Essai Hyundai Tucson : Il fait peau neuve !

Essai Hyundai Tucson : Il fait peau neuve !

De retour dans les alentours de Barcelone où nous avions pu essayer plus tôt dans la matinée le Kona dans sa toute nouvelle motorisation Diesel. Il était temps pour nous d’essayer le Tucson qui après approximativement trois ans de loyaux services a pu bénéficier d’un restylage de mi-carrière. Restylage « léger » diront certains cependant, il ne faut se fier aux apparences, le Tucson outre des évolutions esthétiques a aussi évolué sur le plan technique !

Des évolutions esthétiques à l’extérieur comme à l’intérieur !

Les évolutions esthétiques extérieures se caractérisent par l’adoption d’une toute nouvelle calandre, calandre qui est déjà présente dans la gamme du constructeur avec l’i30 et le Kona. Il s’en suit le dessin d’un nouveau bouclier sur la face avant ainsi que des nouveaux blocs optiques à feux LED. De nouvelles jantes sont désormais disponibles de 16 à 19 pouces. Quant à l’arrière, on retrouve la aussi un bouclier redessiné doté d’une nouvelle signature lumineuse et on peut noter la présence de double pots d’échappements pour un peu plus de sportivité.

Essai du Hyundai Tucson

test du Tucson

Il est important de noter que l’habitacle va quant à lui, lui-aussi bénéficier d’un restylage dans les règles (c’est souvent rare) avec une planche de bord totalement revisitée qui permet au Tucson de faire un pas en avant quant à la perception de la qualité des matériaux, avec des plastiques moussés sur le haut de la planche de bord, un écran tactile (plus que réactif) qui se trouve désormais en hauteur pour permettre au conducteur ainsi qu’aux passagers une meilleure visibilité. L’assemblage des matériaux dans l’habitacle est de surcroît sérieux néanmoins, on retrouve tout de même des plastiques durs dans la partie basse de la planche de bord.

Le Tucson dans sa version restylé bénéficie de nouveaux sièges qui peuvent être chauffés ainsi que ventilés en fonction du niveau de finition choisi.

Le Tucson garde les mêmes dimensions qu’avant son restylage qui sont relativement bonnes pour la catégorie. Les places arrière sont confortables et offrent un bon espace. Les chiffres concernant le volume de coffre restent inchangés autrement dit, il est question de 513 litres banquette en place et 1 503 litres une fois la banquette rabattue.

Des évolutions techniques : De nouvelles motorisations

Le nouveau Tucson est propulsé par deux moteurs essence et deux moteurs Diesel. Tous ont été retravaillés afin de proposer une cylindrée réduite et de plus faibles émissions de CO2  comme l’affirme Hyundai. La motorisation la plus puissante de la gamme est le bloc Diesel 2.0 CRDi développant 185 ch, couplé à une boîte de vitesses automatique à huit rapports. Le constructeur propose par la même occasion un nouveau moteur Diesel 1.6 CRDi qui est désormais disponible en deux niveaux de puissance avec une version développant 115 ch et une version développant 136 ch. Ces deux moteurs sont disponibles avec une boîte manuelle à 6 rapports en configuration traction. La version la plus puissante peut être couplée à une boîte à double embrayage à sept rapports (DCT-7) en laissant le choix entre traction et transmission intégrale HTRAC Hyundai.

Pour finir deux moteurs à essence sont disponibles, il s’agit du  bloc GDi 1.6, développant 132 ch et qui est couplé à une boîte manuelle à six rapports et en configuration traction, et le bloc T-GDi 1.6, développant 177 ch couplé à à une boîte DCT-7, en configuration quatre roues motrices, c’est ce dernier que nous avons pu essayer sur les routes de Barcelone.

Une fois au volant : Le confort est de mise

 

Une fois au volant, le Tucson détonne par son confort et ce n’est pas une surprise ! Nous avons pu l’essayer sur les routes montagneuses du parc naturel de Catalogne, il a su se montrer confortable et très bien insonorisé. Cependant, le Tucson a rapidement montré ses limites avec plus de 1500 kilos sur la balance aussi bien en courbe qu’au freinage. Une direction peu précise ne rendant sa conduite que peu dynamique voir inexistante. Mauvais le Tucson ? Loin de là ! Malgré le fait que le SUV du constructeur n’aime pas être malmené, il s’avère être un excellent compromis pour les voyages longs surtout sur l’autoroute ! A ce propos, on appréciera son confort aux places arrière.

En conclusion, le Tucson rempli parfaitement son rôle de « routier », il est facile à prendre en main, à la pointe de la technologie avec des équipements de série intéressants et surtout, il est confortable sur les longs trajets.

Ce qu’il faut retenir du Tucson diesel