Essais

Essai Citroën C5 Aircross : le SUV tout en douceur

Le C5 Aircross, c’est la réponse de Citroën à l’engouement du public pour le segment C-SUV. Depuis l’arrêt de la production de la berline C5 l’année dernière, le nouveau venu fait également office de haut de gamme pour la marque française. Nous avons jugé de ses capacités dans la région de Marrakech, où l’état des routes n’offre aucun répit pour les châssis.

Essai-Citroën-C5-Aircross-11
Essai-Citroën-C5-Aircross-10
Essai-Citroën-C5-Aircross-12

Surprenant ce C5 Aircross. Alors que Citroën s’est entêtée à proposer des design rondouillards, limite enfantins ces dernières années, la voilà qui débarque avec un SUV à la stature imposante, presque agressive selon l’angle sous lequel on l’admire. Les codes de la marque sont bien là (phares en deux parties, combinaisons de couleurs avec accents contrastés, peu d’angles francs et d’arêtes saillantes), mais l’on ne trouve point d’Airbump disgracieux en plein milieux des portières et il se dégage quelque chose de sérieux de la silhouette du C5 Aircross. Le fait qu’il dispose de la garde au sol la plus haute de la catégorie -230 mm- aide sûrement à lui donner de la prestance et ses proportions lui évitent une silhouette lourde et pataude. Sans le savoir, difficile de déceler que le C5 Aircross partage sa plateforme avec le Peugeot 3008. La stratégie du groupe PSA visant à donner une identité propre à chacune de ses marques est totalement visible ici, ce qui permet au Citroën de se démarquer totalement de son cousin sochalien.

Essai-Citroën-C5-Aircross-2
Essai-Citroën-C5-Aircross-7
Essai-Citroën-C5-Aircross-1
Essai-Citroën-C5-Aircross-9
Essai-Citroën-C5-Aircross-24
Essai-Citroën-C5-Aircross-23
Essai-Citroën-C5-Aircross-14

Même constat à l’intérieur où la présentation spécifique est rafraîchissante. On s’aperçoit vite, pourtant, que l’habitacle ne mérite pas que des éloges. D’un côté, les ajustements sont bons (sauf au niveau de l’accoudoir central où les alignements sont approximatifs), les sièges bien dessinés apportent maintient et confort et l’ergonomie des commandes est plutôt bien pensé. On apprécie également les compteurs digitaux personnalisables et la place conséquente à bord, qui permet à quatre adultes de voyager très à l’aise. Idée intéressante, les sièges arrière sont totalement indépendants les uns des autres, pour une modularité maximum. Le coffre affiche pour sa part une contenance mini de 580 L, le meilleur score de la catégorie. Malheureusement, la qualité des matériaux employés un peu partout est franchement en deçà du reste. Les plastiques durs foisonnent à tous les niveaux, même en finition haute et malgré la bonne présentation, l’impression de se retrouver dans une auto un peu cheap demeure. Un 3008 est très largement en tête niveau qualité perçu, même sans aller chercher les finitions les plus chères. Citroën a définitivement manqué ici une opportunité de faire du C5 Aircross son vrai haut de gamme, avec un intérieur plus flatteur. Quant au système d’infodivertissement, il est facile à prendre en main mais trop lent pour être agréable à utiliser.

Essai-Citroën-C5-Aircross-22
Essai-Citroën-C5-Aircross-16
Essai-Citroën-C5-Aircross-25
Essai-Citroën-C5-Aircross-6

Choyer ses passagers

Essai-Citroën-C5-Aircross-20
Essai-Citroën-C5-Aircross-21
Essai-Citroën-C5-Aircross-18

Après une première impression en demi-teinte, il est temps de prendre la route -et la piste !- marocaine. Citroën avait concocté un parcours varié pour l’essai, serpentant entre le désert d’Agafay et les monts de l’Atlas. Immédiatement, on profite d’un confort princier quel que soit l’état de la chaussée. Les suspensions filtrent extrêmement bien les aspérités, du petit raccord de bitume à la grosse ornière, et ce malgré les jantes de 18 pouces montées sur notre modèle d’essai. Malgré le confort prodigué, les mouvements de caisse sont globalement assez bien contenus, grâce aux amortisseurs à butées hydrauliques progressives qui autorisent une grande amplitude de débattement quand le besoin s’en fait sentir tout en ralentissant le mouvement d’affaissement sur les grosses compressions. Ce système permet à Citroën de ne garder qu’une suspension passive et de se passer d’un système adaptatif coûteux. En comparaison, un 3008 se montre plus dynamique et engageant à conduire, mais moins confortable.

Essai-Citroën-C5-Aircross-17
Essai-Citroën-C5-Aircross-5
Essai-Citroën-C5-Aircross-19
Essai-Citroën-C5-Aircross-4

L’insonorisation est également très bonne, ce qui a pour effet pervers de mettre en exergue les claquements trop présents du moteur diesel HDI 180 que nous avons essayé. Avec 400 Nm de couple, il est plus que capable d’emmener les 1 540 kg à vide du C5 Aircross, mais il n’est pas spécialement frugale (nous avons enregistré plus de 8L/100 km de moyenne sur notre parcours mixte) et ses performances sont correctes, sans plus. Le moteur essence PureTech 180, également passé entre nos mains, se montre bien plus agréable à l’usage. Il est d’une extrême souplesse, il se montre volontaire et il est inaudible quand on ne le sollicite pas trop. Les deux blocs étaient associés à la désormais très connue boîte automatique EAT8 du groupe PSA. Elle se marie bien à l’esprit SUV en étant douce et suffisamment rapide quand on la commande via les palettes au volant. Quelques coups dans les reins sont parfois perceptibles en cas de reprise vigoureuse ou de rétrogradages en ville, mais rien de rédhibitoire n’est à noter.

En conclusion

Essai-Citroën-C5-Aircross-13

Le Citroën C5 Aircross est un bon SUV familial. Confortable et spacieux, il est agréable sur la route et dispose des dernières aides à la conduite en vogue (dont un système de conduite semi-autonome de niveau 2), ce qui le place dans la moyenne de la catégorie. Seul son intérieur mériterait plus d’attention de la part de ses géniteurs, pour éviter cet effet « bas de gamme » qui ne colle pas avec le reste de la voiture. Avec un prix d’appel de 24 700 €, il est moins cher qu’un 3008 (à partir de 27 000 €) et fait jeu égal avec un Kia Sportage qui débute à 24 390 €.

Prix du nouveau C5 Aircross

Finitions et équipements du nouveau C5 Aircross

Modèle essayé :

Citroën C5 Aircross Shine EAT8

Modèle essayé : 36 250 € (Essence), 39 150 € (Diesel)

à partir de 24 700 €

Points forts

  • Très confortable
  • Style affirmé et harmonieux
  • Tarif compétitif

Points faibles

  • Qualité des matériaux intérieurs décevante
  • HDI 180 bruyant
Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares