Essai Kia XCeed 1.4 T-GDI Launch Edition : Dans le mille

Essai Kia XCeed 1.4 T-GDI Launch Edition : Dans le mille

C’est la quatrième carrosserie à débarquer dans la gamme Ceed. Quatre carrosseries pour une compacte, c’est à se demander si Kia ne ferait pas de l’excès de zèle. Ni vraiment SUV, ni vraiment berline, le XCeed est un peu à part mais ne mérite pas d’être mis à l’écart.

Essai Kia Xceed 10
Essai Kia Xceed 1

Très franchement j’étais un peu dubitatif à l’annonce du XCeed. Certes, le petit dernier de la famille Ceed dispose d’une sacrée gueule. Il affiche peut être le design le plus inspiré des quatre variantes, bien que la ProCeed lui vole la vedette question charme. Les proportions flatteuses du XCeed lui donnent fière allure, tandis que la garde au sol rehaussée (+ 44 mm avec les jantes de 18 pouces ici présentes) et les pare-chocs avec sabots de protections intégrés se chargent de muscler la ligne. La lunette arrière très inclinée donne des faux airs de coupé au XCeed, qui se démarque bien plus de la Ceed classique qu’une Ford Focus Active par rapport à sa propre lignée. J’ai été étonné d’apprendre qu’en réalité, il n’y a guère que les portières avant qui soient reprises, tout le reste étant fait spécifiquement pour lui. Question proportion, l’empattement ne change pas mais le XCeed mesure tout de même 8,5 cm de plus qu’une Ceed 5 portes, et culmine à 4,39 m.

Essai Kia Xceed 13
Essai Kia Xceed 2
Essai Kia Xceed 14
Essai Kia Xceed 9

Châssis sain

Essai Kia Xceed 12

Qui dit garde au sol rehaussée dit centre de gravité plus haut perché. Et quand l’on sait que les ressorts ont été tarés plus souples à l’avant comme l’arrière par rapport à une Ceed (jusqu’à 7 % devant et 4 % derrière, en fonction de la motorisation), on peut s’attendre au pire question comportement routier. Fort heureusement, il n’en est rien. Les barres antiroulis et les amortisseurs recalibrés s’y entendent pour maintenir efficacement le XCeed en virage, ce qui en fait un crossover pas déplaisant à emmener. Vous le pensiez pataud ? Il est au contraire plutôt vif, bien aidé par une direction justement calibrée mais toujours trop timide en remonté d’informations dans le volant, tout autant que par un poids à vide de 1 300 kg. Ce bon bilan dynamique ne se fait pas au détriment du confort (amortisseurs avec butées hydrauliques en détente, sur l’essieu avant), avec peu de percussions ressenties dans l’habitacle. Il n’y a vraiment qu’à basse vitesse que les petits chocs pourraient être mieux maîtrisés.

Essai Kia Xceed

Ma monture était équipée du 4-cylindres essence 1.4 T-GDI de 140 ch marié à la boîte double embrayage DCT7, un couple qui devrait constituer le gros des ventes sur le XCeed. Si le moulin est suffisant en performance, il est par contre soiffard plus que de raison. Durant mon périple dans la région marseillaise, je n’ai pas pu le faire descendre sous les 8,7 l/100 km, même en conduite coulée. Un score franchement moyen qui n’est pas justifié vu le comportement plutôt policé du bloc. Un bloc gentiment rodé (comprendre : sans que des dizaines de journalistes ne l’aient déjà violenté alors qu’il n’affiche que 1 500 km) pourra sans doute descendre un peu en dessous, mais il ne faudra pas s’attendre à des miracles. De son côté la DCT est agréable au quotidien (elle se fait totalement oublier en ville), mais elle est clairement paramétrée éco. Dès que le rythme augmente elle peine à suivre la cadence, avec des lenteurs au rétrogradage qui deviennent rapidement lassantes. Le mode Sport améliore quelque peu sa réactivité mais, comme de coutume, la boîte tient alors absolument à garder le rapport engagé bien trop longtemps. En clair : ne la brusquez pas et tout ira bien.

Essai Kia Xceed 11

Place aux écrans

Essai Kia Xceed 4

Rouler tranquillement a aussi le mérite de me faire apprécier l’intérieur de ce XCeed. Les matériaux sont globalement valorisants, la touche de jaune est bienvenue (option gratuite sur la finition Launch Edition) et il n’y que les ajustements qui mériteraient un peu plus d’attention. Malgré tout on y est bien dans ce XCeed et, si le dessin un peu triste ne change pas de la Ceed, quelques nouveauté technologiques viennent égayer l’ensemble. L’écran de la planche de bord tout nouveau, et repris du petit e-Soul. Avec une diagonale de 10,25 pouces (8 pouces seulement sur la finition de base), il est apte au multitâche et il n’y a par exemple plus besoin de quitter la navigation pour fouiller dans le menu multimédia. Il est en outre connecté grâce à une carte sim embarquée et Kia offre gracieusement la plupart de ses services, comme la mise à jour de la cartographie TomTom Live pendant toute la durée de la garantie, soit 7 ans. La connectivité smartphone est bien entendue complète avec CarPlay et Android Auto, mais aussi une application UVO Connect pour tout savoir sur la position et le statut de son véhicule à distance. Le XCeed est aussi le premier modèle de Kia à embarquer un combiné d’instrumentation 100 % numérique. S’il ne propose que deux affichages, l’écran est de bonne facture, avec une fluidité sans faille et une bonne définition.

Essai Kia Xceed 7
Essai Kia Xceed 3
Essai Kia Xceed 5
Essai Kia Xceed 6

Kia oblige, l’équipement est pléthorique dès la 1ère finition avec notamment des optiques Full LED et des phares automatiques, un assistant de maintien dans la voie, un régulateur de vitesse, ainsi que des rétroviseurs électriques et chauffants. Sur la Launch Edition, j’avais en plus un toit panoramique, l’écran de 10,25 pouces, l’entrée et le démarrage mains libres et les compteurs numériques… Kia en offre beaucoup et il n’y a quasi aucune option. Le XCeed est sans aucun doute l’une des déclinaisons les plus réussies de la Ceed. Il n’est pas parfait mais en offre assez pour séduire, surtout que ses tarifs sont plutôt compétitifs. Comptez 31 990 € pour mon modèle d’essai avec un petit malus de 140 €. Un choix définitivement décalé, mais pas dénué de bon sens.

Essai Kia Xceed 8

Merci à JB, Thomas et Ugo pour le coup de main sur les photos !

Prix et principaux équipements du Kia XCeed