Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI restylée (2019) : Bonne à tout faire

Pionnière parmi les breaks surélevés, l’A6 allroad est toujours au catalogue Audi 20 ans après sa première introduction. Toujours plus technologique et luxueuse, elle a également mûri avec le temps, au point de devenir la déclinaison favorite des clients.

Essai Audi A6 Allroad 2019 12
Essai Audi A6 Allroad 2019 13

En France, 80 % des Audi A6 sont vendus en carrosserie Avant, qui désigne les break dans la nomenclature de la marque aux anneaux. Et sur ce ratio, 60 % des Avant sont commandées en version allroad. C’est dire si le concept de break tout-chemin fait des adeptes, au point de devenir le produit préféré des clients d’A6. Pas étonnant, donc, qu’au fil du temps l’allroad ce soit quelque peu assagie visuellement. Elle conserve toujours une garde au sol supérieur à une A6 classique, mais les sabots de protection proéminents des premières versions ne sont désormais plus qu’un lointain souvenir. Même les extensions d’ailes en plastique, reconnaissables au premier coup d’œil, ne sont plus obligatoires.

Essai Audi A6 Allroad 2019 11
Essai Audi A6 Allroad 2019 10
Essai Audi A6 Allroad 2019 9
Essai Audi A6 Allroad 2019 8

Il est désormais possible de commander l’Allemande avec des passages de roues et des bas de caisse peints de la même couleur que la carrosserie, en témoigne l’exemplaire immaculé qui nous intéresse aujourd’hui. De loin, il devient ainsi difficile de distinguer les deux, surtout pour les non-initiés. Les barres de toit et les jantes spécifiques permettent tout de même de savoir à qui l’ont a à faire, de même que les logo allroad gravés sur les bas de caisse. Comme toutes les Audi modernes, les optiques adoptent une signature lumineuse agressive et distinguée, tandis que le coffre accueille une baguette qui relie les feux.

Raffinement et élégance

Essai Audi A6 Allroad 2019 5

Plus que l’extérieur, c’est toutefois l’habitacle qui mérite toutes les attentions. La planche de bord accueille deux grands écrans tactiles avec retour haptique, inaugurés sur la berline de luxe A8 et repris depuis sur d’autres modèles de la gamme, comme le SQ7 essayé il y a peu. La sensation de monter à bord d’un vaisseau spatial est réelle, mais autant de technologie impose toutefois de quitter la route des yeux pour effectuer la moindre action, ce qui n’est pas le plus safe au volant. Il y a toujours le choix de passer par la commande vocale, bien que son utilisation soit moins instinctive et rapide que de cliquer sur un bouton ou pianoter sur un écran dont on finit par connaître les menus par cœur. En dehors de ce souci d’ergonomie imputable aux écrans qui fleurissent dans les habitacles plus qu’à Audi, le choix des matériaux est sans faille, le dessin moderne et les ajustements au-dessus de tout soupçon. L’allroad choie ses occupants en leur offrant beaucoup d’espace, à l’avant comme à l’arrière.

Essai Audi A6 Allroad 2019 7
Essai Audi A6 Allroad 2019 3
Essai Audi A6 Allroad 2019 4
Essai Audi A6 Allroad 2019 6

Notre modèle d’essai était équipé du système audio Audi livré de série qui s’en ai très bien tiré avec la délicieuse playlist aux morceaux particulièrement éclectiques choisis par le staff lors de l’essai. Sans surprise, le combiné d’instrumentation numérique Virtual Cockpit est évidemment de la partie et permet de se concocter un affichage sur mesure en fonction des besoins du moment. Prédominance des compteurs, de la navigation ou des infos sur le trajet, tout est à portée de main et se pilote via le volant. Bonne nouvelle pour les férues d’équipement optionnel et de luxe, Audi a décidé d’étendre la gamme avec des finitions supplémentaires : Avus et Avus Extended. Ainsi, l’allroad devient un modèle à part entière avec sa propre architecture de gamme, et non juste une unique version de l’A6 Avant. Le quidam s’y perdra, mais les clients n’ont désormais que l’embarras du choix.

