La nouvelle Audi R8 Spyder en 5 chiffres clés

La nouvelle Audi R8 Spyder en 5 chiffres clés

Audi fête l’arrivée du printemps en dévoilant à New York la version roadster de la nouvelle R8, qui a fait ses débuts en coupé il y a un an (lire notre essai). Il faudra malheureusement attendre la fin de cet été pour en prendre les commandes. En attendant, petite présentation chiffrée.

20

C’est le nombre de secondes qu’il faut pour profiter des joies du plein air. La R8 Spyder est dotée d’une capote que la marque qualifie d’ultralégère (44 kg). L’ouverture et la fermeture peuvent s’effectuer en roulant, jusqu’à 50 km/h. La lunette en verre verticale se replie derrière les sièges, mais peut rester en place pour diminuer les remous. La capote est disponible en trois couleurs : noir, brun ou rouge.

Audi R8 Spyder

540

Il s’agit de la puissance de la voiture. Le Spyder débute donc sa carrière avec le petit V10 atmosphérique 5.2 540 ch. La version Plus de 610 ch n’est pas encore annoncée. Le bloc est couplé à une boîte S tronic 7 rapports et à l’incontournable transmission intégrale Quattro, qui peut envoyer jusqu’à 100 % du couple (maxi de 540 Nm) à l’avant ou l’arrière.

Audi R8 Spyder

3,6

Vous l’avez deviné, ce n’est pas la consommation ! Il est question du temps en secondes nécessaire pour passer de 0 à 100 km/h. Il faut 11,8 secondes pour franchir la barre des 200 km/h. La vitesse maxi est de 318 km/h.

Audi R8 Spyder

1 612

C’est le poids de la bête, mais à sec. Une masse contenue de 3,19 kg/cheval, grâce à l’utilisation massive d’aluminium pour la structure et la carrosserie. La R8 fait aussi appel à des éléments en carbone renforcé de polymère. Le poids est en baisse par rapport à l’ancien Spyder mais la rigidité à la torsion est accrue de 50 %. Les freins carbone-céramique sont en option.

Audi R8 Spyder

183.900

Pour s’offrir ce sèche-cheveux hyper luxueux, il faudra débourser la somme coquette de 183.900 €. C’est 16.900 € de plus que le coupé. Il faudra choisir parmi 10 couleurs de carrosserie, dont un inédit argus brun. Les formes sont logiquement semblables à celles de la version à toit en dur. On note tout de même l’apparition d’un bandeau noir entre les feux. La présentation de l’habitacle continue de nous époustoufler, avec une ambiance à la fois sportive, technologique et raffinée.

Mazda MX-5 RF : Targa à la japonaise

Mazda MX-5 RF : Targa à la japonaise

Non, cette version ne rend pas hommage à l’Hexagone. RF n’a rien à voir avec République Française ! Cela signifie Retractable Fastback. Comprenez un coupé à la silhouette séduisante qui offrira tout de même la possibilité de rouler cheveux dans le vent.

Polyvalence

Mazda aurait pu faire simple en proposant juste un coupé « tout court », d’autant que la marque indique bien que ce modèle a été conçu pour un agrément de conduite supérieur en configuration fermée. Logique : le vrai roadster à capote souple est là pour ceux qui aimer profiter du plein air. Mais tant qu’à faire, autant être le plus polyvalent possible pour séduire le plus de clients possible avec cette architecture qui évoque la 911 Targa.

Mazda MX-5 RF - 3 Mazda MX-5 RF - 1

Les designers ont souhaité privilégier la forme de l’auto toit en place, avec la volonté d’obtenir un petit coupé fastback. Ils ont ainsi rapidement abandonné l’idée de ranger l’intégralité du couvre-chef. Au final, seule la partie au-dessus de la tête disparaît sous une protection qui se soulève à la verticale. La lunette derrière les occupants s’abaisse. L’opération est 100 % électrique, ne prend que quelques secondes et peut être effectuée en roulant jusqu’à… 10 km/h.

