Dossiers

Stage de pilotage : comment se passe la conduite sur circuit ?

C’est une activité en vogue, notamment via l’essor des box cadeau qui incluent ce genre de prestations : le stage de pilotage sur circuit a la cote. Bien sûr, en tant que passionnés d’automobile, nous sommes tous plus ou moins passés par la case « stage de conduite » offert par un proche ou fait sur un coup de tête ! Mais désormais, le grand public s’invite aussi sur les circuits français pour réaliser ces expériences aussi inoubliables qu’utiles. Abcmoteur a testé la formule, pour répondre à vos interrogations en connaissance de cause, et pour vous donner notre ressenti de la prestation effectuée avec Motorsport Academy. Et un bonus en fin d’article rien que pour vous !

Pour vous mettre dans le bain, vidéo embarquée de notre stage comme si vous y étiez !

Voici le rendu final de la vidéo telle qu’enregistrée sur la clé USB. J’ai coupé au montage quelques phases moins intéressantes ou plus personnelles (échanges avec les instructeurs notamment).

 

C’est quoi un stage de pilotage ?

Le stage de conduite sur circuit est l’opportunité de conduire une voiture sportive dans un cadre organisé, avec l’accompagnement d’un moniteur expérimenté. Ainsi, c’est l’occasion de découvrir le pilotage sur circuit ou de s’offrir de belles sensations en voiture de sport ou de luxe.

Avant tout, le stage automobile sur piste vise à faire plaisir ou à se faire plaisir. Mais il a également une véritable portée préventive. Grâce aux briefings et aux conseils prodigués lors de la conduite sur le circuit, ces stages de conduite sportive permettent de comprendre et de mieux appréhender le comportement d’une voiture. Cela s’applique ensuite à la vie de tous les jours, bien évidemment aussi avec votre automobile personnelle. Ce sont des notions et des réflexes utiles pour la sécurité au volant, quelles que soient les circonstances de conduite d’une voiture.

Au volant d’une superbe Lamborghini Huracan, on s’amuse, mais aussi et surtout on apprend.

Quelle voiture choisir pour un stage auto ?

Le choix de la voiture dépend de ce que vous attendez de ce stage. Si c’est pour vous avoir la chance de prendre le volant d’une voiture de luxe que vous ne pourriez pas vous permettre dans la vie, alors tous les choix sont bons ! Il est certain que conduire une Ferrari n’est pas donné à tout le monde, et que le stage de pilotage de voiture est une chance pour réaliser ses rêves. Dans ce cas, foncez vers votre préférée : Lamborghini, Porsche, Audi… Elles sont toutes proposées, et les pilotes moniteurs seront là pour s’assurer que vous preniez du plaisir avec votre passion, en toute sécurité.

Des modèles plus accessibles sont toutefois à la portée de tous en cas d’appréhension vis-à-vis de la puissance. Si vous conduisez une voiture de sport sur circuit pour la première fois et que vous avez besoin de vous rassurer, n’hésitez pas à choisir parmi les moins performantes : elles restent des sportives et vous offriront bien sûr de belles sensations ! Car effectivement, les radicales Ferrari 458 / 488 ou autres Porsche 911 GT3 RS nécessitent plus de dextérité pour profiter de leur potentiel.

La Porsche Cayman est idéale à plus d’un titre: accessible aux débutants, elle reste malgré tout une Porsche ludique et généreuse en sensations, même pour les plus expérimentés.

Mais ainsi ! Si votre objectif est véritablement d’apprendre les bases du pilotage sur circuit puis de vous perfectionner dans cette voie, alors l’idéal est de monter crescendo. Appréhender le pilotage avec une Porsche Cayman ou une Alpine A110 permet d’exploiter plus facilement le potentiel de l’auto ; d’en comprendre le comportement plus proche des limites ; d’acquérir de l’expérience avant de passer sur du pilotage circuit plus ambitieux. Lorsque vous montez en puissance, il est intéressant de gagner en confiance dans des voitures propulsion (c’est-à-dire à traction arrière). Leur tempérament est formateur, notamment dans les phases de réaccélération où cela nécessite plus de dextérité qu’une transmission intégrale. Enfin, la dernière étape est de conduire une voiture de course, une fois l’expérience et la confiance acquise sur d’excitantes sportives.

