Comment sont composés les prix des carburants ?

Comment sont composés les prix des carburants ?

De la récente flambée du prix des carburants à l’émergence du mouvement « gilets jaunes », il convient de s’interroger sur les mécanismes à l’origine de la détermination des prix du diesel, des essences sans plomb, du GPL, etc. Est-ce essentiellement la faute de la taxe carbone ? Quelles proportions le brut, le raffinage et la distribution occupent-ils ? Faisons la part des choses en décryptant les tenants et les aboutissants des différents composants du coût des carburants.

Le prix du brut

Le prix du gasoil comme de celui de l’essence à la pompe dépend en partie des coûts du pétrole brut, du raffinage, de la distribution, mais surtout des taxes spécifiques auxquelles ils sont sujets. Malgré la part importante qu’occupent ces impôts (60 %) dans le prix des carburants, le prix du brut demeure non négligeable, en moyenne 26 à 28 % en 2018. À quoi doit-on cette cherté ?

Elle découle de la conjugaison des difficultés liées à l’extraction ainsi que des spéculations faites sur les différents marchés boursiers. En effet, il faut prendre en compte les coûts liés à l’exploration, le développement comme l’exploitation du gisement, la qualité du pétrole brut, c’est-à-dire sa viscosité ainsi que sa teneur en soufre, les impôts liés à L’État hôte, et enfin la marge du producteur. Mais quelle est la partition des spéculations ?

Le ratio offre-demande constitue le premier facteur qui influe sur le cours du brut et par conséquent sur les prix des carburants. En outre viennent la situation géopolitique des pays vendeurs, l’évolution des réserves minières et, dans la zone monétaire euro, la parité dollar/euro.

Part des différents composants du prix des carburants

Le prix du raffinage

Plus clément que le brut, le prix du raffinage représente 5,5 % du prix du diesel et 4,5 % de l’essence à la pompe. Mais de quels facteurs ce coût dépend-il ? Précisons d’entrée de jeu que les cours de pétrole brut n’interviennent pas. En effet, seuls la demande, les coûts des infrastructures, l’évolution des caractéristiques techniques de certains carburants et le prix du transport du brut l’entretiennent.

Marge du distributeur

7,2 % pour l’essence et 7,6 % pour le gasoil, la marge du distributeur, relativement au raffinage, représente une proportion plus importante des prix des carburants. Aussi indépendante du coût du brut, mais également du raffinage, elle dépend des possibilités techniques ainsi que des stratégies commerciales adoptées par les distributeurs (les majors, les grandes surfaces, les distributeurs indépendants). Par exemple, elle revient moins chère dans les grandes surfaces, car elle leur permet d’attirer la clientèle dans les magasins où leur marge sur les produits est plus importante. Comparer les prix des carburants pour trouver le distributeur le moins cher revient donc à chercher le point de vente où cette part du prix est la plus basse, les autres parts restant équivalentes quelque soit l’endroit où l’on fait le plein.

Taxes

Comme indiqué plus haut, c’est la composante majeure du prix à la pompe des différents carburants. Fonction des cours du pétrole, les impôts sur les carburants se déclinent en deux taxes principales, lesquelles sont calculées à partir des prix hors taxes du diesel comme de l’essence dans l’Hexagone. Il s’agit de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et de la taxe à valeur ajoutée (TVA).

L’écart noté lorsqu’on compare les prix des carburants (essence et gasoil) dépend essentiellement des TICPE différentes auxquelles ils sont assujettis. Fixée pour chaque année, elle dépend des exigences des budgets de l’État, des collectivités locales, des transports, mais surtout de la transition énergétique. C’est pourquoi elle est sujette depuis quelque temps à une augmentation visant d’une part directement à orienter la population vers les énergies renouvelables, et/ou moins polluantes, le bioéthanol par exemple. D’autre part, cette taxe sert aussi à financer les aides attribuées par l’État allant dans le sens de la transition énergétique.

Autrefois, le diesel compte tenu de ses utilisateurs, en était épargné. Cependant, pour se conformer aux prescriptions de la loi de Transition écologique, sa TICPE grimpera ces dernières années pour rattraper celle de l’essence. En ce qui concerne la TVA, avec un taux de 20 %, elle s’applique autant sur les carburants hors taxes que sur le montant de TICPE.

En définitive, le prix à la pompe des carburants dépend du pétrole brut, du raffinage, de la distribution, du transport, mais aussi des taxes, la principale composante, dont les variations annuelles sont tributaires des budgets de l’État comme des collectivités locales.

N’oubliez pas de lire nos astuces pour économiser du carburant à la pompe.