Nouveau Mercedes GLA : changement de registre

Nouveau Mercedes GLA : changement de registre

Le GLA change d’allure, avec 10 cm de plus en hauteur, et devient plus familial. Quitte à faire doublon avec le Classe B.

La première génération du plus petit des SUV de Mercedes était avant tout une Classe A surélevée. Malgré ses 4,42 mètres de longueur, il n’était pas vraiment taillé pour un usage familial, avec une mauvaise habitabilité. La marque a entendu les critiques et a revu sa copie. La seconde génération est promise plus spacieuse et plus pratique. Mais ce choix nous étonne tout de même, puisque pour les familles, la marque a déjà le Classe B et surtout le nouveau GLB !

Mercedes GLA 2020 - 35 AMG

Des gènes de monospace

Le nouveau GLA se distingue quand même de ce dernier par sa longueur, qui est de 4,41 mètres contre 4,63 mètres pour le GLB. Le GLA a même perdu 14 mm en longueur. En revanche, il gagne 10 cm en hauteur, et ça change toute son allure. D’ailleurs, on a vraiment l’impression d’avoir maintenant un Classe B surélevé ! Dans l’opération, le monospace semble perdant, d’autant que le GLA peut aussi faire un peu attention à sa modularité avec une banquette coulissante sur 14 cm (en option).

Pour en revenir au design, outre la hauteur qui change l’aspect, on note aussi l’arrivée d’une troisième vitre latérale, qui allonge visuellement le véhicule, et la lunette est moins inclinée. Pour le reste, on est dans la continuité des dernières productions avec une calandre plus basse et verticalisée et des feux affinés qui débordent sur le hayon.

Mercedes GLA 2020 - Planche de bord Mercedes GLA 2020 - Coffre

Déjà un AMG

A l’intérieur, on a encore la planche de bord de la Classe A, seule la coiffe supérieure étant différente. On retrouve donc les aérateurs en turbine et sur les versions hautes les deux écrans de 10,25 pouces en enfilade. A l’arrière, on sera donc mieux logé avec jusqu’à 11 cm de plus en espace aux jambes. Mais la garde au toit diminue légèrement. Surprenant ! Cela s’explique par un pavillon qui reste incliné et par une hauteur d’assise relevée. Le coffre progresse de 14 litres à 435 litres.

Le lancement se fera avec deux moteurs essence seulement. Plutôt étonnant, Mercedes ne détaille en effet que le modèle GLA 200 de 163 ch et le 35 AMG de 306 ch. Mais la gamme sera très vite étoffée avec des diesels puis un hybride rechargeable. Le modèle fait bien sûr le plein d’aides à la conduite et d’équipements dernier cri : phares de type Matrix, régulateur de vitesse adaptatif qui s’aide de la navigation, système multimédia à commandes vocales évoluées, alerte de véhicule en approche au moment de descendre du véhicule…

Le GLA 2 arrivera dans les concessions au printemps 2020.

 

Importer une voiture allemande : comment faire ?

Importer une voiture allemande : comment faire ?

Acheter et importer une voiture depuis l’Allemagne est aujourd’hui une pratique courante pour les amateurs de modèles allemands. Si la démarche est relativement accessible pour les achats neufs et d’occasion, il est nécessaire d’en connaître les différentes étapes pour éviter certains pièges.

Les modalités d’importation depuis l’Allemagne

L’achat de votre voiture outre-Rhin est l’étape la plus simple de la démarche (en théorie), surtout si vous faites appel à un mandataire d’Allemagne. Une fois le véhicule acquis, la procédure d’importation vous permet de vous faire livrer votre véhicule sur le territoire français. Les opérations entre l’Allemagne et la France sont facilitées par l’ouverture des frontières.

