Essais

Essai Volkswagen Touareg 3.0 TDI 286 (2019) : rouler surclassé

Renouvelé l’année dernière, le vaisseau amiral de Volkswagen est revenu encore plus sérieux, plus technologique et plus statutaire. Je l’ai découvert lors d’un aller-retour au Mans où j’ai eu tout loisir d’apprécier son confort impérial.

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_21
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_16

Parmi les SUV haut de gamme, le Touareg n’a jamais bénéficié de la même image attrayante que les BMW X5, Audi Q7 et autre Mercedes GLE (ex ML). Ce n’est pourtant pas faute d’avoir sorti quelque versions épicées du 4×4 Volkswagen, en témoignent le R50 qui abritait un V10 TDI de 350 ch et l’improbable W12, fort de 450 ch ! Certes, sa plastique relativement discrète ne l’a pas aidé à se démarqué jusqu’à présent. Mais pour sa troisième génération, le Touareg revient sur le devant de la scène avec un nouveau visage. La face avant massive et très verticale donne une belle impression de force, les phares se prolongent dans les barrettes chromées de la calandre et les prises d’air en bas du pare-chocs (accentuées sur la finition R-Line) confèrent un petit air belliqueux au SUV. Pléthore de jantes sont disponibles selon les finitions et l’arrière, sans doute la partie la plus consensuelle du Touareg, joue la carte de la discrétion tout en rondeur. Détail amusant, je ne peux m’empêcher de trouver aux jolis feux à LED un air de Q5 première génération !

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_18
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_20
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_19
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_15

L’intérieur est sans aucun doute l’élément le plus attrayant du Volkswagen. Malgré son blason, le dernier Touareg n’a vraiment plus rien de la voiture du peuple tant il se montre cossu et généreux en équipement. Face au conducteur, l’écran du combiné d’instrumentation numérique totalement paramétrable (Digital Cockpit) se prolonge ensuite vers la console centrale où un deuxième écran de 15 pouces regroupe toutes les fonctionnalités de la voiture. Audio, climatisation, GPS, paramétrage du véhicule, personnalisation des modes de conduite… Tout passe par la grande dalle tactile.

Aux portes du luxe

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_3

Heureusement pour l’utilisateur, elle est très réactive et agréable à manipuler, tandis que ses menus sont assez intuitifs pour retrouver facilement les fonctions les plus utilisées. Un temps d’apprentissage est toutefois nécessaire pour se familiariser avec les nombreuses possibilités de personnalisation afin de l’exploiter au mieux. L’ambiance à bord est feutrée et agréable, à tel point qu’on se croirait presque dans une voiture de luxe. Presque car même s’il est haut de gamme, le Touareg se montre un peu mesquin avec des plastiques durs peu flatteurs sur le bas des portes et de la console centrale. Pas de quoi se sentir mal à bord, mais le choix est étonnant et ne colle pas avec le reste de l’habitacle qui mélange cuir, bois et éclairage d’ambiance à LED. A l’avant comme à l’arrière, les passagers profitent de beaucoup de place et n’importe quel gabarit sera à son aise. Seule la place du milieu sur la banquette n’est pas des plus logeable, à cause du tunnel de transmission inhérent aux quatre roues motrices. Entre une sono Dynaudio de compétition qui crache 730 W (option à 1 820 €), un immense toit vitré, des prises USB à foison, le chargement à induction et la connectivité complète comprenant Android Auto et Car Play, les geeks seront comblés. De son côté, le coffre et ses 810 L de capacité permet à une famille de partir en vacances l’esprit tranquille.

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_9
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_7
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_8
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_6

La boulimie technologique du Touareg profite aussi aux aides à la conduite, parmi lesquelles on trouve l’affichage tête haute, la conduite semi autonome, l’avertisseur d’angle mort, la vision de nuit… L’auto pousse même le vice jusqu’à faire vibrer la pédale d’accélérateur à l’approche d’une zone où la vitesse est inférieure à votre allure du moment ! Une armada électronique qui invite plus à la conduite tranquille qu’autre chose, tout comme la très bonne suspension pneumatique optionnelle (3 060 €) qui équipait ma monture.

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_1
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_5
Essai-Volkswagen-Touareg-2019
Essai-Volkswagen-Touareg-2019_4

Tapis volant

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_14

Non seulement cette dernière permet de faire varier la hauteur de caisse de plusieurs centimètres pour évoluer en offroad sans arrière pensées, mais elle procure surtout un confort absolument royal quel que soit l’état de la route. Mon Touareg avait des jantes de 20 pouces en lieu et place des 19 de série ? Qu’importe, toutes les imperfections sont filtrées avec brio et l’effet tapis volant est un délice sur long trajet. Avec la suspension pneumatique, les roues arrières deviennent aussi directrices. Un bonus non négligeable sur un SUV de plus de 2 tonnes dont l’empattement atteint 2,9 mètres. L’artifice ne rend pas le Touareg sportif, puisqu’il y a des mouvements de caisse dans tous les sens dès qu’on hausse le rythme : le gros Volkswagen se cabre à l’accélération, plonge au freinage et le roulis est nettement perceptible en courbe. En revanche, l’agilité dont il fait preuve est totalement déroutante pour un tel gabarit et il est possible de passer bien plus fort que de raison en virage.

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_10

Des barres anti-roulis actives sont aussi disponibles pour mieux contrôler l’inclinaison latérale, mais l’option est chère (6 340 €) et dispensable vu le tempérament calme du Touareg. De son côté, le V6 3.0 TDI de 286 ch match parfaitement avec le châssis en procurant force et vigueur à l’Allemand tout en restant très feutré. Côté conso, j’ai relevé un petit 10 L/100 km en roulant à bon rythme et avec un peu de bouchons. La boîte automatique à 8 rapports est douce mais peu réactive, notamment pour les relances où il lui faut un demi-seconde pour se réveiller et tomber ses rapports. Roi de l’autoroute et des voyages au long cours, le dernier Volkswagen Touareg est un très bon SUV qui offre tout ce que l’on est en droit d’attendre à ce niveau de gamme. Malgré un ticket d’entrée pas exorbitant de 56 100 €, il faudra toutefois se délester de près de 18 000 € supplémentaires pour avoir accès à la finition Carat Exclusive que vous avez sous les yeux, sans même avoir pioché dans le catalogue d’options. Cela en fait une voiture chère, mais pas mal placée vis à vis de la concurrence qui ne réclame pas moins (et parfois plus) à puissance et équipements équivalents.

Essai-Volkswagen-Touareg-2019_12

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares