Quelles sont les voitures les plus volées ?

Quelles sont les voitures les plus volées ?

Pour la quatrième année consécutive, l’association « 40 millions d’automobilistes » dévoile son classement des véhicules les plus volés dans l’Hexagone. Il est réalisé grâce aux données des sociétés Experveo, un service d’expertise automobile, et Traqueur, leader de la détection et de la récupération de véhicules volés.

Sur la plus haute marche du podium, on trouve la Smart Fortwo II ! La suite, c’est du haut de gamme, avec le Range Rover troisième génération (2002) et le Range Rover Evoque. La 4e place est occupée par la Ford Fiesta 3, commercialisée entre 1989 et 1996 ! En 5e position, une entrée dans le Top 10 : la quatrième génération de Clio. Ensuite, on a la Seat Leon première du nom (2000), la DS 3 Cabriolet (autre entrée du classement), la Renault Twingo II, la Renault Mégane II et le BMW X5 deuxième du nom.

Vous noterez la grande disparité de cette liste, avec des véhicules très populaires, d’autres plus luxueux, des nouveautés, des anciennes… Voilà qui prouve que les voleurs s’intéressent à tous les types de voiture, car il y a différents usages. Les modèles les plus chics sont le plus souvent expédiés en entier dans des pays de l’Europe de l’Est ou d’Afrique du Nord. Les voitures classiques servent avant tout à faire des pièces détachées, faciles à écouler sur Internet.

Les Mini Cabrio sont les autos les plus vandalisées

300 véhicules sont volés chaque jour en France. Et selon Traqueur, dans 68 % des cas, c’est par « mouse jacking », c’est à dire un vol électronique. Fait notoire : il y a une hausse de 25 % des vols par abus de confiance, ce qui en fait la deuxième cause de vol, avec 15 % des cas. Cela s’explique par le développement du covoiturage et de l’auto-partage.

40 millions d’automobilistes dresse aussi une liste des véhicules les plus vandalisés. Et ce n’est pas un cliché : les autos les plus visées sont les cabriolets. Un modèle aimante les personnes mal intentionnées : la Mini cabrio, dont les générations R57 (2009) et R52 (2004) occupent la tête du classement. Il y a ensuite le Porsche Boxster type 987 (2004) et la BMW Série 1 Cabriolet.

Autoroutes : des péages toujours plus chers en 2018

Autoroutes : des péages toujours plus chers en 2018

Il y a quelques semaines, on vous a annoncé l’arrivée d’une nouvelle prime à la casse. De quoi vous donner le sourire ! Mais depuis, c’est la douche froide, on enchaîne les mauvaises nouvelles, qui vont faire mal à votre portefeuille d’automobiliste : malus revus à la hausse, nouvelle taxe sur les véhicules puissants, contrôle technique plus sévère et donc plus cher… Et ça continue, avec les autoroutes.

Bon, là, il faut être honnête, aucune surprise : les prix des péages sont augmentés chaque année, à la date du 1er février. Il n’y a qu’en 2015 que les tarifs ont été gelés, le gouvernement ayant réussi à obtenir cela de la part des sociétés concessionnaires pour satisfaire des conducteurs qui exprimaient de plus en plus leur agacement. C’était une fausse bonne nouvelle car les sociétés ont négocié avec l’Etat le rattrapage du manque à gagner, avec des hausses déjà validées entre 2019 et 2023 !

L’inflation première cause

Nous n’y sommes pas encore. En 2018, l’augmentation sera déjà importante. Selon « Le Journal du Dimanche », elle sera comprise entre 1,03 et 2,04 %, soit une moyenne de 1,5 %, le double de cette année. Comment est-elle justifiée ? Avant tout par l’inflation : les sociétés concessionnaires peuvent répercuter 70 % du taux, qui était de 1,026 % au 1er octobre 2017. Ensuite, une hausse de la redevance domaniale (une taxe d’occupation de l’espace public) décidée en 2013 par l’Etat est prise en compte.

Les plus petites revalorisations seront appliquées sur les prix des péages du Mont Blanc et de Fréjus. La plus forte, ce sera pour le réseau AREA, les autoroutes qui mènent aux Alpes. L’addition sera aussi plus salée sur le réseau APRR, qui couvre un bon quart nord-est du pays, entre Paris, Lyon et Mulhouse, avec + 2 %.