Les radars bientôt prêts à flasher les voitures sans assurance ?

Les radars bientôt prêts à flasher les voitures sans assurance ?

L’Etat veut s’attaquer aux personnes qui roulent sans assurance. Impossible évidemment de savoir précisément combien il y en a en France, mais selon des estimations, ce pourrait être environ 700 000 ! La Sécurité Routière indique que 235 personnes ont trouvé la mort dans un accident routier impliquant un véhicule non assuré en 2016.

Pour faciliter la traque de ces conducteurs, l’Etat va mettre en place le FVA, le Fichier des Véhicules Assurés. L’idée a déjà plusieurs années, puisqu’elle a été décidée en octobre 2015 et a été introduite dans la loi de modernisation de la justice du XXIème siècle du 18 novembre 2016. Les choses se précisent enfin avec la publication en début de semaine du décret qui fixe les modalités de constitution et d’alimentation du FVA.

C’est simple : le fichier compile toutes les données liées à l’assurance. Il y aura l’immatriculation, le nom de l’assureur, le numéro du contrat et sa période de validité. Dès le 1er janvier 2019, policiers et gendarmes auront accès à ce fichier. Grâce à leurs équipements connectés, ils sauront en quelques secondes au bord de la route s’ils sont en présence d’un véhicule non assuré. Ceux qui sortent l’excuse de « j’ai oublié mes papiers » ou « j’ai oublié de mettre le macaron » ne pourront plus embobiner les forces de l’ordre.

Jusqu’à 7.500 € d’amende

Surtout, dans la mesure où tout se base sur une plaque d’immatriculation, les voitures équipées d’un lecteur automatique de plaques d’immatriculation (LAPI) détecteront automatiquement les autos en faute. Peut-on imaginer la même chose avec les radars ? Il ne fait guère de doute que l’Etat a pu avoir l’idée. Une caméra placée dans le radar serait capable de scanner tout ce qui passe et de flasher les véhicules non assurés ! Mais dans un premier temps, selon le délégué interministériel à la Sécurité Routière Emmanuel Barbe, le centre de traitement des amendes à Rennes vérifiera si les voitures flashées pour un excès de vitesse ou un feu rouge grillé sont assurées. Si ce n’est pas le cas, il y aura une double peine, avec deux verbalisations.

La conduite sans assurance est un délit. La peine encourue est une amende de 3.750 euros, pouvant être couplée à des peines complémentaires comme la suspension ou l’annulation du permis, avec interdiction de le repasser, et la confiscation du véhicule. En cas de récidive, l’amende peut atteindre 7.500 €. Toutefois, pour désengorger les tribunaux, une loi de 2016 prévoit que la conduite sans assurance peut être sanctionnée d’une amende forfaitaire de 500 euros (minorée à 400 euros pour un règlement dans les 15 jours ou majorée à 1000 euros au bout de 45 jours), lors de la première constatation de l’infraction.

Rouler sans permis, cela peut coûter très cher si on cause un accident. Les victimes seront indemnisées par le FGAO (Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages). Mais ce dernier pourra alors se retourner contre le conducteur sans assurance fautif, pour récupérer les sommes déboursées. Et cela peut être énorme.

Porsche Macan : un petit restylage

Porsche Macan : un petit restylage

Sur son site internet, Porsche écrit « Nous avons prouvé qu’on ne pouvait rien nous imposer. Que nous ne suivions aucune tendance. » Voilà qui fait sourire, de la part d’une marque qui réalise plus de la moitié de ses ventes avec ses SUV. Le lancement du Macan en 2014 a fait passer Porsche dans une autre dimension, lui permettant de passer le cap des 200.000 ventes annuelles.

Depuis son lancement, le SUV compact s’est écoulé à plus de 350.000 exemplaires ! On parle quand même d’un véhicule qui en France coûte au moins 58.835 €. Un succès à entretenir donc avec le traditionnel restylage de mi-carrière. Mais les retouches sont évidemment assez légères.

Une fois n’est pas coutume, pour reconnaître le « nouveau » modèle, il faut regarder à l’arrière. Pour être assorti au reste de la gamme, le Macan adopte le bandeau entre les feux. Celui intègre le monogramme de la marque et un liseré lumineux rouge. Mais les designers n’ont pas retouché la partie des feux dans les ailes. Dommage, celle-ci manque de finesse. A l’avant, un oeil exercé remarquera la nouvelle signature lumineuse, formée par quatre traits. Les prises d’air ont été redessinées, mais cela se remarque à peine. La palette de coloris accueille quatre nouvelles teintes, dont ce bleu Miami très flashy !

Grand écran

A bord, il y a un changement visible au niveau de la console centrale. Le Macan adopte un grand écran tactile de 11 pouces, contre 7 pouces précédemment. Pour que celui-ci prenne place, les aérateurs centraux ne sont plus de chaque côté, mais en dessous. Une bonne chose, car cela met fin au vide qu’il y avait à cet endroit auparavant. Le levier de vitesses est toujours entouré d’une myriade de boutons. En option, il est possible d’avoir un volant plus sportif, issu de la 911, qui avec le pack Sports Chrono intègre le bouton « Sport Response ». En appuyant sur celui-ci, la voiture est prête pour une accélération canon.

La liste des équipements s’enrichit d’une aide à la conduite dans les embouteillages. Porsche indique avoir revu quelques réglages du châssis. Mais la marque ne donne aucun détail sur la liste des motorisations. Sur ce point, on devrait en savoir davantage en octobre, lors du Mondial de l’Automobile à Paris.