Situation paradoxale. D’un côté, Renault ne peut être plus clair : l’Arkana « préfigure un nouveau véhicule aux ambitions mondiales ». De l’autre, c’est le grand flou sur sa commercialisation chez nous. Explications.

Le véhicule de série sera d’abord lancé l’année prochaine en Russie. Il sera produit sur place, mais sur une base technique low-cost, celle du Duster, une manière de proposer un véhicule moins cher et surtout quatre roues motrices. Avec cette plate-forme, la voiture devrait arriver sur d’autres marchés émergents, dont le Brésil. Mais vendre l’auto en l’état chez nous est impensable ! L’Arkana serait d’ailleurs inadapté à des éléments techniques modernes qui collent à son positionnement plus sportif qu’un Kadjar, comme les quatre roues directrices.

Mais selon les bruits de couloir, un autre Arkana est en préparation pour la Chine. Dans l’Empire du Milieu, il serait basé sur la plate-forme dernier cri CMF. On pourrait alors envisager une exportation chez nous… si Renault estime que ce modèle a du potentiel et ne gêne pas le Kadjar. Ce serait tout de même une bonne chose que le Losange propose l’Arkana en France. Il serait l’un des premiers généralistes à oser cette silhouette, pour l’instant prisée par les marques allemandes. La marque aurait ainsi un produit distinctif sur un segment de plus en plus encombré.

Evidemment, il faut aimer la forme, qui a de très nombreux détracteurs ! Il est vrai que croiser un coupé et un 4x4, ça peut surprendre. D’autant qu’ici, si Renault parle bien de « Crossover coupé », il n’hésite pas à aussi évoquer l’univers de la berline. Et c’est vrai que cet Arkana peut avoir sous certains aspect un côté Talisman surélevée ! Comme un BMW X6, le modèle adopte un toit plongeant, une lunette très inclinée et un coffre haut perché, qui forme une sorte de becquet. Les incontournables du style Renault sont de la partie : épaules gonflées, feux qui se prolongent vers le losange, crochets lumineux à l’avant. On aime ou on déteste, à vous de donner votre avis !

L’habitacle n’a pas été montré officiellement, mais certains ont aperçu au Salon de Moscou, où vient d’être présenté l’engin, une planche de bord de Duster. Preuve qu’en l’état, le véhicule n’est pas prêt pour nous. A moins de le vendre chez Dacia !