DS 3 Crossback : original, innovant et électrique

DS 3 Crossback : original, innovant et électrique

DS nouvelle génération, acte 2. Après la présentation du DS7 Crossback, début 2017, voici le deuxième véhicule de la nouvelle marque haut de gamme française, le DS3 Crossback. Un modèle ultra-important, car si le grand SUV a avant tout un rôle d’image, le baroudeur urbain a pour mission de remplir les carnets de commandes. Il remplacera indirectement la très populaire DS3.

Pour ratisser large, DS a fait le choix d’un petit SUV 5 portes de seulement 4,12 mètres de longueur. Il attirera l’attention des clients de citadines, mais aussi quelques amateurs de compactes. A titre de comparaison, un Audi Q2 mesure 4,19 mètres. Jouant la carte de la distinction, le DS3 Crossback ose un style original. La grande bouche se prolonge ainsi sous des optiques tarabiscotées. Ces dernières sont complétées par un filet de diodes.

Poignées cachées

Le profil évoque la DS3, avec un aileron de requin au niveau du montant central et un pavillon flottant, qui sera proposé en noir, blanc et bordeaux. A l’arrière, les feux étirés reliés par du chrome font le lien avec le DS7 Crossback. Le détail qui tue, ce sont les poignées affleurantes, inédites à ce niveau de gamme. Elles se déploient quand on en a besoin, voire automatiquement lorsqu’on s’approche de l’auto avec la fonction ouverture mains-libres.

La planche de bord fait aussi dans l’originalité, avec au centre une imbrication de losanges, thème cher à DS. Sont ainsi associés les aérateurs et des touches de raccourci pour le système multimédia. Celui-ci reçoit un écran tactile pouvant mesurer jusqu’à 10,3 pouces, un record dans la catégorie. L’instrumentation 100 % numérique est de série… mais l’écran semble petit. Elle pourra être associée à un affichage tête-haute. Pour accentuer l’effet de largeur, les aérateurs latéraux sont rejetés dans les portes. La présentation est soignée avec des matériaux haut de gamme. Le volant peut ainsi être totalement en cuir.

Ouverture avec le téléphone

Du côté des équipements, il y a plusieurs innovations à ce niveau de gamme. Les optiques peuvent recevoir une technologie dite Matrix : le faisceau lumineux varie en permanence pour ne pas éblouir les autres usagers tout en restant en plein phare. L’accès et le démarrage peuvent se faire avec le smartphone ! La voiture peut aussi être dotée d’une conduite semi autonome, grâce aux services coordonnés de l’aide au maintien dans la voie et du régulateur de vitesse adaptatif, capable de stopper et relancer l’auto.

Le DS3 Crossback inaugure une nouvelle plate-forme modulaire, la CMP. A son lancement, début 2019, il sera proposé avec des moteurs essence de 100 et 130 ch. Il sera par ailleurs le premier modèle à recevoir une variante 155 ch de ce bloc 1.2. Côté diesel, la modestie sera de mise avec des BlueHDi de 100 et 130 ch. Mais le fait marquant, ce sera la disponibilité fin 2019/début 2020 d’une variante 100 % électrique ! Le moteur développe 100 kW soit 136 ch, le couple culmine à 260 Nm. L’énergie sera fournie par une batterie de 50 kWh, bien intégrée dans les soubassements. DS promet une autonomie avec le nouveau cycle WLTP de 300 km (soit 450 km en NEDC).

Mercedes dévoile un tout nouveau GLE

Mercedes dévoile un tout nouveau GLE

L’électrique c’est bien, mais ce n’est pas encore ce qui assure les gros volumes de ventes ! Donc en plus du SUV branché EQC, Mercedes exposera au Mondial de l’Automobile la nouvelle génération du GLE. C’est presque une bonne surprise de le découvrir à Paris, car ce véhicule est davantage destiné aux Etats-Unis et à la Chine. Le constructeur à l’étoile ne veut sûrement pas laisser le champs libre au nouveau BMW X5, qui fera lui aussi ses débuts au salon français.

Quatrième génération du premier SUV de Mercedes, autrefois nommé ML ou Classe M, ce GLE joue la continuité esthétique, avec notamment la vitre de custode reliée à la lunette arrière. Par rapport à l’ancien modèle, les feux s’affinent et la calandre est plus verticale. Elle adopte une inédite forme octogonale sur la version « classique ». Avec le pack AMG, la grille a une forme plus agressive et reçoit un habillage diamanté. Sur cette déclinaison sportive, les prises d’air sont agrandies et il y a moins de plastique brut.

Planche de bord transfigurée

A la découverte de l’habitacle, il y aura deux camps : ceux qui connaissent les dernières Mercedes et ne seront pas dépaysés, et ceux qui viennent de l’ancien modèle, qui vont faire un bond dans le temps ! Le nouveau GLE adopte une planche de bord aux lignes horizontales, avec un bandeau décoratif qui intègre les quatre aérateurs centraux, ici rectangulaires. Il y a aussi le double écran 12,3 pouces en enfilade. Cet ensemble est associé à l’aérateur de gauche et pour un dessin symétrique… à un faux aérateur à droite, assez curieux. Conducteur et passager sont séparés par une large console centrale qui reçoit désormais deux imposantes poignées de maintien.

Avec un empattement allongé de 8 cm, le GLE promet plus de place pour les passagers arrière. Le coffre annonce un joli volume de 825 litres. La banquette se replie selon le format 40/20/40 en appuyant sur des boutons dans la soute, pour une capacité maximale de 2.055 litres. Le seuil peut s’abaisser de 4 cm avec la suspension pneumatique. En option, il peut y avoir une troisième rangée de sièges.

