Audi : un petit restylage pour le TT

Audi : un petit restylage pour le TT

On n’a pas tous les jours 20 ans ! Pour fêter l’anniversaire de son petit coupé, Audi lui offre une série limitée… et surtout un restylage. La troisième génération, lancée en 2014, est en effet arrivée à mi-carrière. Il était donc temps pour une mise à jour esthétique et technique. Evidemment, pour les deux aspects, cela se fait en douceur !

La version « classique » muscle son look en adoptant l’apparence de l’ancienne version S line. On trouve ainsi des prises d’air anguleuses et une double sortie d’échappement. Le changement se voit donc surtout avec la nouvelle S line. Elle se reconnaît à ses décors verticaux couleur anthracite, aluminium ou noir, placés de chaque côté du bouclier et reliés par une lame. A l’arrière, des ouïes font leur apparition sous les optiques et le diffuseur est redessiné. Audi a souhaité donner un air plus musclé et plus masculin au TT. Mais celui-ci perd encore en fluidité. Trois nouvelles teintes rejoignent le nuancier : bleu « cosmos », orange « pulse » et bleu « turbo ».

A l’intérieur, on ne voit aucun changement. Et c’est tant mieux, car la présentation du TT est l’une des plus réussie du marché. La planche de bord est allégée à l’extrême, avec une instrumentation numérique qui permet de faire l’impasse sur l’écran du GPS et des commandes de climatisation cachées dans les aérateurs. Audi promet une amélioration de la dotation de base, avec l’ajout des rétroviseurs chauffants, du volant multifonctions ou encore du sélecteur de mode de conduite Drive select.

Des chevaux en plus ou en moins

Sous le capot, il y a davantage d’évolutions. Le 1.8 de 180 ch est remplacé par le 2.0 de 197 ch. Cette version se nomme maintenant 40 TFSI. Le 2.0 de 230 ch est musclé, passant à 245 ch. Il devient le 45 TFSI. Ces blocs sont dotés d’un filtre à particules. La version S est en léger recul, avec 306 ch, soit 4 de moins. Dommage, le TT ne descend donc pas en gamme. Il fait aussi maintenant l’impasse sur le diesel, moteur qui n’a plus sa place dans un coupé.

Comme dit au début, Audi propose aussi une inédite série limitée anniversaire, qui sera limitée à 999 exemplaires. Celle-ci s’inspire du concept qui avait préfiguré la variante roadster en 1995. On retrouve ainsi à l’extérieur une couleur gris foncé et dans l’habitacle une sellerie dite « baseball », inspirée des gants de ce sport.