Hyundai i10
Essais

Hyundai i10 2020 : Taillée pour la ville

La Hyundai i10 est apparue en 2008 et s’est vendue à plus d’un million d’exemplaires en deux générations. Passée à une nouvelle mouture en ce début 2020, nous en avons pris le volant pour aller affronter la jungle urbaine. 

Hyundai i10

Ces dernière années, les autos ont eu tendances à prendre de plus en plus de volume. Il n’y a qu’à voir les Clio et 208 qui mesurent aujourd’hui plus de 4 m et n’ont plus grand chose en commun avec leurs premières générations respectives. Plus que citadines, elles sont aujourd’hui devenues de vrais autos polyvalentes mais forcément moins adaptées à la ville. Pour trouver les championnes des petites rues, il faut se tourner vers le segment A des mini-citadines. On retrouve la reine Twingo, la triplette franco-japonaise composée des 108 / C1 / Aygo ou encore les Fiat 500 et Panda. En plus de ces protagonistes, on trouve aussi des propositions intéressantes venues tout droit de Corée. La Hyundai i10, renouvelée en début d’année, en fait partie.

Hyundai i10
Hyundai i10
Hyundai i10
Hyundai i10

Couleur à l’extérieur

La petite Hyundai i10 arbore des lignes séduisantes. Par rapport à sa devancière, au style un peu plan-plan, la i10  »III » affirme son look pour plus de modernité. Sa bouille sympathique est teintée de dynamisme avec des plis de carrosserie plus marqués que sur la génération précédente. Elle adopte, en plus, des coloris chatoyants comme le bleu  »Aqua Turquoise Bi-ton » dont est revêtu notre véhicule d’essai.

Hyundai i10
Hyundai i10

En revanche, à l’intérieur, ce n’est pas la fête avec le noir qui règne en maître. Un petit peu plus de gaîté et de couleurs n’auraient pas été superflues. On remarque aussi le plastique dur partout, ce qui est aussi le lot des ses concurrentes. Cependant, les assemblages sont corrects.

Une fois installé au volant, on pourra regretter l’absence de réglage en profondeur du volant, mais on saluera la présence de multiples rangements dans l’habitacle, toujours pratique pour se vider les poches. À l’arrière, cette petite auto de 3,67 m est une des rares de sa catégorie (avec sa cousine la Kia Picanto) à pouvoir accueillir cinq personnes à son bord. Si deux passagers seront à l’aise à l’arrière, l’arrivée d’un troisième vous fera jouer des coudes et des épaules. Heureusement, la place aux jambes est plus que correct pour une si petite voiture.

Hyundai i10
Hyundai i10

Le plein d’équipements

La Hyundai i10 trouve être fort bien équipée, surtout dans notre finition Edition1 haut de gamme. L’écran tactile trône au sommet de la planche de bord et affiche ici une belle taille de 8 pouces (l’écran ne mesure plus que 3,8 pouces sur les finitions inférieures). Hyundai a fait le choix de ne pas proposer de GPS en mettant en avant le fait que la plupart des clients utilisaient les applications de leur smartphone. La i10 est donc compatible avec Android Auto et Apple CarPlay.

Hyundai i10
Hyundai i10
Hyundai i10
Hyundai i10

Côté sécurité, l’i10 est équipée des principaux équipements présents dès l’entrée de gamme Initia. On trouve donc le détecteur de fatigue, le freinage automatique avec détection de piétons ou encore le maintien dans la voie. Ce dernier se révèle, comme souvent, peu convaincant à l’usage tant il se déclenche rapidement en durcissant le volant dès l’approche des lignes blanches. C’est trop intrusif si l’on souhaite se déporter pour laisser passer un deux roues par exemple. Pour compléter cette finition d’accès, on trouve l’allumage automatique des feux ou encore un régulateur / limiteur de vitesse.

Hyundai i10

La ville comme terrain de prédilection

Une fois en route, on remarque sa direction douce qui permet de circuler sans effort, de même que ses commandes très souples. En revanche, on regrette un stop&start un peu lent au démarrage et un amortissement ferme faisant ressentir sèchement les irrégularités de la chaussée. Heureusement, les pneus de 15 », aux flancs assez hauts, limitent la casse.

Hyundai i10

Le 1,0 l 67 ch et de 96 Nm de couple est suffisant pour s’insérer dans le flot de la circulation mais lorsque vient le moment de sortir de la ville il avoue assez rapidement ses limites. Il ne faut pas hésiter à jouer du levier de vitesse pour bénéficier de relances acceptables (et ne pas écouter l’ordinateur de bord clairement orienté économie). La tenue de cap ne souffre pas la critique et il est tout à fait possible de parcourir de longues distances à bord de cette petite i10. Cependant, le volume sonore important émanant du bloc moteur (qui tourne tout de même à 4 000 tr/min à 130 km/h) n’incite pas à s’aventurer trop longtemps loin des agglomérations. D’autant que le coffre n’est pas très généreux avec un volume de seulement 252 l, ce qui en fait tout de même le plus généreux de sa catégorie. Hyundai a, en outre, eu la bonne idée de proposer un plancher de coffre modulable (mais seulement sur Edition1).

Hyundai i10

Richement dotée mais pas donnée

Au terme de notre essai qui nous a vu parcourir, à bon rythme, des routes variées (ville, campagne, voies rapides) à vide mais aussi en faisant le plein de passagers, la consommation moyenne de la Hyundai i10 s’est établie à 5,7 l/ 100 km. Cela vous autorisera une autonomie de 600 km avec le réservoir de 36 litres et vous permettra de ne pas passer trop de temps à la pompe.

Question finance, la Hyundai i10 est disponible à partir de 11 990 €. Il faut compter 15 500 € pour notre version 1.0 67 Edition1. Pour ce prix vous avez donc droit à un écran tactile 8 pouces avec le Bluetooth, Android Auto et Apple Carplay, la climatisation manuelle, les radars et caméra de recul, 5 places ou encore les jantes alliage 15 » et le régulateur / limiteur de vitesse. Si l’ensemble se révèle très convaincant, on ne peut pas dire que la Hyundai brade ses qualités. En face, une Twingo démarre à 11 400 € et réclamera 15 700 € à finition équivalente. Elle bénéficiera en plus d’une climatisation automatique, mais offre un coffre plus petit, à cause de son moteur placé à l’arrière, ne dispose que de 4 places et possède un écran tactile plus petit. En revanche, le réseau Renault est autrement plus étendu que celui du coréen.

Hyundai i10
Jean-Baptiste TRICHOT

Jean-Baptiste TRICHOT

Passionné le monde de l'automobile depuis tout petit, j'adore échanger et partager avec d'autres amoureux d'auto. Nouvelles ou anciennes, stars des showrooms ou modèles oubliés, elles m’intéressent toutes, surtout si je peux être au volant !

Shares