Citroën abandonne le nom Picasso

Citroën abandonne le nom Picasso

Citroën en a fait l’annonce de manière très discrète, l’évoquant dans un communiqué de presse détaillant son programme pour le Salon de Genève. Comme s’il ne fallait pas trop que cela se sache. Pourtant, c’est un événement, et la situation est inédite.

Alors oui, un véhicule qui change d’appellation en cours de carrière, ce n’est pas une première. Mais cela intervient le plus souvent à l’occasion du restylage. Ici, il est juste question d’un « renommage » sans autre évolution sur le modèle. Un changement d’autant plus étonnant que l’auto n’est plus si loin de la retraite.

Si c’est important, c’est parce que Picasso est devenu l’un des plus célèbres patronymes de l’automobile. Il fait partie de ces noms qui deviennent marque dans la marque. Comme il suffit de dire « j’ai acheté une Golf » pour comprendre qu’il est question d’une Volkswagen, il suffit de prononcer Picasso pour savoir que vous parler d’un monospace Citroën.

Il n’y a pas de petites économies !

Désormais, vous ne trouverez donc plus dans les concessions des C4 Picasso et Grand C4 Picasso neufs mais des C4 SpaceTourer et Grand C4 SpaceTourer. Ce nouveau suffixe est emprunté à la navette familiale dérivée du Jumpy et devient donc la nouvelle signature des monospaces de Citroën. La raison officielle est une volonté d’uniformisation.

Mais la vérité est ailleurs, elle est financière. L’utilisation du nom Picasso et de la signature du peinte sur les carrosseries n’a jamais été gratuite. Citroën paye des royalties à la famille Picasso. Et visiblement, il n’en avait plus envie ! Le changement en plein cycle de vie de l’auto semble indiquer une fin de contrat, la première Picasso ayant été présentée il y a 20 ans.

Les chevrons ont donc jugé qu’ils pouvaient se passer de cette appellation pour réaliser des économies. Est-ce risqué ? Oui et non. Un nom ne fait pas les qualités d’une voiture mais il participe beaucoup à sa notoriété. Et dans ce cas, l’impact de Picasso n’est plus à prouver.

Alfa Romeo présentera une série limitée NRING pour ses Giulia et Stelvio Quadrifoglio à Genève

Alfa Romeo présentera une série limitée NRING pour ses Giulia et Stelvio Quadrifoglio à Genève

En hommage à l’histoire victorieuse d’Alfa Roméo en compétition au Nürburgring dès les années 30, mais aussi aux records de la piste dans leur catégorie respective, le constructeur italien proposera une version limitée NRING de sa berline et de son SUV sportifs. Pour rappel, la Giulia détient le record actuel du ring pour les berlines avec un chrono de 7 minutes 32, alors que le Stelvio possède la palme du SUV le plus rapide sur ce tracé avec un temps de 7 minutes et 51.7 secondes. Des performances détonantes obtenues grâce à une motorisation V6 2.9 bi-turbo de 510 chevaux pour 600 Nm de couple, une aérodynamique travaillée et des comportements de véritables pistardes. De quoi abattre le 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes.

Disponibles en 108 exemplaires par modèle -réservés aux clients fidèles de la marque-, les Giulia et Stelvio Quadrifoglio NRING conservent leurs spécifications techniques (puissance, couple, Vmax) mais se parent d’appendices esthétiques spécifiques. Vous retrouverez une part importante de carbone dans la planche de bord, qui sera par ailleurs dotée d’une plaque numérotée sur chaque auto produite. Les sièges baquet signés Sparco, le pommeau de commande de la boîte automatique d’origine Mopar ainsi qu’un volant alcantara (avec lui aussi des inserts carbone) seront dédiés à cette édition limitée. D’extérieur, la teinte spécifique est accompagnée d’éléments carbone (y compris le toit pour la Giulia), de jantes dévoilant des freins carbone-céramique ainsi que des vitres sur-teintées pour accroître la sportivité. Les deux modèles seront exposés sur le stand Alfa Roméo au salon de l’automobile de Genève.

  

Egalement présentes sur le stand Alfa Roméo à Genève, vous pourrez découvrir une version exclusive de la Giulia 4-cylindres essence de 280 chevaux baptisée Veloce Ti, ainsi que deux versions limitées du coupé 4C appelées « Competizione » et « Italia » (108 exemplaires de chaque également). Voilà qui promet, à défaut de découvrir un nouveau modèle.