Marché automobile 2017 : Renault-Nissan-Mitsubishi n°1 sur le fil

Marché automobile 2017 : Renault-Nissan-Mitsubishi n°1 sur le fil

Les chiffres des ventes automobiles 2017 sont tombés récemment, avec un petit bouleversement dans la hiérarchie. Un classement très serré entre les trois premiers géants.

A l’arrivée, si l’on ne tient pas compte des ventes de poids lourds, c’est bel et bien l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi qui devient le premier groupe automobile mondial avec un total de 10.6 millions d’unités vendues. Volkswagen, qui s’était imposé l’année précédente, s’incline donc à la deuxième position avec 10.54 millions de véhicules (hors poids-lourds) vendus en 2017. Le japonais Toyota, qui a dominé ce classement de 2008 à 2015 (à l’exception de 2011), atterrit pour cette année à la troisième place avec en tout et pour tout 10.4 millions de ventes (toujours hors poids-lourds).

Si l’on inclut les poids-lourds, le groupe VAG compte un grand total de 10.74 millions de véhicules vendus grâce à des chiffres d’environ 200.000 camions Man et Scania, ce qui lui offrirait la plus haute marche du podium… Les débats sont ouverts ! A noter que pour le groupe allemand, c’est une progression de 4% qui est réalisée en volume pour atteindre un nouveau record de chiffre d’affaires à 220 milliards d’euros toutes marques confondues. Un solide résultat pour l’entreprise qui peut compter sur la bonne forme du luxe (Lamborghini, Porsche), du premium (Audi) et de ses modèles hybrides, ainsi que sur des rentabilités toujours meilleures (Skoda). En outre, la Golf (voir notre article sur l’avenir du modèle) reste le premier modèle européen et troisième mondial en volume de ventes.

Pour ce qui est de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, un petit cocorico s’impose car le constructeur Renault tire largement la croissance vers le haut avec 8.5% d’évolution sur une année. Mitsubishi, le dernier arrivé, ne démérite pas avec un gain de 10% en volume, ne représentant toutefois qu’environ 1 million d’unités sur le grand total. Nissan progresse de 4.6% à plus de 5.8 millions d’unités, une belle performance pour cette marque plus largement implantée à l’international que Renault. L’alliance profite également largement de l’attrait toujours plus fort des consommateurs pour le segment des SUV.

De son côté, Toyota n’accroît ses volumes que de 2.3% entre 2016 et 2017. Le groupe nippon peut se consoler avec la remarquable performance d’avoir vendu 1.52 million de modèles hybrides, ce qui était à la base son objectif à atteindre en 2020 ! Preuve de l’excellente santé de ce segment qui est une des marques de fabrique de Toyota avec notamment sa Prius et son CH-R. Et vu l’orientation du marché, Toyota est dans le vrai avec l’ensemble de sa gamme. En outre, la Corolla demeure la voiture la plus vendue dans le monde en 2017, devant les Ford F-Series et la Golf 7 du rival allemand.

RDV en 2019 pour le bilan des ventes sur l’année à venir…

Volkswagen Golf 8 : enjeu majeur de l’avenir de VW

Volkswagen Golf 8 : enjeu majeur de l’avenir de VW

La Golf, c’est à ce jour 7 générations d’un best-seller qui se hisse en tête des modèles les plus vendus en Europe et à la troisième place au niveau monde. Elle est l’un des piliers qui fait du groupe VAG le plus grand constructeur automobile de l’année 2016, et le deuxième de l’année 2017 si l’on ne tient pas compte des ventes de poids lourds. Lors du Golf 8 Supplier Summit de janvier 2018, l’entreprise a confirmé mettre 1.8 milliard d’euros sur la table pour la nouvelle génération de sa berline compacte, qui verra le jour à Wolfsburg en juin 2019.

Des objectifs ambitieux

Pour la nouvelle Golf, Volkswagen voit évidemment grand dans le but de perpétuer son immense succès. Après environ 35 millions d’exemplaires vendus depuis la première génération commercialisée en 1974, la firme n’a pas le droit à l’erreur et comme par le passé, la recette évoluera par petites touches. Quoique

Le but global d’augmenter la rentabilité du modèle passe par de nombreux axes qui vouent à améliorer productivité et bien sûr, les ventes de la future Golf 8. Et accroître les marges d’un modèle produit à plusieurs milliers d’exemplaires par jour, c’est se libérer de belles capacités d’investissement.

Comment VW envisage de les atteindre avec sa Golf 8

Durant la conférence de ce même « sommet des fournisseurs », nous avons pris connaissance de nombreux éléments techniques qui donnent les directions prises dans la conception du nouveau modèle.

La nouvelle Golf sera basée sur la même plateforme MQB que l’actuelle, en version cependant simplifiée afin d’accélérer les cadences de production. De plus, des améliorations seront apportées afin d’alléger substantiellement la 8ème génération. On parle de 50 kilos en moins sur la balance. Dans la même ligne, l’aérodynamique de la voiture a été évoquée comme l’une des pistes profondément retravaillées. Une traînée aérodynamique plus faible apporte notamment des gains en consommation de carburant qui vont dans le même sens qu’une réduction généralisée du poids de l’auto.

Afin d’enfoncer le clou et de respecter les futures normes anti-pollution, Volkswagen équipera sa Golf de nouvelles motorisations, plus frugales. Le bloc 1.6 TDI sera remplacé par un 1.5 TDI plus sobre ; le 2.0 TDI est en pleine transformation afin de l’optimiser à différents niveaux de puissance ; côté essence, nous attendons l’embarquement du nouveau 1.5 TSI. En outre, le groupe allemand compte étendre son concept d’hybridation légère, déjà utilisé par exemple sur Audi, afin d’accroître performances et efficience énergétique. Avec un système simple et peu coûteux, l’hybridation légère permet de réduire les émissions de CO2 grâce à son impact sur la consommation de l’auto. Même la future Golf 8 GTI serait potentiellement équipée de cette technologie. La Golf GTE poursuivra elle sa carrière avec une véritable solution hybride rechargeable.

La future Golf GTI embarquera une hybridation légère pour plus de puissance et de sobriété

Une Golf 8 ultra-technologique

Le dernier axe majeur de l’évolution de la compacte allemande se fera sur ses aspects technologiques. Déjà bien dotée aujourd’hui, elle franchira néanmoins un véritable cap selon les dires de la hiérarchie VW. Le but est de faire de la Golf 8 une voiture « constamment en ligne », devenant une référence en termes de connectivité. Le panel de logiciels embarqués est donc en passe de grandir dans l’optique d’offrir un package sécurité et confort ultra-complet, avec notamment une conduite semi-autonome très avancée.

Ces additions iront de pair avec un intérieur repensé autour de la technologie. La Golf 8 proposera donc un cockpit à la pointe de la numérisation (rendering Autozeitung.de ci-dessous) et donc très probablement en rupture avec les designs des générations précédentes. En outre, les cadres de la marque ont même annoncé que le design extérieur se dirige vers un style plus osé, alors que l’évolution était jusqu’à ce jour relativement sage et consensuelle à chaque nouvelle itération.

De toutes ces informations et de la large et précise communication que fait le groupe VAG, nous déduisons que le prochain modèle de la Golf est véritablement une priorité stratégique et un grand pari sur l’avenir de la marque. Nous devrions assister à une petite révolution en 2019 lorsque la Golf 8 prendra les rênes de son héritage… et nous sommes impatients d’y être !