Essais

Essai détaillé Volvo XC40 B4 : l’entrée de gamme Volvo passée au crible !

Alors qu’il ne reste qu’une seule berline et plus de compacte au catalogue Volvo France, le XC40 représente le modèle le moins cher de gamme de la marque suédoise. Mais ce n’est pas pour autant une auto au rabais, comme nous l’avons constaté sur près de 2 000 km, pour en découvrir tous les secrets.

essai volvo xc40 b4 2021 1
essai volvo xc40 b4 2021 5

Une signature lumineuse avant façon marteau de Thor, des feux arrière verticaux qui débordent sur les ailes, pas de doute, on est bien en présence d’un SUV Volvo. Le « petit » de la gamme étonne toutefois avec ses proportions déjà imposantes : avec 4,43 m de long pour 1,86 m de large, il fait partie des SUV compacts généreux. Sa taille participe aussi à cet aspect pour le moins massif, puisque ses 1,65 m de haut renforcent sa stature. En tout cas chez Volvo, impossible de trouver plus petit, tous modèles confondues. Même le nouveau C40 électrique réclame 6 mm de plus en longueur ! Reste que la XC40 n’a pas pris une ride depuis sa présentation officielle il y a maintenant 4 ans.

essai volvo xc40 b4 2021
essai volvo xc40 b4 2021 2
essai volvo xc40 b4 2021 3
essai volvo xc40 b4 2021 4

Et si le style fait encore mouche, c’est aussi parce qu’il n’est pas exagérément torturé tout en ayant juste ce qu’il faut de dynamisme pour ne pas paraitre mollasson. Les belles jantes optionnelles de 20 pouces de notre modèle d’essai (1 320 €) ne sont pas non plus étrangères à l’allure générale du SUV, les montes inférieures ayant tendance à paraître vraiment petites dans les très grosses arches de roues.

La sérénité prime à bord

essai volvo xc40 b4 2021 10

Bien qu’étant le premier modèle par lequel on peut accéder à l’univers Volvo, le XC40 ne renie pas ses origines et propose une ambiance intérieure très flatteuse. D’un SUV correctement fini et agréable avec la finition Essential de base, on peut le configurer pour en faire un vrai rival des production allemandes, dont le suédois n’a d’ailleurs rien à envier. Sur notre modèle Inscription Luxe, l’ambiance raffinée était en outre relevée par une sellerie en cuir brun (proposée sans surcoût avec la finition haut de gamme) contrastant bien avec la couleur Bleu Denim extérieure (option à 1 000 €). Avec les incrustations en bois devant le passager et au niveau des poignées de porte (ces dernières sont d’ailleurs en aluminium, comme les aérateurs) ainsi que l’élégant levier de vitesse conçu avec la verrerie suédoise Orrefors, on arrive vraiment aux portes du luxe. Quant à l’équipement, il est fonctionnel en entrée de gamme (combinée d’instrumentation numérique 12 pouces et écran tactile 9 pouces, régulateur de vitesse, clim’ auto., vitrage en verre trempé…) et carrément pléthorique en Inscription Luxe : régulateur adaptatif avec maintien dans la voie, navigation, caméra de recul, sono Harman/kardon, clim auto. bizone, toit ouvrant panoramique, sièges avant chauffants, hayon électrique… On ne manque clairement de rien, mais on n’a jamais l’impression que Volvo a voulu faire étalage de toute la technologie embarquée. La simplicité de la présentation va un peu à l’encontre de ce que l’on peut trouver notamment chez Audi ou Mercedes, sans pour autant être moins qualitatif.

essai volvo xc40 b4 2021 9
essai volvo xc40 b4 2021 8
essai volvo xc40 b4 2021 6
essai volvo xc40 b4 2021 7

Côté habitabilité, le XC40 se montre généreux avec ses passagers avant comme arrière. L’espace aux jambes et à la tête est conséquent, et il n’y a que si le siège avant est reculé à fond qu’il faudra faire attention à ses genoux. Pour le reste, les vides poches sont assez grands, les rangements de la console centrale aussi et le coffre affiche 452 l, pour partir en vacances sereinement. Il faut en revanche composer avec un seuil de chargement assez haut, qui ne sera pas un allié pour charger des objets lourds. Bon point en revanche, le plancher est modulable et peu se plier pour révéler un double fond mais aussi des crochets, bien pratiques pour caler des sacs.

Flegmatique avant tout

essai volvo xc40 b4 2021 13

Cette ambiance calme et feutrée véhiculée par l’habitacle est aussi exactement ce que l’on retrouve au volant du XC40. Son truc à lui, c’est le confort et il vous le fait sentir dès les premiers tours de roues. La suspension très moelleuse joue sur la souplesse et le débattement pour préserver les lombaires, ce qu’elle fait bien même si les barres antiroulis assez épaisses génèrent quelques mouvement latéraux bien perceptibles. La filtration est bonne même avec les jantes de 20 pouces (du 21 existe aussi en option), mais les masses non suspendues restent assez importantes et il y a tout de même quelques remontées un peu sèches dans l’habitacle quand les roues rebondissent sur les chocs. Heureusement, la cabine est bien filtrée et il faut vraiment tomber sur un gros nid de poule pour se faire secouer. Même les passagers arrière ne sont pas bien plus chahutés qu’à l’avant. Revers de la médaille, n’allez pas chercher le dynamisme à tout prix au volant du XC40, qui reste tranquille en toute circonstance. Les mouvements de caisse sont marqués, le train avant n’est pas un modèle de rigueur (surtout en pneus neige) et la direction reste un peu vague, sans beaucoup de remontées d’informations. Il faut donc garder en tête que le centre de gravité est haut perché et qu’il a 1 702 kg à gérer lors des changements d’appuis.

