Formula E : Immersion au E-Prix de Paris avec BMW

Formula E : Immersion au E-Prix de Paris avec BMW

Texte et photos : Benjamin Defay

Ce week-end se déroulait l’épreuve parisienne du Grand Prix de Formule E. Nous avons découvert l’envers du décor de la course de monoplaces électriques, au cœur de la capitale française, dès l’ouverture du village en compagnie de l’équipe BMW i Motorsport.

ePrix-Paris-BMW-2019-3
ePrix-Paris-BMW-2019-5
ePrix-Paris-BMW-2019-4
ePrix-Paris-BMW-2019-2

Vendredi 26 avril 2019, 15h. J’ai rendez-vous près des Invalides à Paris, là où se déroule ce week-end une des épreuves du championnat de Formule E. Cette discipline assez récente prend ses quartiers depuis 2016 dans les rues de Paris, et l’organisation semble désormais plus rodée que lors de la première édition. De nombreuses rues sont fermées autour de la piste improvisée et il règne ainsi une ambiance étrangement calme lorsqu’on arrive dans le périmètre. Ce calme est pourtant troublé dès que l’on approche de la piste, avec des crissements de pneus qui annoncent le passage de plusieurs Jaguar I-Pace bodybuildés en pleine phase d’essais. En effet, la course officielle n’a lieu que le samedi, mais des animations ponctuent la demi-journée du vendredi. Ainsi, certains véhicules tournent sur le circuit aménagé spécialement pour l’occasion, avec un revêtement en goudron provisoire par dessus les pavés habituels du quartier. Après ce premier contact, je me dirige donc vers le village « Alliance », ouvert au public gratuitement dès le vendredi midi. Ici, de nombreux constructeurs ont installé un stand : Porsche, Audi, Mercedes… Et BMW, qui nous a donné rendez-vous cet après-midi pour une visite spéciale.

Vision du futur

ePrix-Paris-BMW-2019-8

A mon arrivée, je remarque que la gamme « i » du constructeur munichois est bien représentée, avec deux i3 installées en hauteur, ainsi que l’i8 Safety Car officielle du championnat. Juste à côté, une réplique de monoplace électrique trône également sur le stand. Mais c’est cette sorte de cabine en verre, occultée par quelques rideaux, qui m’intrigue le plus. J’ai finalement ma réponse quelques minutes après, en pénétrant à l’intérieur de cette pièce aménagée, où figure le concept de la future berline i4.

ePrix-Paris-BMW-2019-6
ePrix-Paris-BMW-2019-9
ePrix-Paris-BMW-2019-7
ePrix-Paris-BMW-2019-10

Imposant, le concept dévoile donc les premiers éléments de design de cette future berline 100% électrique. L’équipe qui nous présente le concept insiste particulièrement sur la face avant, qui réinterprète la fameuse calandre en « double-haricots » chère à la marque. Au lieu de refroidir le moteur, la calandre est ici transformée : elle devient pleine, et sert d’emplacement pour les différents radars qui pilotent un système de conduite autonome avancé. D’autres appendices comme des entrées d’air sur les ailes ou les rétroviseurs caméra, bien plus fins que ceux que nous connaissons, améliorent le Cx (coefficient de pénétration dans l’air) afin de proposer une autonomie de 600 km. Encore à l’état de show-car, la future berline électrique n’arrivera qu’en 2021 et dévoile donc très peu d’informations. Néanmoins, le constructeur affirme qu’il continue à travailler sur les autres solutions techniques disponibles, et qu’il est important pour la marque de proposer plusieurs alternatives (diesel, essence, hybride rechargeable ou électrique) sur une même carrosserie pour répondre aux besoins de tous les clients.

A bord de l’i8 Roadster !

ePrix-Paris-BMW-2019-12
ePrix-Paris-BMW-2019-14
ePrix-Paris-BMW-2019-13
ePrix-Paris-BMW-2019-11

Après cette découverte, il est temps pour nous d’aller expérimenter la piste lors d’un baptême, à bord de l’hybride sportive i8. C’est ainsi que je me retrouve casqué dans l’habitacle d’une version Roadster, aux côtés d’un pilote professionnel. Nous partons ainsi à 9 voitures derrière une Safety Car, pour un rapide tour de piste. Dès le départ, l’i8 montre son potentiel avec son 3-cylindres épaulé par le moteur électrique. Le bruit est inhabituel mais pas désagréable, et nous arrivons déjà dans le premier virage. « C’est serré, hein ? », me lance le conducteur lorsqu’il enchaîne la deuxième épingle. En fait, c’est surtout étonnant de se retrouver dans une voiture de sport sur un circuit aménagé autour des Invalides. Les épingles me sautent à la tête (comment font les pilotes pour trouver leur point de freinage ?!), et on arrive déjà au niveau de la ligne de départ, qui conclue notre tour de piste. On imagine donc que les sensations sont décuplées dans les monoplaces électriques, encore plus vives que la déjà sympathique i8.

ePrix-Paris-BMW-2019-18
ePrix-Paris-BMW-2019-16
ePrix-Paris-BMW-2019-15
ePrix-Paris-BMW-2019-17

Après ce tour de circuit, un rapide passage par les stands s’impose. Nous nous dirigeons donc vers celui du team BMW i Motorsport, aidés par les énormes panneaux au dessus des garages. En arrivant, on découvre deux monoplaces en partie démontées. Des mécaniciens s’affairent pour préparer la course du lendemain. Nous ne pourrons malheureusement pas en voir plus, afin de ne pas dévoiler toutes les stratégies de l’écurie… Un des pilotes de l’écurie, Antonio Felix Da Costa, vient nous saluer. Il paraît très détendu et affirme être prêt pour la course de samedi, malgré un temps qui s’annonce peu clément. Le pilote terminera finalement 7ème, au terme d’une course mouvementée ponctuée par de nombreux rebondissements et quelques averses. L’autre pilote de l’écurie, Alexander Sims, a été contraint d’abandonner la course après un accrochage en raison de la pluie.

ePrix-Paris-BMW-2019-20