Volkswagen Golf GTI Clubsport : anniversaire musclé

Volkswagen Golf GTI Clubsport : anniversaire musclé

L’année prochaine, la Golf GTI va souffler ses 40 bougies. Un bel événement que Volkswagen compte fêter dignement. La marque allemande pourrait ainsi dévoiler une version de 400 ch, préfigurée en 2014 par le concept R400. Mais avant cela, elle propose une plus « sage » Clubsport.

265 ch

Annoncée par un show-car au printemps dernier, lors du Worthersee, la GTI Clubsport sera exposée dans sa version de production au Salon de Francfort. Si on est loin des 400 ch, cette déclinaison reste tout de même la GTI la plus puissante jamais proposée. Actuellement, la version de base délivre 220 ch et sa version Pack Performance grimpe à 230 ch (lire notre essai).

Entre la GTI de 230 ch et la R de 300 ch se glisse cette Clubsport de 265 ch.

Entre la GTI de 230 ch et la R de 300 ch se glisse cette Clubsport de 265 ch.

Ici, le 2.0 TSI est poussé à 265 ch. Il y a même une fonction overboost qui permet d’avoir pendant quelques secondes l’équivalent de 290 ch. La Clubsport est disponible avec une boîte manuelle 6 rapports ou une double-embrayage DSG, également à 6 rapports. La première passe de 0 à 100 km/h en 6,0 secondes, la deuxième en 5,9 secondes. Les vitesses maxi sont de respectivement 250 et 249 km/h.

Eléments de carrosserie inédits

Volkswagen ne s’est pas contenté de revoir le moteur. Le look a également été modifié, avec notamment un nouveau bouclier avant. Celui-ci hérite d’une prise d’air dont le trapèze a été inversé et de nouveaux appendices aérodynamiques sur les côtés. Au niveau de la partie arrière, le changement le plus visible est le becquet, plus imposant. Le diffuseur a également été remodelé.

Volkswagen Golf GTI Clubsport - 10 Volkswagen Golf GTI Clubsport - 13 Volkswagen Golf GTI Clubsport - 5

Le modèle de présentation est peint en Onyx White et son toit est noir. Une bande noire avec l’inscription Clubsport est visible sur les flancs. Les jantes sont inédites. A bord, le conducteur et le passager sont installés dans de nouveaux baquets partiellement recouverts d’Alcantara.

Pour l’instant, Volkswagen n’indique pas si le nombre de Clubsport sera limité.

Salon de Francfort 2015 : le programme du premium allemand

Salon de Francfort 2015 : le programme du premium allemand

Plus que quelques jours avant l’ouverture du Salon de Francfort 2015. Les nouveautés défilent, la tension monte ! Abcmoteur a décidé de faire le point sur le programme de ce grand show, en listant les nouveautés déjà annoncées, celles attendues et les surprises potentielles. Après les Français, place aux rois du Salon : les constructeurs haut de gamme allemands.

Mercedes : feu d’artifice

La firme à l’étoile est déjà désignée reine du Salon. Son menu est pantagruélique. Il est normal d’en mettre plein la vue quand on joue à domicile. Mais là, il y a de quoi devenir aveugle. La tête d’affiche, car c’est le modèle qui sera le plus vendu, est le nouveau GLC. Ce SUV compact, basé comme son nom l’indique sur la Classe C, remplace le GLK.

Mercedes-Benz GLC 220d 4MATIC (X 253) 2015> Lire : Mercedes GLC : on efface tout et on recommence

Autre star chez Mercedes : la nouvelle Classe C Coupé. Le programme est d’ailleurs chargé rien que pour elle, car en plus de la version « classique », il y aura à Francfort la 63 AMG, l’Edition 1 imaginée pour le lancement ainsi que la variante DTM !

Mercedes-Benz C-Klasse Coupé (C 205) 2015Mercedes-Benz C-Class

Lire : Mercedes Classe C Coupé : chérie, j’ai rétréci la S Coupé

Mercedes-AMG C 63 S Coupé (C 205) 2015

Lire : Mercedes-AMG C 63 Coupé : brute élégante

Mercedes-AMG-C-63-Coupe-Edition-1 DTM> Lire : La Mercedes-AMG C 63 Coupé Edition 1 se la joue DTM

Et ce n’est pas tout ! Mercedes exposera aussi à Francfort en première mondiale la déclinaison cabriolet de la Classe S. C’est le retour de cette carrosserie dans la gamme de la limousine étoilée après 44 ans d’absence. Il ne faut pas oublier aussi, dans un tout autre registre, la Classe A restylée.

Mercedes-Benz S-Class Cabriolet (A 217) 2015

> Lire : Mercedes Classe S Cabriolet : yacht roulant

Mercedes-Benz A-Klasse (W 176) 2015Mercedes-Benz A-Class (W 176

> Lire : Mercedes présente une Classe A restylée plus sportive

La liste est longue… et on imagine bien Mercedes lever le voile sur une ultime surprise le jour J !

Audi : l’A4 génération B9 en vedette

Une grosse vedette dans le bâtiment Audi, spécialement construit au cœur du Salon : la neuvième génération de l’A4, disponible en berline et en break. Dévoilée fin juin, elle a déjà un air familier… ou alors c’est parce que le design change par toutes petites touches !

Nouvelle Audi A4 2015 - 10

> Lire : Audi A4 : si, si, elle est nouvelle !

Autre gros morceau, pas encore dévoilé lui : le concept e-tron quattro. Annoncé par des teasers, ce prototype donnera un avant-goût d’un SUV-coupé motorisé par l’électricité. Et la firme aux anneaux a déjà confirmé une mise en production pour 2018. Détail intéressant : ce concept promet des évolutions esthétiques chez Audi, à l’image des études de style Prologue.

Audi e-tron quattro concept – Exterior Sketch

> Lire : Audi donnera un avant-goût du Q6 à Francfort

Le reste du menu Audi est constitué d’évolutions ou d’élargissements de gamme. L’A8 sera ainsi présentée avec deux nouvelles variantes : une S8 Plus de 605 ch et une A8 L blindée pour les grands de ce monde. Du côté des SUV, le SQ5 adoptera aussi le badge Plus avec un diesel gonflé à 340 ch.

Audi S8 Plus - 4

> Lire : Audi S8 Plus : la RS qui ne dit pas son nom

Audi-SQ5-TDI-plus

Des surprises à attendre ? Mystère à ce niveau. On voit bien la firme venir avec la nouvelle S4 !

BMW : deux gros lancements

Gros Salon aussi pour BMW, même si ses deux premières mondiales sont déjà connues depuis trois mois. Il s’agit des toutes nouvelles Série 7 et X1. Sans surprise, pas de révolution pour la première, mais un contenu technologique toujours plus riche.

nouvelle BMW Serie 7 2015-12

> Lire : Nouvelle BMW Série 7 : la grande berline en propose toujours plus

Pour le second en revanche, tout change. Le X1 abandonne la silhouette de break surélevé pour une allure bien plus SUV. Il soigne davantage sa finition, sa modularité et son habitabilité. Enfin, il passe à la traction en empruntant sa plate-forme à la nouvelle Mini !

Bmw X1 2016 - 20

> Lire : Nouveau BMW X1 : en avant !

BMW profitera aussi du Salon pour exposer la Série 3 restylée et sa version hybride 330e. Autre hybride rechargeable au menu : le Série 2 Active Tourer, en 225xe. Dans un tout autre registre, il y aura en première mondiale la nouvelle voiture de compétition de la marque, la M6 GT3. En revanche, pas sûr que la M4 GTS Concept soit de la partie.

BMW 225xe Active Tourer - 4

> Lire : Le BMW Série 2 Active Tourer électrifié

Porsche : la 911 en mode turbo

Evénement chez Porsche. La 911 type 991 passe par la case restylage. Les changements sont subtils, mais apportent un joli coup de frais à la plus célèbre des sportives européennes. Le plus important est sous le capot arrière : les nouvelles Carrera et Carrera S adoptent un flat six bi-turbo !

911 Carrera S / 911 Carrera Cabriolet

> Lire : Porsche 911 : les Carrera mettent les turbos

Il se murmure aussi que Porsche prépare pour le Salon un concept-car annonçant la petite berline électrique que la firme va bientôt commercialiser pour rivaliser avec les modèles Tesla. Mais le doute subsiste, d’autant que ce proto pourrait faire de l’ombre à la reine 911.

Toyota Prius IV : garde-t-elle la tête ?

Toyota Prius IV : garde-t-elle la tête ?

Découverte il y a deux mois sur Abcmoteur (lire : La future Toyota Prius en fuite), la Toyota Prius de quatrième génération se montre désormais officiellement à l’approche du salon de Francfort. L’occasion de l’observer plus en détails, mais aussi vous livrer les premières – maigres – informations connues sur sa fiche technique…

La Prius toujours à part ?

Commençons tout d’abord par le design ! Décidément, la Japonaise n’est pas du genre à s’assagir au fil des générations, bien au contraire ! Pour ce quatrième opus, l’hybride semble avoir été influencée par les lignes de la Mirai, mais en étant quand même moins atypique. Les optiques avant, dont une partie suit la découpe du capot, sont assez torturées, tandis que celles de la poupe sont disposées de façon verticale. Le profil se révèle relativement dynamique avec une ceinture de caisse remontant vers le toit donnant l’impression d’être flottant grâce au dernier montant de couleur noire.

Toyota Prius IV Toyota Prius IV avant Toyota Prius IV profil Toyota Prius IV arriere toutes generations Toyota Prius Toyota Prius IV Mirai

La Prius IV repose sur la nouvelle plateforme TNGA (Toyota New Global Architecture) abaissant le centre de gravité. La longueur de l’auto progresserait de 6 cm, la largeur de 1,5 cm, mais la hauteur diminuerait de 2 cm. Toyota assure que la réactivité et la stabilité du châssis ont été accrues. La nouvelle suspension arrière à double triangle n’ampute pas le volume de coffre qui gagne en volume aussi grâce à l’emploi d’une batterie nickel-hydrure plus petite et possédant une densité d’énergie supérieure à sa devancière.

Toyota Prius IV dynamique-2 Toyota Prius IV dynamique

Le constructeur précise également que la Prius IV est plus économe sur autoroute – là où le moteur thermique est souvent le seul à fonctionner – et que « le rendement thermique dépasse 40 %, un record mondial pour un groupe essence ». Il devrait s’agir du quatre-cylindres 1,8 l de la Prius précédente optimisé pour l’occasion. La puissance atteindrait aux alentours des 150 ch, contre 136 ch jusqu’à présent.

Toyota Prius IV interieur Toyota Prius IV sieges

Les équipements de sécurité ne sont pas oubliés avec le pack Toyota Safety Sense comprenant le régulateur de vitesse adaptatif et le système de sécurité précollision avec détection des piétons

Les équipements de sécurité ne sont pas oubliés avec le pack Toyota Safety Sense comprenant le régulateur de vitesse adaptatif et le système de sécurité précollision avec détection des piétons

Toyota Prius IV levier boite

Pour obtenir plus de détails, notamment des données chiffrées, il faudra patienter jusqu’à l’ouverture du salon de Francfort qui aura lieu la semaine prochaine. La commercialisation de la Toyota Prius IV devrait intervenir en 2016 face à une concurrence de mieux en mieux armée…

Bentley Bentayga : shocking ?

Bentley Bentayga : shocking ?

Un passionné d’automobiles qui se serait perdu dans la jungle et qui retrouverait la civilisation après dix ans d’errance se demanderait ce qui a pu se passer. En 2015, BMW fait de la traction, Porsche vend des 4×4 diesel, Ferrari ose le bi-turbo sur sa berlinette… et Bentley présente un SUV.

Catégorie incontournable

Sur ce dernier point, il faudrait alors lui expliquer à quel point les 4×4 sont devenus incontournables de nos jours, quelle que soit la taille ou la catégorie de prix. Pour un constructeur qui souhaite voir ses ventes s’envoler, même s’il joue dans la catégorie hyper-luxe, le SUV est un passage obligé. Et puis il faut bien s’attaquer au mythique Range Rover, qui a placé la barre très haut avec sa dernière mouture.

Dans le petit monde du SUV de luxe, voici le nouveau roi.

Dans le petit monde du SUV de luxe, voici le nouveau roi.

Bentley présente donc à Francfort le Bentayga. On pousse un léger « ouf » de soulagement en le découvrant. Alors oui, il ne fait pas dans la finesse (une Continental, aussi élégante soit-elle, n’est pas une modèle de légèreté) mais il est bien plus réussi que le prototype EXP 9 F découvert en 2012.

Beau bébé

Les designers de la marque anglaise ont fait simple : ils ont décliné les lignes des Continental et Flying Spur sur une silhouette de SUV de 5,14 mètres. On retrouve donc les éléments incontournables de la firme : quatre optiques rondes, calandre grillagée, ailes arrière gonflées ou encore feux rectangulaires. La lunette et la custode inclinées apportent une petite touche de dynamisme.

Bentley Bentayga - 15 Bentley Bentayga - 8

L’ambiance dans l’habitacle est également typiquement Bentley, que ce soit dans les formes ou le choix des matériaux (avec une dominante de boiseries). Les fameuses ailes entourant la console centrale et rejoignant les portières sont de la partie. Le modèle présenté ne peut accueillir que quatre personnes. Il y a ainsi deux fauteuils à l’arrière. Il fera bon voyager au second rang, grâce aux repose-pieds ou aux écrans 10,2 pouces.

Le SUV le plus rapide du monde

A l’avant, les sièges massants, ventilés et massants offrent 22 réglages ! L’intérieur est baigné de lumière par un toit ouvrant panoramique. Le coffre peut accueillir un siège d’appoint en option, un raffinement idéal selon Bentley pour « s’arrêter un moment et profiter du paysage ».

Bentley a voulu créer le 4×4 le plus puissant et le plus rapide du marché. Il a donc équipé le Bentayga d’un bloc W12 6.0 de 608 ch ! A la clé : une vitesse maxi record de 301 km/h et un 0 à 100 km/h abattu en 4,1 secondes. Pas mal pour une auto qui pèse près de 2,5 tonnes. La puissance est envoyée aux quatre roues via une boîte automatique à 8 rapports. Pour faire quelques économies de carburant, ce bloc bénéficie de la désactivation de cylindres et d’un mode roues libre aux vitesses « proches de l’arrêt ».

Vrai aventurier

Le Bentayga est un vrai SUV avec une transmission intégrale qui offre différents modes de fonctionnement pour différents types de terrain. Un système de freinage en descente bloque aussi l’auto à une vitesse pré-définie dans les pentes. Bentley innove avec le premier contrôle actif du roulis électrique au monde, qui « contrebalance immédiatement les forces de roulis latérales dans les virages ». Le but : concilier au mieux sur un véhicule haut et lourd le confort et le dynamisme.

Bentley Bentayga - 13 Bentley Bentayga - 1

Le reste de la dotation est plus classique, avec des équipements aujourd’hui bien connus : lecture des panneaux de signalisation, vision nocturne, aide au créneau, contrôle de la circulation arrière…