Etape ultime : une bête de course comme cette démoniaque Ferrari 458 Challenge.

Pour finir, pour les habitués d’autos sportives et du pilotage circuit, le choix peut se porter sur les dernières arrivées, comme l’Alpine A110 qui débarque massivement chez les prestataires en ce moment. C’est alors l’occasion de réaliser un essai de la voiture sur circuit dans un cadre de formation et de montée en compétences.

Quel âge pour conduire sur circuit ?

L’un des avantages des stages de conduite sportive, c’est qu’ils n’ont aucune restriction d’âge. Il suffit d’être détenteur d’un permis de conduire. Dès vos 18 ans, vous pouvez profiter de ces prestations et donc conduire une voiture de sport sur circuit !

Là encore, cette expérience procure beaucoup de plaisir mais inculque également des notions de conduite et de l’humilité dans la tête des jeunes conducteurs. Le stage de pilotage d’une voiture s’avère donc utile et formateur dans une logique de sécurité. C’est l’un des objectifs des équipes de prestataires et de leurs pilotes, qui veillent à une bonne et sûre utilisation des autos et des infrastructures.

Comment s’habiller pour faire un stage de pilotage ?

La question peut paraître anodine, et pourtant ! Eviter les tongs et les chaussures à talons est effectivement préférable. Mais au-delà, une tenue décontractée vous laissant au plus libre de vos mouvements (épaules, jambes) offrira d’avantage de confort à la pratique du stage en voiture sportive. N’oubliez pas donc qu’il s’agit d’une pratique sportive ! Et au même titre que lorsque vous sortez pour une session de course à pied, la tenue vous aidera à vous sentir dans les meilleures dispositions pour chaque tour de voiture réalisé.

Quel circuit choisir ?

La première contrainte pour le choix du circuit est évidemment géographique ! Les stages de conduite sur circuit sont proposés sur une large palette d’enceintes de compétition en France. Pour n’en citer que quelques-uns, de nombreux prestataires écument le circuit automobile Paul Ricard au Castellet, le circuit de Trappes ou encore les circuits de l’ouest parisien. Choisir la plus proche localisation n’est absolument pas une mauvaise idée, surtout pour une découverte ! Vous prendrez de toute façon du plaisir au volant, peu importe le lieu.

Pour pousser la démarche un peu plus loin, certains circuits peuvent présenter des aspects techniques différents par leur relief, le nombre de virages, etc. A ces fins de challenge, vous pouvez effectivement vous renseigner pour cibler spécifiquement certains tracés. Le stage de conduite sur circuit peut également vous offrir l’opportunité de rouler dans des lieux mythiques, comme Le Mans ou encore Magny-Cours. Profitez-en !

Le circuit Maison Blanche offre le superbe cadre du tracé des 24h du Mans, ce qui ne laisse pas indifférent…

On a testé le stage de pilotage

Pour encore mieux vous raconter comment se passe un stage de conduite, nous en avons réalisé un ! En tant que « client mystère » ou presque, ma compagne et moi avons donc testé le stage de pilotage. Récit de notre matinée du dimanche 13 mai 2018 sur le circuit Maison Blanche du Mans, avec un prestataire leader dans l’Ouest de la France : Motorsport Academy.

Tout d’abord, nous avons chacun eu une approche tout à fait différente de cette expérience. Mathilde, peu habituée du pilotage sur circuit, vient au Mans pour réaliser un stage en Ferrari, avec la diabolique 458 Italia : typiquement l’occasion de s’offrir un moment de rêve au volant d’une automobile légendaire. De mon côté, étant plus habitué à la pratique, je vois ce stage comme l’opportunité attendue de l’essai d’une voiture sur circuit, l’Alpine A110 en l’occurrence.