Parée à toute situation

Essai Audi A6 Allroad 2019

La force de l’allroad réside dans sa suspension pneumatique paramétrable. En normal, la garde au sol est de 139 mm. Cette dernière peut descendre à 124 mm en mode Dynamique (changement automatique à partir de 120 km/h), mais aussi se relever à 169 mm en mode Off-Road, configuration qu’elle peut tenir jusqu’à 80 km/h pour évoluer sereinement en tout-chemin. Enfin, un lift actif seulement à basse vitesse (moins de 35 km/h) autorise jusqu’à 184 mm de garde au sol, pour les obstacles les plus importants. L’A6 allroad n’en devient pas franchisseuse pour autant mais quitter le bitume pour des pistes ou des chemins de traverse ne lui fait pas peur. Et fort heureusement, cette capacité à crapahuter là ou d’autres n’oseraient poser les roues ne se fait pas au détriment de la conduite dynamique, elle aussi à la fête.

Essai Audi A6 Allroad 2019 1

Sur le mode éponyme, la suspension limite efficacement les mouvements de caisse, tandis que les roues arrière directrices (à mon sens l’une des meilleures innovations technologiques de ces trois dernières décennies tant elles font des miracles sur les autos avec de grands empattements et un poids élevé) donnent l’impression que l’allroad est en permanence posée sur un rail. Le sous-virage est inexistant aux allures légales et les limites d’adhérence sont sensiblement repoussées. Impressionnant pour une routière dont la vocation première est plutôt d’aller pic-niquer dans les champs que laminer le bitume d’un col de montagne. Un différentiel autobloquant est même disponible en option pour l’essieu arrière. Car bien entendu, l’allroad est livrée d’office avec la transmission intégrale quattro (type Torsen) et cette dernière privilégie par défaut le train arrière, avec une répartition du couple par essieu de 40/60.

Essai Audi A6 Allroad 2019 14

La force tranquille

Sur l’A6, 50 TDI correspond au V6 3.0 biturbo diesel de 286 ch, un bloc très similaire à celui que nous avions essayé dans le Volkswagen Touareg. Fort de 620 Nm de couple, il est d’une souplesse et d’une onctuosité très appréciable en conduite coulée. Mais quand le besoin s’en fait sentir, il est aussi prompt à propulser l’Audi avec vigueur, dans une sonorité agréable et feutré malgré quelques claquements tout de même présents. Comptez environ 7,5 l/100 km en conduisant paisiblement et plutôt 10 l/100 km en exploitant pleinement la puissance et les capacités de relance du V6. Petit point noir toutefois, la boîte Tiptronic à 8 rapports, si elle se montre douce la plupart du temps, pêche vraiment par son manque de réactivité. Le temps qu’elle prend pour tomber un ou deux rapports quand il y a besoin d’accélérer fait qu’on appuie souvent trop sur la pédale d’accélérateur par rapport au réel besoin de puissance. Le couple déboule alors d’un coup, engendrant quelques ruades qui peuvent surprendre si l’on n’y prend pas garde. En ville, quelques à coups sont également perceptibles au rétrogradage. Pas de quoi bouder l’A6, mais une boîte un peu plus réactive serait appréciable, surtout que les temps de passage de rapports sont suffisamment rapides une fois l’auto lancée.

Essai Audi A6 Allroad 2019 2

Véritable couteau suisse allemand, l’Audi A6 allroad n’a rien perdu de sa superbe au fil des générations. Elle reste un break pratique, efficace et pas farouche, qui offre à son conducteur plusieurs personnalités à la demande. Une vraie polyvalence appréciable en toute circonstance, surtout que son centre de gravité plus bas que celui d’un SUV, aux capacité similaires, joue en faveur du plaisir de conduite. La recette miracle !

Prix Audi A6 allroad

Prix A6 Allroad

 

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares