur, le 5008 impose son style affirmé et pleinement dans l’air du temps. Les traits sont tirés, les arrêtes saillantes, les galbes existent mais sont là uniquement pour mettre en valeur les angles prononcés. En revanche, les amateurs d’originalité en seront pour leurs frais : le 5008 n’est rien d’autre qu’une version étirée du 3008 ! Si leur silhouette se démarque un peu à partir du pilier C, l’habitacle est simplement transposé de l’un à l’autre. On retrouve les mêmes sièges, la même planche de bord, la même console centrale, le même combiné d’instrumentation… Même l’équipement et les options disponibles sont rigoureusement identiques à peu de chose près. Du coup, la qualité de finition est toujours d’aussi bonne facture, permettant au 5008 GT de flirter avec les standards de la catégorie premium. Le grand gaillard garde toutefois pour lui une habitabilité nettement supérieur et deux sièges d’appoint qui seront utiles aux familles nombreuses. Quant au coffre, il affiche une contenance impressionnante de 780 litres en configuration 5 places et peut même passer à 1 940 litres une fois les sièges rabattus. Un vrai déménageur ! La finition GT est déjà tellement bien dotée en équipement de série (feux full LED, régulateur adaptatif, assistance freinage d’urgence, navigation connectée, jantes de 19 pouces…) que la seule option vraiment intéressante s’avère être le grand toit ouvrant panoramique, facturée 1 200 €. Le système audio Focal (honnête, sans être miraculeux) demande quant à lui un ajout de 850 € et la sellerie cuir Nappa, en lieu et place des sièges bimatière TEP/Alcantara, est affichée 2 000 €.

En conclusion

Le 5008 GT ne possède pas vraiment de défauts majeurs qui le rendraient difficile à recommander. Il est bon dans ce pour quoi il a été conçu, il a le mérite d’attirer le regard et son prix ne le place pas directement en concurrence avec la catégorie premium, où il souffrirait un peu la comparaison. On peut assurément faire plus luxueux, plus puissant, plus aguicheur que le 5008. Mais pour 45 000 €, le français s’en tire avec les honneurs.

 

Ce qu’il faut retenir du Peugeot 5008 GT

 

Les plusLes moins
  • Bon chassîs
  • Moteur et boîte très adaptés
  • Rapport prix/prestation
  • Pas de moteur essence en finition GT
  • Design très (trop) proche du 3008

Modèles essayésPrix (hors options)
Peugeot 5008 GT BlueHDi 180 EAT8à partir de 44 900 €
Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares