Essais

Essai Mercedes GLA AMG Line 220d 4MATIC (2020) : le renouveau du GLA !

Mercedes a fait le choix de transformer radicalement son petit SUV pour lui donner une identité propre. S’il n’est pas parfait, le teuton a tout de même de sérieux arguments à faire valoir au quotidien.

Essai Mercedes Gla 2020 1
Essai Mercedes Gla 2020

Quand Mercedes a introduit le GLA dans sa gamme en 2014, l’affiliation avec sa sœur, la Classe A, était absolument évidente. Le SUV n’était alors qu’une version rehaussée de la compacte, ce qui n’a pas empêché Mercedes d’en vendre à la pelle, faisant ainsi du GLA un client sérieux dans le segment des SUV compacts premium. Pour son remplacement toutefois, la marque à l’étoile a préféré abandonner le mimétisme avec la compacte pour se rapprocher un peu plus de toute la gamme GL, qui désigne les SUV dans sa nomenclature. Résultat la nouvelle génération du GLA ressemble plus à un GLC en miniature qu’une Classe A haute sur patte. Et c’est tant mieux ! Le nouveau venu est plus dynamique que celui qu’il remplace, et dispose enfin d’une personnalité propre qui l’aidera sûrement à gagner quelques parts de marché.

Essai Mercedes Gla 2020 15
Essai Mercedes Gla 2020 13
Essai Mercedes Gla 2020 14
Essai Mercedes Gla 2020 5

Révolution intérieure

Essai Mercedes Gla 2020 6

Bonne nouvelle, Mercedes ne s’est pas contenté de maquiller joliment son plus petit SUV, la marque lui a aussi accordé les mêmes attentions que le reste de la gamme. Résultat, l’intérieur fait un énorme bond en avant et reprend la désormais connue architecture MBUX à deux écrans juxtaposés : l’un pour le combiné d’instrumentation, l’autre pour le système d’infodivertissement.

Essai Mercedes Gla 2020 3

L’ensemble fonctionne extrêmement bien et se montre d’une ergonomie exemplaire. Une fois les menus appris, on navigue avec aisance d’une fonction à l’autre via le pad tactile du tunnel central ou bien directement depuis l’écran tactile. Ceux qui préfèrent utiliser leur voix seront ravi d’apprendre que la reconnaissance vocale est d’une efficacité redoutable, tout comme l’assistant intelligent qui se réveil à chaque « Hey Mercedes » est apte à trouver une destination et programmer le GPS, changer la température de la clim’, monter ou descendre le son de la musique… A l’écriture de cet article, le MBUX est probablement l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur système d’infodivertissement du marché. Pour ne rien gâcher, le GLA offre une bonne qualité de finition, la place à bord est appréciable à l’avant comme à l’arrière, tandis que le coffre donné pour 435 l n’est pas des plus logeables, même s’il suffira à une petite famille pour partir en vacances.

Essai Mercedes Gla 2020 4

Solides prestations routières

Essai Mercedes Gla 2020 8

Reposant sur une base de Classe A, on aurait pu craindre que le GLA souffre des mêmes problèmes de suspension que le CLA essayé l’année dernière sur ABCmoteur. Fort heureusement il n’en est rien. Gréé de la suspension pilotée, le SUV se montre ultra prévenant en mode confort, avec un amortissement très doux qui absorbe bien les aspérités de la route. Revers de la médaille, les mouvements de caisse sont très importants et peuvent même être perturbants quand on sort de la ville pour attaquer le réseau secondaire et l’autoroute. A haute vitesse, mieux vaut passer la suspension en mode sport pour regagner en peu de précision de conduite et réduire le roulis. Mais le GLA ne se montre pas inconfortable pour autant grâce au débattement relativement important tandis que la stabilité est exemplaire. Les grandes courbes sur voies rapides ne sont qu’une formalités pour lui, et la direction est assez précise pour que l’on ne sente pas de flottement même au dessus de 160 km/h. La transmission intégrale non permanente (de simple traction, le GLA peut envoyer jusqu’à la moitié du couple sur le train arrière quand le besoin s’en fait sentir) est pour sa part efficace, avec des transferts de couple perceptibles mais pas envahissants et une absence de patinage relevé en sortie d’épingle, même ESP coupé.

Essai Mercedes Gla 2020 9

De son côté, le 220d (190 ch) fait bien le job et se montre à la hauteur pour mouvoir sereinement le GLA. Il ne s’essouffle pas avant 180 km/h (vérifié sur Autobahn) et ses 400 Nm sont parfait pour s’insérer dans la circulation en toute sécurité. Même la conso est raisonnable, avec une moyenne de seulement 6,8 l/100 km après 1 200 km entre la France et l’Allemagne. Dommage que les fortes accélérations rendent par contre ce 4-cylindres diesel si bruyant, alors que l’insonorisation de la cabine est plutôt bonne le reste du temps. De son côté, la boîte à double embrayage se fait oublier et ne s’emmêle que très rarement les pinceaux dans ses 8 rapports, qu’elle sélectionne rapidement et presque toujours sans à-coups.

Essai Mercedes Gla 2020 7

Addition salée

Il fallait bien s’y attendre, les bons points marqués par le GLA se monnayent cher, très cher. De base, le GLA 200 (essence, 163 ch) démarre déjà à 41 900 €, ce qui est très élevé comparé à un BMW X1 qui propose des motorisations et finitions plus modestes pour se permettre un ticket d’entrée de 32 950 €. Il faut dire que Mercedes a décidé de ne laisser le choix qu’entre deux finitions, Progressive Line et AMG Line, et de zapper ainsi totalement une version d’accès pour les petits budgets. En plus de ça, les gros moteurs essence comme diesel ne sont disponibles qu’avec la finition haute. Ceci étant dit, les 51 000 € réclamés par Mercedes pour un GLA 220d 4MATIC sont tout à fait comparables aux 51 190 € d’un Q3 S line 40 TDI quattro ou aux 51 500 € d’un BMW X1 xDrive 20d M Sport. Le club des SUV premium diesel de 190 ch et transmission intégrale est donc élitiste, surtout quand on va piocher dans le catalogue d’option. Le modèle d’essai que vous avez sous les yeux avoisinaient ainsi les 65 000 € en ajoutant les jantes de 20 pouces, la bonne sono Burmester, la réalité augmentée pour la navigation, l’affichage tête haute… De quoi sérieusement se poser la question s’il ne serait pas plus judicieux de mettre une telle somme dans une auto plus grosse et potentiellement un peu moins équipée ! Malgré tout, est-il recommandable ce nouveau GLA ? Assurément, du moment que vous pouvez justifier une facture pareille pour ce qui reste, en définitive, un SUV compact agréable.

Essai Mercedes Gla 2020 12

Crédits photo : le talentueux Jessy Penelon, que vous pouvez retrouver à jessypenelon.com ou encore sur Instagram sur la page The Car Lover 

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares