Essai Ford Fiesta ST (2018) : Pocket Rocket est de retour !

Essai Ford Fiesta ST (2018) : Pocket Rocket est de retour !

Son petit surnom ? « Pocket Rocket » mais le mérite-t-elle vraiment ?

Ford nous avait conquis avec la précédente génération de sa citadine sportive qui lui permettait de se positionner comme l’une des meilleures du marché. On ne va pas se mentir, on en attendait beaucoup de la part de cette toute nouvelle Fiesta ST dans son millésime 2018, même si entre-nous, la fiche technique de cette auto m’avait laissé quelque peu perplexe lors de sa présentation. Rappelons que la précédente génération bénéficiait d’un quatre cylindres 1,6 litres turbo de 186 chevaux plus que caractériel. Ford nous présente aujourd’hui une Fiesta ST munie d’un trois cylindres 1.5 Turbo de 200 chevaux qui peut se voir amputé d’un cylindre sur une simple désactivation permettant une économie de carburant mais aussi de rejets de CO₂. Le downsizing étant la crainte de tout passionné d’auto comme moi, mes appréhensions étaient nombreuses. Rien de mieux que les Ford Performance Days au Paul Ricard nous permettant d’alterner entre essais routiers et essais sur piste pour me prouver que j’ai eu tort, plus que tort, et faire taire tous ces préjugés !

Fini les chichis : deux versions sont désormais disponibles pour mettre tout le monde d’accord !

La nouvelle Fiesta ST bien que plutôt sage se démarque par son esthétique particulière. En effet, on retrouve la présence de boucliers ainsi que de jupes latérales bien plus prononcés et agressifs, des projeteurs halogènes avec feux de jour et feux arrière à LED, un becquet de toit et pour finir une double sortie d’échappement chromée.  Cette Fiesta ST 2018 est disponible en trois et cinq portes, il faudra débourser 600 euros de plus pour cette dernière.

Deux versions sont désormais disponibles (toutes deux en BVM) : Fiesta ST Pack à partir de 23 200 euros qui s’adresse à une clientèle en recherche de sensations avec le « Pack Performance » qui propose une fonction « Launch control » et un différentiel à glissement limité Quaife de série; et Fiesta ST Plus à partir de 24 600€, plus sage proposant un haut niveau d’équipements high-tech de série tel que ouverture et démarrage sans clé ou encore l’éclairage intelligent et bien d’autres encore!

Un habitacle respirant le renouveau et la modernité !

Difficile de faire un quelconque reproche à l’habitacle de cette Fiesta ST vis-à-vis de l’ancienne génération vieillissante : un habitacle ergonomique, un bon en avant au niveau de la finition avec des matériaux dont la qualité est satisfaisante. Pour se démarquer, cette Fiesta ST se dote de sièges sport Recaro, d’un levier de vitesse siglé ST en aluminium tout comme le pédalier, un volant à méplat et avec parcimonies des surpiqûres bleues ainsi que le sigle ST brodé sur les sièges.

En route !

Une fois au volant cette Fiesta ST excelle par son dynamisme et son agrément : souple au possible avec un moteur qui offre du couple à revendre avec 290 Nm qui sont disponibles dès 1600 tr/min, il est difficile de se douter qu’il se cache en dessous un trois cylindres turbo (la désactivation d’un cylindre étant imperceptible, on ne sent alors aucune différence). Le bloc moteur rencontre tout de même ses limites et s’essouffle rapidement en haut régime au-delà des 5500 – 6000 tr/min.

Ford a opté pour une bonne vieille boite manuelle qui à l’utilisation s’est révélée être agréable et plutôt précise que ce soit sur route ou sur circuit. La Fiesta ST s’équipe de trois modes de conduite : Normal pour plus de confort, Sport avec une accélération et une direction plus réactive et précise et un mode Track qui permet d’utiliser les performances de l’auto de manière optimale ! Ainsi qu’un mode « Launch Control » plutôt gadget qu’autre chose permettant des départs canons. S’ajoute à cela un échappement qui « pétarade » bien en fonction du mode choisi et qui rend la sonorité de ce trois cylindres bien plus enthousiasmant.

La Fiesta ST « Pack » dans son habitat : le circuit !

– Photo Marc de Mattia / DPPI

Indépendamment du mode de conduite choisi, la direction ne retransmet pas comme on le voudrait les informations à son conducteur mais elle reste dans l’ensemble bonne et directe. Le plus bluffant reste le train avant de cette Fiesta ST, sentiments qui se sont confirmés sur circuit avec un train avant plus qu’incisif permettant des passages en courbes impressionnants, les amortisseurs ont très bien joué leur rôle jusqu’au bout avec un châssis aux petits oignons. Le différentiel à glissement limité y est pour quelque chose permettant à cette ST de profiter d’une agilité remarquable, nous offrant parfois le plaisir de quelques glisses du train arrière.

– Photo Marc de Mattia / DPPI

Le couple en bas régime permet sur un tracé tel que le Paul Ricard de prendre les courbes à des vitesses assez impressionnantes. Les différents modes de conduite influent sur les aides électroniques, nous étions sur route en mode Sport et sur circuit en mode Track ce qui a permis de rendre l’auto plus joueuse et plus « fun » avec la désactivation de l’ESC. Le freinage quant à lui est tout bonnement remarquable pour une auto de ce type et n’a pas montré de faiblesse lors de nos sessions sur circuit !

– Photo Marc de Mattia / DPPI

En conclusion

Difficile de faire une quelconque remarque négative sur cette Fiesta ST qui remplit parfaitement le rôle qui lui est donné, elle reprend le flambeau de son prédécesseur en faisant mieux sur tous les points et c’est réussi. Difficile de la classer au sommet mais ce qui est certain c’est que le prix quant à lui fera la différence auprès des acheteurs !

 

Ce qu’il faut retenir de la nouvelle Ford Fiesta ST

 

Les plusLes moins
  • Très bon châssis
  • Son caractère sportif
  • Une sonorité envoûtante
  •  Différentiel à glissement limité de série (pour la Fiesta ST Pack)
  • Les tarifs pratiqués
 

  • Esthétiquement trop sage…
  • Direction manquant de ressenti

Modèle essayéPrix (hors options)
Ford Fiesta ST 1.5 Ecoboost 200 ch S&S BVM6 à partir de 23 200 €