Un seul moteur pour commencer !

Pour l’instant, le véhicule n’est annoncé qu’avec un seul moteur, un six cylindres en ligne de 367 ch. Ce bloc est doté d’une micro hybridation avec alterno-démarreur, qui permet de réduire légèrement la consommation et d’apporter un supplément ponctuel de puissance de 22 ch (Mercedes appelle cela l’EQ Boost). La gamme sera rapidement étoffée, avec des quatre, six et huit cylindres, essence ou diesel, mais tous couplés d’office à une boîte automatique à 9 rapports. Sur les versions les plus puissantes, la transmission intégrale 4MATIC sera capable de faire varier la distribution du couple entre les essieux de 0 à 100 %. Mercedes confirme déjà le lancement d’une variante hybride rechargeable.

Côté technologies, le GLE fera le plein d’assistances à la conduite. Il sera notamment très débrouillard dans les bouchons, qu’il aura lui même détectés grâce à sa caméra. L’auto sera capable de ralentir puis d’avancer seule dans les embouteillages, et de se relancer une fois le ralentissement passé. Une fonction permettra aussi de faciliter le passage d’un véhicule d’urgence. Le GLE reçoit également un freinage automatique dans les intersections en cas de risque de collision et un avertisseur d’angle-morts qui alerte à la descente de l’auto. Sur le plan du confort, on trouve un système qui analyse la route en avance pour adapter le travail des suspensions ou un dispositif qui gomme l’inclinaison dans les courbes.

Le nouveau GLE sera mis en vente en fin d’année.

 

Rentrée : comment adapter sa conduite lorsqu’on reprend le travail ?

Rentrée : comment adapter sa conduite lorsqu’on reprend le travail ?

Vous êtes de retour de vacances et c’est déjà la rentrée ? Il est souvent difficile de se remettre dans le bain. Stress, fatigue ou bouchons, tous ces éléments rendent votre conduite moins lucide. Quelques conseils vous aideront à retrouver un équilibre quotidien.

 

Fatigue au volant à la reprise du travail

 

Fatigue et somnolence : l’impact sur sa conduite

 

Reprendre un rythme après avoir passé de belles vacances au soleil ou en famille ça demande un certain temps d’adaptation. Le stress revient, la fatigue se fait sentir en fin de journée et pour rentrer les bouchons ne manquent pas, c’est pourquoi il est important de faire attention sur la route. Tous ces facteurs peuvent entrainer la diminution des réflexes au volant et peuvent entrainer un risque d’accident. Différents signes peuvent alerter le conducteur pour qu’il fasse une pause :

  • Paupières lourdes
  • Difficulté à se concentrer
  • Raideurs et douleurs dans le haut du corps
  • Bâillements répétitifs
  • Engourdissement
  • Difficulté de maintenir sa trajectoire et sa vitesse

 

Comment y remédier ?

 

Plusieurs astuces très pratiques sont indispensables pour assurer une bonne conduite en voiture. Dans un premier temps, avoir bien dormi la veille, c’est-à-dire une bonne qualité de sommeil.

Si vous avez des problèmes de vue, le sommeil est d’autant plus important, car vos yeux se fatiguent plus vite, pensez aussi à porter vos lentilles de contact ou vos lunettes de vue. Vous pouvez tester l’effet d’une vision fatiguée via ce simulateur de fatigue des yeux.

Il est également judicieux de faire plusieurs pauses lors d’un long trajet et de ne pas prendre le volant après avoir pris des médicaments qui peuvent baisser les capacités à réagir face à un danger. Privilégiez également des repas légers et ne buvez pas d’alcool lorsque vous allez conduire. Pensez à toujours respecter les limitations de vitesse (n’oubliez pas les 80 km/h) et aérer votre véhicule de temps en temps. Pour finir, évitez les horaires ou le risque de somnolence augmente, c’est-à-dire de 2 h à 5 h et de 13 h à 16 h.

 

Soyez prêt pour la rentrée : faites le point sur votre véhicule

 

Qu’est ce qu’il faut vérifier ?

 

Après avoir fait quelques kilomètres cet été laissant derrière vous de beaux souvenirs ensoleillés, il est très important de préparer votre voiture pour vos trajets quotidiens. Voici toute une liste de points à vérifier :

  • Le niveau d’huile
  • Les feux
  • La pression des pneus
  • Le lave-glace
  • Les freins
  • Le liquide de refroidissement
  • Le liquide de freinage

 

Pensez également à laver l’intérieur et l’extérieur de votre voiture et plus particulièrement vos vitres pour avoir une meilleure visibilité de la route.

 

Optez pour un contrôle technique volontaire

 

Vous n’y connaissez rien en contrôle automobile ?  Aujourd’hui, vous pouvez aller faire un contrôle technique volontaire complet ou partiel pour pouvoir vérifier les principaux points de sécurité de votre voiture. Vous pourrez ainsi préparer votre véhicule pour vos trajets quotidiens grâce aux conseils du contrôleur.

 

Pour conclure :

 

Conduire en étant fatigué est très dangereux pour soi et pour les autres automobilistes. Penser à préparer la rentrée c’est aussi penser à préparer son véhicule pour sécuriser tous vos déplacements en rentrant du travail. Voici d’autres conseils pour lutter contre la fatigue.