Lexus LF-FC : pas d’eau dans le vin

Lexus LF-FC : pas d’eau dans le vin

Quand on doit vivre dans l’ombre des constructeurs allemands, pas d’autre choix que d’oser l’originalité pour se faire remarquer. Lexus l’a bien compris et a choisi de se différentier sur deux points : les moteurs, abandonnant le gazole au profit de l’hybridation, et le design, toujours plus clivant.

Limousine au style osé

Une stratégie esthétique un brin délurée que la marque applique à tous les segments, sans exception. On pourrait penser qu’elle allait mettre de l’eau dans son vin pour sa future limousine LS, mais à la vue de ce prototype annonciateur LF-FC, il n’en est pas question. Voilà qui va vraiment faire la distinction dans une catégorie où la discrétion est de mise !

Si Lexus ose une telle calandre sur la version de série, les Série 7 et Classe S auront l'air de fillettes à côté.

Si Lexus ose une telle calandre sur la version de série, les Série 7 et Classe S auront l’air de fillettes à côté.

Il faut quand même s’attendre à une version de série un peu plus sage. Mais l’essentiel sera conservé, notamment l’immense calandre diabolo qui vient racler le bitume. Longue de 5,30 mètres, la LF-FC limite sa hauteur à 1,41 mètre, prenant ainsi des airs de coupé à quatre portes. Les jantes de 21 pouces en alu sont agrémentées d’enjoliveurs réalisés en plastique renforcé de fibre de carbone.

La fin des boutons

L’ambiance intérieure est divisée en deux. D’un côté, le tableau de bord est recouvert de cuir noir. De l’autre, les sièges sont revêtus de blanc. Ils semblent posés sur un socle en bois, une matière que l’on retrouve sur le volant ou encore le tunnel central.

Lexus LF-FC - 5 Lexus LF-FC - 1

L’ambiance est dépouillée, grâce notamment à l’utilisation de la technologie sans contact. L’interface homme-machine se pilote ainsi par les mouvements de la main, sans avoir à toucher de boutons. Une petite image holographique indique la zone où le système peut interpréter les gestes pour contrôler les fonctions audio et ventilation.

Ecolo… mais sportive

Spécialiste chez les premiums de l’hybride grâce à sa maison mère Toyota (même si les Allemands commencent à prendre de l’avance avec des modèles rechargeables), Lexus a décidé d’aller plus loin ici avec une pile à combustible (d’où le FC dans le nom pour Fuel Cell).

Lexus LF-FC - 7 Lexus LF-FC - 6

Celle-ci entraine les roues arrière et alimente deux moteurs pour les roues avant, ce qui donne une transmission intégrale. Les réservoirs d’hydrogène ont une forme en « T », afin de répartir le poids. Car pour Lexus, cette berline est « sportive » aussi bien dans son apparence que sa conduite.

La version de série devrait être dévoilée d’ici la fin 2016.

Lexus LF-FC - 4 Lexus LF-FC - 3 Lexus LF-FC - 2

Mazda RX Vision : mon amour d’Hiroshima

Mazda RX Vision : mon amour d’Hiroshima

A chaque Salon, une ou plusieurs têtes d’affiche. Assurément, ce concept RX Vision est LA vedette du show de Tokyo, qui a ouvert ses portes à la presse ce matin. Vous pensez sûrement que c’est facile de se faire remarquer avec un concept de coupé sportif, qui joue sur la corde sensible. Mais il n’a rien de gratuit, puisque Mazda précise que ce prototype débouchera bel et bien sur une nouvelle RX !

Le retour du rotatif

Il faudra certainement attendre 2017 pour découvrir le véhicule de série. Une date qui ne devrait pas être due au hasard puisqu’elle coïncidera avec les 50 ans du moteur rotatif chez Mazda. Une technologie introduite sur la Cosmo Sport 110S et démocratisée par la RX-7, dont 800.000 exemplaires ont été produits entre 1978 et 2002. Et en toute logique, comme le confirme Mazda aujourd’hui, la future RX aura également un bloc rotatif.

Après avoir vu cette ligne, que dire à part qu'on la veut !

Après avoir vu cette ligne, que dire… à part qu’on la veut, et vite !

Il s’agira d’une nouvelle génération de moteur rotatif, nommée Skyactiv-R, avec des performances de premier ordre associées à des consommations réduites… car dans la liste des défauts de ce choix technique, la gloutonnerie en sans-plomb n’est pas le moindre.

Propulsion

Pour rappel, la spécificité de ces mécaniques réside dans le fait qu’elles produisent de l’énergie via le mouvement rotatif de leurs rotors triangulaires et non via le mouvement alternatif des pistons. Pour le moment, Mazda ne donne aucune caractéristique précise sur le bloc qui équipera l’auto. Le Japonais couplera-t-il le système à un bloc électrique pour booster la puissance ?

Mazda RX Vision - 6 Mazda RX Vision - 8

Après une RX-8 bourgeoise, celle que l’on nomme RX-9 devrait être plus radicale. Mazda ayant été l’un des premiers constructeurs à travailler sur la réduction du poids de ses autos, il ne fait aucun doute que le modèle définitif sera léger. Il enverra la puissance de sa mécanique aux roues arrière. Une architecture propulsion que l’on devine avec la silhouette de la voiture.

Simplicité… voire dépouillement

Le concept RX Vision adopte en effet un capot interminable et une poupe compacte, sans coffre apparent. Pour symboliser la présence de roues arrière motrices, les hanches sont généreusement galbées. Comme sur le petit MX-5, les designers de Mazda ont souhaité ne pas trop en faire. Dans l’ensemble, la carrosserie est plutôt lisse, avec de fines optiques. La calandre en V vient manger le bitume tandis qu’à l’arrière un large diffuseur intègre deux sorties d’échappement.

Mazda RX Vision - 9 Mazda RX Vision - 2

Un dépouillement poussé à l’extrême à l’intérieur. La planche de bord fait dans le service minimum, avec un volant et une instrumentation à trois cadrans classiques. Il y a quelques touches autour du petit levier de vitesses… et c’est tout. En clair, le conducteur doit être concentré sur le pilotage ! On espère que cette simplicité se retrouvera à la conduite, avec le moins d’aides électroniques possibles.

Cette « RX-9 » sera un joli porte-drapeau pour une marque qui a su brillamment renouveler et agrandir en un temps record sa gamme. Un petit air de bouquet final.

Mazda RX Vision - 4 Mazda RX Vision - 5 Mazda RX Vision - 3

Les duels inédits de 2016 : Mercedes C Coupé AMG contre BMW M4

Les duels inédits de 2016 : Mercedes C Coupé AMG contre BMW M4

Dernier épisode de notre série d’octobre, avec laquelle Abcmoteur vous a donné un avant-goût des grands matchs de 2016, entre une nouveauté qui vient d’être dévoilée à Francfort et sa plus grande rivale. L’occasion de voir « sur le papier » qui part avec une longueur d’avance. Après les rencontres Mégane/308, Tiguan/Kadjar, Q30/A3, F-Pace/Macan, voici un combat de sportives prêtes à cramer du pneu !

Design

C’est une bonne chose : ces deux coupés ne se ressemblent pas. Ils auront ainsi chacun leurs adeptes. Ceux qui aiment les sportives discrètes et élégantes pencheront du côté de Mercedes. Ceux qui préfèrent un aspect plus musclé iront chez BMW.

Mercedes C Coupe AMG BMW M4

La Classe C Coupé AMG s’inspire de sa grande sœur Classe S, avec des formes galbées et épurées. Evidemment, quand on la regarde, on se doute qu’elle n’est pas du genre sage, avec sa large prise d’air traversée par une lame ou son diffuseur qui intègre quatre sorties d’échappement. Plus « ronde », elle fait un peu moins tape à l’œil que sa rivale, du moins en version de base, sans les packs esthétiques.

Présentation intérieure

Chez Mercedes, comme chez BMW, petite déception au niveau de la présentation. Non pas qu’elle manque de soin, mais plutôt de distinction par rapport aux autres modèles de la gamme. D’autant qu’il est permis aux propriétaires de modèles « normaux » d’avoir un look intérieur similaire, notamment chez BMW avec la finition M Sport. Il devient difficile de dire ce que les AMG ou M ont vraiment de spécifique, à part les sièges et le volant.

interieur nouvelle bmw m4 2014

Mercedes-AMG C 63 S Coupé (C 205) 2015

Comme pour l’extérieur, les C AMG et M4 ont un univers bien distinct… tout est donc question de goût. A bord de la Mercedes, on trouve des aérateurs ronds, une console centrale qui se prolonge entre les occupants avant et un écran mal intégré. Chez BMW, la présentation reprend les codes traditionnels de la marque : console orientée, instrumentation « plate » sur fond noir…

Equipements techniques

Honnêtement, ici, on se fiche de comparer la liste des équipements de confort, même si à la vue des tarifs pratiqués (82.300 € la M4, 94.100 € la C), les pingreries seront inacceptables. Nous préférons nous concentrer sur les équipements plus techniques… et les deux rivales font jeu égal.

BMW M4 2014 - 10

Mercedes-AMG C 63 S Coupé (C 205) 2015

Modernes, elles proposent toutes deux des suspensions et une direction avec différents modes de réglages. Elles se dotent aussi d’un différentiel sur l’essieu arrière ou d’un contrôle de trajectoire entièrement déconnectable. Côté frein, le carbone céramique existe sur les deux véhicules, mais est réservé à la variante S chez Mercedes (510 ch).

Moteur et performances

Comme les C 63 berline et break, le coupé est doté d’un bloc V8 4.0 biturbo, emprunté à la supercar GT. Il développe en configuration de base 476 ch. Une version S de 510 ch est également au programme, mais on se basera sur les chiffres de la première pour faire la comparaison avec la BMW, qui plafonne à 431 ch. La bavaroise est dotée d’un six cylindres en ligne 3.0 biturbo.

BMW M4 2014 - 2

Mercedes-AMG C 63 S Coupé (C 205) 2015

Chez Mercedes, le couple culmine à 650 Nm et la boîte est automatique avec 7 rapports. Pour BMW, le couple maxi est de 550 Nm. Mais la marque à l’hélice laisse le choix entre boîte manuelle 6 rapports ou automatique 7 rapports. Dans les deux cas, la vitesse maxi est limitée électroniquement à 250 km/h. Pour passer de 0 à 100 km/h, léger avantage à la Mercedes, qui met 4,0 secondes, soit un dixième de moins que la BMW avec boîte auto (4,3 secondes en manuel). Les deux autos envoient leur fougue aux seules roues arrière.

Verdict

Cette fois, nous avons décidé de ne pas accorder un avantage dans les différentes catégories, il serait impensable de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Pourquoi ? D’une part, la raison, ces deux véhicules ne pouvant vraiment s’affronter que sur routes et pistes. Et d’autre part, la passion, avec deux blasons qui ont leurs aficionados et leur façon de voir le coupé sportif : élégant, puissant mais facile à vivre chez Mercedes ; plus voyant et vivant chez BMW. Sans les conduire, vous avez ainsi peut être déjà choisi votre camp.