Essais

Essai Audi A5 Sportback restylée 50 TDI quattro (2020) : Tout est dans le chiffre

Chez Audi comme chez d’autres, les berlines aux allures de coupé sont passées du stade de simple mode à celui de modèles à part entière dans la gamme. On pourrait déblatérer des heures sur leur utilité, mais ce serait passer à côté de l’essentiel : si les A4 et A6 font valoir leur aspect statutaire, les A5 et A7 jouent sur un autre tableau, celui de l’envie.

Essai Audi A5 Sportback 2020 9
Essai Audi A5 Sportback 2020 11

Repas de famille, votre beauf’ arrive à table en posant ostensiblement sa clé main libre frappée de quatre anneaux entremêlés et vous regarde avec insistance. Vous restez poli et demandez : « T’as acheté une Audi ? Quel modèle ? ». S’il répond A4, vous vous dites « Ok, classique, la bonne berline de VRP ou petit patron ». Mais s’il vous dit A5 Sportback, votre réaction sera plutôt un « Ah, finalement il a du goût ce cher Jean-Eude ». Car à mettre les deux côte à côte, le profil fuyant de l’A5 fait immédiatement son effet. Il se dégage quelque chose de plus exclusif, de plus espiègle du Sportback. Non pas que l’A4 présente mal(le), surtout qu’avec son récent restylage elle profite de la même face avant agressive que l’A5, simplement elle reste beaucoup plus commune. A fortiori quand l’A5 à laquelle vous la comparez est parée d’une magnifique teinte Vert District Métallisé (une belle option à 1 060 €), qui met en valeur ses proportions harmonieuses.

Essai Audi A5 Sportback 2020 12
Essai Audi A5 Sportback 2020 14
Essai Audi A5 Sportback 2020 13
Essai Audi A5 Sportback 2020 10

Le trois quart arrière fait quant à lui ressortir les hanches généreuses du Sportback, tandis que le hayon facilite grandement l’accès au coffre. Si vous me permettez une critique toute personnelle, j’admets que même si j’aime les pare-chocs suggestifs et les grosses jantes, j’aurais choisi mon A5 en finition Design ou Avus plutôt que S Line comme ma monture du jour. Avec cette dernière, il n’y a quasiment aucune différence visuelle avec une S5, qui boxe pourtant dans une catégorie à part. Plutôt jouer la carte de l’élégance que de la surenchère sur une auto qui n’a pas la moindre velléité sportive…

Voyage en terrain connu

Essai Audi A5 Sportback 2020 7
Essai Audi A5 Sportback 2020 3

A l’intérieur, l’habitacle de l’A5 est calqué sur celui de l’A4, au bouton près. On retrouve le même écran posé façon tablette sur le planche de bord, la même fausse buse d’aération au-dessus de la boîte à gant et le même volant. Si l’on repassera pour l’originalité, il n’y a aucune raison de se plaindre de la qualité de finition, irréprochable, ou de la qualité des matériaux choisis. Il va sans dire que nos modèles de presse sont rarement basiques et souvent suréquipés au possible, mais ce n’est pas parce que vous n’avez pas la plus haute finition que vous ne pouvez pas tout de même profiter d’un habitacle à la fabrication très sérieuse.

Essai Audi A5 Sportback 2020 8
Essai Audi A5 Sportback 2020 5
Essai Audi A5 Sportback 2020 6
Essai Audi A5 Sportback 2020 4

L’habitabilité est forcément un peu en retrait par rapport à une A4, mais le Sportback ménage tout de même de l’espace pour les passagers à l’arrière, où seuls les très grands gabarits ne seront pas à l’aise. Audi laisse le choix entre 2 sièges séparés ou une banquette, mais même en version 5 places, l’imposant tunnel de transmission des versions quattro rend tout voyage fort désagréable pour le passager du milieu.

Mécanique éprouvée

Essai Audi A5 Sportback 2020 1
Essai Audi A5 Sportback 2020

Mais de voyages désagréables, il n’est pas question au volant de l’A5 Sportback restylée. Un petit trajet entre Bruxelles et Anvers aura permis de mettre en avant des commandes très douces, une direction précise et un amortissement pilotée qui, en mode confort, filtre très bien les pavés dont raffolent les Belges. On peut seulement imputer aux très grandes jantes de 20 pouces des percussions nettement perceptibles dans l’habitacle, aussi ne saurais-je que trop vous conseiller de rester sur des 18 ou 19 pouces, qui permettent un flanc de pneu plus important et à même d’encaisser une partie des chocs. Le parcours essentiellement autoroutier et urbain n’a laissé que peu de place aux virages, il faudra donc reprendre cette A5 plus longtemps et sur le réseau secondaire pour se faire une véritable idée de ses capacités dynamiques. De son côté, le V6 3.0 TDI de 286 ch est toujours un régale à l’usage, souple et coupleux autant que franchement véloce quand on le sollicite. Mais le tableau n’est pas parfait et la boîte Tiptronic 8, qui se fait oublier la plupart du temps, souffre de la même latence irritante que j’avais relevé sur l’A6 allroad.

Essai Audi A5 Sportback 2020 2

Gare à l’addition

Pourquoi choisir une A5 Sportback plutôt qu’une A4 berline ? Le style, la prestance, les motorisations plus puissantes… En bref, pour tout ce qui touche à l’envie de rouler dans une auto un peu plus exclusive et désirable qu’une honnête berline. Mais certainement pas pour le prix : à finition et motorisation équivalente, un Sportback se monnaye entre 4 000 et 8 000 € de plus qu’une A4 berline. Pour vous faire une idée, le modèle que vous avez sous les yeux démarre à 68 320 € sans options et la configuration exacte atteint des sommets, puisqu’affichée 84 520 €. Une belle et bonne auto, mais définitivement pas bon marché !

Essai Audi A5 Sportback 2020 15

Un grand merci à Florian Thomas du blog Cars Passion ainsi qu’à Guillaume Fercken du Garage des Blogs pour leur aide sur les photos

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares