Toyota Yaris 4 : tout change

Toyota Yaris 4 : tout change

Look musclé, finition plus soignée, plate-forme inédite, nouveau moteur hybride : la Yaris est transfigurée !

La Yaris troisième du nom aura tenu huit années, ce qui est beaucoup pour une Toyota. Mais elle continue à très bien se vendre, grâce à la popularité de sa variante hybride, sans concurrence. Ce qui ne sera bientôt plus le cas. L’année prochaine, Honda proposera à nouveau une Jazz hybride chez nous… et surtout Renault dégainera sa Clio E-Tech ! Le japonais prend donc les devants ! Il a concocté une toute nouvelle Yaris. La marque est partie d’une feuille blanche car le modèle inaugure une nouvelle plate-forme, la GA-B, qui servira à d’autres modèles urbains, dont un SUV.

Toyota Yaris 4 - Avant

Toyota prend le contre-pied de la tendance actuelle sur le marché des citadines. La Yaris ne grandit pas et reste à 3,94 m, soit 11 cm de moins que la Clio 5. Surtout, l’auto ne cherche pas à prendre des allures de petites compactes. Avec ses feux qui viennent quasiment toucher les portes arrière, elle donne même l’impression d’être plus petite que la réalité. Cela n’empêche pas la Yaris d’avoir un air plus musclé, grâce à des nervures plus marquées, un capot aplati et une grande bouche menaçante. Les proportions ont aussi évolué, avec 5 centimètres de plus pour la largeur et 4 cm de moins pour la hauteur.

Toujours plus sobre

Toyota se veut rassurant : à l’intérieur, la garde au toit n’en souffre pas, grâce à des sièges implantés plus bas (6 cm). La marque a d’ailleurs revu la position de conduite, avec un volant moins incliné face au conducteur. Cela va de pair avec un comportement routier promis en progrès. La planche de bord est dans l’ensemble classique, même s’il y a quelques touches d’originalité, comme le dessin des compteurs. La finition progresse avec un matériau moussé en partie haute. Comme sur le C-HR, l’écran tactile est implanté en hauteur façon tablette.

Toyota Yaris 4 - Profil

Sous le capot, ça bouge aussi. La Yaris continuera de mettre en avant sa variante hybride, qui représentera chez nous une large majorité des ventes. Mais l’ensemble essence-électricité est inédit. Il est basé sur un trois cylindres 1.5 litre à cycle Atkinson et distribution variable. Il développe 91 ch et un couple de 120 Nm. L’électromoteur annonce 80 ch et 141 Nm. La puissance maxi cumulée devrait être d’environ 115 ch. Déjà flatteuses, les consommations devraient selon Toyota baisser de 20 %. La petite batterie est désormais une lithium-ion. Un bloc thermique classique sera au programme pour le prix d’accès.

Toyota Yaris 4 - Planche de bord

Cette Yaris 4 sera fabriquée en France, à Valenciennes. Elle arrivera dans les concessions en juin 2020. Les tarifs restent donc inconnus, mais on sait que la version de base aura d’office le régulateur de vitesse adaptatif. L’auto aura aussi un airbag entre le conducteur et le passager.

Toyota Yaris 4 - Arrière

BMW Série 2 : voici l’inédit Gran Coupé

BMW Série 2 : voici l’inédit Gran Coupé

Pour contrer la Mercedes CLA, BMW dégaine cette Série 2 Gran Coupé, dérivée de la nouvelle Série 1.

La famille Gran Coupé s’agrandit. Après la 4 et la 8 (qui vient de remplacer la 6), place à la 2 ! Mais attention. Ici, ce n’est pas un dérivé de l’actuelle Série 2 Coupé. Il s’agit d’un modèle qui est basé sur la nouvelle génération de la Série 1. C’est donc une plate-forme traction avec des moteurs transversaux ! Remarquez, cela n’a rien de nouveau pour la famille 2, puisque c’est déjà le cas avec les monospaces Active et Gran Tourer.

BMW Serie 2 Gran Coupe - 3/4 avant BMW Serie 2 Gran Coupe - 3/4 arrière

La Série 2 Gran Coupé se place en rivale de la Mercedes CLA. Sa silhouette est différente. Elle est plus typée fastback, avec une malle raccourcie. Celle-ci donne l’impression d’être assez haute, un effet dû à l’épais pli de carrosserie au dessus des feux et du logo. Le fait que la malle descende bas pour englober la plaque d’immatriculation crée aussi une sensation de lourdeur. Dommage, car la face avant a un aspect agressif, avec des naseaux pointus et un regard froncé.

Trois moteurs de 140 à 306 ch

Bonne surprise en ouvrant les portes : on découvre que celles-ci n’ont pas d’encadrement, ce qui renforce ici l’aspect coupé. La planche de bord est reprise à la Série 1. On retrouve les originales baguettes décoratives qui intègrent un éclairage façon fibres. En série, l’écran tactile mesure 8,8 pouces. En haut de gamme, c’est 10,25 pouces. Le dessin extérieur est trompeur : il n’y a pas de hayon pour accéder au coffre, mais une malle. La capacité est de 430 litres, ce qui est 50 litres de plus que la Série 1. C’est en revanche bien moins que la CLA, qui est à 505 litres. Mais cette dernière est plus longue, avec 4,69 mètres, contre 4,53 mètres pour la Série 2. La banquette 40/20/40 est en série.

BMW Serie 2 Gran Coupe - Planche de bord BMW Serie 2 Gran Coupe - Banquette arrière

Du côté de la gamme, l’offre sera dans un premier temps limitée. Il y aura ainsi un seul diesel, le 2.0 de 190 ch, avec boîte automatique 8 rapports. Côté essence, la Série 2 Gran Coupé fera le grand écart. Il y aura en entrée de gamme le petit trois cylindres 140 ch avec boîte manuelle 6 rapports ou double embrayage 7 rapports. A l’opposée, on trouvera la variante M235i de 306 ch. Celle-ci aura un quatre cylindres à boîte automatique 8 rapports et la transmission intégrale xDrive.

La commercialisation aura lieu en mars 2020. Les prix commenceront à 31.150 €. L’équipement sera plutôt complet, avec en série dès la base les phares et feux full LED, la caméra de recul, l’aide au maintien dans la voie et l’aide aux créneaux avec la fonction marche arrière automatique.

BMW Serie 2 Gran Coupe - Avant BMW Serie 2 Gran Coupe - Arrière