Essai Volkswagen Passat GTE (2019) : l’hybride convaincante

Essai Volkswagen Passat GTE (2019) : l’hybride convaincante

Timidement restylée cette année, la Passat reste une berline emblématique écoulée à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde. Mais l’Allemande n’oublie pas d’être en phase avec son temps et se décline aussi, depuis 2015, en version hybride rechargeable GTE. Nous l’avons découverte en Normandie, dans les environs d’Etretat.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 10
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 14

Des pare-chocs subtilement redessinés, le monogramme Passat écrit en toute lettre sur le coffre, trois nouveaux styles de jantes, trois nouvelles teintes de carrosseries et une signature lumineuse différente. Voilà ce qui distingue extérieurement la Passat cru 2019 de celle sortie en 2015. Bien malin celui qui pourra les différencier au premier coup d’oeil ! Sur la version GTE qui nous intéresse aujourd’hui, des feux de jours en forme de C viennent habiller le bouclier avant, tandis que des badges prennent place sur la calandre et les ailes avant. La ligne n’est pas transformée, mais l’ensemble à fier allure, surtout dans cette teinte Beige Bronze optionnelle assortie de jantes de 18 pouces.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 16
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 13
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 15
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 9
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 8

L’intérieur change moins en apparence, et si l’horloge en haut de la planche de bord laisse place à un logo Passat rétroéclairé, la mise à jour technologique est bien réelle. Tout d’abord, la connexion Apple CarPlay se fait désormais par Bluetooth, ce qui évite de devoir systématiquement brancher son iPhone en USB (un port USB-C fait son apparition). Ensuite, le système d’infodivertissement MIB3 apporte son lot de nouveauté à commencer par des services connectés grâce à une carte SIM embarquée. Navigation connectée, streaming multimédia, application dédiée sur le téléphone pour contrôler certains fonctions clés du véhicule… Tout y est. Avec un smartphone compatible, il est même possible d’envoyer un clé virtuelle à un ami qui peut ainsi déverrouiller la voiture avec son téléphone et l’utiliser sur une durée définie. Pour le reste, les caractéristiques physiques de la Passat ne changent pas et l’intérieur se montre toujours accueillant autant que bien fini. En outre, on ne peut que saluer l’effort de Volkswagen de proposer une sellerie cuir/Alcantara claire, qui vient égayer l’habitacle et mettre en avant les ajustement au cordeau.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 4
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 6
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 5
Essai Volkswagen Passat Gte 2019 7

Le bon compromis

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 2

Mais ce qu’il nous tardait surtout de découvrir, c’est si la motorisation hybride rechargeable tient ses promesses. Un moteur électrique vient prêter main forte à un bloc essence 1.4 TSI de 156 ch, pour une puissance cumulée de 218 ch. Cela se traduit par des démarrages tout en douceur en ville, puisque seul l’électrique arrache la Passat du sol quand le feu passe au vert. En mode hybride, la GTE gère toute seule le passage à l’un ou l’autre mode de propulsion, ce qu’elle fait bien et sans à coups désagréables. Mais il est aussi possible de forcer le mode tout électrique et de ne se reposer que sur la batterie de 13 kWh, capable de fournir une quarantaine de kilomètres d’autonomie si vous n’êtes pas trop sévère avec la pédale de droite. Utile en ville et même sur le réseau secondaire sur de petits trajets, l’unité électrique pouvant emmener la Passat jusqu’à 130 km/h. Un mode de freinage régénératif plutôt efficace permet en outre de recharger un peu la batterie en roulant. Il suffit pour cela de tirer le levier de la boîte DSG vers soit en mode D, pour passer en mode B. Le jeu devient alors d’anticiper suffisamment les phases de ralentissement pour arriver paisiblement sur un rond point ou une intersection, sans toucher aux freins. Le système ne permet toutefois pas d’aller jusqu’à l’arrêt complet.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 1

Cette débauche de technologie donne le meilleur d’elle-même à la pompe. Durant notre essai effectué sur parcours mixte (45 % autoroute, 40 % route, 15 % ville), l’ordinateur de bord n’a jamais dépassé les 6,7 l/100 km. Et ce, sans jamais chercher à ménager la mécanique ou à battre des records de sobriété. Un bon score qui peut encore beaucoup s’améliorer avec plus de parcours urbain, à condition que l’on joue le jeu de la recharge quotidienne. Avec près de 400 kg d’écart face à une Passat 1.5 TSI de 150 ch, la GTE consommera fatalement plus si vous n’utilisez que son petit moteur thermique.

Badge trompeur

Essai Volkswagen Passat Gte 2019

Malgré son patronyme, ne prenez pas la GTE pour une sportive. Certes, en activant le mode éponyme, on permet aux deux moteurs de travailler de concert et de fournir 400 Nm de couple pour des accélérations franches, bien que linéaires. Mais les 1 730 kg à vide se rappellent vite à votre bon souvenir dans les virages, où le poids embarque fatalement la Passat vers l’extérieur si vous y mettez trop d’enthousiasme. Les freins ne mettent pas non plus en confiance, avec un toucher de pédale particulièrement déroutant, la faute au freinage régénératif qui s’enclenche systématiquement avant le freinage physique. Il n’y a qu’en freinage d’urgence que la GTE montre une puissance d’arrêt rassurante.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 3

Lourde et assistée, la Passat GTE n’en reste pas moins dynamique, servie par un amortissement passif (DCC en option) bien calibré qui absorbe correctement les aspérités sans faire rebondir la caisse à la moindre de bosse. La motricité y gagne, malgré l’absence de transmission intégrale. Le confort est aussi de la partie, seulement troublé par quelques percussions à basse vitesse à cause des jantes de grand diamètre. Revers de la médaille, les amortisseurs ont tendance à pomper à haute vitesse, ce qui rend le guidage flou. Un bon moyen de vous rappeler que la GTE n’est pas faite pour attaquer et qu’elle préfère être menée sereinement, même avec du rythme.

Proposition convaincante mais onéreuse

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 11

Difficile de ne pas recommander la Passat GTE après avoir passé quelques jours avec elle. Douce mais présente quand on la cherche, bien finie, spacieuse et confortable, elle cumule les bons points. A quel prix ? C’est là que le bât blesse, puisque la berline démarre à 50 200 €. Une somme conséquente, d’autant que quelques lacunes côté équipement sont difficilement pardonnables : un siège conducteur partiellement électrique seulement et un siège passager à réglage manuel sur une auto à plus de 50k avant tout destinée aux gros rouleurs, vous trouvez ça normal ? On peut relativiser en prenant en compte qu’avec une valeur fiscale de CO2 de seulement 31 g/km, la Passat GTE est exonérée de malus, tout comme de taxe sur les véhicules de société. Pour profiter pleinement des bienfaits du moteur hybride, il faut toutefois disposer d’une borne Wallbox à domicile ou sur son lieu de travail, la recharge de la batterie réclamant plus de 7h sur une prise domestique. Gageons que la démocratisation des modes de propulsion alternatifs aura pour effet de faire baisser un peu les prix des hybrides rechargeables dans les années à venir, ces dernières étant pour l’instant le meilleur compromis entre autonomie, coût de fonctionnement et plaisir au volant.

Essai Volkswagen Passat Gte 2019 12

Equipements et prix de la Volkswagen Passat GTE