Patience

L’intégration de l’ensemble est parfaite et ne vient pas troubler le bel équilibre des lignes de l’auto. Au contraire, cette MX-5 est encore plus désirable ! La longueur reste à 3,915 mètres, la hauteur gagne 5 mm à 1,245 mètre. La RF a fait sa première apparition officielle avec une couleur inédite, nommée Machine Grey, qui selon les mots de Mazda « donne l’impression que le véhicule a été taillé dans un lingot d’acier ».

Mazda MX-5 RF - 9 Mazda MX-5 RF - 6 Mazda MX-5 RF - 8

Seul élément nouveau à bord : le bouton qui commande le toit, placé sous le bloc climatisation. Le volume du coffre n’a pas été réduit dans l’opération… et heureusement, car il était déjà riquiqui avec 110 litres !

Les deux moteurs disponibles sur le roadster se retrouveront sous le capot de la RF, à savoir un 1.5 de 131 ch et un 2.0 de 160 ch. Particularité de ce coupé-cabriolet : Mazda proposera une boîte automatique 6 rapports. Les ingénieurs ont adapté les réglages de la suspension et de la direction. La date de commercialisation n’a pas encore été dévoilée pour le marché européen. Il ne faut sûrement rien espérer avant la fin 2016.

Mazda MX-5 RF - 7 Mazda MX-5 RF - 5 Mazda MX-5 RF - 4

Mercedes s’attaque au X4 avec le GLC Coupé

Mercedes s’attaque au X4 avec le GLC Coupé

Ne rien montrer d’inédit dans un Salon ? Impensable pour Mercedes ! Heureusement, la tâche est aisée pour la firme à l’étoile : avec l’une des gammes les plus vastes du monde, il y a toujours un nouveau modèle, un restylage ou une nouvelle déclinaison à présenter. Trois semaines seulement après les débuts de la Classe C Cabriolet à Genève, voici donc à New York le GLC Coupé.

GLE Coupé en réduction

Certains rouspéteront en découvrant ce véhicule : la fameuse photocopieuse chère aux constructeurs allemands a de nouveau fonctionné ! Le GLC Coupé est très proche du GLE Coupé. Mais cela permet à ceux qui trouvent ce dernier beaucoup trop imposant (et cher) de se rabattre sur le nouveau venu.

Mercedes-Benz GLC Coupé, C253, 2016. Mercedes-Benz GLC Coupé, C253, 2016.

Le GLC Coupé mesure 4,73 mètres de longueur, 19 cm de moins que son grand frère. Par rapport au GLC normal, dont la face avant a été conservée, c’est 8 cm de plus. La silhouette rentre dans les canons de la catégorie, avec un toit qui plonge rapidement vers une courte malle très imposante. Entre les deux se trouve une lunette très inclinée.

La poupe reçoit d’énormes feux horizontaux, surlignés de chrome, un artifice dont on se serait bien passé. Le GLC Coupé viendra mettre des bâtons dans les roues du BMW X4 à partir de la rentrée. Chacun ses goûts, mais la silhouette du Mercedes apparaît plus harmonieuse et moins torturée. Elle est également plus lourde.

Hybride et AMG déjà au programme

La planche de bord est la même que celle du GLC… qui est déjà identique à celle de toutes les variantes de la Classe C. De sacrées économies d’échelle, mais pas grave, ce tableau de bord est bien dessiné et réalisé. La présentation se veut sportive. Avec la nouvelle inclinaison du pavillon, l’accès aux places arrière sera moins aisé. Mercedes ne chiffre pas la perte de garde au toit. Dans l’opération, le coffre perd plus de 50 litres, passant de 550 à 491 litres.

Mercedes-Benz GLC Coupé, C253, 2016. Mercedes-Benz GLC Coupé, C253, 2016.

La gamme de motorisations sera réduite au départ. Il y aura un modèle essence, le 250 avec bloc 211 ch. Pour le diesel, le choix se fera entre 220d et 250d de respectivement 170 et 204 ch. La boîte automatique 9 rapports et la transmission intégrale sont de série. Une version hybride rechargeable suivra, la 350e avec puissance cumulée de 320 ch. Il y aura aussi les sportives 43 et 63 AMG, à moteur V6 et V8.