Essais

Essai Ford Explorer 2020 (hybride rechargeable) : mon petit bout d’Amérique

C’est probablement le plus déraisonnable des modèles Ford vendu actuellement en Europe, pourtant l’Explorer est aussi l’un des plus vertueux, si l’on s’en tient aux seuls rejets de CO2 annoncés par la marque. C’est l’hybridation qui permet ce grand écart, pour le meilleur et pour le pire.

Essai Ford Explorer 2020 5
Essai Ford Explorer 2020 6

Je ne suis jamais allé aux Etats-Unis, pourtant je suis abreuvé de sa culture quotidiennement, dans la musique que j’écoute ou les films que je regarde. Les paysages interminables, la route 66, les grosses cylindrées, les pick-ups démesurés… Autant de symboles qui me rappellent le grand continent Outre-Atlantique et qui me sont familier même si je ne les ai pas expérimenté moi-même. Vu les restrictions en vigueur à cause de la terrible crise sanitaire mondiale à l’écriture de cet article (je fais le vœu que ce ne soit plus d’actualité si vous lisez ce papier plusieurs mois après sa publication), ce n’est pas demain la veille que je pourrai aller déguster un bon burger In-N-Out chez tonton Sam. Alors si je ne peux pas aller en Amérique, je la ferai venir à moi !

Essai Ford Explorer 2020 11
Essai Ford Explorer 2020 12
Essai Ford Explorer 2020 3
Essai Ford Explorer 2020 4

Ça tombe bien, Ford commercialise depuis peu l’Explorer en Europe. Question SUV qui en imposent, je m’y connais un peu : Volkswagen Touareg, Audi Q7 ou encore BMW X7 pour ne citer qu’eux, j’en ai déjà testé pas mal. Mais pourtant l’Explorer paraît encore plus énorme, plus massif, même si ses cotes le placent en réalité juste en dessous du plus gros modèle bavarois. Pratique ? Pas vraiment : avec 5,05 m de long pour 2,00 m de large sans les rétroviseurs (2,29 m en les comptant !), je suis bon pour refaire mon garage si je veux qu’il dorme au chaud. Quant à la simple idée d’essayer de le rentrer dans un parking public, j’en ai déjà un mal de crâne sans nom en songeant aux manœuvres ridicules qu’il va falloir faire. Je lui reconnais pourtant un rayon de braquage honorable, qui peut sauver les meubles en cas de pépin.

Family Business

Essai Ford Explorer 2020 1
Essai Ford Explorer 2020

Au moins toute cette débauche a-t-elle le mérite de ménager de l’espace à l’intérieur, où les passagers des deux premiers rangs sont très bien lotis. C’est moins vrai pour la troisième rangée de sièges, qui font du Ford un 7 places, à cause d’une assise obligeant à plier un peu les jambes et qui ne sera pas confortable pour des adultes sur un trajet de plus d’une demi-heure. Les « punis » qui s’assoient dans le coffre ont en revanche de quoi apprécier la vue grâce à de grande surfaces vitrées. Production américaine oblige, il ne faut par contre pas regarder de trop près les matériaux employés et la qualité des ajustements de l’habitacle.

Essai Ford Explorer 2020 10
Essai Ford Explorer 2020 7
Essai Ford Explorer 2020 9
Essai Ford Explorer 2020 8

L’ensemble est à peine passable, un peu grossier et surtout pas du tout en adéquation avec le méchant ticket d’entrée fixé à 77 000 €. Qu’une Ford soit aussi onéreuse est inhabituel, mais l’idée est concevable. Que la finition ne soit pas meilleure que dans une Fiesta, c’est en revanche beaucoup plus dommageable. Ce point noir est en parti atténué par la dotation de série archi-complète (compteurs numériques, clim’ auto bizones, bonne sono B&O à 14 haut-parleurs, services connectés gratuits, nombreuses prises USB et 12V…), mais l’on est ici à des années lumières de ce que font Volvo et le triptyque Audi-BMW-Mercedes.