Arrivée sur place

Le rendez-vous est fixé à 8h15 au Mans par des confirmations mail et SMS envoyées quelques jours avant la date effective de la prestation. A l’heure dite, nous arrivons sur les lieux, déjà investis d’autres clients. Le fléchage nous amène directement à proximité des stands et de la ligne droite de départ du circuit Maison Blanche. Les voitures nous attendent, parkées en file indienne et déjà bien entourées par un public admiratif.

Nous sommes accueillis par l’équipe administrative, composée de femmes, qui échangent notre permis de conduire contre un collier nominatif décrivant notre prestation. Ce dernier est accompagné d’une clé USB destinée à recueillir l’enregistrement de la prestation (caméras embarquées).

Les briefings !

Le rendez-vous est donné 15 minutes plus tard pour le briefing en salle. Celui-ci vise à expliquer les notions de base du pilotage sur circuit : accélération, freinage, trajectoire, transfert de charge ou encore comportement en piste sont évoqués avec une bonne interactivité. Je regrette que notre instructeur n’ait usé de schémas explicatifs pour illustrer le propos, qui par expérience, permettent de plus facilement intégrer ces informations. Parce-qu’en effet, ce briefing fut relativement technique pour « le commun des conducteurs » ; il est naturel pour un pilote amateur, bien moins pour Mr et Mme Tout-le-monde. D’autant que l’essentiel est transmis sur la piste via l’instructeur à nos côtés.

Un second brief, en bord de piste, a pour objectif de signifier le déroulement (rigoureusement planifié) des événements. Un tour de reconnaissance est effectué par l’ensemble des clients à bord d’une Maserati conduite par notre instructeur de briefing en salle. C’est ainsi que 3 par 3, nous révisons en live le tracé, la manière de franchir les portes de chaque virage (matérialisées par des cônes sur la piste) ainsi que le comportement à avoir avec les autres pilotes. Conduire sur circuit est véritablement différent de la route !

Mathilde et moi faisons partie des premiers apprentis pilotes à être appelés à nos voitures respectives. La récupération du casque s’effectue dans le calme. Nous sommes alors pris en charge par notre moniteur, chacun paraissant jumelé à une automobile particulière. L’heure est alors à un troisième briefing lors de l’installation dans le siège conducteur, plus spécifique à l’automobile conduite, au profil d’apprenti de chacun, et rappelant des consignes de sécurité à suivre. Par exemple mon instructeur, ayant pris la mesure de mon expérience, m’a rapidement parlé du comportement de l’Alpine et plus particulièrement de son train arrière joueur en sortie de virage : prudence s’impose ! Ensuite, notre moniteur branche la clé USB reçue à l’accueil et nous empresse de démarrer, puis d’enclencher la première pour prendre la piste. C’est parti pour 5 tours !

Chaque voiture dispose d’un dispositif embarqué complet de prise de son et d’image. La prestation est enregistrée du début à la fin, et vous pouvez repartir avec une vidéo complète de votre pilotage sur circuit !

Le roulage sur circuit

C’était la première fois que je roulais sur le circuit de Maison Blanche. C’est donc grâce aux repères visuels des cônes sur la piste et des conseils de mon instructeur que je découvre le circuit et ses différents points stratégiques : distances de freinage, points de corde et tout ce qui s’en suit. Ce tracé relativement court se laisse apprendre rapidement même si l’ensemble de mes tours ne m’aura pas suffi à en saisir toutes les subtilités. Pour ce qui est de la voiture, l’Alpine A110 est une auto peu puissante mais légère, offrant donc d’excellentes performances sur de petits circuits comme celui-ci. Avec les conseils avisés de mon moniteur, j’essaie d’en tirer le maximum en ce laps de temps réduit. Dès les premiers virages, j’ai atteint l’objectif de prendre du plaisir à son volant. En revanche, 5 tours ne suffisent pas pour en prendre la pleine mesure et la cravacher proche des limites. Il en faudrait le triple pour ça ! Et c’est évidemment une des limites de ce type de stages de pilotage. A noter que lors de l’amorce du dernier tour, mon instructeur me demande si je désire ajouter un tour à ma prestation (facturé 30 euros). Une pratique commerciale maligne !

