Essais

Essai Kia e-Niro : l’équilibriste

Hybride, hybride rechargeable et maintenant 100 % électrique, le Niro se décline à toutes les sauces ou presque. Reprenant les moteurs découverts dans le Hyundai Kona Electric, son lointain cousin, le e-Niro promet agrément et autonomie conséquente. Le tout sans oublier d’être gratifiant à emmener.

Essai-Kia-eNiro-7
Essai-Kia-eNiro-9

La notion de plaisir de conduite est difficile à quantifier. D’un commun accord, la majorité des conducteurs s’entendent sur le fait qu’un certain niveau de performance est nécessaire avant de s’amuser au volant d’une auto. Caractère moteur, rigueur du châssis et précision des trains roulants sont autant d’éléments qui participent aux sensations. Toutes ces caractéristiques, on les retrouve le plus souvent sur les sportives, qu’elles soient badgées GT, RS, M ou encore ST. Pourtant, aussi incongru que cela puisse paraître, ce sont aussi des qualités dont dispose le e-Niro. Dès les premiers virages abordés, l’équilibre général du crossover coréen saute au yeux, bien aidé par un centre de gravité au plus bas grâce aux batteries situées dans le plancher, entre les essieux. Le roulis est maîtrisé, la direction précise -quoique peu informative- et le rythme augmente naturellement au fil des kilomètres. Improbable mais bienvenue !

Essai-Kia-eNiro-8
Essai-Kia-eNiro-6

Bien sûr, avec 1,8 tonnes sur la balance (à cause des batteries de grande capacité), il ne faut pas non plus s’attendre à l’agilité d’une 208 GTi. Mais malgré ce fardeau sur ses épaules, le e-Niro s’en sort bien et se montre très sain dans le sinueux. Il est facile de le placer en rentrant légèrement sur les freins et son architecture de traction n’est pas piégeuse pour deux sous. En revanche, une fois l’ESP désactivé, gare au patinage à la réaccélération, surtout avec les pneus Michelin Primacy en monte d’origine. Collez lui des Pilot Sport 4 et beaucoup d’énervés du volant ne comprendront pas pourquoi ils se font littéralement déposer par un vulgaire crossover électrique… Le Kia est propulsé par les mêmes moteurs que le Kona Electric, à savoir une unité de 204 ch et 455 km d’autonomie ou une plus petite de 136 ch et 289 km. Toutes deux profitent de 395 Nm de couple et permettent au e-Niro de passer de 0 à 100 km/h en moins de 10 s (7,8 s pour la plus puissante). Le même système de récupération d’énergie paramétrable via les palettes au volant est présent, ce qui permet de conduire sans toucher la pédale de frein pendant plusieurs kilomètres.

Essai-Kia-eNiro-1
Essai-Kia-eNiro-3

Une affaire de compromis

Essai-Kia-eNiro-2
Essai-Kia-eNiro-5

Ce bon bilan dynamique dressé, il faut toutefois garder en tête quelques limitations inhérentes à ce type de véhicule. Tous d’abord, les freins ne tiendront pas la cadence longtemps en conduite dynamique. Ensuite, l’autonomie sera forcément vite amoindrit si vous profitez du punch de l’électrique à la moindre ligne droite. Si le e-Niro est surprenant à plus d’un titre, il reste donc à vocation familiale. L’amortissement est d’ailleurs très correct et ne trépide pas comme sur un Sportage, seule la détente un peu rapide donne un effet rebond assez peu agréable sur route bosselée. L’insonorisation est excellente et la place à bord suffisante pour une petite famille (coffre de 451 L). Peu de changements cosmétiques sont opérés par rapport aux autres version du Niro. La console centrale devient flottante avec l’absence de levier de vitesse, les compteurs digitaux sont spécifiques et des cerclages bleus viennent faire écho aux détails de carrosserie. Cette dernière se démarque par une calandre pleine, des phares full LED en option, des boucliers spécifiques et des jantes de 17 pouces exclusives au e-Niro.

Essai-Kia-eNiro-10
Essai-Kia-eNiro-12
Essai-Kia-eNiro-11
Essai-Kia-eNiro-13

En conclusion

Essai-Kia-eNiro-4

Belle surprise que ce e-Niro. En venant s’intercaler entre le petit Stonic et le plus gros Sportage, il parvient à légitimer sa place dans la gamme grâce à son moteur électrique performant. Le plaisir pris à son volant est réel et il n’oublie pas d’offrir tout ce qu’un SUV familial se doit de proposer à ce niveau de gamme, que l’on parle de place intérieur, de confort prodigué ou encore d’aides à la conduite. Il se pose comme une alternative viable à une voiture thermique pour qui cherche un véhicule pratique, performant et qui peut s’aventurer à une centaine de kilomètres des villes sans craindre de ne pas pouvoir rentrer avec une seule charge. Histoire de convaincre des automobilistes hésitants, Kia propose en outre une offre de location longue durée attractive à partir de 397 € par mois pour la version grande autonomie. Une preuve, s’il en fallait encore une, que les coréens représentent plus que jamais un choix à ne pas négliger au moment de changer son auto.

Prix du Kia e-Niro

Equipements du Kia e-Niro

Modèle essayé :

Kia e-Niro 64 kWh e-Premium

Modèle essayé : 46 500 €

à partir de 38 500 €

Points forts

  • Plaisir pris au volant
  • Autonomie intéressante
  • Prix d'appel agressif en LLD

Points faibles

  • Style très commun
  • Finition un peu trop plastique
Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares