Essai nouvelle Ford Focus : plaisir et efficacité

Essai nouvelle Ford Focus : plaisir et efficacité

Le segment C constitue en France un marché de choix pour les constructeurs. Ford s’y est toujours bien positionné avec sa Focus, encensée notamment pour son châssis dynamique et plaisant. La recette fonctionne-t-elle toujours en 2018 ?

A l’attribution des voitures, il n’y a qu’à entendre les commentaires de mes confrères pour comprendre que le design de la nouvelle venue divise. Trop fade d’un côté, très jolie de l’autre, deux camps s’affrontent. Je penche pour ma part plutôt dans la deuxième catégorie, même si je ne peux m’empêcher de trouver des airs asiatiques à la plus européenne des américaines. Le profil n’est pas sans rappeler la Hyundai i30 et la Kia Ceed même si la nouvelle Ford Focus conserve heureusement les attributs de la marque, telle l’immense calandre hexagonale. J’ai eu l’occasion de goûter au break autant qu’à la 5 portes et les deux font bien la paire. Le break ne souffre pas à mon sens de l’effet « sac à dos » et sa silhouette assez dynamique est bien dans l’air du temps.

Pour toucher un maximum de public, Ford a décliné la Focus en plusieurs finitions bien spécifiques. La gamme « de base » comprend les finitions Trend et Titanium. Au-dessus, on trouve la Focus Vignale, chic et plus cossue et la ST Line, d’inspiration sportive. Une inédite version Active, qui lorgne du côté des SUV, fait également son entrée dans la gamme Focus. Chaque déclinaison propose des éléments distinctifs (calandre, jantes, garde au sol, sorties d’échappements, intérieur…), de quoi coller à la personnalité de chacun.

Sérieux et classicisme

Je ne sais pas si tous les constructeurs généralistes se sont passé le mot ou non, toujours est-il que de plus en plus d’entre eux semblent fortement s’inspirer des créations Volkswagen pour leurs intérieurs. La fantaisie n’a plus du tout sa place dans les habitacles de nos compactes et c’est plutôt une ambiance sombre et froide qui est privilégiée. Dès lors, il est bien difficile de dire quoi que ce soit de très originale sur le cockpit de la Focus : les ajustements sont globalement assez bons, le travail sérieux et le design de la console centrale affreusement banal. En témoigne l’écran façon tablette, vu et revu. Petit point noir : le plaquage façon carbone en plastique véritable de la ST Line dénote avec le reste de la finition et fait un peu cheap. Malgré tout, la vie à bord n’est pas désagréable du tout, simplement il devient difficile de dissocier les voitures du segment C sur ce point, à quelques exceptions près. La place disponible est dans la moyenne de la catégorie aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Le coffre propose 375 L de chargement pour la version 5 portes et carrément 608 L en break, extensible à respectivement 1 354 et 1 653 L.

Au chapitre technologie embarquée, la Focus se place une nouvelle fois parmi les bons élèves. Sont disponibles des options comme une sono Bang & Olufsen très efficace, un toit ouvrant électrique panoramique, un chargeur à induction, des sièges électriques et chauffants, un affichage tête haute lumineux, des phares Full LED adaptatifs en fonction du trafic… La liste et longue et fournie. Les aides à la conduite sont elles aussi de la partie et si l’on retrouve les plus communes (régulateur adaptatif, maintien dans la voie etc.), Ford introduit un inédit système de détection des nids de poule. Ce dernier fonctionne de concert avec l’amortissement piloté optionnel et permet d’assouplir la suspension quand une ornière est détectée. Plus question de se faire secouer !

Un châssis toujours à la pointe

Malgré quelques bons points récoltés en statique c’est bien sur route que la nouvelle Focus était attendue au tournant par les connaisseurs. Et c’est avec plaisir que je constate que l’attente ne fut pas veine. Au fur et à mesure que les virages s’enchaînent, la compacte dévoile une autre facette de sa personnalité, celle qui aime jouer et se chamailler avec son conducteur. Le train avant accroche comme il faut tandis que l’arrière enroule avec plaisir dans les courbes, le tout dans un confort préservé. L’impression de faire corps avec la voiture est troublante, au point de se croire au volant d’une auto de gabarit inférieur ! Le poids (1 394 kg en 5 portes et 1 408 en break) ne se ressent jamais et le châssis vire d’un bloc pour le plus grand bonheur des conducteurs pressés. La ST Line et sa suspension affermie et surbaissée de 10 mm est encore plus précise, notamment grâce à une direction un peu plus lourde et directe que les autres. Le break perd un peu de mobilité du train arrière mais ne sacrifie en rien le plaisir pris au volant.

Côté motorisation, j’ai roulé avec le diesel 1.5 EcoBlue dans la berline. Ses 120 ch suffisent la plupart du temps même si le relief impose de le cravacher un peu ce qui le rend très sonore. Il était marié ici à une nouvelle boite de vitesses automatique à 8 rapports. Douce et bien gérée en conduite coulée, elle déteste en revanche que vous conduisiez fort et que vous la brutalisiez. Les passages manuels via les palettes sont globalement assez lents, même en mode sport. Le break carmin était pour sa part équipé du 3-cylindres 1.5 EcoBoost 182 ch spécifique à la finition ST Line. Vif et alerte bien que la puissance annoncée semble un peu optimiste, il dispose en plus d’une sonorité sympa qui décuple le plaisir. La boîte de vitesse manuelle est précise, verrouille bien et participe elle aussi à l’engagement du conducteur. Une réussite !

En conclusion

La Ford Focus 4ème génération conserve le caractère joueur et dynamique qui a fait sa réputation. Pour 2018, elle revient toujours plus équipée et technologique, c’est dans l’air du temps, tandis que son design perd un peu en singularité pour se fondre dans la masse. Proposée à partir de 19 950 € avec un 3-cylindres EcoBoost de 85 ch (finition Trend), elle se place directement face à une Golf 7 (19 090 €) qui commence à accuser le poids des ans ou bien encore une Peugeot 308 affichée 20 650 €. Le break réclame 950 € en plus, quelques soient les versions.

 

Ce qu’il faut retenir de la nouvelle Ford Focus

 

Les plusLes moins
  • Très bon châssis, compromis confort/dynamique de conduite intéressant
  • Boîte manuelle très agréable et boîte auto convaincante au quotidien
  • Style moins distinctif que les générations précédentes
  • Diesel 1.5 bruyant à l’accélération

Modèles essayésPrix (hors options)
Ford Focus SW ST Line 1.5 EcoBoost 182

Ford Focus Titanium 1.5 EcoBlue 120 BVA8

à partir de 28 350 €

à partir de 28 350 €