Pour ce qui est de Mathilde, l’impressionnante Ferrari 458 Italia ne l’aura pas laissée indifférente. Accompagnée par son moniteur qui s’efforce de lui donner confiance en elle, elle n’hésite pas à enfoncer la pédale de droite quand il lui en donne l’accord. La sonorité époustouflante du V8 atmo résonne avec joie dans chaque ligne droite, notamment pour doubler la Twingo qui aura gêné notre apprentie pilote pour quelques virages. C’est avec un sourire jusqu’aux oreilles que ma compagne me retrouve après cette expérience de 3 tours visiblement inoubliable.

Retour à la réalité et fin de prestation

Une fois la conduite terminée, le casque est rendu et la charlotte jetée. Libre ensuite à vous de déambuler en bord de stands comme nous l’avons fait, afin de profiter du son des autos et de prendre quelques photos souvenir ! Hélas, Maison-Blanche ne paraît pas très adapté à la circulation autour du circuit afin de voir les virages d’autres points de vue : dommage.

La dernière étape, c’est de repasser par le pointeau d’accueil pour récupérer son permis de conduire. C’est à ce moment que sont facturées les différentes prestations supplémentaires : les tours additionnels réclamés dans la voiture le cas échéant, ou la clé USB avec vidéo embarquée (facturée 49 euros – voir le rendu dans la vidéo ci-dessous) si celle-ci n’avait pas été achetée au préalable. Ici, une promotion accordait une remise de 20 euros en cas d’achat de ces deux prestations en même temps et sur place. Je tiens à souligner l’excellent accueil et la convivialité des équipes de Motorsport Academy au cours de cette demi-journée. De plus, l’organisation est très bien ficelée, même si l’ensemble paraît quasi-industriel.

Le mot de la fin

Pour conclure sur l’expérience, Mathilde et moi avons passé un excellent moment sur place. Les objectifs que nous nous étions fixés ont été remplis. Evidemment, la frustration de ne pas pouvoir en faire toujours plus règne… Mais c’est aussi le signe d’une prestation réussie et enivrante. Encore une fois, la portée préventive en termes de sécurité est très intéressante lors de ces stages de conduite sur circuit, tout autant que le plaisir que l’on prend à piloter ces belles voitures. Je ne peux que vous inviter à tester la formule ou à l’offrir à vos proches pour faire un beau cadeau. La demi-journée mérite le détour et en appelle d’autres. Le seul frein majeur est le coût, qui reste élevé au vu du nombre de tours sur de petits circuits comme celui-ci, et surtout avec des voitures prestigieuses comme la 458 (comptez environ 179 euros pour 3 tours).

Le souvenir est impérissable; l’expérience acquise est primordiale. Nous reviendrons !

Un grand bravo et merci à l’équipe de Motorsport Academy pour la prestation.

Bonus Abcmoteur !

Nous ne sommes pas revenus les mains vides, on vous a dégoté un code promo Motorsport Acedemy, valable sur les coffrets de pilotage, les stages auto et les baptêmes de conduite sur circuit.

Code de -5% de réduction : ABCMOTEUR5

 

Julien Landry

Julien Landry

Commercial, musicien, je suis ici parce-que j'aime conduire et j'aime écrire. C'est avec grand enthousiasme que j'essaie de transmettre ma passion pour la bagnole et le sport auto, le tout en défendant avec ferveur le plaisir de conduite.

Shares