Bonus et malus automobile : les règles en 2019

Bonus et malus automobile : les règles en 2019

Comme en 2018, c’est du côté du malus que cela bouge vraiment. Mais pour une fois, les nouvelles ne sont pas si mauvaises !

Commençons par regarder ce qu’il se passe du côté du bonus. Il n’y a quasiment rien d’inédit en fait. La règle de base ne change pas : l’Etat verse toujours une aide de 6.000 € pour les voitures ou utilitaires légers électriques (sous 3,5 tonnes en PTAC). C’est dans la limite de 27 % du coût d’acquisition avec la prise en compte du prix de la batterie et c’est valable pour un achat ou une location, en neuf. Petite nouveauté quand même en 2019 : pour un véhicule avec un PTAC compris en 3,5 et 12 tonnes, il y a une aide de 4.000 € (toujours avec la limite de 27 %).

C’est donc une fois de plus le malus qui change le plus, avec encore une nouvelle grille. Celle-ci semble plus sévère, puisque le malus commence maintenant à 117 g/km au lieu de 120 g/km en 2018. Mais le gouvernement ne s’est pas contenté de décaler de 3 grammes les anciens montants et de faire commencer le malus maximal plus tôt. C’est même l’inverse, il intervient plus tard : on paye 10.500 € à partir de 191 g/km au lieu de 185.

Une période de transition bénéfique

En fait, c’est une bonne surprise : dès 123 g/km, la grille est moins sévère ! Un Renault Scénic essence TCe 115 ch a un malus de 410 € en 2019 (136 g/km), contre 690 € en 2018. Avec des rejets de CO2 de 149 g/km, une Peugeot 308 GTi voit passer son malus de 2.153 à 1.490 € ! Comment expliquer cet étonnant geste de l’Etat ?

Le gouvernement a revu sa copie par surprise pour s’adapter aux nouvelles normes d’homologation des véhicules, liées au passage au WLTP, le nouveau protocole de mesures des consommations et émissions polluantes. Celui-ci est plus sévère, pour donner aux conducteurs des chiffres plus réalistes. Ils sont donc forcément plus élevés, ce qui entraîne des malus plus hauts. L’Etat a compris qu’il devait éviter la double peine avec un CO2 en hausse et un barème plus sévère. Il compense ainsi la prise en compte du WLTP avec une grille plus sympa.

La bonne nouvelle, c’est que le WLTP n’est pas encore retenu par l’Etat, ce devrait être le cas en fin d’année. En attendant, la valeur retenue est la NEDC corrélée, une sorte d’intermédiaire entre l’ancien cycle NEDC et le nouveau. La période de transition offre donc un peu de répit à ceux qui aimeraient se faire plaisir avec un modèle qui consomme un peu trop.

Découvrez la grille complète du malus sur le site du gouvernement

 

Assurer sa voiture au kilomètre, une bonne idée ?

Assurer sa voiture au kilomètre, une bonne idée ?

Que vous soyez un jeune conducteur, un retraité ou un adepte du transport en commun, il se peut que vous soyez propriétaire d’une automobile alors même que vous n’utilisez que rarement celle-ci pour vous déplacements. Or une voiture a des coûts fixes non négligeables, et parmi ceux-ci on trouvera forcément la prime d’assurance de l’auto en question. Pour palier à ce problème, il existe désormais des systèmes d’assurance auto dont le prix varie en fonction de l’utilisation du véhicule. Mais ces assurances au kilomètre sont-elles vraiment une bonne idée ?

Quelles garanties contiennent les assurances petit rouleur ?

L’assurance au kilométrage comporte les mêmes garanties qu’un contrat classique. Les dommages corporels et matériels engendrés par votre véhicule, en cas d’accident, sont donc pris en charge par votre assureur. Cependant, tout repose sur les clauses du contrat. Ainsi, selon le contrat, en cas de vol, d’incendie ou d’accident, les dommages pourront être pris en charge, peu importe qu’il s’agisse d’une assurance au kilomètre ou non, du moment que cela est inscrit dans le contrat.

Comme pour les assurances habituelles, il existe aussi des exceptions. La responsabilité civile ne couvrira pas les dommages subis par votre voiture. De même, ceux survenus sur une piste privée, ou concernant les biens, les animaux ainsi que ceux liés aux professionnels de réparation et du contrôle technique ne sont pas non plus couverts.

Comment fonctionnent les assurances petit rouleur ?

Ce type d’assurance calcule, à partir du nombre de kilomètres que le conducteur parcourt en un an, le montant de la prime à verser. Il s’agit d’une option économique pour les petits rouleurs, car elle permet d’accéder à des tarifs aussi intéressants qu’accessibles. Pour y souscrire, plusieurs choix se déclinent.

PAYD: Pay As You Drive

Payez ce que vous conduisez, en français, ce contrat d’assurance au kilomètre est axé sur le nombre de kilomètres parcourus en une année par le véhicule concerné. Et pour s’en assurer, l’assureur l’équipe d’un boîtier électronique. Ce dernier doté d’un système de géolocalisation envoie en temps réel les données nécessaires à l’entreprise d’assurance. Avec une économie de 12 à 40 % à la clé, le montant de la prime s’obtient en calculant l’ensemble des distances parcourues par l’automobile.

Forfait kilométrique

Ce contrat, comme l’indique son nom, fonctionne à base du nombre de kilomètres que le véhicule parcourt. En effet, à la signature, l’assuré précise un plafond kilométrique qu’il ne peut excéder dans le cadre de son assurance au kilomètre. La plupart du temps, inscrit entre 4000 et 9000 kilomètres environ, ce forfait kilométrique peut connaître des ajouts de 1000 à 2000 lorsque le besoin se fait sentir. Cependant, dès que vous brisez le plafond, les excédents sont facturés. Et selon le cas :

• l’assureur peut appliquer une surprime importante ;
• l’assuré peut connaître une majoration de franchise, ou même une diminution de la prime de prise en charge.

Il convient donc de choisir judicieusement son forfait pour ne pas faire l’objet de majoration. Mais qui pourrait bénéficier de ces produits ?

À qui s’adresse ce système ?

Les personnes à qui profiterait l’assurance au kilomètre sont principalement celles qui utilisent rarement leur véhicule, si ce n’est pour se rendre au travail ou pour des sorties occasionnelles. Il s’agit surtout des usagers fréquents des transport en commun, des travailleurs à domicile, des étudiants, des jeunes conducteurs, des retraités, etc.

En bref, l’assurance au kilométrage constitue un contrat pas cher axé sur le nombre de kilomètres effectivement parcourus, qui permet aux personnes utilisant rarement leur automobile de profiter d’une assurance conforme à leur mode de vie. N’hésitez pas à tenter l’expérience si votre profil y est adapté, de belles économies sont à la clé !