Fat and Furious

Essai Ford Explorer 2020 14

On dit souvent que les Américains préfèrent les lignes droites… Et si l’on prend l’Explorer comme point de référence, c’est vrai. Déjà parce qu’avec 2,5 tonnes sur la balance (2 466 kg annoncés), c’est un véritable pachyderme qui demande un peu de retenu et d’anticipation au freinage et en courbe, sous peine de se faire embarquer par le poids au moindre excès d’optimisme. Ensuite parce que sous le capot prend place un V6 essence 3.0 biturbo hybride rechargeable dont la fougue est pour le moins surprenante. Avec 457 ch cumulés et pas moins de 840 Nm de couple, il donne des ailes au gros SUV, qui ne réclame pas plus de 6 s pour atteindre les 100 km/h depuis l’arrêt complet. Belle santé ! De quoi me prendre pour un pilote de la NHRA au feu rouge. Le tout dans une sonorité un peu artificielle, mais pas désagréable pour autant.

Essai Ford Explorer 2020 15

Dans ma quête de grandeur US, je m’assois toutefois sur quelques attributs pourtant utiles, comme un châssis réglé pour nos routes. L’Explorer, s’il n’est franchement pas inconfortable, ne remporte pas non plus la palme de la filtration. Ses grosses jantes induisent quelques trépidations à basse vitesse, tandis que les petites aspérités de la chaussée sont assez perceptibles dans l’habitacle. Le tout s’arrange un peu quand le rythme augmente… Jusqu’à la moindre bosse, qui fait alors immanquablement pomper la suspension. Cette dernière n’est ni pneumatique ni même adaptative, ce qui implique que l’on ne puisse pas faire varier son moelleux, ni la hauteur de caisse. Un artifice qui serait pourtant bien utile pour le tout chemin, un exercice que le Ford est capable de faire grâce à ses quatre roues motrices et ses modes de conduite permettant de paramétrer finement l’ESP et la cartographie de la pédale d’accélérateur. Le tout est de ne pas trop lui en demander, eu égard de sa masse et de son châssis relativement basique.

Essai Ford Explorer 2020 13

Making a statement

En définive, le Ford Explorer est un symbole de la puissance brute américaine. Il remplace avantageusement l’Edge dans la gamme Ford autant qu’il permet de promouvoir l’engagement du constructeur à l’ovale bleu sur le terrain marketing de l’électrification. J’aime bien ce gentil géant pour son côté décalé, son look 100 % ‘Ricain et ses performances surprenantes en ligne droite. Mais c’est une hérésie absolue chez nous, où beaucoup de routes sont trop étroites pour lui et où les projets de loi penchent vers une taxation des voitures au poids. Le plus absurde est qu’il existera probablement des dérogations qui permettront aux véhicules hybrides rechargeables d’y échapper, ou au moins de minorer leur malus. Résultat, des véhicules comme le Ford Explorer pourraient se retrouver moins désavantagés que des autos plus petites, plus économes, et beaucoup moins polluantes à produire.

Essai Ford Explorer 2020 2

Certains diraient que la technologie hybride rechargeable est un vrai argument pour faire baisser les consommations, mais l’Explorer est si démesuré qu’il n’en est rien. On fait facilement 35 km en full électrique sur une charge, mais il faut un œuf sous le pied droit pour faire plus. La conso moyenne sur route se limite à quelque chose de raisonnable de l’ordre de 8 l/100 km tant qu’il y a de la batterie et qu’on roule tranquillement. Dès que celle-ci est vide il suffit de quelques accélérations tout à fait normales (dépassements, insertion sur voie rapide etc) pour grimper immédiatement au-dessus des 10 l/100 km. Vous voulez profiter de la puissance disponible ? Vous pouvez ajouter 6 ou 7 l/100 km. Sans me faire l’avocat du diable, un diesel de même cylindrée ferait sûrement moins et serait probablement plus adapté aux grands trajets autant qu’au gabarit du bestiau. C’est un bon point que Ford propose l’Explorer chez nous, ne serait-ce que pour cultiver une image un tant soit peu badass. Mais à moins d’un sérieux coup de cœur, qui ne se discute pas, il faudra se lever tôt pour tenter de justifier son achat.

Crédit photo 7 et 8 : Ford. Merci à Quentin Cazergues d’Autonews pour l’aide sur les photos dynamiques. 

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares