MX-30 : la première voiture électrique de Mazda

MX-30 : la première voiture électrique de Mazda

Le MX-30 est un SUV coupé compact, doté de portes antagonistes à l’arrière ! Il part avec un handicap : une trop petite batterie.

La liste des constructeurs présents sur le marché de l’électrique ne cesse de s’étoffer. Elle accueille aujourd’hui Mazda, qui vient de présenter au Salon de Tokyo le MX-30. Le modèle est déjà disponible à la réservation en France, mais les livraisons ne commenceront qu’au cours du second semestre 2020.

Ce modèle a beau s’appeler MX-30, on est loin de l’univers du MX-5 ! Les lettres ont sûrement été choisies pour l’aspect coupé de ce SUV, qui a une custode très inclinée. Le 30 fait écho au gabarit, puisqu’il est proche du nouveau crossover CX-30 avec une longueur de 4,40 mètres. La hauteur est de seulement 1,57 mètre.

Mazda MX-30 - Portes antagonistes Mazda MX-30 - Arrière

Le MX-30 a bien sûr un air de famille avec les dernières productions de la marque, mais il a des éléments de style bien à lui. Comme c’est une électrique, la calandre est affinée. Mazda aurait pu oser l’aspect fermé. Le modèle reçoit aussi une silhouette bicolore, avec un insert chromé intégrant un monogramme au niveau de la jonction arrière. Originalité sur la poupe : les côtés de la lunette, couleur pavillon, reviennent sur les feux. Les protections de carrosserie en plastique brut sont généreuses autour des roues et sur les bas de caisse.

Le retour des portes antagonistes

A l’intérieur, on trouve une planche de bord avec quelques originalités. La climatisation se commande sur un écran tactile situé en dessous des aérateurs. Cet écran a un aspect suspendu et est relié à la console centrale surélevée pour le sélecteur de vitesses, elle même posée sur un élément de rangement habillé de liège. Grande originalité du modèle : on accède à la banquette via de petites portes à ouverture antagoniste ! Il y a bien 5 places.

Mazda MX-30 - Planche de bord Mazda MX-30 - Banquette arrière

Mazda ne donne pas encore la puissance du moteur. En revanche, on connaît la capacité de la batterie lithium-ion. Et c’est la douche froide, puisqu’elle est de seulement 35,5 kWh. Mazda annonce donc une autonomie de 200 km, ce qui est riquiqui pour un SUV à vocation plutôt familiale. Le constructeur souligne que c’est nettement plus que la distance moyenne parcourue par les Européens chaque jour, à savoir 48 km. Une version à prolongateur d’autonomie, un moteur rotatif, serait dans les tuyaux.

Le MX-30 est d’abord proposé avec une série spéciale haut de gamme First Edition. Celle-ci a en série l’affichage tête haute, le régulateur de vitesse adaptatif, les sièges avant chauffants ou encore la peinture métallisée Ceramic. Le prix est de 34.400 € avec la batterie et sans le bonus.

Mazda MX-30 - Rangement liège

Nouvelle Honda Jazz : uniquement hybride

Nouvelle Honda Jazz : uniquement hybride

C’est déjà la quatrième génération de Jazz ! L’auto garde son allure de petit monospace. Elle n’existera chez nous qu’en hybride.

On se souvient que la deuxième génération de la Jazz avait eu une jolie carrière chez nous grâce à sa version hybride. Mais bizarrement, Honda n’a pas importé en Europe la variante essence/électricité de la troisième génération, qui existait pourtant sur d’autres marchés ! Résultat, l’auto s’est faite discrète sur nos routes. Heureusement, l’erreur ne sera répétée pour la quatrième Jazz, dévoilée aujourd’hui. En France, celle-ci ne sera même proposée qu’en hybride !

Honda ne donne toutefois pas beaucoup d’informations sur l’ensemble technique. On sait juste qu’il y aura deux moteurs. Le système devrait être similaire à celui du CR-V, avec un bloc thermique qui fait surtout office de générateur pour fournir de l’électricité, mais peut aussi faire avancer l’auto à haute vitesse. La puissance n’est pas connue.

Honda Jazz 2020 - Avant Honda Jazz 2020 - Arrière

Modularité poussée

Côté look, pas de révolution. La Jazz conserve son allure de petit monospace, avec un court capot incliné et de généreuses surfaces vitrées. Le design est toutefois simplifié par rapport à la précédente génération, avec par exemple des feux horizontaux, qui ne remontent plus le long de la lunette. La calandre est aussi réduite au strict minimum. L’ensemble ne dégage toutefois pas une folle modernité. La Jazz aura un peu plus de catactère avec une version Crosstar aux allures de baroudeuse. Elle a des protections en plastique brut autour des roues et sur les bas de caisse, des barres de toit et une calandre spécifique. La Jazz pourra avoir une silhouette bicolore.

Honda Jazz 2020 - Profil

A bord aussi, Honda a mis de l’eau dans son vin ! Les formes sont moins tarabiscotées. De quoi faire progresser la qualité visuelle, avec une présentation plus épurée. L’auto ose le volant deux branches. La visibilité vers l’avant a été améliorée grâce à des montants de pare-brise plus fins. Pour séduire, la Jazz misera toujours sur son habitabilité et sa modularité. L’auto conserve sa banquette dont l’assise peut se relever pour transporter à la verticale de grands objets. La banquette se rabat facilement. Dommage qu’une marche se forme à ce moment. Honda promet une amélioration du confort grâce à des sièges mieux rembourrés.

Côté équipement, une nouvelle caméra permet de rendre l’aide au maintien dans la voie plus efficace, avec une détection des bords de route sans marquage et trottoir. La voiture pourra aussi avoir un régulateur de vitesse adaptatif. La quatrième génération de la Jazz arrivera dans nos concessions courant 2020.

Honda Jazz 2020 - Planche de bord Honda Jazz 2020 - Volant et instrumentation Honda Jazz 2020 - Modularité