Trois alternatives s’offrent à vous :

  • Le transport par remorque spécifique : cette solution implique un attelage de la remorque à un véhicule immatriculé en France
  • L’usage d’une plaque de transit simplifiant le passage à la frontière de la voiture allemande
  • Si vous passez par un importateur, c’est lui qui gèrera le rapatriement

Dans les 3 cas, l’acheteur doit fournir des documents relatifs à l’immatriculation du bien ainsi qu’à son identité. Pour obtenir un certificat provisoire d’immatriculation, vous aurez besoin d’une copie de votre pièce d’identité, d’un justificatif de domicile, d’un justificatif de cession de la voiture en Allemagne (facture ou acte de vente), d’un justificatif d’immatriculation allemande (carte grise), ainsi que d’un quitus fiscal.

Ce dernier document est délivré auprès de vos services d’impositions sous présentation d’un certificat d’identité, d’un justificatif de domicile, d’une facture prouvant votre achat, ainsi qu’une la carte grise allemande.

Les procédures pour acheter et rapatrier une voiture qui se trouve en Allemagne

Les documents nécessaires pour circuler en France

La carte grise est bien sûr indispensable pour que votre voiture allemande puisse être utilisée sur le sol français. Une version provisoire (CPI WW provisoire) de ce document permet aux nouveaux véhicules de circuler durant un mois. Cette carte provisoire est valide jusqu’à l’obtention de votre certificat d’immatriculation définitif (4 mois maximum).

Quels avantages à passer par un mandataire auto ?

Le choix du mandataire auto s’impose dès la recherche de votre véhicule sur le territoire allemand. Ce commerçant indépendant est recommandé si vous craignez de payer le prix fort pour rapatrier votre véhicule, ou si vous avez du mal avec certaines démarches administratives. La plupart des Français achetant en Allemagne préfèrent ainsi passer par un importateur pour simplifier le traitement de vos transactions. Ce prestataire ne s’occupe pas seulement de la vente : il se charge également des documents tels pour faire votre immatriculation.

L'importation d'une voiture d'Allemagne

Qu’en est-il de la TVA ?

L’achat d’une voiture en Allemagne vous dispense du paiement de la TVA en Allemagne si le véhicule a plus de 6 000 km au compteur et s’il a plus de 6 mois.

Le cas des voitures neuves est différent : la taxe sur valeur ajoutée est évaluée à 20% du prix de la voiture. Notez cependant que l’arrivée de la voiture en France vous engage à régler la différence, le coût d’achat de votre voiture allemande ne doit donc pas inclure de taxe. Suivant les cas, la TVA peut donc être assumée par le mandataire ou directement par le nouveau propriétaire, il faut bien se renseigner en amont de l’achat sur le paiement de la TVA sur votre voiture.

Les pièges à éviter lors de l’importation de votre voiture

Les barrières de langue entre l’acheteur et les revendeurs peuvent inciter ces derniers à chercher plus de profits. Quelques petits pièges sont à éviter lorsque vous envisagez un achat en Allemagne :

  • La qualité du véhicule : la plupart des acheteurs n’ont pas la possibilité de se rendre en Allemagne pour effectuer leur achat. Le recours à un mandataire leur permet d’obtenir le véhicule qu’ils recherchent, sans se soucier d’autre chose que de la transaction. Des mandataires peu scrupuleux peuvent cependant profiter de la situation pour tenter de vous livrer une voiture qui n’est pas toujours conforme à vos attentes. Ne confirmez l’achat et l’importation du véhicule qu’après vous être assuré que son état correspond à votre demande.
  • La disponibilité de tous les documents : l’absence d’un des papiers indispensables à l’importation de votre voiture allemande compliquera les démarches. Votre mandataire doit vous fournir les éléments nécessaires pour simplifier la livraison de votre voiture sur le territoire français.
  • Le facteur financier de votre acquisition : l’intérêt d’un achat direct en Allemagne est d’abord financier. Si l’opération peut être une bonne affaire, il est nécessaire d’étudier chaque source de dépense liée à l’acquisition. Le coût total des taxes pèsera sur la rentabilité de votre investissement et pourra vous coûter plus cher en cas de dépenses imprévues.

Vous savez tout sur la façon d’importer votre véhicule en France, alors soyez vigilant et profitez bien de votre nouveau véhicule.