essai volvo xc40 b4 2021 12

Très agréable quand on ne le chahute pas, le XC40 pèche toutefois par un point qui énervera ceux qui font beaucoup d’autoroute : les bruits d’air sont perceptibles dès 110 km/h et bien présent à 130 km/h. Il n’y a rien que la puissante sono Harman/Kardon ne puisse couvrir, mais c’est à prendre en compte pour ceux qui ont l’habitude de téléphoner à haute vitesse et qui devront probablement élever un peu la voie pour que leurs interlocuteurs les comprennent clairement.

B4 : une motorisation à l’aise mais gloutonne

essai volvo xc40 b4 2021 15

Pour cet essai nous avons jeté notre dévolu sur la motorisation B4 en configuration deux roues motrices (traction). Avec 197 ch, ce 4-cylindres 2.0 essence se pose comme une puissance intermédiaire entre les T2 (3-cylindres 129 ch) et B3 d’un côté (4-cylindres 163 ch) d’un côté, et les hybrides rechargeables de 211 et 262 ch de l’autre (deux motorisations électriques de 231 et 408 ch existent aussi). Bien que l’on ne soit jamais subjugué par la poussée, le B4 offre de quoi doubler sereinement avec 300 Nm de couple, et ses reprises sont convaincantes, même avec du relief. Mais il est en revanche un peu desservi par la boîte à double embrayage et 7 rapports qui lui est forcément accolée (boîte auto 8 rapport sur la version 4 roues motrices). Cette dernière n’est pas la plus rapide qui soit et son manque de réactivité lorsque l’on enfonce la pédale d’accélérateur est frustrante quand on a besoin de se dégager d’une situation un peu périlleuse. Surtout, on ne pas compter sur des palettes aux volants pour présélectionner le rapport que l’on veut et le seul mode manuel que l’on peut activer consiste à déplacer le petit sélecteur de vitesse de gauche à droite pour descendre ou monter les rapports. Peu intuitif ! Dommage, car en descente il est fréquent de devoir l’utiliser pour forcer un peu le frein moteur, autrement absent.

essai volvo xc40 b4 2021 14

Malgré la micro-hybridation présente (48 V), il ne faut en revanche pas s’attendre à des records de consommation. Le B4 est plutôt du genre soiffard et il n’y a guère que sur route, à vitesse stabilisée, que son appétit est relativement contenu. Voilà les consommations que nous avons relevé lors de l’essai :

  • Autoroute : 8.7 l/100 km à 133 km/h au régulateur
  • Route : 7.7 l/100 km
  • Ville : 12.1 l/100 km (ville uniquement, sans voie rapide ou périphérique)
  • Montagne : 10.9 l/100 km (15.3 l/100 km en montée, 4.4 l/100 km en descente)

Rien d’exceptionnellement mauvais, mais assez pour que l’on taxe le suédois de gourmand quand il s’agit de passer à la pompe. Dommage, donc, que le XC40 ne propose plus ne serait-ce qu’une seule motorisation diesel à son catalogue (Volvo les évacue toutes pour se tourner vers l’électrique). Mal vue par les autorités, le gasoil reste malgré tout le meilleur carburant pour ceux qui alignent les kilomètres, avec des consommations plus faibles que l’essence à puissance équivalente.

essai volvo xc40 b4 2021 16

Des tarifs qui vont presque du simple au double

Malgré cet écueil, la plus modeste des Volvo reste très recommandable pour ceux qui veulent rouler différent et qui mette le confort avant le dynamisme dans leur liste de priorités. Et puis sa large gamme de moteur et finitions permet tout de même de répondre à plusieurs besoins. Mais ce faisant, les tarifs sont aussi très disparates et l’écart entre l’entrée de gamme et la configuration ultime hybride rechargeable varie quasiment du simple ou double. Si le ticket d’entrée débute à 32 050 €, comptez en effet 51 700 € pour un B4 en finition Ultimate (le plus proche équivalent de la finition Inscription Luxe de notre modèle d’essai, la gamme venant tout juste d’être remaniée ave de nouvelles appellations), avant de piocher dans les quelques options disponibles. Le malus peut lui aussi monter haut avec la motorisation B4, puisqu’il est compris entre 1 074 et 3 331 € suivant l’équipement (entre 1 761 et 5 105 € pour la version à transmission intégrale).

essai volvo xc40 b4 2021 11

Un grand merci à Marlène et Alexis pour l’aide sur les images dynamiques.

Jalil Chaouite

Jalil Chaouite

Tant que ça roule, ça me plait... Ou presque. En tout cas je suis toujours curieux d'essayer tout ce que je peux, pour multiplier les points de comparaison. Je mentirais si je disais que je ne préfère pas une sportive à une banale citadine, mais je mets un point d'honneur à aborder chaque nouvel essai avec la même neutralité. Mes avis sont en général très tranchés, mais je ne suis jamais fermé à la discussion ! Bonne lecture :)

Shares